• UN RAPPORT PROUVE L'INEFFICACITE DE LA VIDEOSURVEILLANCE

    Fin août, le Figaro tenait une “exclusivité” : un “rapport confidentiel qui prouve l’efficacité de la vidéosurveillance“, et démontrait l’”effet dissuasif des caméras sur la voie publique” :

    Les conclusions du rapport dont Le Figaro a pris connaissance mettront-elles un terme à la polémique sur les dangers réels ou supposés des caméras sur la voie publique ?

    A l’heure où le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, promet d’en tripler le nombre, «de 20 000 à 60 000 d’ici à 2011», ce document témoigne, à tout le moins, que l’hôte de la place Beauvau avait pris quelque garantie avant de s’engager.

    Le Figaro démontre l'efficacité de la vidéosurveillance

    Le rapport a depuis été mis en ligne, et sa lecture prouve… l’inefficacité de la vidéosurveillance.

    Le ministre avait pourtant et de fait pris “quelque garantie avant de s’engager“ : le rapport ne visait en effet pas tant à vérifier l’efficacité de la vidéosurveillance qu’à… mettre à disposition des collectivités locales des arguments propres à soutenir leur adhésion“, dans le cadre du plan d’action (qui) vise à tripler le nombre de caméras sur la voie publique“, décidé par le ministère de l’Intérieur, mais payé -en bonne partie- par nos impôts locaux.

    Décryptage d’une (grosse) manipulation (voir aussi la carte des villes sous vidéosurveillance que je vous propose de compléter, sur LePost.fr, qui publie également une version courte de mon papier, Efficace, la vidéosurveillance ? Le rapport qui nous mène en bateau…).

    Le rapport nous apprend ainsi que les crimes et délits chutent deux fois plus vite dans les villes équipées que dans celles qui ne le sont pas, et que les agressions, qui ont progressé de 40% depuis l’an 2000, n’y ont augmenté “que” de 24,1%. Autrement dit, ça ne baisse pas : ça augmente moins…

    On y lit également qu’”en dessous d’une caméra pour 2000 habitants, les agressions contre les personnes progressent plus vite (+44,8 %) que dans les villes qui n’ont aucun équipement (+40,5 %)“. Le nombre d’agressions progresse donc plus vite dans les villes modérément vidéosurveillées que dans celles qui ne le sont pas : on voudrait démontrer l’inefficacité de la vidéosurveillance qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

    Plus ça rate, plus on a de chances que ça marcheOn y découvre aussi que la délinquance générale baisse moins quand il y a plus d’une caméra pour 1000 habitants que lorsqu’il y a une caméra pour 1000 à 2000 habitants. Autrement dit : plus il y a de caméras, moins la délinquance baisse…

    Le Figaro notait également que “contrairement à un préjugé véhiculé jusqu’au Parti socialiste, «l’effet plumeau, c’est-à-dire un déplacement de la délinquance vers les zones non couvertes, ne semble pas avéré».“.

    Il eut été plus juste de préciser, comme le fait le rapport, que “48% des commissariats estiment qu’il est nul, 52% estiment qu’il existe, mais ne sont pas en mesure de l’évaluer“.

    Enfin, l’efficacité de la vidéosurveillance ne diffère guère lorsque des agents sont payés pour surveiller, en temps réel, les écrans de contrôle, que lorsque personne ne les regarde…

    Quant à l’effet dissuasif, pour ce qui concerne la délinquance générale, les taux d’élucidation progressent aussi bien dans les zones avec ou sans vidéoprotection“… mais restent inférieurs dans les villes vidéosurveillées que dans celles qui ne le sont pas, comme en témoigne ce tableau, qui montre que le taux d’élucidation des atteintes volontaires à l’intégrité physique (AVIP) est de 54,4% dans les villes vidéosurveillées, mais de 60,6% dans celles qui n’ont pas de caméras :

    Les taux d'élucidation sont moindres dans les villes vidéosurveillées que dans celles qui ne le sont pas

    Un rapport “commandé”

    Pour mieux comprendre ce pour quoi il est possible de faire dire à ce “Rapport sur l’efficacité de la vidéoprotection” le contraire des conclusions auxquelles il est arrivé, commençons donc par la lettre de “mission relative à l’évolution de la vidéoprotection“, envoyée en février dernier par le ministre de l’intérieur au président du “comité de pilotage stratégique pour le développement de la vidéoprotection” :

    Le développement de la vidéoprotection est une priorité du Ministre. C’est pourquoi le plan d’action mis en place vise à tripler le nombre de caméras sur la voie publique.

    Afin de permettre aux collectivités locales gestionnaires de l’espace public de se lancer dans cette stratégie dynamique, il convient de mettre à disposition (…) des arguments propres à soutenir leur adhésion.

    Dans cet esprit, il est nécessaire (…) d’évaluer et de quantifier l’efficacité de la vidéoprotection.

    Ce qui, traduit par les auteurs du rapport, donne donc ce rapport sur “l’efficacité de la vidéoprotection“, mais dont l’objectif n’est pas de savoir si la vidéosurveillance est efficace, ou non, mais de démontrer que le ministre a raison de vouloir tripler le nombre de caméras.

    Quand on ne sait pas où l'on va, il faut y allerUn peu comme si un industriel du médicament demandait à ses salariés d’évaluer l’efficacité de ses produits, afin d’en vendre trois fois plus qu’auparavant.

    Le président du “comité de développement de la vidéoprotection” ayant décidé de ne pas participé à la rédaction du rapport, “afin de permettre une évaluation indépendante de l’efficacité de la vidéoprotection” (sic), celle-ci a été confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), l’Inspection technique de la gendarmerie nationale (ITGN) et l’Inspection générale de l’Administration (IGA), “services au dessus de tout soupçon” qualifiés par le Figaro d’”incorruptibles de l’administration“.

    De fait, l’IGPN et l’IGTN sont plus connus sous le sobriquet de boeufs carottes“, “polices des polices“ directement rattachées aux directions générale de la police et de la gendarmerie. Quant à l’IGA, elle est composée d’énarques “placés sous l’autorité directe du ministre de l’intérieur“. En terme d’indépendance, c’est tout bon : difficile de trouver fonctionnaires ayant autant leurs doigts rivés sur la couture du pantalon.

    Le ministère de l’intérieur s’étant illustré, ces dernières années, par un certain nombre de mises au placard de hauts fonctionnaires ayant eu l’outrecuidance, entre autres et par exemple, de ne pas suffisamment surveiller la villa de Christian Clavier, les conclusions de l’étude ne pouvaient que “fournir des arguments propres à soutenir l’adhésion” en matière de “vidéoprotection“.

    A ce titre, on notera que si le terme de “vidéoprotection” est utilisé 184 fois, celui de “vidéosurveillance“, lui, n’apparaît qu’une seule fois, en conclusion :

    La présence de caméras dans les lieux publics s’est banalisée et elle est entrée dans les mentalités. La perception du caractère « liberticide » de la vidéosurveillance s’est estompé au profit de la vidéoprotection qui rassure les habitants des zones concernées et lutte contre le sentiment d’insécurité.

    Du grand Shadock

    Le rapport, en tant que tel, est relativement incompréhensible pour quelqu’un qui ne maîtrise pas, sur le bout des doigts, les subtilités de la statistique policière.

    J’ai donc contacté trois spécialistes de la question, qui tous pointent du doigt la “lettre de mission“, et le fait qu’il ne repose que sur les seuls témoignages de policiers, gendarmes, élus et responsables locaux chargés de la sécurité -et sans qu’aucun universitaire, sociologue ou spécialiste de la question n’ait été auditionné.

    Un “oubli” d’autant moins étonnant lorsqu’on sait que lorsqu’ils sont interrogés par des sociologues, les policiers estiment que globalement, la vidéosurveillance… ne marche pas

    Pompez, pompez, il en restera toujours quelque chose

    Tanguy Le Goff est sociologue à l’Institut d’aménagement d’Ile de France. Constatant que les promoteurs de la vidéosurveillance n’avaient de cesse de déclarer que “l’efficacité de la vidéosurveillance n’est plus à démontrer“, alors qu’aucun étude n’avait été effectuée, il a compilé, l’an passé, le tout premier “Etat des lieux des évaluations menées en France et à l’étranger“, qui concluait à l’inefficacité relative de la vidéosurveillance :

    On ne peut pas entrer dans la polémique des chiffres : les périodes ne sont pas les mêmes, le rapport mêle petites, moyennes et grandes villes, HLM et zones commerciales, centre villes et moyens de transport publics… et compare des choses qui ne sont pas comparables.

    De plus, il faudrait au minimum isoler les autres facteurs qui entrent en ligne de compte : renforcement (ou non) de la police, présence (ou non) d’une police municipale, de quartiers défavorisés, de zones commerciales, etc.

    En l’état, il est impossible de réussir à identifier l’effet propre de la vidéosurveillance : la méthodologie est fausse, ou alors les délinquants n’agissent pas, en France, comme ils agissent dans les autres pays…

    Avec Eric Heilmann, maître de conférences à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg, et autre grand spécialiste français de la vidéosurveillance, Tanguy Le Goff vient de publier un décryptage du rapport du ministère de l’Intérieur, Vidéosurveillance : un rapport qui ne prouve rien.

    Après avoir détaillé les manquements aux règles méthodologiques élémentaires de toute étude de ce type, ils s’étonnent de voir qu’en France, la vidéosurveillance aurait permis de contenir les atteintes aux personnes, un “résultat d’autant plus remarquable qu’il contredit ceux auxquels sont parvenus les quelques quarante études réalisées à l’étranger depuis une quinzaine d’années“, pour qui, et paradoxalement, l’efficacité de la vidéosurveillance se mesure à l’augmentation du nombre d’agressions constatées :

    Les études étrangères montrent que la vidéosurveillance, si elle est bien gérée, a tendance à faire augmenter le nombre d’atteintes aux personnes dans les statistiques policières.

    Les auteurs de ce type de faits ne cherchant pas à se cacher, nombre d’entre-eux résultant d’actes impulsifs, ces faits qui pouvaient passer inaperçus auparavant sont un peu mieux repérés.

    Si la vidéosurveillance n’a pas d’effet inhibiteur sur les atteintes aux personnes, leur baisse peut donc révéler en réalité l’inefficacité du dispositif.

    Or, le rapport commandé par Brice Hortefeux avance qu’en France la vidéosurveillance contribue, a contrario des études internationales, à enrayer les atteintes aux personnes…

    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?Laurent Bonelli est quant à lui maître de conférences en science politique à Nanterre, et auteur en 2001 de “La Machine à punir. Pratiques et discours sécuritaires” et, en 2008, de “La France a peur. Une histoire sociale de l’insécurité” :

    Corrélation n’est pas causalité, c’est la base de l’analyse scientifique; or là, ça peut monter ou baisser pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la vidéosurveillance.

    D’autre part, les statistiques dites “de la délinquance” reflètent bien plus l’activité des forces de l’ordre et leurs priorités qu’un état réel de la criminalité dans le pays. Or, rien n’est plus fluctuant que ces priorités en fonction des injonctions politiques du moment.

    En l’occurence, l’objectif affiché par le ministère est de réduire les effectifs de la police de 12 000 fonctionnaires à l’horizon 2012, et le développement de la vidéosurveillance -financée par des partenariats publics-privés et par les collectivités territoriales plus que par le gouvernement- permet de déplacer le problème et d’apporter une réponse technique, voire “magique“, aux craintes exprimées par les élus locaux, et leurs administrés.

    Journaliste, Noé Le Blanc est pour sa part l’auteur de plusieurs articles de référence sur les études universitaires et indépendantes faites au sujet de la vidéosurveillance.

    C’est du grand Shadock, imputable au fait que les chiffres du rapport mélangent tout et n’importe quoi : quel sens cela a-t-il de vouloir mesurer l’efficacité de la vidéosurveillance sur la “délinquance générale”, qui regroupe tout aussi bien les vols à la tire que la violence conjugale, les infractions économiques et le non-respect du droit du travail ?

    Et si l’on s’intéresse aux types de délit où les systèmes de vidéosurveillance peuvent a priori faire montre d’efficacité, on découvre que l’on serait moins agressé dans les villes non vidéosurveillées que dans celles où on l’est un peu, que les caméras que personne ne regarde produisent tout autant d’effet que celles qui sont regardées, et que “l’amélioration du taux d’élucidation est sensiblement équivalente” dans les villes équipées que dans celles qui ne le sont pas…

    Enfin, une observation résume à elle seule l’apport quasi-nul des caméras aux investigations : 6 personnes « mises en cause » (ce qui ne veut pas dire condamnées) par brigade de gendarmerie et par an grâce aux caméras, soit moins d’une « mise en cause » par caméra et par an…

    La vérité, c'est qu'il n'y a pas de véritéEn résumé, si le rapport prouve bien une chose, c’est qu’il est compliqué de mesurer, mais encore plus de “prouver“, l’efficacité de la vidéosurveillance.

    Les auteurs du rapport sont d’ailleurs conscients des limites de leurs exercices. Ainsi, en introduction de leur rapport, ils reconnaissent eux-mêmes que :

    L’impact exclusif de la vidéoprotection est difficile à isoler dans un environnement mouvant et dans lequel elle n’est qu’un outil au service des municipalités et des forces de l’ordre.

    La comparaison de ville à ville est délicate compte tenu de l’hétérogénéité des situations : nature et étendue des zones vidéoprotégées, typologie de la délinquance, organisation des forces de l’ordre, implication des municipalités au travers des polices municipales ou de politiques de prévention, évolution des qualifications pénales de certains faits, etc., tous phénomènes qui peuvent interagir et ne facilitent pas la mesure de la seule efficacité des dispositifs installés.

    Après n’en avoir pas moins cherché à démontrer l’efficacité de a vidéosurveillance, ils concluent leur rapport sur une note guère plus optimiste : “malgré un travail important des services de police et de gendarmerie pour permettre à la mission de réaliser cette étude, force est de constater que les outils d’évaluation mis en place localement sont encore trop parcellaires“, alors même, précisent-ils également, que “les équipements de vidéoprotection représentent des coûts d’investissement et de fonctionnement élevés“… qu’ils n’ont pas été en mesure de quantifier.

    Depuis, Brice Hortefeux a divulgué la liste des 75 villes à équiper en priorité, afin que la France puisse enfin tripler le nombre de caméras de vidéosurveillance et atteindre l’objectif affiché de “de 20 000 à 60 000 d’ici à 2011“.

    François Fillon, dans la foulée, a annoncé qu’il doublait le budget dédié à la vidéosurveillance, qui passera de 10-12 millions à 20 millions d’euros en 2010.

    Voir aussi la carte des villes sous vidéosurveillance que je vous propose de compléter, sur LePost.fr, la version courte de ce billet, Efficace, la vidéosurveillance ? Le rapport qui nous mène en bateau…, ainsi que les autres décryptages concluant à l’ineptie de ce rapport : L’efficacité de la vidéosurveillance reste à démontrer (par Tanguy Le Goff et Eric Heilmann), Videosurveillance : un rapport aux ordres (par Noé Le Blanc) et Le rapport sur les miracles de la “vidéoprotection” s’avère plutôt bidonné (par Jet, mon comparse des Big Brother Awards).

    Voir aussi les autres articles consacrés, sur ce blog, à la vidéosurveillance :
    Quand la (vidéo)surveillance tue
    Vidéosurveillance : +50% en 2 ans…
    Vidéosurveillance : un rapport biaisé
    Vidéosurveiller Fucking, quelle idée…
    Vidéosurveillance ou vidéodiscrimination ?
    La surveillance, ça sert à acheter des voix
    Hortefeux fustige la vidéosurveillance dont il a fait l’objet

    … sans oublier les autres devises Shadock que je n’ai pas eu la place, ou l’opportunité, de mentionner dans ce billet.

    SOURCE 


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    baykeur
    Vendredi 13 Novembre 2009 à 11:58
    La véritable panoplie totalitaire ...
    2
    reineroro Profil de reineroro
    Vendredi 13 Novembre 2009 à 12:21
    La véritable panoplie totalitaire ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :