• RAPPORT N°82 SUR LES VIOLATIONS ISRAELIENNES

    Rapport sur les violations israéliennes des droits humains


    Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les civils palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).
     

    Durant la semaine du 29 juillet au 4 août :

    • les FOI ont tué 2 militants de la résistance, dont l’un par exécution extrajudiciaire, dans la bande de Gaza :
      • et 2 résistants ont été blessés par les bombardements israéliens ;
    • les FOI ont continué d’user de la force contre les manifestations non violentes en Cisjordanie :
      • un garçon palestinien et 2 internationaux ont été blessés ;
      • 7 civils, dont un mineur et un militant israélien, ont été arrêtés ;
    • les FOI ont continué de tirer sur les agriculteurs et travailleurs palestiniens dans les zones frontalières à l’intérieur de la bande de Gaza :
      • 5 travailleurs palestiniens, dont un mineur, ont été blessés dans le nord de la bande de Gaza ;
    • les FOI ont bombardé des tunnels et des propriétés civiles dans la bande de Gaza :
      • 19 Palestiniens, dont 2 femmes et un mineur, ont été blessés par les frappes aériennes israéliennes contre un bureau de police à Gaza ville ;
    • les FOI ont mené 31 incursions dans les communautés palestiniennes en Cisjordanie et 5 autres, plus limitées, dans la bande de Gaza :
      • elles ont arrêté 28 Palestiniens, dont 8 mineurs ;
    • Israël a maintenu un siège total sur les TPO et l’isolement de la bande de Gaza du monde extérieur :
      • les troupes postées sur les check-points et passages frontaliers de Cisjordanie ont arrêté 2 Palestiniens ;
    • Israël a continué de prendre des mesures qui visent à créer une majorité démographique juive en Jérusalem :
      • le tribunal central israélien à Jérusalem a approuvé l’expulsion de 60 familles palestiniennes de la banlieue de Jérusalem ;
      • une colonie israélienne s’est emparée d’un immeuble palestinien dans la vieille ville de Jérusalem ;
    • les FOI ont poursuivi la colonisation de la Cisjordanie et les colons leurs agressions contre les civils palestiniens et leurs biens :
      • la construction de 40 logements à Jérusalem a été approuvée ;
      • des zones de terres et du matériel agricoles ont été détruits et brûlés à l’est d’Hébron.


    (JPG)

    Un enfant palestinien évacué vers l’hôpital, blessé par une frappe aérienne israélienne sur la ville de Gaza


    Violations israéliennes recensées durant la période du 29 juillet au 4 août 2010

    1 - Incursions dans les zones palestiniennes et agressions contre les civils palestiniens et contre leurs biens, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

    Vendredi 30 juillet

    Vers minuit et demi, les forces d’occupation pénètrent dans al-Ras et Al-Masharga al-Tahta, quartiers du sud-est d’Hébron, elles mènent leur raid dans les rues et perquisitionnent dans certaines maisons. Elles arrêtent 3 Palestiniens :

    1. Fadi Bajes al-Ja’bari, 26 ans,
    2. Mohammed Fattouh al-Ja’bari, 24 ans, et
    3. Edris Mohammed al-Ja’bari, 30 ans.

    Vers 1 h 30, incursion au sud-est de Bethléhem, dans al-Khader, avec l’arrestation de Mahmoud Ibrahim ‘Eissa, 22 ans. Puis, vers 2 h 30, dans Taqqou’, dans le même secteur, mais pas d’arrestations.

    A Beit Liqya, à l’ouest de Ramallah, incursion vers 15 h, l’armée d’occupation patrouille dans les rues du village, et se retire.

    Samedi 31 juillet

    Au sud-ouest d’Hébron, l’armée entre dans Beit ‘Awa, fouille un certain nombre de maisons et arrête ‘Abdullah Waleed al-Swaiti, 24 ans.

    Dimanche 1er août

    A Halhoul, au nord d’Hébron, incursion vers 1 h du matin. L’armée investit la ville, fouille des maisons et convoque un certain nombre de Palestiniens pour interrogatoire. Elle entre dans Hébron vers 2 h 30, même opération. Elle convoque ‘Ali TAhboub, 23 ans, et ‘Aadel ‘Arafat al-Agha, 40 ans, pour interrogatoire. Vers midi et demi, c’est le tour de Dura, au sud-ouest d’Hébron, l’armée entre dans les bureaux de la Compagnie de télécommunications palestinienne et arrête son directeur, Yousef ‘Abdul ‘Aziz ‘Qazzaz, 37 ans.

    Dans la région de Salfit, plusieurs incursions. A 9 h, dans Brouqin, à l’ouest, où l’armée patrouille pendant quelques temps et se retire. Sans arrestations. Puis vers 21 h, dans Bedya et Yasouf, au nord-ouest, idem.

    Vers 15 h 30, incursion dans Ematin, à l’est de Qalqilya. Pas d’arrestations également.

    Lundi 2 août

    Région d’Hébron : vers 1 h du matin, les FOI entrent dans Sourif, au nord-ouest d’Hébron, elles pénètrent dans certaines maisons et arrêtent un Palestinien, Jihad Mahmoud al-Hour, 18 ans. Au même moment, incursion dans Sa’ir, au nord-est de la ville, sans arrestations.

    Près de Naplouse, à ‘Ourif, l’armée pénètre dans des maisons et arrête un Palestinien et son fils :

    1. Khaled Yousef Shurrab, 44 ans, et
    2. Diaa’ Khaled Shurrab, 20 ans.

    Vers 2 h, dans la ville de Bethléhem, l’armée cible différentes maisons et arrête Haitham Mohammed Khlaifat, 25 ans. Une heure plus tard, elle est dans Jenata, à l’est de la ville, perquisitionne la maison de Nasri Kamel al-‘Asakra. Elle force la famille à sortir et s’occupe de photographier la maison, pour se retirer ensuite. Sans arrestations.

    Incursion dans la ville de Salfit, vers 4 h 30, l’armée patrouille dans les rues de la ville avant de se retirer. Vers 13 h, elle arrive à Marda, au nord de Salfit, même opération. Et dans l’après-midi, vers 16 h 30, c’est le village d’al-Zawia, au nord-ouest de Salfit qui voit l’armée se déployer dans les rues, arrêter et interroger les civils palestiniens pour se retirer un peu plus tard.

    Vers 15 h 30, elle arrête 3 mineurs palestiniens du village de Bil’in, à l’ouest de Ramallah, alors qu’ils se trouvaient dans la zone d’al-Laimoun, près du mur d’annexion. L’armée prétend que c’est une zone militaire fermée. Les jeunes sont :

    1. Majdi Mohammed Bernat, 14 ans,
    2. Mo’tassem ’Ali Mansour, 14 ans, et
    3. Mahmoud ’Alaa’ Samara, 13 ans.

    Dans le même secteur, à Jafna, au nord de Ramallah, des soldats de l’occupation, déguisés en arabe, entrent dans le village. Deux d’entre eux font irruption dans le café Internet dans le centre du village et arrêtent FAdi Sidqi Wish’ha, 24 ans. Peu après, des véhicules de l’armée entrent à leur tour dans le village et embarquent Wish’ha vers une destination inconnue.

    Mardi 3 août

    Minuit environ, dans la région d’Hébron, l’armée entre dans Kharas, au nord-ouest : raid, fouilles de maisons, et arrestation de Ghaleb ‘Abdul FAttah ‘Atwan, 47 ans.

    Puis vers 1 h, c’est le tour d’‘Azzoun, à l’est de Qalqilya où l’occupant arrête 12 civils palestiniens, dont 5 mineurs :

    1. Mohammed ’Ali Radwan, 17 ans,
    2. Hamdallah Ahmed Saleem, 28 ans,
    3. Mohammed Ahmed Saleem, 32 ans,
    4. Mustafa Hassan Saleem, 17 ans,
    5. Eihab Jamal ’Abdullah, 19 ans,
    6. ’Abdul ’Aziz Shaher Saleem, 19 ans,
    7. Aws Wassef Radwan, 18 ans,
    8. ’Emad As’ad Radwan, 46 ans, relâché dans la soirée,
    9. Ahmed Saber Radwan, 16 ans,
    10. Mahmoud Nidal Saleem, 13 ans, relâché dans la soirée,
    11. Mujahed Saber Radwan, 22 ans, et
    12. Mohammed Yousef Shbaita, 16 ans.

    Vers 5 h, incursion dans Salfit, l’armée patrouille dans la ville, photographie le bâtiment du Service de sécurité préventive palestinien et quitte la ville.

    Mercredi 4 aôut

    Au nord de Tulkerem, l’armée d’occupation entre dans Deir al-Ghossoun et ‘Attil, et dans Bal’a à l’est. Elle patrouille dans les villages pour se retirer deux heures plus tard. Sans arrestations.

    Près de Jéricho, vers 2 h 30, dans al-‘Ouja, l’armée entre dans certains maisons et remet des convocations pour interrogatoire à 3 Palestiniens : Ma’ali Nasser Ma’ali, 18 ans, Marwan Sa’ed Rumain, 19 ans et Tha’er Mahmoud Jarhoud, 21 ans.

    Et vers 4 h, c’est dans al-Tireh, un quartier de Ramallah que l’armée opère, elle entre dans un immeuble de 4 étages appartenant à la famille d’Abu ‘Absa et en fouille le second. Elle arrête Mohammed Abu ‘Ajaj, 30 ans.

    2 - Usage d’une force démesurée contre les manifestations non violentes protestant contre la colonisation et la construction du mur d’annexion

    Durant cette dernière semaine, les FOI ont continué d’utiliser la force contre les manifestations hebdomadaires non violentes organisées par les Palestiniens avec des internationaux et Israéliens défenseurs des droits humains. Un Palestinien et 2 internationaux ont été blessés ; de nombreux civils, dont 2 journalistes, ont souffert des inhalations des lacrymogènes, d’autres des coups reçus par les soldats. Les FOI ont également arrêté un mineur palestinien et un militant israélien.

    Le vendredi 30 juillet, à Bil’in, près de Ramallah après la prière, les Palestiniens avec des internationaux et des Israéliens, dont Mr Paolo Sionfi, président du parlement de l’Etat du Brésil, la chanteuse britannique Kareen Dennis, le chanteur US Marcel Cartier, une délégation espagnole de 45 membres et une délégation allemande de 30 membres, se dirigent en manifestation vers le mur d’annexion qui traverse le village. Aussitôt, et comme chaque semaine, l’armée tire sur cette manifestation non violente, à balles caoutchouc, lance des lacrymogènes et des bombes sonores. Conséquence : Mohammed Shawkat al-Khatib, 18 ans, est touché d’un corps de lacrymogène à l’épaule gauche, et un international, non identifié, est touché de la même manière au pied. Plusieurs des manifestants souffrent des lacrymogènes et des coups reçus.

    A Ni’lin, également à l’ouest de Ramallah, la même manifestation non violente est organisée le même jour et comme chaque semaine contre le mur d’annexion ; l’armée réagit avec la même brutalité.

    A Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah, ce même vendredi, les Palestiniens, internationaux et Israéliens se dirigent vers les terres confisquées dans le secteur entre les villages de Nabi Saleh et Deir Nizam. Quand ils arrivent à proximité des terres volées au profit de la colonie Halmish, l’armée réagit avec la même violence. Elli Kid, 23 ans, militant britannique, est touché par un corps de grenade à la jambe droite, de nombreux manifestants souffrent des gaz, d’autres de contusions. L’armée arrête également Waleed Daifallah al-Tamimi, 13 ans, et Ben, 21 ans, militant israélien, et les relâche une heure plus tard.

    Beit Ummar, près d’Hébron, comme chaque semaine, une manifestation est organisée le samedi 31 juillet avec le triptyque Palestiniens, internationaux, Israéliens, contre les terres confisquées par l’occupant pour les annexer à la colonie de Karmi Tsur. L’armée attaque la manifestation. 5 civils, dont un mineur, une femme et deux journalistes sont blessés :

    1. ’Aamer Mahmoud ’Aabdin, 31 ans, cameraman de Palmedia, blessé au bras et à l’épaule gauches, et couvert de contusions,
    2. ’Abdul Hafiz Diab al-Hashlamoun, 43 ans, cameraman d’Associated Press, souffre de contusions dans le dos et les membres,
    3. Ahmed Khalil Abu Hashem, 43, secrétaire du Comité contre les colonies à Beit Ummar village, souffre de l’inhalation des gaz,
    4. Mohammed Ahmed Khalil Abu Hashem, 16 ans, qui a perdu connaissance, et
    5. Hiba Mohammed Abu Maria, 20 ans, qui a perdu connaissance également.

    3 - Exécution extrajudiciaire

    Durant cette semaine, les FOI ont abattu par exécution extrajudiciaire un militant des Brigades ‘Izzidin al-Qassam (la branche armée du Hamas) dans le centre de la bande de Gaza. La personne ciblée avait déjà été victime de plusieurs tentatives extrajudiciaires, la dernière datant de la dernière offensive israélienne contre la bande de Gaza, qui avait tué son épouse et ses cinq enfants.

    D’après l’enquête menée par le PCHR : vers minuit et demi, le samedi 31 juillet, des avions israéliens tirent un missile sur une bande de terre clôturée par une barrière en fer blanc. Il s’y trouve ‘Isa Abdul Hadj al-Batran, 40 ans, membre des Brigades Izzidin al-Qassam. La terre est située dans la zone d’Abu Jebba dans le camp de réfugiés d’al-Nusseirat, à l’ouest de la rue Salah el-Deen, dans le centre de la bande de Gaza. Mr al-Batran est tué dans l’attaque, qui également détruit des bâtiments habités et une voiture.

    4 - Maintien du siège sur les TPO

    Israël maintient un siège très serré sur les TPO et ses restrictions des déplacements des Palestiniens, dans la bande de Gaza comme en Cisjordanie, dont Jérusalem-Est occupée.

    Bande de Gaza

    Cisjordanie

    A Jérusalem, les mêmes restrictions sont appliquées et des milliers de Palestiniens ne peuvent toujours entrer dans la ville. Les restrictions sont encore plus drastiques les vendredis, jours de prière, pour empêcher davantage de Palestiniens d’aller prier à la mosquée al-Aqsa. Le vendredi matin 30 juillet notamment, des restrictions plus sévères sont imposées, des centaines de soldats et policiers se sont déployées dans les rues et un hélicoptère survole un moment le secteur pour observer le mouvement des civils palestiniens. Vers 19 h, le lundi 2 août, les FOI ferment le check-point de Qalandya, au nord de Jérusalem, direction Ramallah et le nord de la Cisjordanie, ceci après qu’un soldat israélien se soit fait tirer dessus.

    Dans la région de Naplouse, mêmes restrictions. Dimanche matin, 1er août, l’armée en poste à Huwara, un check-point au sud de Naplouse, intensifie les mesures de restrictions.

    Ramallah, même situation. De nombreux check-points volants sont posés chaque semaine sur des différents points du secteur. Jeudi 29 juillet à 8 h, un barrage volant est posé par l’armée à l’entrée de Senjel, au nord de Ramallah. Vers 8 h 30 du même jour, l’armée revient sur le check-point d’‘Attara, à l’entrée nord de Bir Zeit ; le lundi midi, 2 août, retour sur ce même check-point.

    Lundi 2 août, vers 22 h, l’armée monte un barrage sur la route de Tulkarem à Naplouse, près de l’usine d’al-Tanib. Vers 21 h, sur la route de Tulkarem à Qalqilya, près du carrefour de Kufor Sour, et le 4 août, le mercredi, vers 1 h, un barrage est posé sur la route d’al-Kafriyat, au sud.

    Région de Qalqilya, au nord-est de la Cisjordanie, vers 7 h, dimanche 1er août, barrage volant près du secteur d’al-Mentar, direction ‘Azzoun. Une demi-heure plus tard, les soldats sur ce check-point arrêtent un tracteur qui transporte des matériaux de construction. Ils demandent au conducteur, Ahmed Mohammed ‘Edwan, 28 ans, de montrer les papiers du tracteur, mais il leur dit qu’il ne les a pas. Ils lui ordonnent alors de placer le tracteur derrière leurs véhicules. Ils démontent le check-point et ordonnent au conducteur du tracteur de les suivre jusqu’au poste militaire près de l’entrée est de Qalqilya. Là, ils confisquent le tracteur et ordonnent au conducteur de quitter le secteur.

    Vers 15 h 30, le même jour, nouveau barrage volant au carrefour de Jeet, à l’est de Qalqilya.

    Près de Jéricho, le vendredi 30 juillet, vers 15 h, barrage volant sur la route qui relie la ville à Ramallah. Vers 19 h 30, autre barrage à l’entrée du village d’‘Ein al-Dyouk, au nord de Jéricho.

    Arrestations sur les check-points militaires

    Le mercredi 28 juillet, sur le check-point de Za’tara, au sud de Naplouse, l’armée arrête Mo’avad ‘Abdullah ‘Abbas, 35 ans, chauffeur de taxi, du village de Faqqou’a à l’est de Jénine.

    Samedi madin, 31 juillet, au carrefour de Jaba’, au nord-est de Jérusalem, arrestation de ‘Abdul ‘Aziz Waleed al-Swaiti, 22 ans, du village de Beit ‘Awa, au sud-ouest d’Hébron.

    5 - Mesures visant à créer une majorité démographique juive dans Jérusalem

    L’escalade dans ces mesures violant de façon flagrante les droits des Palestiniens pour les chasser de Jérusalem-Est a amené le PCHR à consacrer cette section de son rapport hebdomadaire.

    -  Le jeudi 29 juillet, vers 1 h du matin, au moins 40 colons israéliens armés, du groupe d’Atiorat Kohanim, envahit un immeuble de deux étages appartenant à la famille Qarrash, où vivent 9 familles soit 49 personnes, dont 22 enfants, dont la majorité est sortie à ce moment-là. Les colons, escortés par la police israélienne, pénètrent par effraction dans l’immeuble. La famille dépose plainte devant un tribunal israélien qui ordonne l’évacuation des colons. La police israélienne atermoie au lieu de faire exécuter la décision du tribunal, et les colons peuvent faire appel ; et la décision de première instance est suspendue. Ces juifs se prétendent propriétaires du bâtiment depuis 1987. Or, la famille qui avait déjà saisi la justice israélienne a été reconnue propriétaire de l’immeuble en 2000 et en 2008.

    -  Le tribunal central israélien de Jérusalem a rejeté la plainte déposée par un certain nombre de Palestiniens, détenteurs de cartes d’identité de l’Autorité nationale palestinienne et vivant dans la banlieue de Jérusalem, à al-Salam et ‘Anata, au nord de la cité, contre une décision israélienne pour les expulser de leurs maisons et de leurs terres. Le tribunal prétend que la présence de ces plus de 60 familles, représentant environ 500 personnes, est illégale dans ce secteur étant donné qu’il fait partie de Jérusalem, que les gens peuvent aller à Ramallah et qu’ils n’ont pas l’autorisation d’être la région.

    -  Depuis des années, le ministère israélien des Transports travaille à la mise en place d’un réseau ferré urbain pour relier les colonies israéliennes à Jérusalem-Est. La ligne passe à travers Shu’fat et Beit Hanina, villes au nord de Jérusalem. Il sera ouvert l’année prochaine. Dans le cadre de sa préparation, dimanche et lundi, 1er et 2 août, le ministère a fait circuler expérimentalement le tramway dans Shu’fat, malgré les protestations des Palestiniens, le projet constituant une agression contre leurs propriétés, contre leurs intérêts environnementaux et économiques, et contre la continuité géographique de la Cisjordanie, et ils ne les dessert pas. Le tramway à Shu’fat divise la ville en deux. L’opération expérimentale a perturbé la circulation dans la région.


    6 - Colonisation et agressions des colons contre les Palestiniens et leurs biens

    La colonisation de la Cisjordanie se poursuit en toute illégalité, et au vu de tous.

    -  Le vendredi 30 juillet, vers 14 h 20, des dizaines de colons israéliens de la colonie Brakha, au sud de Naplouse, agressent les maisons en périphérie du village de Bourin, et mettent le feu à de vastes secteurs d’oliveraies dans les zones d’al-Juhair et ‘Ein al-Sharqiya. Au moins 100 oliviers avaient brûlé avant que les Palestiniens de la Défense civile puisssent circonscrire l’incendie. Les FOI ont lancé des grenades lacrymogènes sur les Palestiniens et les équipes de la Défense civile. Deux agents de cette dernière souffrent de l’inhalation des gaz : Sami ‘Omran, 30 ans, et Shadi al-Zeben, 29 ans.

    Dans son témoignage au PCHR, RAkhaa ‘Abdul Ra’ouf ‘Eid, responsable de la défense civile, déclare :

    «  Vers 14 h 20, le vendredi 30 juillet, alors que je suis en service, nous recevons un appel téléphonique nous informant qu’un feu a pris dans des oliviers et des herbes dans la zone d’al-Juhair, à l’est de Bourin. Immédiatement, un véhicule anti-incendie part pour le village. Le camion est conduit par Mohammed ‘Omran, accompagné par l’agent Sarni ‘Omran. Ils arrivent sur la zone et voient environ 20 colons qui mettent le feu au secteur. Ceux-ci se mettent à lancer des pierres sur notre camion anti-incendie. Nous contactons le Département de liaison palestinien l’informant de ce qui se passe. Environ 20 minutes plus tard, alors que les agents de la Défense civile s’efforcent d’éteindre le feu, des véhicules militaires israéliens arrivent sur les lieux et s’arrêtent près des colons. Les soldats israéliens lancent des grenades lacrymogènes et des bombes assourdissantes sur les gens de la Défense civile et les villageois qui sont venus les aider à lutter contre l’incendie. Un agent de la DC, Sami ‘Omran, souffre d’avoir respiré les lacrymogènes.

    Dans le même temps, nous recevons un appel téléphonique qui nous informe qu’un autre feu a éclaté dans le secteur d’‘Ein al-Sharqiya. L’agent Shadi al-Zeben, 29 ans, et moi-même nous rendons en voiture sur place. Quand nous arrivons, les troupes israéliennes nous lancent des grenades lacrymogènes et des assourdissantes. L’agent al-Zeben souffre de l’inhalation des gaz. Il est soigné par une équipe médicale du Croissant-Rouge palestinien et ramené ensuite chez lui. Nous revenons au centre des pompiers une fois qu’on a réussi à éteindre le feu qui a brûlé au moins 100 oliviers ; nous avons pu en sauver au moins 140. Quand nous arrivons au centre, on nous a dit qu’un autre incendie s’est déclaré vers al-Juhair, à cause des grenades lacrymogènes et des bombes assourdissantes lancées par les troupes israéliennes. Nous allons là-bas, mais les soldats nous empêchent d’arriver jusqu’aux flammes. Nous appelons à nouveau le Département de liaison palestinien et 10 minutes plus tard, nous sommes autorisés à aller sur place et nous pouvons éteindre l’incendie. »

    -  Le lundi 2 août, vers 6 h, les FOI entrent dans la zone d’al-Baq’a, à l’est d’Hébron. vers 7 h, elles commencent à démonter les canalisations d’irrigation sur trois terrains, appartenant à Badran Bader Jaber. Les FOI confisquent aussi toutes les canalisations démontées et de nombreux jeunes arbres. Durant l’opération, les troupes israéliennes ont frappé avec violence Jaber, son épouse, sa fille, son fils, Wadee de 16 ans, et son beau-frère, Mohammed Musbah al-Ja’bari, 37 ans. Elles arrêtent le fils et le beau-frère. Elles frappent et arrêtent ce dernier sous les yeux mêmes de son enfant de 4 ans, qui pleurait et implorait les soldats israéliens de ne faire de mal ni arrêter son père. Aussitôt après, les FOI se rendent sur le terrain voisin qui appartient à ‘Azzam Mohammed Jaber et démontent les canalisations et arrachent des mètres de tuyaux utilisés pour l’irrigation, confisquent une machine pour arroser par vaporisation, et vandalisent des centaines de jeunes pousses appartenant à Badran Jaber. Elles démontent encore environ 5 000 mètres de canalisations utilisées pour l’irrigation et d’autres jeunes arbres. Cette agression contre la famille de Badran Jaber est la quatrième en 10 mois.

    -  Ce même lundi, la municipalité israélienne de Jérusalem approuve la construction de 40 logements dans la colonie de Pisgat Ze’ev Mizrah. Selon des sources israéliennes, la Commission d’urbanisme et du logement de la municipalité a approuvé la construction de 4 immeubles, chacun comprenant 10 appartements, dans le cadre d’un projet plus large de construction de 220 logements dans le secteur. Il faut indiquer que la construction des 32 autres logements avait été approuvée deux semaines plus tôt.

    -  Selon un rapport de l’organisation israélienne, La Paix Maintenant, on a commencé au cours des mois passés la construction de 390 logements en Cisjordanie, alors que c’est la période du gel provisoire des activités de colonisation. Ce nombre inclut 223 logements en dur et 167 mobil-homes. Ainsi, le nombre de logements en construction durant cette période de gel provisoire monte à 603. Ces logements sont construits dans les colonies suivantes : 180 dans Bitar Elite, 62 dans Burkan, 1 dans Binreh, 60 dans Sha’ari Tikva, 40 dans Givat Ze’ev, 24 dans Matsbe Yericho, 22 dans Ariel, 21 dans Ma’le Adumin, 20 dans Kfar Etzion, 18 dans Kfar Adomin, 12 dans Eitamar, 11 dans Elli, 9 dans Uranit, 9 dans Tsufin, 7 dans Bitar Elite, 6 dans Alkana, 6 dans Fdu’el, 5 dans Eliazer, et 5 dans Yakir.


    (JPG) Document public

    Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de nous contacter à notre bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).


     
     

    Rapport hebdomadaire pour la période du 29 juillet au 4 août 2010 : PCHR
    traduction pour ce qui concerne Gaza : Jacques Salles, et la Cisjordanie, JPP

     

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :