• Rapport sur les violations israéliennes des droits humains

    jeudi 30 juin 2011 - 17h:04

    PCHR du 23 au 29 juin 2011



    Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).

    Durant la semaine du 23 au 29 juin :

    • les FOI ont continué d’user la violence contre les manifestations pacifiques en Cisjordanie :
      • un Palestinien a été blessé ;
      • 2 militants des droits de l’homme et 6 Palestiniens ont été arrêtés ;
    • des navires israéliens ont ouvert le feu sur des bateaux de pêche dans la bande de Gaza :
      • un bateau de pêche a été endommagé et
      • 2 pêcheurs ont été arrêtés, et libérés par la suite ;
    • les FOI ont conduit 31 incursions dans les communautés palestiniennes de Cisjordanie :
      • elles ont arrêté 21 Palestiniens, dont 7 mineurs, un député du Conseil législatif palestinien, un militant des droits de l’homme et un journaliste ;
    • Israël a maintenu son siège total sur les TPO et l’isolement de la bande de Gaza du monde extérieur :
      • les FOI ont arrêté 3 Palestiniens sur les check-points militaires en Cisjordanie ;
      • elles ont arrêté un jeune homme handicapé physique au passage frontalier de Beit Hanoun (Erez), dans la bande de Gaza ;
    • les FOI ont poursuivi leurs activités de colonisation de la Cisjordanie et les colons israéliens leurs agressions contre les Palestiniens et leurs biens :
      • au moins 100 tombes ont été rasés par les bulldozers dans un cimetière à Jérusalem-Est ;
      • les FOI ont démoli deux basses-cours dans le village d’Arab al-Rashaida, près de Bethléhem ;
      • elles ont saisi un terrain près d’Hébron pour y construire une piste pour avions ;
      • elles ont détruits des réseaux d’irrigation près d’Hébron ;
      • elles ont arraché 300 oliviers à Deir Estia, près de Salfit.

    (JPG)

    Des soldats israéliens en train d’arrêter un militant des droits de l’homme pendant une manifestation contre la construction du mur d’annexion à Nabi Saleh, près de Ramallah.


    Violations israéliennes recensées durant la semaine du 23 au 29 juin 2011

    Incursions dans les zones palestiniennes et attaques contre les civils palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

    Jeudi 23 juin

    Une heure du matin, les FOI entrent dans Burham, au nord-ouest de Ramallah, patrouillent dans les rues quelques temps et se retirent.

    1 h 30, incursion dans Madama, au sud de Naplouse, où l’armée fait un raid sur la maison d’Asadallah Wajeeh al-Qit, 23 ans, et l’arrête.

    3 h, les FOI entrent dans Abu Dis, à l’est de Jérusalem. Elles pénètrent chez Hussam Taleb Jaffal, 19 ans, et l’arrêtent. Les soldats le rouent de coups alors qu’il souffre déjà de graves problèmes de santé suite à un accident de voiture.

    6 h, les vedettes gardes-côtes à l’ancre au large de Rafah ouvrent le feu sur Mohammed Mohammed al-Bardawil, 22 ans et sur son frère Isma’il, 18 ans, à bord de leur bateau alors qu’ils sont en pêche à 2,8 miles de la côte. Le moteur est touché et hors d’usage et la coque est sérieusement endommagée. Les 2 pêcheurs sautent à l’eau et nagent en direction de la vedette israélienne. Il sont capturés et conduits à Ashdod où ils sont interrogés par un officier de la marine israélienne qui les relâche vers 19 h.

    10 h 30, incursion dans Raba, au sud-est de Jénine. L’armée fait irruption dans de nombreuses maisons et convoquent 8 Palestiniens pour interrogatoire, dont un mineur.

    17 h, dans Beit ‘Aur al-Tahta, à l’ouest de Ramallah.

    Vendredi 24 juin

    11 h, l’armée d’occupation entre dans Jainsafout, à l’est de Qalqilya, patrouille dans les rues, interpelle et questionne les Palestiniens. Puis se retire.

    13 h 45, incursion dans Hijja, à l’est de Qalqilya.

    13 h 50, dans Baqat al-Hatab, au nord-est de Qalqilya.

    15 h, dans Beit Siera, à l’ouest de Ramallah.

    Dans l’après-midi, les FOI, accompagnées d’un détachement clandestin, entrent dans Silwan, au sud de la vieille ville de Jérusalem. Elles tentent de prendre d’assaut une tente de sit-in dans le quartier d’al-Bustan. De nombreux Palestiniens se rassemblent et lancent des pierres sur l’occupant pour l’empêcher d’agresser la tente. Aussitôt, les soldats israéliens lancent des lacrymogènes sur tout le secteur.

    Ils arrêtent également ‘Ali Sabri Abu Diab, 15 ans.

    21 h 30, incursion dans Bir Zeit, au nord de Ramallah.

    Samedi 25 juin

    2 h 55, les FOI entrent dans Yasouf, à l’est de Salfit. Elles font irruption au domicile de Tha’er Na’im ‘Obaid, 20 ans, et le convoquent pour interrogatoire.

    9 h, incursion dans Kharabtha al-Misbah, à l’ouest de Ramallah, où l’armée se met à patrouiller dans les rues. De jeunes Palestiniens se regroupent et lancent des pierres sur les véhicules de l’occupant. Aussitôt, les Israéliens tirent à balles caoutchouc, lancent des lacrymogènes et des bombes assourdissantes sur les enfants. Nombre d’entre eux souffrent de l’inhalation des gaz.

    21 h, incursion dans le camp de réfugiés d’‘Ein al-Sultan, au nord-ouest de Jéricho.

    23 h 30, incursion dans Jéricho.

    Dimanche 26 juin

    Minuit, les FOI entrent dans ‘Izbat al-Jarad, un village à l’est de Tulkarem. Bilal Mahmoud al-Hatta, 28 ans, chauffeur de taxi, remarque des véhicules militaires israéliens, garés devant une maison près de chez lui, alors qu’il rentre à son domicile. Il voit des soldats israéliens discuter avec un vieille voisine à lui, aussi il se dirige vers eux. Les soldats lui ordonnent d’aider sa voisine à ouvrir la porte du garage de sa maison et il le fait. Les soldats s’emparent alors d’une voiture avec une plaque d’immatriculation israélienne, prétendant qu’elle a été volée. Ils arrêtent aussi al-Hatta.

    3 h, incursion dans Sa’ir, au nord-est d’Hébron. L’armée opère sur la maison d’‘Omar Mahmoud Jaradat, 17 ans, et l’arrête.

    7 h, les mêmes vedettes que le jeudi 23, stationnées au large de Beit Lahiya, font feu sur des bateaux en pêche. Pour leur sécurité les pêcheurs rentrent à terre. Pas de victime.

    11 h, incursion dans Nabi Elias, à l’est de Qalqilya.

    12 h 15, dans Ematin, au nord-est de Qalqilya.

    17 h 15, dans al-Mentar, au nord d’‘Azzoun qui se trouve à l’est de Qalqilya. L’armée patrouille dans le secteur et interpelle Mohammed Sameer Abu Haniya, 17 ans, le retenant jusqu’à 18 h.

    Dans la soirée, les FOI entrent dans al-‘Eisswaiya, au nord-est de Jérusalem, et se mettent à tirer au hasard des lacrymogènes et des bombes assourdissantes.

    Conséquences : ‘Ali ‘Awni Abu Ghoiush, 15 ans, et Ahmed Ra’ed Mhaisen, 15 ans, souffrent de brûlures. Et sont arrêtés.

    Lundi 27 juin

    1 h du matin, les FOI entrent dans al-Hajri, au sud d’Hébron, font irruption dans la maison de Midhat Mohammed al-Titi, 18 ans, et l’arrêtent.

    2 h, dans Bal’a, à l’est de Tulkarem. L’armée opère sur la maison de Mohammed ‘Abdul Rahim Mansour, 50 ans, et l’arrête. Elle se saisit aussi de son ordinateur portable et de son téléphone portable.

    Il faut indiquer que Mansour a déjà été emprisonné par les Israéliens pendant 28 ans.

    Mardi 28 juin

    Minuit, les FOI entrent dans ‘Azzoun, à l’est de Qalqilya, opèrent sur un certain nombre de maisons et arrêtent 5 Palestiniens, dont 2 mineurs :

    • Ahmed Bassem Shbaita, 17 ans ;
    • Ma’th Bilal Swaidan, 19 ans ;
    • ‘Omtham Sameer Saleem, 22 ans ;
    • Yousef Hassan Shbaita, 49 ans, et
    • Sameer Saher Saleem, 13 ans.

    1 h, incursion dans le quartier de Khillat Hadour, dans l’est d’Hébron. L’armée fouille la maioson d’Ussama Naji al-Hashlamoun, 22 ans, et l’arrête.

    2 h 15, dans le quartier de Rafidya, dans l’ouest de Naplouse. Les FOI interviennent sur deux maisons, de Fu’ad Nazem al-Khuffash, 36 ans, et de Firas Ahmed Jarrar, 37 ans, et les arrêtent tous les deux.

    2 h 15, dans Kufor Qallil, à l’est de Naplouse. L’armée fouille la maison de Nawaf Ibrahim al-‘Aamer, 49 ans, qui est journaliste, et l’arrête.

    2 h 30, dans Salfit. L’armée investit et fouille la maison de Nasser ‘Abdul Jawad, député du Conseil législatif palestinien au groupe Changement et Réforme, affilié au Hamas, et l’arrête.

    3 h, dans le quartier de Jabl Jouhar, dans le sud-est d’Hébron, où l’armée opère sur la maison de Adham Mohammed al-‘Ajlouni, 24 ans, et l’arrête.

    11 h, du haut de leurs miradors situés à la frontière à l’est de Beit Hanoun au nord de la bande de Gaza, les FOI font feu sur une manifestation pacifique constituée de militants palestiniens et internationaux : 80 personnes dont 6 membres de la solidarité internationale, 13 membres de l’initiative locale de Beit Hanoun, 15 journalistes, 10 agriculteurs et 40 jeunes. Ces derniers faisaient voler leurs cerf-volants sur lesquels des slogans appelaient à la liberté pour la jeunesse palestinienne et à la levée du siège de Gaza. Quand les manifestants se sont approchés de quelque 500 mètres de la frontière, les FOI ont ouvert le feu. Pas de victimes

    Mercredi 29 juin

    Minuit et demi, les FOI entrent dans Housan, à l’ouest de Bethléhem, fouillent la maison de Na’el Wa’el Shahin, 17 ans, et l’arrêtent.


    Usage d’une force démesurée contre les manifestations non violentes protestant contre la colonisation et la construction du mur d’annexion

    Durant la dernière période, les FOI ont continué d’user de la violence face aux manifestations non violentes des Palestiniens, militants internationaux et israéliens, contre la construction du mur et la colonisation.

    Un Palestinien a été blessé. De nombreux autres Palestiniens et internationaux ont inhalé les lacrymogènes, ou pris des coups par l’occupant. Celui-ci a également arrêté deux militants israéliens, et 6 Palestiniens.

    Bil’in, à l’ouest de Ramallah : le vendredi 24 juin, après la prière, la manifestation non violente est organisée comme chaque semaine par les Palestiniens et les militants internationaux et israéliens, pour protester contre la construction du mur israélien qui vole les terres du village. Le Dr Salam Fayad, Premier ministre palestinien à Ramallah, et Mr Mohammed Baraka, membre de la Knesset israélienne, participent à la manifestation.

    Les soldats postés dans le secteur tirent. Samer Mohammed Bernat, 36 ans, est touché par une grenade lacrymogène au pied droit. En outre, de nombreux manifestants souffrent de l’inhalation des lacrymogènes, et des coups violents des soldats de l’occupation.

    Ni’lin, à l’ouest de Ramallah : le vendredi 24 juin, la manifestation non violente hebdomadaire des Palestiniens, avec des militants des droits de l’homme étrangers, se dirige vers le mur d’annexion. L’affrontement a lieu avec l’occupant posté près du mur. De nombreux manifestants souffrent des lacrymogènes.

    Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah : vendredi 24 juin, des dizaines de Palestiniens, d’internationaux et Israéliens organisent la manifestation non violente hebdomadaire contre la confiscation de terres palestiniennes au profit des colons de Halmis dans le secteur de Wad al-Raya, entre les villages de Nabi Saleh et Deir Nizam. Quand les manifestants tentent d’atteindre les terres en question, l’armée tire. De nombreux manifestants souffrent d’avoir respiré les gaz.

    Arab al-Ramadin, au sud-ouest d’Hébron : le lundi 27 juin, les FOI se servent de la violence pour disperser des volontaires et agriculteurs qui travaillent sur des cultures palestiniennes menacées par la colonisation dans le village. D’après l’enquête du PCHR, les soldats israéliens s’étaient déjà déployés dans le secteur, c’est-à-dire sur 200 dunums (20 ha) de terres cultivées et qui ont été enclos par les colons israéliens pour les annexer à leur colonie Ashkilot.

    L’occupant attaque violemment les agriculteurs palestiniens et volontaires. Il arrête aussi 6 Palestiniens. Les FOI prétendent que ces civils avaient résisté à l’armée israélienne et menacé un colon. Les personnes interpellées sont :

    • Mohammed ‘Ali Hantash, 61 ans ;
    • Tamer Msayef al-Atrash, 25 ans ;
    • Jamal Mohammed Zamel, 53 ans ;
    • Isma’il Nassar Zamel, 24 ans ;
    • Majdi Shihda Zamel, 42 ans, et
    • Aktham Shihda Zamel, 36 ans.


      Maintien du bouclage des TPO

    Israël continue d’imposer un bouclage serré sur les TPO et ses restrictions à la liberté de déplacements des Palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, dont Jérusalem-Est occupée.

    Bande de Gaza

    Mouvements des personnes et des biens aux postes frontière

    Rafah International

    Le chargé des passages à la frontière, Hatem ‘Owida, a déclaré le dimanche 26 juin qu’une nouvelle procédure était initiée ce jour-là pour faciliter les mouvements des urgences. Il a demandé à celles et ceux qui avaient déjà fait leurs formalités auprès du ministère de l’Intérieur de confirmer leur enregistrement munis des documents nécessaire. ‘Owaida a précisé que les urgences incluaient les gens munis d’un passeport étranger, les visiteurs, les étudiants, ceux qui ont un permis de séjourner à l’étranger, ceux munis d’un visa pour l’étranger et les patients. Il a ajouté que le problème du poste frontière de Rafah était le très grand nombre de gens voulant voyager. Il estime à 20 000 le nombre de ceux qui vont se déplacer dans les trois mois qui viennent. Des discussions sont en cours avec la partie égyptienne pour augmenter la capacité de passages à ce poste frontière.

    Date  :
     :
    Palestiniens
    sortant
     :
     :
    Palestiniens
    entrant
     :
     :
    Palestiniens refoulés
    dans Gaza
    22 juin  : 520  : 514  : 12
    23 juin  : 649  : 659  : 18
    24 juin  :
     :
     :
    25 juin  : 459  : 981  : 23
    26 juin  : 485  : 738  : 12
    27 juin  : 409  : 974  : 4
    28 juin  : 474  : 856  : 18

    Karm Abu Salem (Kerem Shalom)

    Date  : Importations Qté  : Exportations Qté
    22 juin  : denrées alimentaires 1008 tonnes  :


     :
    192 vaches  :


     : matériel agricole 1829 tonnes  :


     : denrées diverses 859 tonnes articles divers  :


     :
    1056 caisses de vêtements  :


     :
    180 machines à laver  :


     :
    119 réfrigérateurs  :


     :
    716 caisses de chaussures  :


     :
    520 panneaux de verre  :


     : gaz domestique 134,78 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNRWA 240 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 28 tonnes  :


     : agrégats pour l’ANERA 2240 tonnes  :


     : ciment pour le Sce des Eaux 372 tonnes  :


     : nourritures animales 1170 tonnes  :


     : paille 560 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : aide humanitaire 3611 tonnes  :


     :

     :

    23 juin  : denrées alimentaires 1163 tonnes  :


     : matériel agricole 1401 tonnes  :


     : denrées diverses 963 tonnes articles divers  :


     :
    215 réfrigérateurs  :


     :
    99 pylônes électriques  :


     :
    1917 caisses de vêtements  :


     :
    48 machines à laver  :


     :
    660 panneaux de verre  :


     :
    80 citernes à eau  :


     :
    30 voitures  :


     : gaz domestique 114,81 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNRWA 1610 tonnes  :


     : agrégats pour le Sce des Eaux 90 tonnes  :


     : céréales 195 tonnes  :


     : nourritures animales 1170 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : aide humanitaire 2215 tonnes  :


     :

     :

    26 juin  : denrées alimentaires 928 tonnes  :


     : matériel agricole 691 tonnes  :


     : denrées diverses 911 tonnes articles divers  :


     :
    214 caisses de vêtements  :


     :
    1046 caisses de chaussures  :


     :
    174 réfrigérateurs  :


     :
    242 machines à lavere  :


     :
    28 groupes électrogènes  :


     :
    110 citernes à eau  :


     : gaz domestique 136,99 tonnes  :


     : ciment pour l’UNRWA 400 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 153 tonnes  :


     : agrégats pour l’US Aid 1400 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : aide humanitaire 2447 tonnes  :


     :

     :

    27 juin  : denrées alimentaires 863 tonnes  :


     : matériel agricole 650 tonnes  :


     : denrées diverses 1142 tonnes articles divers  :


     :
    88 réfrigérateurs  :


     :
    1053 caisses de vêtements  :


     :
    1115 caisses de chaussures  :


     :
    520 panneaux de verre  :


     : gaz domestique 135 tonnes  :


     : ciments pour le Sce des Eaux 400 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNDP 2240 tonnes  :


     : céréales 546 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : aide humanitaire 3077 tonnes  :


     :

     :

    NDLR : il faut entendre par agrégats tout ce qui est du genre parpaings, bordures de trottoirs, matériaux nécessaires à la confections des chaussées ....

    Beit Hanoun (Erez)

    Population  : 22 juin - 23 juin - 24 juin - 25 juin - 26 juin - 27 juin - 28 juin
    Patients  : 28 40 2 0 38 45 35
    Accompagnateurs  : 24 36 2 0 35 39 32
    Palestiniens venant d’Israël  : 11 0 0 0 25 6 5
    Diplomates  : 0 7 0 0 1 0 0
    Presse  : 0 1 0 0 1 3 2
    Internationaux  : 27 47 15 0 8 30 41
    Gazaouis  : 1 6 0 0 8 1 0
    Gens d’affaires  : 55 55 0 0 63 60 60
    Réunions d’affaires  : 4 5 0 0 0 0 0
    Entretiens sécurité  : 0 0 0 0 0 1 4
    Personnalités  : 2 0 0 0 2 0 0
    Ambulances vers Israël  : 2 1 1 1 3 3 1
    Ambulances venant d’Israël  : 4 1 0 0 4 3 3


    Cisjordanie

    Un bouclage serré est maintenu sur toute la Cisjordanie. Pendant la semaine écoulée, des restrictions supplémentaires ont été imposées par l’occupant sur le passage des check-points par les Palestiniens, dans leur pays.

    Jérusalem : des milliers de Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza n’ont toujours pas accès à la ville. De nombreux check-points sont posés tout autour de la ville et à l’intérieur. Les restrictions sont souvent renforcées les vendredis, jours de prière, pour empêcher les Palestiniens musulmans d’aller prier à la mosquée d’Al-Aqsa, dans la vieille ville palestinienne.

    Ramallah :

    • jeudi 23 juin, 9 h, les FOI réassurent leur présence au check-point ‘Attara, au nord de Ramallah, elles stoppent les véhicules palestiniens et les fouillent ;
      • 10 h 30, elles montent un check-point à l’entrée de Beit Liqya, à l’ouest de Ramallah ;
    • vendredi 24 juin, 8 h, pose d’un check-point à l’entrée de Nabi Saleh, au nord-ouest ;
      • 14 h, un autre sous le pont d’‘Ein Yabroud, au nord-est
    • samedi 25 juin, 9 h 30, un check-point au carrefour de Beit ‘Aur, à l’ouest ;
    • dimanche 26 juin, 7 h 45, pose d’un check-point au carrefour d’ ‘Oyoun al-Haramiya, au nord de la ville, et
    • 9 h 30, un check-point au carrefoud de Beit ‘Aur à nouveau.

    Qalqilya :

    • jeudi 23 juin, les FOI posent 3 check-points autour de la ville ;
    • vendredi 24 juin, 1 h du matin, elles en montent un au carrefour de Jeet, au nord-est, et
    • dimanche 26 juin, 4 check-points autour de la ville.

    Jéricho :

    • samedi 25 juin, 15 h, les FOI montent un check-point à l’entrée d’‘Ein al-Dyouk, au nord de Jéricho.

    Arrestations sur les check-points militaires

    -  Jeudi 23 juin, 16 h 30, les soldats israéliens qui patrouille à proximité du mur d’annexion, à Bil’in, à l’ouest de Ramallah, arrêtent Ibrahim ‘Abdul Fattah Bernat, 30 ans.

    -  Jeudi 23 juin, 17 h 30, les FOI arrêtent Mousa Rafiq Abu Salah, 28 ans, alors que la voiture qu’il conduisait vient d’avoir un accident près du carrefour de Deir Sharaf, à l’ouest de Naplouse. Une ambulance israélienne arrive et l’évacue vers l’hôpital, sa voiture étant immatriculée avec une plaque israélienne. Quand les ambulanciers israéliens découvrent que le conducteur est palestinien, ils appellent les FOI et la police israélienne, qui l’arrêtent.

    -  Lundi midi, 27 juin, les soldats israéliens postés au check-point Container, près de Bethléhem, arrêtent Mohammed Nayef al-Shawabka, 43 ans, de Dura, au sud d’Hébron.

    Colonisation et agressions contre les Palestiniens et leurs biens par les colons

    La colonisation des TPO se poursuit. En toute violation du droit international, et à la vue de tous les États.

    -  Jeudi 23 juin, 10 h 30, les FOI entrent dans la zone de Wadi Hassasa, à l’est du village Arab al-Rashaida, à l’est de Bethléhem. Elles obligent les agriculteurs et bergers à s’éloigner des lieux. Vers 11 h 30, les FOI se mettent à démolir deux basses-cours, qui couvrent environ 72 m² et appartiennent à Ibrahim Mohammed Rashaida et ‘Ali Mohammed Rashaida. Ces démolitions sont exécutées sans avis préalables.

    -  Jeudi 23 juin, dans la soirée, les FOI se saisissent d’un tracteur appartenant à Mustafa Taha al-Manasra, 49 ans, du village de Wad Foukin, à l’ouest de Bethléhem. Selon les informations recueillies par le PCHR d’al-Manasra, il laboure une parcelle de terre dans la zone de Wadi al-Baqara, près de Housan, quand une jeep de l’armée israélienne arrive. Des soldats en descendent et lui ordonnent d’arrêter son travail, prétendant que cette terre est une terre d’État. Ils l’escortent, avec son tracteur, vers le poste militaire de Kfar Etzion, où ils confisquent le tracteur, mais le relâche.

    -  Vendredi matin, 24 juin, des dizaines de colons de la colonie Sousia, au sud-est de Yatta et d’Hébron, attaquent des agriculteurs palestiniens et 3 militants internationaux, tentant de les empêcher de cultiver une terre qui appartient à la famille Houshiya. Quatre agriculteurs palestiniens prennent des coups et une voiture est endommagée.

    D’après l’enquête du PCHR, vers 8 h 30, des fermiers palestiniens et 3 militants internationaux travaillent sur une parcelle de terre, quand des dizaines de colons israéliens, dont certains armés, arrivent. Ils agressent les agriculteurs et les internationaux, frappent les Palestiniens, leur causant des ecchymoses sur tout le corps. Ils endommagent aussi la voiture de Nasser Mohammed Nawaj’a. Plus tard, les FOI arrivent sur place et obligent les agriculteurs et les internationaux à quitter le secteur et déclarent la zone, zone militaire fermée.

    Les agriculteurs qui ont pris les coups sont :

    • Nasser Mohammed al-Nawaj’a, 28 ans ;
    • Jameel Khalil Houshiya, 58 ans ;
    • Jaber Mohammed ‘Awad, 40 ans, et
    • Mohammed Jaber al-Nawaj’a, 50 ans.

    -  Vendredi 24 juin, 10 h 30, des colons investissent le secteur de Jabal al-Tabban, près de Kour au sud de Tulkarem. Ils terrorisent les Palestiniens qui sont dans le secteur. Puis, ils s’en vont.

    -  Au même moment, 5 colons israéliens pénètrent sur des cultures palestiniennes à Kufor Qaddoum, au nord-est de Qalqilya. Des Palestiniens informent aussitôt le bureau de liaison palestinienne qui contacte les FOI. Plus tard, celles-ci arrivent et évacuent les colons.

    -  Samedi 25 juin à minuit, des bulldozers de la municipalité israélienne de Jérusalem rasent au moins 100 tombes dans le cimetière de Maman Allah, dans la vieille ville de Jérusalem, pour y construire un musée et un parking.

    -  Lundi 27 juin, 8 h, les FOI entrent dans la zone de Khillat al-Dar, à l’est de la route de contournement n° 60, au sud d’Hébron. Elles rasent 2,5 dunums de terre appartenant à Mohammed Hussein Erfa’iya. Il faut noter que les FOI avaient publié un ordre de saisie de sa terre pour y construire une piste pour avions.

    -  Le même jour, 8 h 30, les FOI investissent la zone d’al-Baq’a, près de cette même route n° 60, à l’est d’Hébron. Les soldats obligent les agriculteurs palestiniens à partir. Vers 9 h 10, ils commencent à saccager les canalisations d’irrigation. Vers 13 h, ils ont démoli au moins 36 kilomètres de tubes plastique et des cultures. Pendant l’opération, les agriculteurs palestiniens tentent d’arrêter un tel carnage. Les FOI arrêtent l’un d’eux, Mowaffaq Mahmoud Jaber, 45 ans. Elles le relâchent sur caution vers 16 h.

    Les réseaux d’irrigation qui ont été saccagés appartiennent aux familles Jaber et al-Rajabi. Ces terrains sont les plus fertiles d’Hébron. Au cours des dernières années, les FOI ont pris tout un tas de mesures contre les Palestiniens qui vivent dans le secteur, essayant de les faire partir.

    -  Toujours ce lundi 27 juin, 9 h 30, des FOI rasent des des terrains appartenant à la famille al-Nazer, situés au nord-ouest d’Hébron, pour l’agrandissement d’un poste militaire israélien dans le secteur. Les agents du PCHR n’ont pas réussi à arriver jusque sur les lieux, alors que l’opération de l’armée israélienne était en cours.

    -  Mardi 28 juin, les FOI rasent au moins 15 dunums (1,5 ha) de cultures appartenant à Kamal ‘Abdul Rahman, du village de Deir Estia, au nord-ouest de Salfit. Elles déracinent en outre au moins 300 oliviers et les emmènent vers une destination inconnue.


    (JPG) Document public

    Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de le contacter à son bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).


    Rapport hebdomadaire pour la période du 23 au 29 juin 2011 : PCHR
    traduction pour ce qui concerne Gaza : Jacques Salles, et la Cisjordanie : JPP


    votre commentaire
  • Rapport sur les violations israéliennes des droits humains



    Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).

    Durant la semaine du 16 au 22 juin :

    • un Palestinien a été blessé et arrêté par les Forces d’occupation à Qalqilya ;
    • les avions israéliens ont bombardé un élevage de poulets dans le centre de la bande de Gaza, tuant 3500 poussins ;
    • les FOI ont continué d’user de la force contre les manifestations non violentes en Cisjordanie :
      • 4 Palestiniens, dont un mineur, ont été blessés ;
      • 6 militants internationaux de la solidarité ont été arrêtés ;
    • les navires de guerre israéliens ont ouvert le feu sur des bateaux de pêches dans la bande de Gaza :
      • 2 bateaux de pêche ont été endommagés ;
    • les FOI ont conduit 38 incursions dans les communautés palestiniennes en Cisjordanie, et deux limitées dans la bande de Gaza :
      • elles ont arrêté 12 Palestiniens, dont 2 mineurs ;
    • Israël a maintenu un siège total sur les TPO et l’isolement de la bande de Gaza du monde extérieur :
      • les FOI ont arrêté 2 Palestiniens sur les check-points en Cisjordanie ;
    • les FOI ont poursuivi leurs activités pour la colonisation de la Cisjordanie et les colons israéliens leurs agressions contre les Palestiniens et leurs biens :
    • les FOI ont démoli 8 maisons au sud d’Hébron ;
    • 30 dunums (3 ha) au moins d’oliveraies ont été réduits en cendres ;
      • les colons israéliens ont endommagé 2 maisons et une voiture à Kufor Hares, au nord de Salfit ;
      • des colons ont frappé violemment un Palestinien, à Hébron.


    (JPG)

    Des soldats israéliens arrêtent un militant israélien défenseur des droits humains durant la manifestation non violente contre la construction du mur d’annexion, à Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah.


    Violations israéliennes recensées durant la semaine du 16 au 22 juin 2011

    1 - Incursions dans les zones palestiniennes et agressions contre les civils palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

    Jeudi 16 juin

    2 h du matin, les forces d’occupation entrent dans Housan, un village à l’ouest de Bethléhem. Elles conduisent leur raid sur le village, fouillent un certain nombre de maisons, et arrêtent 3 Palestiniens :

    • Salah Khalil Hamamra, 18 ans ;
    • ‘Obaida Mohammed Sabatin, 18 ans, et
    • Saber ‘Otham Sabatin, 19 ans.

    D’après les informations recueillies par le PCHR, les trois détenus ont été violemment frappés pendant leur interrogatoire.

    8 h 30, les FOI entrent dans ‘Azzoun, à l’est de Qalqilya, patrouillent dans les rues quelques temps avant de se retirer.

    11 h 30, dans ‘Aaboud, au nord-est de Ramallah.

    14 h 15, dans Nabi Elias, à l’est de Qalqilya. L’armée s’en prend à un garage, interroge Malek ‘Abdul Latif Majd et Khaled ‘Ali Radwan.

    15 h, incursion dans ‘Asala, au nord-est de Qalqilya.

    17 h, dans Khirbat Abu Falah, au nord-est de Ramallah.

    19 h 15, dans Qiffin, au nord de Tulkarem.

    22 h, dans Beit Lyqia, à l’ouest de Ramallah. Les soldats patrouillent dans les rues. Des garçons palestiniens se regroupent et lancent des pierres sur les véhicules de l’occupant. Aussitôt, les soldats tirent, à balles caoutchouc, des grenades lacrymogènes et assourdissantes. Beaucoup des garçons souffrent de l’inhalation des gaz.

    23 h, dans Kufor al-Dik, à l’ouest de Salfit.

    23 h 15, dans Jéricho.

    Vendredi 17 juin

    Minuit vingt, les FOI entrent dans Farkha, au sud-est de Salfit.

    Minuit vingt-cinq, dans Khirbat Qais, même secteur.

    2 h 30, dans Yatta, au sud d’Hébron, où l’armée investit deux maisons, celles de Rabah Hissein Hraizat, 48 ans, et de son fils Fadi, 26 ans, qui sont arrêtés tous les deux.

    10 h, dans Kharabtha al-Misbah, à l’ouest de Ramallah.

    11 h, dans al-Mazra’a al-Gharbiya, au nord de Ramallah.

    12 h 30, dans Jeet, au nord-est de Ramallah.

    14 h 30, dans al-Hashimiya, au sud-ouest de Jénine. Les soldats patrouillent dans les rues, montent un check-point à l’entrée du village, arrêtent et fouillent tous les véhicules palestiniens. Puis ils se retirent.

    20 h 40, des navires israéliens en observation au large de la côte de Beit Layia, dans le nord de la bande de Gaza, ouvrent le feu sur des bateaux de pêche palestiniens.

    23 h, incursion dans Jénine.

    Samedi 18 juin

    Minuit dix, les FOI entrent dans Kufor Qaddoum, au nord-est de Qalqilya, patrouillent quelques temps dans les rues du village et remettent un avis à Bahaa’ Mohammed Eshtaiwi, pour le convoquer à un interrogatoire.

    Minuit trente-cinq, les navires israéliens en attente au large de Beit Lahia ouvrent le feu sur des bateaux de pêche palestiniens.

    2 h, incursion dans Bir Zeit, au nord de Ramallah.

    10, dans ‘Aaboud, au nord-ouest de Ramallah.

    11 h 30, dans Silwan, au nord-est de Ramallah.

    15 h 30, dans Kufor Ra’ei, et Fahma, au sud de Jénine

    18 h, dans Beit Ummar, au nord d’Hébron, où l’armée fait irruption dans la station essence d’al-Khatib, et arrête l’un des salariés, Jihad Hisham Abu Maria, 21 ans. Celui-ci est violemment tabassé, au point d’avoir le nez cassé.

    19 h, dans Bil’in, à l’ouest de Ramallah. L’armée patrouille dans les rues. Des garçons palestiniens leur lancent des pierres et aussitôt, les soldats tirent. De nombreux civils inhalent les lacrymogènes lancés par l’occupant.

    Dimanche 19 juin

    Minuit, les FOI entrent dans Shwaika, en périphérie nord de Tulkarem.

    Une heure, dans Bir Zeit, au nord de Ramallah.

    10 h, dans Tulkarem. L’armée prend position à l’entrée du collège technique de Palestine, arrête, contrôle et interroge les étudiants. Puis se retire.

    10 h 55, dans Nabi Elias, à l’est de Qalqilya.

    12 h 45, les soldats israéliens postés près du bureau de liaison militaire israélien à l’entrée est de Qalqilya tirent sur Mahde ‘Abdul Latif ‘Aamer, 22 ans, de Qalqilya. Il est blessé sans gravité. Il est arrêté, au motif qu’il aurait voulu poignarder un soldat israélien.

    14 h, incursion dans Fassayel, au nord de Jéricho.

    19 h, dans Kufor Qaddoum, au nord-est de Qalqilya. L’armée interpelle Ahmed ‘Abdul Fattah Jom’a, 28 ans, et le retient pendant une demi-heure. Puis se retire.

    19 h, dans Kufor Laqif, à l’est de Qalqilya.

    20 h, dans Artah, en périphérie sud-ouest de Tulkarem. Les soldats s’en prennent à un bureau de taxi. Ils contrôlent un véhicule et arrêtent Jameel Nemer Abu Safaqa, 50 ans, gérant du bureau, et Bassam ‘Abdul Fattah ‘Ali, 42 ans, chauffeur. Ils confisquent également le véhicule contrôlé. Les deux personnes arrêtées et la voiture seront libres le lendemain matin.

    22 h 30, incursion dans Jéricho.

    Lundi 20 juin

    Minuit et demi, incursion dans Housan, à l’ouest de Bethléhem. L’armée fait irruption dans un certain nombre de maisons et arrête 3 mineurs palestiniens :

    • Miras Mohammed Sabatin, 17 ans ;
    • Shaker ‘Abdul Wahab Hamamra, 17 ans, et
    • ‘Omar ‘Abdul Wahab Hamamra, 18 ans.

    8 h 30, les FO pénètrent à près de 200 m dans le village de Juhor al-Dik, au sud-est de Gaza ville. Elles ratissent la zone quelques temps et se retirent.

    9 h, incursion jusqu’à 300 m dans l’est du camp de réfugiés d’al-Maghazi, dans le centre de la bande de Gaza. Les FOI rasent les terres le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël. Elles repassent la frontière vers 17 h.

    Mardi 21 juin

    10 h, des navires de guerre israéliens en attente au large de Gaza ouvrent le feu sur un bateau de pêcheur appartenant à Nasser Suleiman Baker, 24 ans, du camp de réfugiés d’al-Shati, à l’ouest de la ville de Gaza. Le bateau pêche à environ 2 miles nautiques de la côte. Baker, ses deux frères Ahmed et Jalal, et leur cousin Jouhar, sont à bord. Le moteur du bateau est endommagé. Un autre bateau, de Mohammed Subhi Baker, au bord duquel se trouvent 5 pêcheurs, vient à leur secours mais les navires israéliens tirent sur lui, endommageant également le moteur. De nombreux bateaux de pêche arrivent à la rescousse et les pêcheurs parviennent à ramener les deux bateaux endommagés au port.

    11 h, incursion dans le nord et le nord-ouest d’Hébron. L’armée opère sur trois magasins de photo, et les fouille.

    Mercredi 22 juin

    Minuit vingt-cinq, un avion israélien tire un missile sur un élevage de poulets de 400 m², appartenant à ‘Alla’ Hussein al-Louh, à Wadi al-Salka, dans le centre de la bande de Gaza. L’exploitation est endommagée et 3500 sur les 5000 poussins périssent dans les flammes.

    10 h 30, incursion dans Beit Sahour, près de Bethléhem. L’armée met le siège sur le campus de l’université par correspondance al-Quds. Les soldats interpellent et contrôlent un certain nombre d’étudiants. Ils retiennent aussi Mohammed Sobeh, étudiant universitaire, et George Qanawati, journaliste, pendant 2 heures.

    2 - Usage d’une force démesurée contre les manifestations non violentes protestant contre la colonisation et la construction du mur d’annexion

    Durant la semaine écoulée, les FOI ont continué d’utiliser la violence contre les manifestations organisées par les Palestiniens avec des militants internationaux et israéliens de la solidarité, pour protester contre la construction du mur d’annexion, et les activités de colonisation en Cisjordanie.

    4 Palestiniens, dont un mineur, ont été blessés. Des dizaines d’autres ont respiré les lacrymogènes, et/ou pris des coups par les soldats. De plus, les FOI ont arrêté 6 militants internationaux.

    Bi’lin, à l’ouest de Ramallah : vendredi 17 juin, après la prière, la manifestation hebdomadaire non violente des Palestiniens avec des militants internationaux et israéliens proteste contre la construction du mur d’annexion qui vole les terres du village. James Shimos, directeur US, Nassir al-Dik et Salah al-Khawaja, dirigeants de l’INP (Initiative nationale palestinienne) ; et des membres du Théâtre de la Liberté à Jénine, participent à la manifestation. Les soldats israéliens postés sur le secteur ouvrent le feu sur les manifestants : tirs à balles caoutchouc, grenades lacrymogènes et bombes assourdissantes.

    3 manifestants, dont un mineur, sont blessés :

    • Rabi’ Turkman, 26 ans, artiste, touché par une grenade lacrymogène à la main droite ;
    • ‘Eissa Mahmoud Abu Rahma, 42 ans, idem à l’épaule, et
    • Mousa Yassin, 11 ans, qui souffre des effets des lacrymogènes qu’il a pris dans les yeux.

    En outre, des manifestants souffrent de l’inhalation des gaz et de la violence physique des soldats de l’occupation.

    Ni’lin, à l’ouest de Ramallah : ce même vendredi, les Palestiniens avec des internationaux et des Israéliens de la solidarité organisent la manifestation hebdomadaire, non violente, contre la construction du mur. L’affrontement a lieu avec les troupes israéliennes postées près du mur. Les soldats tirent. De nombreux manifestants respirent les lacrymogènes.

    Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah : vendredi également, comme chaque semaine, Palestiniens, internationaux et Israéliens de la solidarité font leur manifestation contre la confiscation de terres dans le secteur de Wad al-Raya, entre Nabi Saleh et Dir Nizam. Quand la manifestation arrive sur les terres convoitées par la colonie de Halmish, illégale, l’armée tire. De nombreux manifestants respirent les lacrymogènes.

    Beit Ummar, au nord d’Hébron : le samedi 18 juin, 10 h, Palestiniens et internationaux organisent une manifestation à Beit Ummar, pour protester contre la colonisation israélienne. La manifestation se dirige vers la terre palestinienne qui est fermée par les FOI près de la colonie Karmi Tsur, au sud de la ville. Les soldats attaquent les manifestants, frappant avec violence certains d’entre eux. Ils leurs jettent aussi des bombes assourdissantes.

    Rateb Yusri al-Jbour, 50 ans, et son enfant de 15 ans, Lu’ai, souffrent de contusions sur tout le corps.

    3 - Maintien du bouclage des TPO

    Israël maintient un bouclage serré sur les territoires, et les restrictions graves à la liberté des Palestiniens de se déplacer en Cisjordanie dont Jérusalem-Est, et dans la bande de Gaza.

    Cisjordanie

    La Cisjordanie est toujours bouclée et sous contrôle de l’occupant israélien.

    Jérusalem : les restrictions aux déplacements sont toujours imposées, pour entrer et sortir de la cité. Des milliers de Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza n’y ont toujours pas accès. De nombreux check-points sont posés, autour et dans la ville et les restrictions sont plus dures encore les vendredis, jours de prière, où bien des Palestiniens voudraient aller prier à la mosquée al-Aqsa, dans la vieille ville palestinienne.

    Hébron :

    • Vendredi après-midi, 17 juin, les Israéliens postés à l’entrée sud de Beit Ummar, agressent les civils palestiniens lors d’un cortège funéraire de Palestiniens décédés ; les soldats tirent des lacrymogènes et des bombes sonores sur le cortège et chargent ; le feu se déclare dans un champ de blé et une vingtaine d’arbres. ;
    • dimanche dans la soirée, le 19 juin, les FOI entrent dans le sud-ouest d’Hébron, montent un check-point et bloquent et contrôlent les véhicules palestiniens ;
    • lundi 20 juin, le matin, les soldats empêchent des personnalités religieuses et publiques de se rendre dans la vieille ville d’Hébron, prétendant que c’est une zone militaire fermée.

    Ramallah :

    • jeudi 16 juin, 10 h, les FOI posent un check-point sur la route qui va de Beit ‘Aur al-Tahta à Beit ‘Aur al-Fouqa, à l’ouest de Ramallah ;
      • 17 h, un autre sous le pont de Kharabtha al-Misbah, même secteur ;
    • vendredi 17 juin, 19 h, pose d’un check-point sur la route qui relie Silwad et al-Mazra’a al-Sharqiya, au nord-est ;
    • samedi 18 juin, 11 h 30, les soldats des FOI reviennent sur le check-point d’‘Attara, au nord, et
      • 17 h, pose d’un check-point au carrefour de Beit ‘Aur al-Fouqa.

    Qalqilya :

    • vendredi 17 juin, les FOI posent 4 check-points autour de la ville ;
    • samedi 18, 2 check-points ;
    • dimanche 19, 5 check-points, et
    • lundi 20, 6 check-points.

    Tulkarem :

    • jeudi 16 juin, 8 h, les FOI posent un check-point à l’entrée du carrefour de Beit Leed, à l’est de Tulkarem ;
    • samedi 18 juin, 10 h, un sur la route de Tulkarem à Qalqilya, près de Far’oun, au sud ;
      • 14 h 45, un au carrefour de Far’oun ;
      • 17 h, deux check-points à l’entrée de Baqa al-Sharqiya et Qiffin, au nord ;
    • dimanche 19 juin, 9 h, pose d’un check-point près du carrefour de Beit Leed ;
      • 10 h 30, les FOI imposent des restrictions renforcées aux passages des Palestiniens au check-point d’Ennab, dans le même secteur.

    Jéricho :

    • jeudi 16 juin, 19 h 30, les FOI mettent un check-point à l’entrée de Fassayel, au nord de la ville.


    Arrestations sur les check-points

    Mardi 21 juin, 18 h 20, les soldats de l’occupation sur un check-point à l’entrée nord-est de la rue al-Shuhada, dans Hébron, rue fermée depuis plusieurs années, arrêtent Sarhan Isma’il al-Jamal, 26 ans, et Majed Mustafa al-Jamal, 23 ans.

    4 - Activités de colonisation et attaques des colons contre les Palestiniens et leurs biens

    La colonisation se poursuit dans les TPO, Israël violant le droit international de façon ouverte, et les colons continuent d’attaquer les civils, et la propriété des Palestiniens.

    -  Jeudi 16 juin, 11 h 30, le feu prend dans des oliveraies appartenant aux familles ‘Abbadi et al-Kilani, dans le sud-ouest de Jénine. Selon des témoins, qui ont accusé les FOI de la responsabilité de cet incident, au moins 30 dunums (3 ha) d’oliveraies ont brûlé. Les Palestiniens se sont précipités sur place pour tenter d’éteindre le feu, mais en vain.

    -  Jeudi 16 juin, 23 h 20, les FOI entrent dans Kufor Hares, au nord de Salfit, escortant des colons israéliens qui se rendent sur un site religieux. Les colons restent dans le village jusqu’au lendemain. Ils se mettent alors à lancer des pierres sur deux maisons, appartenant à ‘Ali Saleh Hammad et aux fils d’‘Abdul Rahman Husni Shaqqour, dont les fenêtres sont brisées. Ils lancent des pierres aussi sur une voiture, appartenant à Jalal Mahmoud As’ad, l’endommageant sérieusement.

    -  Samedi 18 juin, 16 h 20, 15 colons de la colonie Beit Hadasa, interceptent Anas Hashem Abu al-Halaw, 21ans, étudiant à l’université, alors qu’il est de retour à son domicile, dans le quartier Qub Janeb, qui surplombe la rue al-Shuhada, fermée par l’occupant. Les colons le tabassent violemment pendant deux minutes jusqu’à ce qu’il parvienne à s’enfuir. Quand il arrive à l’école Cordoba, les mêmes colons recommencent à l’agresser. Il est violemment roué de coups à nouveau, alors que les soldats israéliens sont présents. Il saigne d’une épaule et d’un bras. Les colons s’enfuient. Les soldats l’entourent mais ne lui portent aucun secours. Une ambulance palestinienne va finalement l’évacuer vers l’hôpital.

    -  Lundi matin, 5 h, 20 juin, les FOI entrent dans Khirbat Beer al-‘Abed, à l’est de Yatta, au sud d’Hébron. Ils obligent les Palestiniens à quitter leurs maisons et leurs tentes. Puis elles les démolissent, maisons et tentes, où vivaient 50 personnes. Elles ravagent aussi les cultures. En outre, les FOI retiennent une étudiante pendant quelques temps, prétendant qu’il lui était interdit d’habiter dans le secteur. Selon Ziad Mohammed Makhamra, qui possédait l’une des maisons démolies, les FOI ont déjà rasé 2 000 (20 ha) de cultures de blé et de fines herbes, et empêché les Palestiniens de se rendre sur leurs terres, disant que c’était une zone militaire fermée.


    (JPG) Document public

    Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de le contacter à son bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).


    Rapport hebdomadaire pour la période du 16 au 22 juin 2011 : PCHR
    traduction pour ce qui concerne Gaza : Jacques Salles, et la Cisjordanie : JPP


    votre commentaire
  • Rapport sur les violations israéliennes des droits humains


    Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).

    Pendant cette semaine du 9 au 15 juin :

    • un Palestinien est mort de ses blessures reçues durant la grande offensive israélienne contre la bande de Gaza en décembre 2008/janvier 2009 :
      • un civil palestinien a été blessé par les FOI à Salfit ;
      • un Palestinien âgé a été blessé par les colons israéliens en Cisjordanie ;
    • les FOI ont continué d’user de la force contre les manifestations non violentes en Cisjordanie :
      • 2 civils palestiniens ont été blessés ;
      • 4 militants israéliens défenseurs des droits de l’homme et 2 civils palestiniens ont été arrêtés ;
    • les FOI ont mené 50 incursions dans les communautés de Cisjordanie, et une, plus limitée, dans la bande de Gaza :
      • elles ont arrêté 21 civils palestiniens, dont 3 mineurs ;
        • parmi ces détenus, un ancien ministre palestinien des Affaires aux Prisonniers, Washi Qabaha ;
    • les FOI ont ouvert le feu sur des bateaux de pêche palestiniens dans la bande de Gaza ;
    • Israël a maintenu un siège total sur les TPO et l’isolement de la bande de Gaza du monde extérieur :
      • les FOI ont arrêté 2 civils palestiniens, dont une femme, sur les check-points militaires de Cisjordanie ;
      • elles ont frappé avec violence un civil palestinien sur un check-point près d’Hébron ;
    • les FOI ont poursuivi leurs activités de colonisation en Cisjordanie, et les colons israéliens leurs agressions contre les civils palestiniens et leurs biens :
      • elles ont ordonné la démolition d’une école et de deux hangars à Salfit ;
      • elles ont ordonné l’arrêt de la construction d’une mosquée à Salfit, et la démolition d’une autre mosquée à Bethléhem ;
      • elles ont détruit 2 puits et ordonné la démolition de 3 autres ;
      • elles ont démoli 3 tentes et 10 basses-cours à Jéricho ;
      • les colons ont attaqué 5 maisons à Hébron ;
      • ils ont rasé des terres dont ils s’étaient emparés précédemment, près d’Hébron.

    (JPG)

    Des soldats israéliens arrêtent un civil palestinien durant une manifestation contre la colonisation à al-Tawana, au sud d’Hébron.

    Violations israéliennes recensées durant la semaine du 9 au 15 juin 2011

    1 - Incursions dans les zones palestiniennes et agressions contre les civils palestiniens et leurs biens, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

    Jeudi 9 juin

    Une heure du matin, les FOI entrent dans Taqqou’, au sud de Bethléhem. Elles font irruption dans de nombreuses maisons et arrêtent 3 Palestiniens, dont un mineur, les accusant d’avoir lancé des pierres sur les véhicules militaires israéliens :

    • Muntasser Sameeh al-‘Omour, 17 ans ;
    • Haitham Mohammed al-‘Omour, 22 ans, et
    • Mahmoud Mohammed al-‘Omour, 24 ans.

    Selon les informations communiquées aux avocats des jeunes arrêtés, ils ont subi des coups violents pendant leur interrogatoire. Un interrogateur israélien a même menacé le premier détenu de lui retirer le pantalon et de lui infliger des sévices sexuels. Résultat des coups, les trois détenus ressentent des douleurs sur tout le corps.

    8 h 40, l’occupant entre dans Nabi Elias, à l’est de Qalqilya, patrouille dans les rues pendant quelques temps et se retire.

    9 h 10, incursion dans ‘Azzoun, même secteur. Les soldats investissent un certain nombre de commerces et retiennent prisonniers certains civils. Ils les relâchent vers midi. Les soldats s’emparent de la caméra du photographe de la municipalité et détruisent tous les films sur son appareil. Avant leur retrait, les soldats de l’occupation menacent les villageois de fermer l’entrée du village et d’arrêter tous les jeunes du village si les jets de pierres se renouvellent.

    10 h, incursion dans ‘Attil, au nord de Tulkarem.

    11 h, dans Jayous, au nord-est de Qalqilya.

    12 h 55, dans Snirya, et dans Beit Ameen, au sud-est de Qalqilya.

    16 h, dans Kharabtha al-Misbah, à l’ouest de Ramallah.

    16 h 05, dans Qarawat Bani Hassan, au nord-ouest de Salfit.

    18 h, dans Bedya, à l’ouest de Salfit ;

    22 h 30, dans Jéricho.

    23 h 45, un détachement de soldats vêtus en arabe pénètre dans ‘Azzoun, à l’est de Qalqilya, circulant à bord d’un véhicule palestinien. Le véhicule s’arrête près d’une salle de jeux. Aussitôt, une vingtaine de soldats israéliens en descendent et foncent dans la salle, menacent le propriétaire de le punir s’ils s’aperçoivent que leur opération est filmée. Aussitôt après, les soldats rassemblent les clients et les obligent à se tenir face contre le mur. Ils lancent des lacrymogènes à l’intérieur de la salle après avoir arrêté Ahmed Sa’id Saleem, 22 ans.

    Vendredi 10 juin

    Minuit vingt, les FOI entrent dans Marda, au nord de Salfit.

    Minuit et demi, dans Jénine. Elles investissent la maison de Wasfi ‘Izzat Qabaha, 51 ans, ancien ministre des Affaires aux Prisonniers, et dirigeant du Hamas, et l’arrêtent. Un officier israélien dira à la fille de Qabaha qu’ils l’ont arrêté parce que « il n’a pas écouté leur conseil de cesser ses activités ».

    Minuit quarante, incursion dans Qabatya, au sud de Jénine.

    11 h, dans Jafna, au nord de Ramallah.

    11 h 35, dans Qalqilya.

    11 h 40, dans Kufor Thuloth, au sud-est de Qalqilya.

    22 h, dans Beit Liqya, à l’ouest de Ramallah.

    23 h, dans al-Jalama, au nord de Jénine.

    23 h 30, dans Bitounia, à l’ouest de Ramallah.

    Samedi 11 juin

    Une heure du matin, les FOI pénètrent dans Bir Zeit, au nord de Ramallah.

    16 h 30, incursion dans Zabbouba, au nord-ouest de Jénine ; et dans ‘Aanin, au nord-ouest.

    19 h, incursion dans Bil’in, à l’ouest de Ramallah. Les soldats patrouillent dans les rues en provoquant les Palestiniens. Des jeunes Palestiniens s’organisent et jettent des pierres sur les véhicules de l’occupant. Aussitôt, les soldats répliquent en tirant sur les enfants, à balles caoutchouc, grenades lacrymogènes et bombes sonores. Des Palestiniens inhalent les gaz. Puis, l’occupant se retire.

    Dimanche 12 juin

    Une heure et demie, les FOI entrent dans Bethléhem, fouillent la maison de Tamer Mahmoud Hammoud, 23 ans, et l’arrêtent.

    2 h 40, les FOI entrent dans al-Khas, à l’est de Bethléhem, investissent la maison d’Ahmed Naji Hmaidan, 21 ans, et l’arrêtent.

    2 h 40, dans Beit Ummar, au nord d’Hébron, avec fouille de la maison de Saddam ‘Abdul ‘Aziz ‘Awadh, 22 ans, qui est arrêté.

    14 h 30, les FOI entrent dans Qalqilya et patrouillent dans les rues quelques temps avant de se retirer.

    17 h 15, dans Qarawat Bani Hassan, à l’ouest de Salfit.

    20 h 55, dans Jayous, au nord-est de Qalqilya.

    23 h 40, dans Kufor al-Dik, à l’ouest de Salfit.

    Lundi 13 juin

    Une heure du matin, incursion dans Salfit. Les soldats patrouillent dans les rues et investissent 3 maisons. Pendant leurs patrouilles, des jeunes se rassemblent et se mettent à jeter des pierres sur les véhicules de l’armée. Les soldats tirent. Un Palestinien (qui a demandé au PCHR de ne pas citer son nom) est blessé d’une balle d’acier enrobée de caoutchouc et une grenade lacrymogène reçues dans la main gauche.

    Une heure, incursion dans Qabatya, au sud de Jénine.

    16 h 35, dans Ematin, au nord-est de Qalqilya.

    19 h 10, dans Jeet, même secteur.

    Mardi 14 juin

    Une heure et quart, les FOI entrent dans Harès, au nord de Salfit. Elles arrêtent 2 Palestiniens :

    • Hakim Yassin Shamlawi, 26 ans, et
    • Yazan Taleb Daoud, 22 ans.

    Une heure et demie, incursion dans Housan, à l’ouest de Bethléhem, avec fouille des maisons et l’arrestation de deux mineurs :

    • Mahmoud Mohammed Sabatin, 17 ans, et
    • Ussama Shousha, 17 ans.

    2 h, l’armée entre dans Bedya, à l’ouest de Salfit.

    2 h 20, dans Qalqilya à nouveau. Fouille de nombreuses maisons et arrestations de 4 Palestiniens :

    • Mohammed Taleb al-Aqra’, 32 ans ;
    • Khaled Taleb al-Aqra’, 30 ans ;
    • Mohammed Bassam Walweel, 29 ans, et
    • Taqfiq Bassem Walweel, 31 ans.

    9 h, incursion dans ‘Allar, au nord de Tulkarem.

    9 h 30, dans Jalboun, à l’est de Jénine ; et dans Deir Ghazala, au nord-est.

    10 h, dans Kufor Ra’ei, au sud de Jénine.

    Mercredi 15 juin

    2 h, les FOI entrent dans Tulkarem, fouillent de nombreuses maisons et arrêtent 4 Palestiniens :

    • Mohammed Wasfi Jallad, 30 ans ;
    • ‘Omar Talal Jeetawi, 21 ans ;
    • Raja’ei Ahmed ‘Ammouri, 26 ans, et
    • Jamal ‘Allam Hattab, 27 ans.

    Il faut indiquer que vers 15 h, la veille, mardi 14, les FOI avaient convoqué Ahmed Fu’ad Kharyoush, 29 ans, au bureau israélien de la coordination du district par téléphone. Quand il s’est présenté, il a été arrêté et emmené avec ‘Ammouri et Hattab devant le tribunal militaire de Salem, au nord de Jénine, pour témoigner dans une affaire de prisonniers palestinien. Vers 11 h, ce mercredi, les trois détenus ont été libérés.


    2 - Usage d’une force démesurée contre les manifestations non violentes contre la colonisation et la construction du mur d’annexion

    Pendant la semaine écoulée, les FOI ont continué d’user de violence contre les manifestations pacifiques des Palestiniens, avec des militants des droits de l’homme internationaux et israéliens. Ces manifestations protestent contre la colonisation et la construction du mur en Cisjordanie.

    2 Palestiniens ont été blessés, des dizaines des Palestiniens et militants ont respiré les lacrymogènes et d’autres ont pris des coups par les soldats de l’occupation.

    Bil’in, à l’ouest de Ramallah : vendredi 10 juin après la prière, la manifestation hebdomadaire non violente défile dans les rues, levant des drapeaux palestiniens et des portraits de Jawaher et Bassem Abu rahma, tués par les FOI à Bil’in, et de Marwan al-Barghouthi, député du Conseil législatif palestinien, toujours détenu par les FOI.

    Mr Waleed al-Mo’aqat, ambassadeur palestinien en Argentine ; Dr Munjed Saleh, assistant du ministre palestinien aux Affaires étrangères pour l’Amérique latine et les Caraïbes ; Mr Urassio Wamba, ambassadeur d’Argentine en Palestine ; Mme Sicilia Marshan, présidente du Parlement argentin ; et une délégation de parlementaires argentins participent à la manifestation.

    Les soldats israéliens qui s’étaient postés dans le secteur tirent des balles caoutchouc, des lacrymogènes et des bombes sonores sur les manifestants. Nombre d’entre eux respirent les lacrymogènes et sont frappés.

    Ni’lin, à l’ouest de Ramallah : vendredi 10 juin après la prière, la même manifestation non violente pour protester contre le mur qui vole les terres du village est accrochée par les troupes d’occupation près du mur. De nombreux manifestants inhalent les lacrymogènes.

    Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah : Palestiniens, militants internationaux et israéliens manifestent contre la confiscation de terres du village au profit des colons de la colonie Halmish. Ces terres sont situées sur une zone entre les villages de Nabi Saleh et Deir Nizam. Quand les manifestants arrivent sur les terres convoitées par les colons, l’armée tire. De nombreux manifestants souffrent de l’inhalation des lacrymogènes. 3 militants israéliens sont arrêtés.

    Deir Qiddis, à l’ouest de Ramalah : mercredi 15 juin, après la prière du midi, des Palestiniens avec des militants israéliens organisent une manifestation non violente dans le village pour protester contre la colonisation et la construction du mur. Ils marchent dans les rues, brandissant des drapeaux palestiniens. Ils se dirigent vers le secteur de Jabal al-Deir, à l’ouest du village, près de la colonie Nili. Quand les manifestants essaient d’atteindre la zone, les soldats israéliens qui se sont déployés se mettent à tirer sur eux. 2 manifestants sont blessés :

    • Wa’el ‘Abdul Qader Nasser, 24 ans, blessé par une balle à la cuisse droite, et
    • Islam Nazeeh Nasser, 25 ans, blessé par deux balles à la main et au côté droits.

    En outre, certains manifestants souffrent de l’inhalation des lacrymogènes et des coups donnés par les soldats.

    Les soldats israéliens arrêtent un militant israélien, et un Palestinien, Mohammed ‘Abdul Qader ‘Amira, 39 ans.


    3 - Maintien du bouclage des TPO

    Israël maintient un bouclage serré des TPO, et impose des restrictions sévères aux déplacements des Palestiniens dans la bande de Gaza comme en Cisjordanie, dont Jérusalem-Est occupée.

    Bande de Gaza


    Cisjordanie

    La Cisjordanie se trouve toujours sous le bouclage étanche des Israéliens.

    Jérusalem : les restrictions sont maintenues pour les Palestiniens qui veulent entrer ou sortir de la cité. Des milliers d’entre eux ne peuvent toujours y accéder, de Cisjordanie et de la bande de Gaza. De nombreux check-points sont posés à l’intérieur de la ville occupée et autour. Les restrictions sont renforcées le vendredi alors que de nombreux Palestiniens voudraient se rendre dans la vieille ville palestinienne pour prier à la mosquée al-Aqsa.

    Ramallah :

    • jeudi 9 juin, 10 h, les FOI posent un check-point sur la route de Beit ‘Aur al-Tahta à Beit ‘Aur al-Fouqa, à l’ouest de Ramallah ;
      • 17 h, un autre au village de Kharabtha al-Maisbah, même secteur ;
      • 19 h, un sur la route entre Silwad et al-Mazra’a, au nord-est ;
    • samedi 11 juin, les FOI reviennent sur le check-point d’‘Attara, au nord, et
      • 16 h, elles posent un check-point au carrefour de Beit ‘Aur al-Fouqa, à l’ouest.

    A tout check-point, les forces d’occupation bloquent les véhicules palestiniens, les fouillent ainsi que les conducteurs et passagers.

    Qalqilya :

    • vendredi 10 juin, les FOI posent 5 check-points autour de la ville, et
    • lundi 13 juin, 4 check-points.

    Tulkarem :

    • jeudi 9 juin, 9 h, les FOI posent un check-point à l’entrée de Beit Leed, à l’est de Tulkarem ;
      • au même moment, un sur la route qui relie Jénine aux villages au nord de Tulkarem ;
    • samedi 11 juin, 9 h, pose d’un check-oint sur la route de Tulkarem à Qalqilya, près de Far’oun ;
      • 20 h, un au carrefour de Kufor Sour, sur la même route ;
      • une demi-heure plus tard, un à l’entrée de Qiffin, au nord ;
    • mardi 14 juin, 9 h 30, les FOI posent un check-point au carrefour de Far’oun, au sud ;
      • 13 h, elles imposent des restrictions renforcées aux passages des Palestiniens au check-point d’Ennab, à l’est, et
      • 17 h, pose d’un check-point au carrefour d’al-Jaroushiya, au nord.

    Salfit : lundi 14 juin, midi dix, pose d’un check-point entre Brouqin et Qarawat Bani ZAid, à l’ouest de Salfit.

    Jéricho : jeudi 9 juin, 19 h 30, les FOI posent un check-point à l’entrée de Fassayel, au nord.


    Arrestations sur les check-points militaires

    -  Vendredi 10 juin 21 h, les soldats israéliens postés à l’entrée nord de la vieille ville d’Hébron, arrêtent ‘Emad Da’na, 22 ans.

    -  Samedi 11 juin, 17 h, les soldats sur le check-point d’Um al-Raihan, à l’ouest de Jénine, arrêtent Kifah ‘Emad Zaid, 20 ans, de Kfiret, prétendant qu’elle voulait passer le check-point en se servant du permis de sa sœur. La police israélienne arrive sur place et l’interroge. Elle est libérée une heure et demie plus tard.


    Harcèlement sur les check-points militaires

    Mardi soir, 14 juin, les soldats sur le check-point au sud d’Hébron frappent violemment Mohammed Ahmed Makhamra, 26 ans, alors qu’il discutait avec eux car, avec son frère, ils étaient retenus en détention depuis un long moment. Il souffre de meurtrissures profondes sur tout le corps.


    4 - Mesures visant à créer une majorité démographique juive à Jérusalem

    Israël a intensifié et multiplié les mesures contre les Palestiniens à Jérusalem-Est afin de de les obliger à quitter la ville. Le PCHR consacre cette section de son rapport hebdomadaire pour informer sur les violations des droits humains perpétrées par les FOI contre les civils palestiniens à Jérusalem-Est.

    -  Jeudi 9 juin, un groupe de juifs extrémistes, la plupart étant des colons de Kiryat Arba à Hébron, escortés par des FOI, entrent de force sur l’esplanade de la mosquée al-Aqsa.

    -  Vendredi 10 juin, la police israélienne fait de même après la prière du vendredi. De jeunes Palestiniens jettent des pierres sur les policiers. Aussitôt ceux-ci tirent sur eux.

    -  Samedi 11 juin, des colons extrémistes se livrent à des rites religieux sur un marché palestinien. La police israélienne oblige les Palestiniens à fermer leurs boutiques sur le marché.

    -  Dimanche 12 juin, les autorités israéliennes commencent des travaux d’excavation à la piscine du Sultan dans la vieille ville, qui est classée site islamique.

    -  Le même jour, des responsables de la municipalité israélienne de Jérusalem et la police israélienne chassent des colporteurs dans le secteur de Bab al-Amoud. Ils leur confisquent leurs produits et attaquent un certain nombre d’entre eux.


    5 - Activités de colonisation et agressions des colons contre les civils palestiniens et leurs biens

    Israël poursuit ses activités de colonisation dans les TPO en violation du droit humanitaire international et les colons leurs agressions.

    -  Après la prière du vendredi, le 10 juin, des Palestiniens de Kufor Malek, au nord-est de Ramallah, se dirigent en bus vers le secteur d’al-Marj, à près de 10 km à l’est de leur village, là où 3 colons israéliens ont monté une tente. Quand les Palestiniens arrivent sur les lieux, l’un des colons ouvre le feu sur eux.

    Yousef Hammad al-Qaq, 66 ans, est blessé d’une balle dans la tête. Plus tard, les FOI arrivent et tentent de maîtriser les colons.

    -  Dimanche 12 juin, 9 h 10, les FOI entrent dans Brouqin, à l’ouest de Salfit. Elles remettent un avis à Mo’ayad Mohammed Baker, lui ordonnant de démolir un hangar agricole qui lui appartient. Elles en remettent un autre à des villageois, ordonnant la démolition d’une école, et un troisième imposant l’arrêt de la construction de la mosquée Ali Bin Abi Taleb, au motif de manque du permis israélien.

    -  Même jour, midi dix, les FOI entrent dans Harès, au nord de Salfit, remettent des avis ordonnant la démolition de deux hangars servant au lavage des voitures et qui appartiennent à ‘Abdullah et Jihad Mohammed Daoud, au même motif.

    -  Lundi 13 juin, des colons de la coloine Ashkilot, à l’ouest d’Arab al-Ramadin, au sud-ouest d’Hébron, rasent et nivèlent au moins 20 dunums (2 ha) de terres palestiniennes cultivées, isolées par le mur d’annexion. Les colons s’étaient emparés de ces terres il y a quelques mois. Les terres appartiennent à Nassar Mohammed Zamel.

    -  Mardi 14 juin, 6 h 30, les FOI escortées de deux bulldozers entrent dans Fassayel, au nord de Jéricho. Elles démolissent 3 basses-cours et 10 tentes, prétendant qu’elles avaient été montées sans permis, près de la route de contournement n° 90 qui est empruntée par les colons israéliens. Des Palestiniens vont tenter d’arrêter les démolitions, mais les soldats les tabassent violemment. ‘Ali ‘Ebayat souffre d’ecchymoses. Trois des tentes étaient inhabitées. Elles appartiennent à ‘Omar Khalil Ta’amra, Kayed ‘Atallah Rashaida, et à Yassin Mohammed Rashaida.

    Le même jour, 10 h, les FOI, avec deux bulldozers, arrivent sur le secteur d’al-Harayiq, au sud-ouest d’Hébron. Elles démolissent deux puits qui appartiennent à la famille al-Jamal. Selon Samer ‘Abdul Hamid al-Jamal, les FOI lui ont remis l’ordre de démolition de 5 puits, toujours au motif d’absence de permis, et en démolissent deux immédiatement. Les soldats usent de la force pour éloigner des Palestiniens des lieux, et notamment par des lacrymogènes. Résultat, de nombreux civils souffrent de l’inhalation des gaz.

    -  Toujours le mardi 14, les FOI entrent dans al-Ma’sara, à l’ouest de Bethléhem. Elles remettent un avis à Ahmed Zawahra lui ordonnant la démolition d’une mosquée à l’est du village, n’ayant pas été construite avec l’autorisation israélienne. L’avis donne 13 jours aux Palestiniens pour faire recours contre cet ordre.

    -  Toujours mardi, une cinquantaine de colons vivant sur les avant-postes coloniaux dans le centre d’Hébron, attaquent 5 maisons palestiniennes dans le quartier de Tal Rumaida, près de la rue barrée d’al-Shuhada. Cette attaque intervient deux jours après le rejet par la Haute Cour israélienne d’un dossier déposé par les Palestiniens pour faire ouvrir les rues fermées par l’armée à Hébron.

    -  Mercredi 15 juin, 13 h 30, des colons de la colonie Mitatyahu, à l’ouest de Ramallah, mettent le feu à des dizaines d’oliviers à Bil’in. Les FOI gênent l’accès des pompiers palestiniens sur la zone. A la fin, les pompiers réussissent à éteindre le feu. Vers 17 h 30, des garçons palestiniens s’organisent et balancent des pierres sur les soldats israéliens près du mur d’annexion. Immédiatement, les soldats tirent. Pas de victimes.


    (JPG) Document public

    Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de le contacter à son bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).


    Rapport hebdomadaire pour la période du 9 au 15 juin 2011 : PCHR
    traduction pour ce qui concerne Gaza : Jacques Salles, et la Cisjordanie : JPP


    votre commentaire
  • Rapport sur les violations israéliennes des droits humains


    Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).

    Pendant cette semaine du 2 au 8 juin :

    • un Palestinien a été blessé dans la bande de Gaza ;
    • un mineur palestinien a été blessé dans une attaque lancée conjointement par les FOI et les colons israéliens ;
    • les FOI ont utilisé la force pour disperser les manifestations non violentes commémorant la Naksa palestinienne :
      • 26 manifestants, dont 11 mineurs et une femme, ont été blessés près du check-point de Qalandya, au nord de Jérusalem ;
    • les FOI ont usé de la force contre les manifestations non violentes en Cisjordanie :
      • 2 Palestiniens, dont un journaliste, ont été blessés ;
    • les FOI ont conduit 38 incursions dans les communautés de Cisjordanie :
      • elles ont arrêté 14 Palestiniens, dont 2 mineurs ;
        • parmi les Palestiniens arrêtés : 2 députés du CLP ;
    • les FOI ont poursuivi la colonisation et les colons israéliens leurs attaques en Cisjordanie :
      • les colons ont mis le feu à des champs de blé à Qalqilya ;
      • les colons ont endommagé 20 pieds de vigne et mis le feu à un champ de blé à Beit Ummar, au nord d’Hébron ;
    • Israël a maintenu un siège total sur la bande de Gaza et renforcé le siège de la Cisjordanie :
      • les FOI ont détenu un agent de terrain du PCHR pendant plusieurs heures dans le nord d’Hébron ;
      • et un autre agent du PCHR sur un check-point militaire dans le nord de la Cisjordanie, pour l’interroger sur le rapport annuel du PCHR.

    (JPG)

    Un soldat israélien tire une grenade lacrymogène sur une manifestation non violente
    à Nabi Saleh, en Cisjordanie.


    Violations israéliennes recensées durant la semaine du 2 au 8 juin 2011

    1 - Incursions dans les zones palestiniennes et attaques contre les civils palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

    Jeudi 2 juin

    Une heure du matin, les FOI pénètrent dans Deir al-Ghsoun, au nord de Tulkarem. Elles patrouillent dans les rues et prennent position dans le quartier ouest du village. Près de 50 soldats israéliens descendent des véhicules et progressent vers le domicile d’Abdul Rahman Fehmi Abdul Rahman Zidan, 51 ans, député du Conseil législatif palestinien, du groupe Changement et Réforme, du Hamas.

    L’épouse de Zidan a dit au PCHR que les soldats israéliens avaient franchi le mur de leur maison. Un soldat a parlé à Zidan, par la fenêtre de la chambre et lui a dit : « Ouvre la porte, sinon nous faisons sauter ta maison ». Les FOI font alors irruption dans la maison et retiennent la famille de Zidan dans l’escalier. Elles poussent Zidan devant elles pour fouiller la maison. Une heure plus tard environ, elles arrêtent Zidan.

    2 h, les FOI entrent dans le camp de réfugiés de Balata, à l’est de Naplouse. Elles encerclent la maison de Hussam Mahmoud Abdul Rahman Khader, 48 ans, ancien député du CLP, du groupe parlementaire du Fatah. Sa maison est située dans le quartier est du camp. Elles investissent la maison avec des chiens renifleurs. Elles la fouillent minutieusement et s’emparent de 2 ordinateurs. Elles arrêtent Khader.

    Les FOI encerclent aussi la maison de Yaser Ibrahim al-Badrasawi, 46 ans, marchand de vêtements, dans le quartier d’al-Tiraweyeh, du camp de réfugiés de Balata. Après avoir fouillé minutieusement son domicile, avec des chiens, les FOI arrêtent al-Badrasawi.

    Majda Mohammed Hassan al-Badrasawi, 40 ans, est l’épouse d’al-Badrasawi. Elle a déclaré ceci au PCHR :

    « Vers 2 h 15, le jeudi 2 juin, les forces d’occupation israéliennes ont encerclé notre maison qui est située dans le quartier d’al-Tiraweyeh, dans le camp de réfugiés de Balata. Les soldats se sont servis d’un outil tranchant pour essayer d’ouvrir la porte qui sépare notre appartement de celui de mon beau-frère, Mohammed, mais ils n’ont pas réussi. Ils ont alors cogné dans la porte et appelé : "Mohammed et Yazer, ouvre la porte". Mon beau-frère, Mohammed, a ouvert la porte. Ils ont vérifié sa carte d’identité et celle de ses fils. Mon époux n’était pas avec eux aussi les soldats ont demandé après lui. Mohammed leur a dit que mon époux était chez lui. Ils lui ont dit de frapper à notre porte et de demander à Yasser de sortir. Mon beau-frère a frappé et Yasser est sorti avec sa carte d’identité à la main. Ils ont contrôlé la carte et ont demandé : " Y a-t-il quelqu’un dans la maison ?" Nous leur avons répondu qu’il n’y avait personne. Ils m’ont alors demandé, à mon époux, à mon beau-frère et à nos filles, Walaa, 21 ans, Zahraa, 14 ans, Sujoud, 11 ans, et Ibtihal, 8 ans, de nous mettre dans une pièce de la maison. Ils ont fait entrer un gros chien marron dans la maison. Ils ont suivi le chien et ils ont fouillé la maison. Puis ils ont arrêté mon époux. »

    2 h, incursion dans Naplouse. Les FOI se postent dans le quartier d’al-Maajin, au nord-ouest de la ville, et encerclent l’immeuble du n° 8, propriété de l’université nationale al-Najah. Les soldats cognent à la porte du Dr Ghassan Nayef Talab Thougan, 54 ans, universitaire et dirigeant du Hamas, au cinquième étage de l’immeuble. Thougan ouvre la porte et les FOI l’arrêtent sans pénétrer dans la maison.

    2 h 20, incursion dans Housan, à l’ouest de Bethléhem. les FOI roulent dans les rues puis opèrent sur la maison d’Ali Abdul Wahhab Shaker Hamamra, 22 ans. Elles se retirent vers 3 h après avoir arrêté Hamamra. Elles le frappent à coups de crosses de fusil et à coups de pieds tout en l’emmenant à l’un de leurs véhicules. Elles le conduisent au poste de police de la colonie Kfar Etzion, au sud-ouest de Bethléhem, où il est placé sous interrogatoire sous l’accusation de jets de pierres sur des véhicules des FOI.

    9 h, incursion dans Kafr al-Labad, à l’est de Tulkarem.

    16 h 50, dans Yasouf, au nord-est de Salfit. Les FOI patrouillent dans les rues, retiennent des Palestiniens et les interrogent à propos de leurs lieux de travail et de leurs numéros de téléphone.

    Vendredi 3 juin

    Minuit, les FOI entrent dans al-Hfeira, au sud-ouest de Jénine.

    Minuit et quart, dans Hares, au nord de Salfit, où elles patrouillent dans les rues et pénètrent chez Belal Tahsin Ali Aqel, 26 ans, lui remettent un avis exigeant qu’il se présente devant les Services de renseignements israéliens.

    17 h 30, incursion dans al-Shwaika, banlieue nord de Tulkrem.

    Samedi 4 juin

    2 h, l’armée entre dans Anabta, à l’est de Tulkarem.

    23 h 45, dans al-Nabi Elias, à l’est de Qalqilya.

    Dimanche 5 juin

    10 h 10, incursion dans Bedia, au nord-ouest de Salfit ; dans al-Zawya, même secteur.

    11 h 30, dans Nazlet Issa, au nord de Tulkarem.

    12 h 50, dans Azzoun, à l’est de Qalqilya.

    Lundi 6 juin

    Une heure du matin, incursion dans Azzoun à nouveau. Fouille du domicile d’Umar Abdul Hafiz Odwan. Avant de se retirer, les soldats arrêtent son fils Saji, 16 ans.

    2 h 30, dans le camp de réfugiés de Nour Shams, à l’est de Tulkarem. Les soldats patrouillent dans les rues, prennent position près du quartier d’al-Mansheyeh, à l’est du camp. Ils font sauter la porte d’une maison avec une grenade, chez Nazmi ali Ahmed Eisha, 54 ans, et fouillent la maison. Ils frappent à coups de crosses de fusil le fils d’Eisha, Ashraf, 30 ans. Ils arrêtent un autre fils, Mahfouz, 21 ans, qui est membre du service de la Sécurité nationale palestinienne.

    Les soldats pénètrent ensuite dans la maison voisine qui appartient à Imad Mohammed Ayoub Abu Sareyeh, fouillent la maison et arrêtent Abu Sareyeh.

    Après cela, ils se dirigent vers le nord et se postent dans le quartier d’al-Mahjar, au nord du camp. Ils opèrent sur le domicile de Faisal Mahmoud Abdullah Khalifeh, 30 ans, l’arrêtent, et se retirent.

    Nazmi Eisha, le père de Mahfouz qui a été arrêté, déclare ceci au PCHR :

    « Vers 2 h 45, le 6 juin, nous dormions quand l’armée d’occupation israélienne a investi notre maison. Nous nous sommes réveillés quand les soldats ont fait sauter la porte et j’ai vu alors une cinquantaine de soldats entrer à l’intérieur. Ils se sont déployés dans la maison et ils ont frappé violemment mon fils Ashraf, 30 ans, dans le dos à coups de crosses de fusil. Ils l’ont menotté et amené dans ma chambre. Ils ont regroupé tous les membres de la famille et les ont obligés à rester dans la même pièce. Ils ont questionné alors mon fils Hazem, 27 ans, pour savoir si mon fils Mahfouz, 21 ans, avait mis des armes dans la maison ou non. Ils ont fouillé la maison et ont monté les escaliers jusqu’au deuxième étage. Ils ont arrêté mon fils, celui qui est membre de la Sécurité nationale palestinienne. »

    8 h 30, incursion dans Azzoun, à l’est de Qalqilya.

    9 h 40, dans Kafr Qdoum, au nord-est de Qalqilya.

    10 h 30, dans Anabta, à l’est de Tulkarem. L’armée prend positon près de la mosquée Umar Bin al-Khattab, à l’est du village, et investit le site où travaillent des ouvriers du service électricité de la municipalité. Mohammed Adnan Ateyeh Shehab, 25 ans, technicien en électricité de la municipalité a dit au PCHR que les FOI ont opéré sur le site alors qu’ils s’y trouvaient pour la maintenance sur un poteau électrique et les ont obligés à descendre. Avant de se retirer, elles ont arrêté le responsable technicien, Ibrahim Said Ibrahim Hannoun, 40 ans, et l’ont conduit au check-point d’Innab, sur la route entre Tulkarem et Naplouse, à l’est de Tulkarem. Elles l’ont interrogé sur son travail dans la mosquée et l’ont relâché.

    11 h 40, incursion dans Jit, au nord-est de Qalqilya.

    14 h 30, dans Deir al-Ghsoun, au nord de Tulkarem.

    22 h 30, dans Mithlon, au sud de Jénine.

    Mardi 7 juin

    2 h, l’armée entre dans le camp de réfugiés d’Ein Beit al-Maa, au nord-ouest de Naplouse. Les soldats entourent le domicile d’Ahmed Ali Ahmed al-Haj Ali, 73 ans, député du CLP, groupe Changement et Réforme, Hamas. Son appartement se trouve dans l’immeuble al-Zahra, rue al-Sekka. L’armée fouille son appartement, et l’arrête.

    Au même moment, les FOI font sauter les portes des bureaux du groupe parlementaire Changement et Réforme, au deuxième et quatrième étages de l’immeuble al-Bayan, près de l’hôpital arabe spécialisé de Rafidia, à l’ouest de Naplouse. Les soldats fouillent les bureaux et confisquent un ordinateur ainsi que des fichiers administratifs.

    3 h, incursion dans Jénine. Les soldats patrouillent dans les rues et se regroupent dans la vieille ville, dans le centre de Jénine. Ils investissent la maison d’Adnan Khalil Ibrahim Makhzoumi, 56 ans, après en avoir fait sauter la porte principale. Makhzoumi a dit au PCHR qu’il avait été surpris de voir les FOI chez lui, alors qu’il dormait avec sa famille qui s’est réveillée à cause des cris des soldats. Il a ajouté qu’un membre des FOI s’était présenté comme étant le capitaine Ayoub, des Services de renseignements israéliens, et qu’il avait expliqué qu’ils étaient venus pour arrêter le fils de Makhzoumi, Hani, 29 ans. Les FOI ont arrêté Hani, et se sont retirés. Il faut indiquer que Hani a été libéré de prison six mois plus tôt, après avoir passé 7 ans dans les prisons israéliennes, accusé de faire partie du Hamas.

    3 h, incursion dans Balaa, au nord-est de Tulkarem. L’armée patrouille et se poste dans le quartier ouest du village. Elle opère sur la maison de Fahd Mansour Abdul Rahim Mansour, 24 ans. Un autre détachement se porte en même temps sur des terrains qui appartiennent à la famille Mansour. Ces terrains sont situés à près de 500 mètres de la maison. Après avoir fouillé les deux, maison et terrain, les FOI arrêtent Mansour qui se trouve sur son exploitation.

    10 h, incursion dans Baqa al-Sharqeya, au nord de Tulkarem ; dans Nazlet Issa, même secteur ; dans Jafna, au nord de Ramallah.

    11 h 10, dans Broqin, à l’ouest de Salfit ; dans Kafr Addiq, même secteur.

    11 h 25, les FOI postées dans leurs miradors au passage frontalier d’Erez, au nord de de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, ouvrent un feu intensif sur une trentaine de manifestants, dont 7 militants internationaux de la solidarité, qui se trouvent alors près d’une déchetterie, au nord de l’École d’agriculture de l’université al-Azhar, dans le nord de Beit Hanoun. Les manifestants sont à près de 300 mètres de la clôture qui fait frontière. Mohammed Usama Uthman Ahmed (al-Kafarneh), 19 ans, militant de l’initiative locale d’al-Fartah à Beit Hanoun, reçoit des éclats dans le cou, la poitrine et le pied droit. Ahmed est emmené à l’hôpital public de Beit Hanoun pour y recevoir des soins et où ses blessures se révèlent être entre légères et modérées.

    Saber al-Zaanin est le coordinateur de l’initiative locale à Beit Hanoun et supervise les manifestations organisées près de la frontière contre l’imposition par les FOI d’une zone tampon visant à s’emparer de terres et exploitations palestiniennes. Il rapporte que vers 10 h 50 le mardi 7 juin, la manifestation est partie d’à proximité de l’École d’agriculture à Beit Hanoun et s’est dirigée vers le nord, vers la frontière. Alors que les manifestants en arrivaient à près de 300 m, vers 11 h 25, les soldats de l’occupation israélienne ont ouvert le feu, d’abord sporadiquement, tirant en l’air pour effrayer les manifestants, puis en tirant de façon intensive près des manifestants. Ahmed a été blessé ainsi, et les manifestants ont paniqué. Ils ont quitté la zone précipitamment, surtout quand l’occupant s’est mis à tirer directement sur eux. Les tirs se sont poursuivis pendant une dizaine de minutes, mais les manifestants ont réussi à emmener Ahmed à l’hôpital gouvernemental de Beit Hanoun.

    14 h 30, incursion dans al-Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah. Les soldats circulent dans les rues en provoquant les Palestiniens. Des jeunes se rassemblent et balancent des pierres sur l’occupant qui répond aussitôt en tirant sur les jeunes. Nombre d’entre eux respirent les lacrymogènes. Puis les FOI se retirent.

    22 h 30, dans Jéricho.

    Mercredi 8 juin

    Minuit et quart, incursion dans Deir Ballout, à l’ouest de Salfit.

    1 h 20, dans Yasouf, à l’est de Salfit.

    2 h 30, dans Azzoun, à l’est de Qalqilya, où l’armée patrouille et pénètre chez Said Ismail Radwan avant de se retirer vers 4 h 30. Le fils de Radwan, Nassar, 16 ans, est arrêté.

    2 - Usage d’une force démesurée sur les manifestations non violentes contre la colonisation et la construction du mur d’annexion

    Durant la dernière semaine, les FOI ont continué d’user de la violence contre les manifestations pacifiques des Palestiniens, avec des militants de la solidarité, internationaux et israéliens, pour protester contre la construction du mur israélien en Cisjordanie.

    • Khaled Sabarnah, 42 ans, journaliste à la télévision iranienne, a été touché par une grenade lacrymogène à la jambe droite, et
    • Mosa Ahmed Mohammed Abdul Karim, 45 ans, a été touché par un ricochet de balle à la tête.

    En outre, des dizaines de Palestiniens et d’internationaux ont inhalé les lacrymogènes, et pris des coups par les soldats de l’occupation.

    Bil’in, à l’ouest de Ramallah : vendredi 3 juin après la prière, la manifestation hebdomadaire non violente a lieu dans le village pour protester contre le mur qui traverse et vole les terres du village. Les manifestants brandissent des drapeaux palestiniens, des portraits de Marwan al-Barghouthi, et des banderoles pour le 10è anniversaire du martyre du dirigeant palestinien populaire, Faisal al-Husseini. La manifestation a lieu à la veille du 40è anniversaire de l’invasion israélienne puis de l’occupation du territoire palestinien, en 1967 (Naksa). Les FOI ont monté une clôture de barbelés à environ 100 m du mur. Avant que les manifestants n’y arrivent, elles la ferment et se mettent à tirer sur eux, à balles caoutchouc, à coups de grenades lacrymogènes et assourdissantes. Elles déversent aussi sur les manifestants de l’eau nauséabonde et les poursuivent au milieu des oliviers.

    Khaled Sabarnah, 42 ans, journaliste à la TV iranienne, est atteint par une grenade lacrymogène.

    Ni’lin, à l’ouest de Ramallah : ce même jour, la même manifestation non violente est organisée comme chaque semaine dans le village, contre le mur d’annexion israélien. Quand les manifestants arrivent au mur, l’armée en ferme la porte. Quand les manifestants tentent de passer pour se rendre sur les terres du village qui sont isolées de l’autre côté du mur, l’armée les en empêche. Les manifestants répondent en jetant des pierres sur l’occupant, qui répond en tirant, et en leur faisant la chasse dans les oliviers.

    Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah : ce même jour, la manifestation hebdomadaire des Palestiniens avec des militants israéliens et internationaux, défilent dans les rues du village en scandant des slogans nationaux, exprimant leur refus de l’occupation et de ses actes arbitraires. Ils tiennent des drapeaux palestiniens. Alors qu’ils arrivent sur les terres convoitées par les colons de la colonie Halmish, les FOI bouclent l’entrée sud du village pour leur en fermer l’accès. Les manifestants tentent de passer et l’armée fait barrage. Elle déverse des eaux usées sur eux, se lance à leur poursuite dans les oliveraies, tire sur les manifestants.

    Badras, à l’ouest de Ramallah : samedi midi, 4 juin, des Palestiniens se rassemblent sur une exploitation près de Badras. Ils se dirigent vers un broyeur de pierres installé israélien sur des terres des villages de Shukba, Ni’lin, Qibya, Shabtin et Badras. Alors qu’ils arrivent au broyeur, les soldats israéliens qui gardent la zone commencent à tirer sur eux. D’autres FOI arrivent et se mettent aussi à tirer.

    Mosa Ahmed Mohammed Abdul Karim, 45 ans, est blessé par un ricochet de balle à la tête. Il est transféré au centre médical Palestine à Ramallah pour recevoir les soins nécessaires. Des sources médicales indiquent que ses blessures sont modérées.

    Manifestations non violentes pour le 40è anniversaire du début de l’occupation israélienne en 1967 (Naksa)

    (JPG) Dans le cadre des activités organisées le 5 juin pour le 40è anniversaire de la Naksa palestinienne, les Palestiniens ont fait de nombreuses manifestations non violentes appelant à la fin de l’occupation israélienne. Les FOI ont usé d’une force démesurée pour disperser les manifestants.

    26 manifestants ont été blessés, dont 11 mineurs et une femme. En outre, des dizaines d’entre eux ont respiré les lacrymogènes et pris des coups violents de la part de soldats.

    Check-point de Qalandya, qui sépare Ramallah de Jérusalem : dimanche 5 juin, des Palestiniens, des militants de la solidarité, internationaux et israéliens, se sont rassemblés pour le 40è anniversaire de la Naksa palestinienne. Ils se dirigent vers le check-point de Qalandya. Les FOI ferment les portes et se déploient en grand nombre sur le check-point. Un affrontement se produit entre les soldats et les manifestants. Ceux-ci enflamment des pneus et lancent des pierres et des bouteilles vides sur l’occupant, pendant que les soldats répondent en tirant des balles réelles, d’autres en acier enrobées de caoutchouc, des grenades lacrymogènes et des bombes sonores.

    26 Palestiniens sont blessés, dont 11 mineurs et une femme. De nombreux manifestants souffrent de l’inhalation des gaz et des coups reçus par les soldats. Des sources médicales indiquent que seules, 5 personnes ont été transportées au centre médical Palestine de Ramallah, les autres, qui n’ont pas voulu donner leur nom, ont reçu des soins sur place.

    (le PCHR garde les noms des blessés civils qui ont été emmenés au centre médical.)

    Al-Walaja, au nord-ouest de Beit Jala : dans le même contexte, dimanche 5 juin, des Palestiniens et des internationaux organisent une manifestation non violente devant la grande mosquée, dans le centre du village. Ils se dirigent vers le mur d’annexion où les FOI se sont déjà déployées et ont formé une barrière humaine pour empêcher les manifestants d’arriver au mur. Les soldats encerclent les manifestants et les agressent à coups de clubs, avant de les poursuivre dans les oliveraies. Ils tirent aussi sur eux.

    5 Palestiniens sont blessés par les coups des soldats, et par l’inhalation des lacrymogènes. Ils reçoivent les premiers soins par l’équipe des infirmiers palestiniens.


    3 - Maintien du bouclage des TPO

    Israël maintient un bouclage serré sur les TPO et des restrictions sévères aux déplacements des Palestiniens dans les territoires, dont Jérusalem-Est occupée.

    Bande de Gaza

    Mouvements des personnes et des biens aux postes frontière

    Rafah International

    Sans prévenir la partie palestinienne, les autorités égyptiennes ont fermé le passage de Rafah le samedi 4 juin au prétexte que les formalités de passage n’étaient pas respectées ; sous la pression des protestations des Palestiniens et après concertation entre les deux parties, les autorités égyptiennes ont finalement laissé passer les gens qui voulaient sortir mais le passage à pied d’un poste à l’autre a fait des mécontents, a déclaré le lieutenant-colonel Salama Baraka, directeur général de la police de frontières. Par contre tout s’est bien passé pour les 353 Palestiniens qui sont rentrés à pied

    Le dimanche 5, le lieutenant-colonel Ayoub Abu Shaar, directeur de la police des frontières à Rafah annonce que les procédures côté palestinien sont suspendues au motif que la partie égyptienne au cours de ces derniers jours n’a pas respecté la procédure. Il a déclaré que les travaux reprendraient lundi mais nous ne voulons pas retourner aux procédures d’avant notamment en fixant le nombre de passages, aller et retour.

    Le 8, Abu Shaar annonce l’ouverture du passage dans les deux sens après qu’un accord ait été conclu avec la partie égyptienne, sans donner plus de détails. Les mesures annoncées le 28 mai sont précisées :

    • passages autorisés du samedi au jeudi ;
    • de 9 h à 17 h, heure locale du Caire et fermé le vendredi ;
    • sont dispensés de présenter un visa toutes les femmes, les hommes jusqu’à 18 ans et après 40 ans, les enfants accompagnés de leurs parents ;
    • les hommes entre 18 et 40 ans doivent fournir un visa ;
    • les patients munis d’un certificat de transfert de leur hôpital ;
    • les étudiants avec la preuve qu’ils sont inscrits dans une université étrangère.

    Dans tous les cas, tout le monde doit présenter sa carte d’identité.

    Date  :
     :
    Palestiniens
    sortant
     :
     :
    Palestiniens
    entrant
     :
     :
    Palestiniens
    refoulés
    1er juin  : 382  : 521  : 83
    2 juin  : 455  : 480  : 71
    4 juin  : "  : 353  : "
    5 juin  : "  : 355  : "
    6 juin  : "  : 362  : "
    7 juin  : "  : 411  : "

     :
     :
     :

    Karm Abu Salem (Kerem Shalom)

    Date  : Importations Qté  : Exportations Qté
    1er juin  : denrées alimentaires 854 tonnes  :


     : matériel agricole 1081 tonnes  :


     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
    denrées diverses 1103 tonnes denrées diverses
    836 caisses de vêtements
    1520 caisses de chaussures
    202 machines à laver
    393 réfrigérateurs
    70 fûts
    520 panneaux de verre
    20 voitures
    866 roues
    214 boeufs
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :



     : gaz domestique 111,38 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : ciment pour Sce des Eaux 640 tonnes  :


     : agrégats pour Sce des Eaux 2030 tonnes  :


     : nourritures animales 897 tonnes  :


     : céréales 78 tonnes  :


     : aide humanitaire 3290 tonnes  :


     :

     :

    2 juin  : denrées alimentaires 945 tonnes  :


     : matériel agricole 2021 tonnes  :


     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
    denrées diverses 1206 tonnes denrées diverses
    1466 caisses de vêtements
    645 caisses de chaussures
    680 réfrigérateurs
    322 machines à laver
    20 voitures
    1560 panneaux de verre
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :



     : gaz domestique 133,36 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : agrégats pour l’UNRWA 116 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNDP 1820 tonnes  :


     : nourritures animales 1287 tonnes  :


     : céréales 195 tonnes  :


     : aide humanitaire 2499 tonnes
    10 groupes électrogènes
     :


     :

     :

    5 juin  : denrées alimentaires 785 tonnes  :


     : matériel agricole 1176 tonnes  :


     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
    denrées diverses 1047 tonnes denrées diverses
    1453 caisses de vêtements
    3230 caisses de chaussures
    63 machines à laver
    300 réfrigérateurs
    470 panneaux de verre
    164 fûts
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :



     : gaz domestique 134,77 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : ciment pour l’UNRWA 360 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 92 tonnes  :


     : céréales 1053 tonnes  :


     : aide humanitaire 976 tonnes  :


     :

     :

    6 juin  : denrées alimentaires 1041 tonnes  :


     : matériel agricole 1349 tonnes  :


     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
    denrées diverses 1195 tonnes denrées diverses
    888 caisses de vêtements
    3457 caisses de chaussures
    148 machines à laver
    364 réfrigérateurs
    20 voitures
    3 ascenseurs
    156 cuiseurs
    12 caisses de machines à faire des chips
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :
     :



     : gaz domestique 132,90 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : ciment pour l’UNRWA 360 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 75 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNDP 1050 tonnes  :


     : agrégats pour Sce des Eaux 37 tonnes  :


     : ciment pour l’ANERA 40 tonnes  :


     : céréales 1131 tonnes  :


     : aide humanitaire 2029 tonnes  :


     :

     :

    7 juin  : ciment pour l’UNRWA 418 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 30 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNRWA 1540 tonnes  :


     : nourritures animales 975 tonnes  :


     : céréales 78 tonnes  :


     :

     :

    Le mot caisse est la traduction du mot anglais box. Mais ce mot box est également employé pour dire conteneur. Toutefois, les chiffres donnés semblent très élevés (un conteneur ça fait 40 tonnes).

    Exportations : aucune exportation cette semaine

    Beit Hanoun (Erez)

    Ce poste frontière est resté fermé à tous les mouvements les 7 et 8 juin au prétexte des fêtes juives. Le poste frontière a été rouvert le 9. Il faut souligner que les fermetures répétées dues au fêtes juives rendent encore plus pénible l’attente des candidats au passage, particulièrement les patients qui ont du mal à obtenir leur autorisation de sortie.

    Population  : 1er juin - 2 juin - 3 juin - 4 juin - 5 juin - 6 juin - 7 juin
    Patients  : 34 39 0 0 29 57 0
    Accompagnateurs  : 28 36 0 0 27 52 0
    Palestiniens venant d’Israël  : 1 8 4 0 13 4 0
    Diplomates  : 7 5 0 0 0 4 0
    Presse  : 1 3 3 0 2 1 0
    Internationaux  : 33 39 12 0 13 25 0
    Gazaouis  : 0 2 0 0 4 0 0
    Gens d’affaires  : 61 56 0 0 59 61 0
    Réunions d’affaires  : 0 3 0 0 4 0 0
    Entretiens sécurité  : 0 1 0 0 2 3 0
    Personnalités  : 0 0 0 0 1 1 0
    Ambulances vers Israël  : 3 0 1 0 2 3 0
    Ambulances venant d’Israël  : 1 1 0 0 3 2 0


    Cisjordanie

    Toute la Cisjordanie est bouclée, et les déplacements limités et contrôlés à l’intérieur.

    Jérusalem : les restrictions sont toujours en place sur les déplacements des Palestiniens qui veulent entrer ou sortir de la cité. Des milliers ne peuvent toujours y accéder, de Cisjordanie et de la bande de Gaza. La ville est parsemée et entourée de check-points. Le vendredi, les passages sont encore plus réduits, puisque jour de prière, et des milliers de Palestiniens veulent aller prier à la mosquée al-Aqsa, dans la vieille ville palestinienne.

    Ramallah :

    • — juin, 9 h 30, les FOI posent un check-point sur la route de Beit Our al-Tahata à Beit Our al-Fouqa, à l’ouest de Ramallah ;
      • 17 h, un autre sous le pont Kharabtha al-Misbah, même secteur ;
      • 19 h, un sur la route de Silwad à al-Mazra’a, au nord-est ;
    • 7 juin, 9 h 30, les FOI reviennent sur le check-point d’Attara, au nord, et
      • 17 h 30, pose d’un check-point près de la colonie Ofra, au nord-est.

    Qalqilya :

    • jeudi 2 juin, les FOI posent 6 check-points autour de la ville ;
    • vendredi 3 juin, 4 check-points, et
    • samedi 4 juin, 8 check-points.

    Tulkarem :

    • samedi 4 juin 9 h 30, les FOI posent un check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, près de la Porte Jibara, au sud de Tulkarem ;
    • mardi 7 juin, 9 h, un près du village de Bzaria, au nord, et
    • un au carrefour de Beit Leed, à l’est.

    Hébron :

    • dimanche 5 juin, les FOI posent de nouveaux check-points autour de la ville et imposent des restrictions renforcées ;
    • mercredi 8 juin, 15 h 30, les FOI empêchent des agriculteurs d’aller travailler sur leurs terres au nord de Beit Ummar, au nord d’Hébron ;
      • 16 h, deux agents de terrain du PCHR dont Fahmi Shahin, d’al-Haq, reçoivent un coup de téléphone d’un agriculteur qui les informe que les FOI les ont expulsés de leurs terres, dans le secteur d’‘Ein al-Baida et Abu al-Rish, près de la colonie Bat Ain. Les deux agents du PCHR vont sur le secteur pour voir ce qui s’est passé. Vers 17 h 20, les FOI arrivent sur place et arrêtent les deux agents du PCHR et trois autres personnes. Tous seront relâchés à 20 h.

    Naplouse : dimanche 5 juin, 17 h, des fantassins israéliens posent un check-point sur la route Tulkarem/Naplouse : ils stoppent et fouillent tous les véhicules (comme sur tous les check-points), et interpellent aussi un agent de terrain du PCHR, Hussam ‘Adnan Hattab, 25 ans. Ils l’interrogent surtout sur son travail et sur le PCHR.

    Jénine : jeudi 2 juin, pose d’un check-point sur la route qui relie Jénine et les villages au nord de Tulkarem.

    Salfit :

    • samedi 4 juin, 16 h 30, les FOI posent un check-point à l’entrée de Hares, au nord-ouest de Salfit, et
      • 19 h 30, un autre entre Hares et Kufol Hares, même secteur.

    Jéricho : lundi 6 juin, 18 h 30, pose d’un check-point à l’entrée de Fassayel, au nord de Jéricho.


    4 - Colonisation et agressions des colons israéliens contre les Palestiniens et leurs biens

    La colonisation se poursuit dans les territoires, par les FOI et les colons, en toute violation du droit international, et à la vue de tous.

    -  Jeudi 2 juin, des colons de la colonie Havat Gilad, envahissent les terres du village de Fara’ta, au nord-est de Qalqilya. Ils mettent le feu aux récoltes de blé et jettent des pierres sur les Palestiniens qui défendent leurs terres. Les agriculteurs et villageois palestiniens, qui arrivent très vite pour les aider, essaient d’écarter les colons et de les empêcher de brûler les autres récoltes. Cependant, les colons appellent l’armée qui arrive sur les lieux pour protéger les colons. Les FOI tirent des grenades lacrymogènes et à balles caoutchouc sur les agriculteurs et commencent à frapper.

    • As’ad Amin Mohammed Mahmoud al-Taweel, 16 ans, est touché par une lacrymogène à l’œil gauche, et
    • Jamil Mohammed Dawood, 44 ans, du village de Hares, au nord-ouest de Salfit, est blessé à la jambe gauche, après que les soldats israéliennes l’aient jeté au sol. Il faut indiquer que la jambe de Dawood a déjà été fracturée et que des barres de platine y sont greffées.

    Trois autres civils sont blessés par les colons :

    • ‘Awad Abdul Khaliq Abdul Rahman al-Taweel, 47 ans, touché par une pierre à l’œil gauche ;
    • ‘Adnan Abdul Khlaiq Abdul Rahman al-Taweel, 41 ans, touché par une pierre à la jambe gauche, et
    • Shaher Mohammed Abdul Rahman al-Taweel, 49 ans, qui souffre d’ecchymoses dans le dos.

    Témoignage de l’agent de terrain du PCHR, Shaher Mohammed Abdul Rahman al-Taweel :

    « Vers 19 h 30, jeudi 2 juin, des agriculteurs et moi étions sur notre terre, appelée Khelet al-Doghi, à l’est du village qui est proche de la colonie Havat Gilad. La terre est plantée de blé. Alors que nous moissonnions, 3 colons sont arrivés, ils nous ont regardés et sont partis. Plus tard, ils sont revenus avec environ 25 colons, la plupart masqués, armés, portant des épées et des bâtons, ils avaient avec eux aussi des chevaux et des chiens. Ils se sont dispersés sur les terres qui nous surplombent. Un peu plus tard, 9 colons se sont approchés et ont commencé à mettre le feu au blé sur différentes parties. Nous avons essayé d’éteindre les feux

    Pendant ce temps, ils nous jetaient des pierres. Cependant nous sommes arrivés à les faire reculer d’environ 70 mètres. Plus tard, les forces israélienne sont arrivées sur les lieux et ont tiré sur nous à coups de lacrymogènes et de balles caoutchouc. Nous nous sommes échappés. Des Palestiniens sont arrivés alors du village et notre nombre alors a dépassé les 25 personnes. Nous avons fait front pour protéger nos cultures contre les colons. Les FOI nous ont maîtrisés, et nous étions tous blessés, malgré la présence des soldats israéliens. Par ailleurs, Imad al-Taweel et son frère ‘Adnan, ont été blessés par les colons pendant que les soldats israéliens les maîtrisaient. L’affrontement a duré jusqu’à ce que les colons partent et que les FOI se retirent, à 22 h. »

    -  Lundi soir, 6 juin, et mardi matin 7 juin, des colons de la colonie Karmei Tzur, installées sur les terres palestiniennes de Khellet al-Kutleh, au sud de Beit Ummar et au nord d’Halhoul, dans Hébron, lancent plusieurs attaques contre des exploitations appartenant à Ali Ayad Issa Awad, 45 ans. Ils pulvérisent des produits chimiques d’incinération sur un certain nombre de pieds de vigne et mettent le feu aux autres le mardi matin.

    D’après l’enquête du PCHR, vers 18 h, le lundi 6 juin, Awad se dirige vers ses exploitations limitrophes à la colonie Karmei Tzur, avec différents membres de sa famille. Ils constatent alors que 20 pieds de vigne ont été endommagés par une pulvérisation de produits chimiques d’incinération.

    Vers 10 h, le lendemain mardi 7 juin, Awad se dirigeait vers ses cultures avec son frère. Les deux frères voient des flammes dans un champ de blé et un colon israélien tout près de sa voiture, à tout juste deux mètres des cultures en flamme. Les deux frères alors essaient de maîtriser le feu et de l’empêcher de se propager sur les cultures voisines. Pendant ce temps, le colon israélien monte dans sa voiture et s’éloigne.

    Les cultures en question s’étendent sur 3 dunums. Le feu a endommgé 2 dunums et demi. Il convient de noter que les colons israéliens cherchent, depuis quatre semaines, à s’emparer de 400 m² de ces terres pour les annexer à la colonie Karmei Tzur. Ces terres sont la propriété de plusieurs familles palestiniennes : Sleibi, Awad, Sabarna et Abu Maria.

    -  Mardi matin 7 juin, des dizaines de colons font la chasse à des bergers palestiniens du villalge d’Um al-Kheir, au sud-est de Yatta, dans le sud d’Hébron. Ils les empêchent d’abreuver et de faire paître leurs troupeaux. Les FOI également interpellent Belal Mohammed al-Hathalin, 25 ans, d’Um al-Kheir, sur l’accusation d’avoir « mis son mouton sur une zone militaire ».

    D’après les investigations du PCHR et le témoignage de Yaser Eid al-Hathali, 40 ans, plus de 20 colons de la colonie Carmel, limitrophe au village, protégés par les FOI, se sont rassemblés pendant plusieurs heures de la matinée sur des terres appartenant au village d’Um al-Kheir, situé à l’est de la colonie Carmel. Ils ont empêché les bergers palestiniens d’entrer sur leurs terres et sur les pâturages proches pour faire paître leurs moutons et ils les ont empêchés aussi de les faire boire avec l’eau des puits qui appartiennent au village, et qui sont situés sur les terres où se trouvaient les colons. Comme un certain nombre de bergers essayaient d’aller malgré tout sur les pâturages, les colons, qui étaient protégés par l’armée, leur ont fait la chasse, les ont encerclés, eux et leurs moutons, et jeté des pierres. Un des soldats a donné des coups de pied sur un mouton à plusieurs reprises, et le mouton en est mort. Pendant ce temps, les soldats détenaient al-Hathalin depuis plusieurs heures, ils l’ont relâché dans l’après-midi.

    Al-Hathalin souligne que les Palestiniens dans son village gagnent leur vie avec le bétail et que l’interdiction d’accèder à leurs pâturages et à leurs puits, qui sont de temps à autre fermés par l’armée (qui par contre permet aux colons de venir sur ces pâturages et aux puits), cette interdiction provoque de graves conséquences sur le plan économique, psychologique et au niveau de la vie des Palestiniens du village. Ces pratiques par les colons visent à étrangler les Palestiniens du village et à les contraindre à partir pour que les colons puissent étendre la colonie Carmel vers l’est.


    (JPG) Document public

    Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de le contacter à son bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).


    Rapport hebdomadaire pour la période du 2 au 8 juin 2011 : PCHR
    traduction pour ce qui concerne Gaza : Jacques Salles, et la Cisjordanie : JPP


    votre commentaire
  • Rapport sur les violations israéliennes des droits humains



    Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).

    Pendant cette semaine du 26 mai au 1er juin :

    • un mineur palestinien a été blessé dans le village d’Iraq Bourin, au sud de Naplouse ;
    • les FOI ont continué d’employer la force contre les manifestations non violentes en Cisjordanie :
      • un manifestant palestinien a été blessé à Bil’in, à l’ouest de Ramallah ;
      • 15 manifestants, dont un mineur, ont été arrêtés :
        • parmi ces personnes arrêtées, 7 Palestiniens et 8 militants internationaux ;
    • les FOI ont conduit 47 incursions dans les communautés palestiniennes de Cisjordanie, et une plus limitée dans la bande de Gaza :
      • 29 Palestiniens, dont 4 mineurs et 2 femmes, ont été arrêtés ;
      • les FOI ont lancé une opération de grande envergure contre le Jihad islamique à Jénine et fermé 2 associations de bienfaisance ;
    • les FOI ont poursuivi leurs activités de colonisation, et les colons leurs attaques en Cisjordanie :
      • les FOI ont démoli 8 puits artésiens à Jénine et rasé au bulldozer une boutique de matériels de construction à Qalqilya ;
    • les colons israéliens ont attaqué un berger palestinien à Madma, un village au sud de Naplouse ;
      • les colons israéliens ont mis le feu à 4 dunums (0,4 ha) de cultures d’orge à Madma ;
    • Israël a maintenu un siège total sur la bande de Gaza et resserré celui de la Cisjordanie :
      • 4 Palestiniens au moins ont été arrêtés sur les check-points militaires en Cisjordanie ;
      • les FOI ont gardé en détention un président du Conseil législatif palestinien et 2 députés, et arrêté un troisième député.

    (JPG)

    Les forces israéliennes obligent un civil palestinien à démolir sa propre maison dans le quartier de Wad al-Jouz, à Jérusalem-Est occupée.


    Violations israéliennes recensées durant la semaine du 26 mai au 1er juin 2011

    1 - Incursions dans les zones palestiniennes et agressions contre les civils palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

    Jeudi 26 mai

    Minuit et demi, les FOI pénètrent dans le camp de réfugiés d’al-Arroub, au nord d’Hébron. Elles s’introduisent dans la maison d’Abdul Aziz Salim Balasi, arrêtent le fils de Balasi, Umar, 18 ans, et l’emmènent au centre de détention de Kfar Etzion, au sud-ouest de Bethléhem.

    2 h, incursion dans al-Shawawra, à l’est de Bethléhem. Opération sur la maison de Muhannad Ahmed Saadad al-Asa, 26 ans. L’armée contrôle les identités des habitants, arrête al-Aza et le conduit au centre de détention de Ras Fredes, au sud de Bethléhem. Plus tard, elle le transfère au centre de Kfar Etzion.

    10 h, incursion dans Kafr Zibad, au nord-est de Qalqilya, puis l’armée investit le village voisin de Kafr Abboush.

    10 h 15, dans al-Funduq, à l’est de Qalqilya.

    21 h 30, l’armée entre dans Beit Leqia, à l’ouest de Ramallah, patrouille dans les rues du village. De jeunes garçons se rassemblent et lancent des pierres sur l’occupant, qui répond aussitôt en tirant à balles caoutchouc, avec des bombes assourdissantes et des grenades lacrymogènes. De nombreux jeunes souffrent de l’inhalation des gaz.

    22 h, incursion dans Jafna, au nord de Ramallah.

    22 h 30, dans Jéricho.

    Vendredi 27 mai

    1 h, les FOI entrent dans al-Majd, à l’ouest de Dora au sud-ouest d’Hébron. Elles font irruption dans la maison de Hamza Ibrahim Amr, arrêtent son fils de 18 ans, Abdullah, et l’emmènent au bureau de police près de la colonie Kiryat Arba, au sud-est d’Hébron. Abdullah est arrêté sous l’accusation de jets de pierres sur des véhicules des FOI, près du mur d’annexion. Il est plus tard transféré au centre de détention de Kfar Etzion.

    2 h 30, incursion dans al-Shawawra, à l’est de Bethléhem. Fouille de la maison d’Ahmed Issa Mohammed Hamdan, 24 ans. L’armée arrête Hamdan et le conduit au centre de Ras Fredes, puis le transfère à Kfar Etzion.

    23 h, dans Bitonia, à l’ouest de Ramallah, où l’armée patrouille dans les rues en provoquant les Palestiniens.

    23 h 20, dans Bir Zeit, au nord de Ramallah.

    Samedi 28 mai

    1 h, les FOI entrent dans Bedia, au nord-ouest de Salfit, et se retirent vers 4 h.

    1 h 30, dans Qarawat Bani Hassan, même secteur, pour se retirer vers 4 h 10 ; et dans Kafr al-Diq, à l’ouest de Salfit, d’où l’armée se retire vers 2 h 30, après avoir remis un avis à Samer Anwar Mustafa al-Diq, 35 ans, lui ordonnant de se présenter aux Services de renseignements israéliens.

    Dimanche 29 mai

    1 h, incursion dans Bil’in, à l’ouest de Ramallah. L’armée provoque les Palestiniens en patrouillant dans les rues, klaxonnant et dérangeant les habitants du village. Les soldats se mettent ensuite à tirer de façon intensif avec des grenades lacrymogènes, des grenades assourdissantes et des grenades incapacitantes. Des enfants et des civils du village paniquent. Les FOI se retirent par la suite.

    2 h, dans le camp de réfugiés d’Ukbet Jaber, au sud de Jéricho. L’armée fait irruption dans de nombreuses maisons, délivre des avis à Khalil Abu al-Asal et à Kamal Said al-Lada, leur ordonnant de se présenter devant les Services de renseignements israéliens.

    3 h 30, dans le camp de réfugiés de Nour Shams, à l’est de Tulkarem. Les soldats prennent position dans le secteur d’al-Jama, dans le centre du camp. Ils s’infiltrent dans une maison de trois étages appartenant à Umar Tarif Abdullah Ghannam, 57 ans. Ils démolissent la grande porte de la maison et montent au second étage où Shadi, 31 ans, fils de Ghannam, habite. Shadi n’est pas chez lui. Les soldats démolissent la porte et interrogent son épouse. Ils montent ensuite au troisième étage, et ils démolissent la porte. Ils arrêtent ensuite Fadi, 22 ans, qui est le fils de Ghannam. L’armée utilise des chiens renifleurs pour fouiller la maison, puis se retire. Un peu plus tard, les soldats investissent la maison d’Ali Khari Mohammed Abu Salah, 27 ans, et l’arrêtent. L’armée se retire en début de matinée.

    Rasha Ahmed Jamal Ghannam, 26 ans, l’épouse de Shadi, témoigne auprès du PCHR :

    « Vers 3 h 30, le 29 mai, les soldats israéliens sont entrés dans notre maison de 3 étages, dans le quartier d’al-Jame, dans le centre du camp de réfugiés de Nour Shams. Ils ont démoli la porte principale et sont montés dans la chambre du second étage, où je me trouvais avec mes enfants. Quand je les ai entendus démolir la porte du second étage, je me suis mise à crier. Après avoir démoli la porte, ils ont pointé leurs armes sur moi. J’ai couru vers la pièce où dormaient mes enfants. Je suis descendue au premier.

    D’abord, j’ai pensé qu’ils volaient. L’un des soldats m’a suivi et a pointé son arme sur moi. Il m’a demandé d’une voix basse "Où est Fadi ?". Je lui ai dit qu’ici c’était la maison de Shadi, et qu’il n’était pas là. Le soldat est parti parler avec une autre personne puis il est revenu vers moi. Il m’a posé plusieurs questions sur mon époux, Shadi. Il était le seul soldat à parler arabe. Les soldats alors sont montés au troisième étage, l’un d’eux restant près de la porte de la pièce où je me trouvais. Ils ont démoli la porte du troisième et arrêté mon beau-frère, Fadi. Ils ont fait venir alors des chiens dressés et ont fouillé la maison. Mes enfants et moi étions dans une panique totale. Pendant qu’ils se retiraient de la maison, l’un des soldats a frappé ma belle-mère, Nazira Mohammed Issa Ghannam, 51 ans, qui était au premier étage, avec la crosse de son fusil. Dans la matinée, nous l’avons emmené à l’hôpital. »

    4 h 10, incursion dans Qalqilya ; l’armée arrête Mohammed Nasim al-Shanti, 24 ans.

    10 h 30, dans la banlieue nord de Tulkarem, Shweaka.

    11 h 30, dans Deir al-Sudan, au nord de Ramallah.

    22 h, dans al-Ouja, au nord de Jéricho.

    Mercredi 30 mai

    2 h, les FOI entrent dans le camp de réfugiés de Deishé, au sud de Bethléhem. Elles fouillent de nombreuses maisons dans l’ouest et le nord du camp. Elles se retirent vers 4 h 30, arrêtant 4 Palestiniens, dont 3 mineurs, pour les conduire au centre de détention de Kfar Etzion. Elles les y gardent pour interrogatoire sur accusation de jets de pierres et de cocktails Molotov sur les véhicules des FOI. Les prisonniers sont :

    • Mufti Maarouf Abdul Hamid Umar, 16 ans ;
    • Tamer Harbi Khader Abu Sdoud, 17 ans ;
    • Zakareya Mustafa Ibrahim Abu Aysha, 16 ans, et
    • Qusai Mohammed Mahmoud al-Sharif, 18 ans.

    D’après l’enquête du PCHR, les FOI ont frappé délibérément Mufti Maarouf Abdul Hamid Umar, à coups de pieds, alors qu’ils l’emmenaient à leur véhicule. Elles ont provoqué de légers dommages à la maison de Qusai Mohammed Mahmoud al-Sharif, pendant la fouille, et la panique parmi les frères et sœurs avec leurs actes et leurs cris. Elles ont conduit al-Sharif à pied de sa maison dans le camp de Deishé jusque dans la zone de l’étang de Solomon, dans le village voisin d’al-Khader.

    11 h 30, les FOI entrent dans Seilet al-Daher, au sud de Jénine. Les soldats descendent de leurs véhicules et font un tour dans les ruelles avec un photographe en civil. Celui-ci prend en photo toutes les vieilles maisons et les ruelles qui y conduisent. Puis les FOI se retirent.

    11 h 30, incursion dans Shwaika à nouveau, en périphérie nord de Tulkarem.

    13 h 30, dans Iraq Bourin, au sud de Naplouse, l’armée pénètre en tirant des bombes assourdissantes et des grenades lacrymogènes. Des garçons se regroupent, et lancent des pierres sur l’occupant qui réplique immédiatement en tirant sur eux à balles caoutchouc, avec des grenades lacrymogènes.

    Amir Aref Mustafa Qadous, 16 ans, est atteint par une balle en plein visage, et Sakher Husam Aref al-Faqih, 20 ans, souffre de l’inhalation des lacrymogènes. Les blessés sont transférés à l’hôpital public Rafidia, à Naplouse, pour y recevoir des soins.

    13 h 30, un détachement de soldats israéliens, déguisés en arabe, s’infiltre dans le quartier d’Um al-Sharayet, dans al-Bireh. Les soldats circulent à bord d’un camion Mercedes et d’une Caravelle Volkswagen grise. Les véhicules stoppent près du restaurant populaire Abboud, dans l’immeuble Abu Ahmed al-Malhi, près des bureaux du ministère de l’Économie. Cinq soldats en descendent et pénètrent dans le restaurant. Un peu plus tard, plusieurs véhicules militaires arrivent devant le restaurant et de nombreux soldats y font irruption. Ils fouillent le restaurant, maltraitant les gens qui y travaillent autant que les clients. Quelques minutes plus tard, ils sortent du restaurant avec trois Palestiniens menottés et les yeux bandés.

    Des témoins ont dit au PCHR que les FOI avaient frappé les trois Palestiniens qu’ils venaient d’arrêter, qui furent interrogés et conduits au centre d’interrogatoires d’al-Maskoubeyeh, à Jérusalem. Deux heures plus tard, les FOI reviennent et réopèrent sur le même restaurant. Ils cherchent les caméras de surveillance posées dans le restaurant et qui se trouvaient à l’entrée du restaurant.

    Ils investissent aussi une maison appartenant à Hamza Mohammed Abdul Halim Abdo, 33 ans, lequel est aussi le propriétaire dudit restaurant. Ils lui saisissent deux ordinateurs et trois caméras de surveillance chez lui et dans une boutique voisine. Les soldats conduisent ensuite Abdo vers une destination inconnue. Les trois Palestiniens arrêtés sont :

    • Hamed Naim Hassoun, 18 ans ;
    • Louay Adan, 22 ans, et
    • Saleh Hamed, 23 ans.

    le même jour à 19 h, les FOI libèrent Hamed Naim Hassoun. Le lendemain, elles libèrent Saleh Hamed.

    14 h 10, incursion dans Azzoun, à l’est de Qalqilya. L’armée patrouille dans les rues et fouille un café-internet. Elles retiennent Ramzi Naim Hussein, 16 ans, pour le relâché un peu plus tard.

    22 h, incursion dans al-Nabi Saleh, à l’ouest de Ramallah. Les soldats patrouillent en provoquant, klaxonnant et embêtant les Palestiniens du village. Un certain de nombre de jeunes garçons se regroupent et lancent des pierres sur les FOI qui répliquent immédiatement. Beaucoup de garçons inhalent les lacrymogènes. Puis les FOI s’en vont.

    21 h 30, dans Beit Leqia, même secteur. Même scène.

    Mardi 31 mai

    A) Vaste opération contre le mouvement du Jihad islamique à Jénine

    A l’aube du mardi 31 mai, les FOI lancent une opération d’envergure contre le mouvement du Jihad islamique à Jénine. Elles investissent les villages et quartiers dans Jénine et arrêtent 12 membres du Jihad islamique, dont 2 femmes. Elles saisissent aussi tout ce que possèdent deux associations affiliées au Jihad islamique, mais elles ne parviennent pas à mettre la main sur Khader Mousa, dirigeant politique du Jihad, bien qu’elles aient opéré à son domicile et maltraité sa famille.

    -  Minuit quarante-cinq, incursion dans Arraba, village au sud-ouest de Jénine. L’armée patrouille et stationne dans le centre ville. Un détachement comptant près de 200 fantassins encercle la maison de Khader Adnan Mohammed Mousa, 32 ans, dirigeant du Jihad, et fouille son domicile avec des chiens renifleurs, après avoir obligé les habitants à sortir. Les soldats brutalisent également la famille de Mousa. Avant de se retirer, ils remettent un avis à l’épouse de Mousa lui imposant de se rendre aux FOI au bureau de coordination du district de Salem, dans le nord ouest de Jénine, d’ici 12 h, sinon il sera sur la liste des « recherchés ».

    1 h, incursion dans le quartier Est d’Arraba. Les FOI se postent près de l’école de l’UNRWA et opèrent sur la maison de Jasser Abdul Latif Mohammed Shibani, 43 ans. Elles obligent les habitants à sortir, elles menottent et bandent les yeux de Shibani et de ses fils adultes. Puis elles font rentrer les membres de la famille dans la maison et les regroupent dans une pièce unique, puis elles fouillent la maison. Elles arrêtent la fille de Shibani, Saja, 23 ans, qui est employée à la Société islamique d’entre-aides aux orphelins. Elles saisissent une somme d’argent de Saja et des documents liés à son travail ainsi que des documents d’identification de sa famille.

    1 h, incursion dans la maison de Muna Hussein Awad Dar Hussein Qaadan, 40 ans, qui est la directrice de la Société al-Baraa pour les filles musulmanes. Les FOI arrêtent Dar Hussein et lui confisquent un ordinateur portable, un téléphone mobile et un écran d’ordinateur.

    Plus tard, les FOI vont dans l’ouest d’Arraba. Elles se postent dans le quartier d’al-Mardawi, et font irruption chez Mohammed Azmi Suleiman Mardawi, 30 ans. Elles démolissent la porte principale de la maison et obligent les habitants à sortir, puis fouillent la maison. Elles arrêtent ensuite Mardawi.

    Les FOI se retirent dans la matinée avec les trois Palestiniens arrêtés dans le village d’Arraba.

    2 h, les FOI entrent dans Jénine. Elles s’arrêtent dans la rue Abu Bakr, dans le centre ville. Elles se déploient à proximité de l’immeuble al-Basatin, et occupent les terrasses des immeubles voisins. Elles encerclent l’immeuble al-Basatin et y font irruption. Elles opèrent sur un appartement au troisième étage. Cet appartement comprend les bureaux de la Société islamique d’entre-aides pour les orphelins et de la Société al-Baraa pour les filles musulmanes. Celle-ci a son principal bureau dans Kafr Qasem, à l’intérieur de la Ligne verte. Ce bureau a une licence officielle des autorités israéliennes. Les deux sociétés possèdent plusieurs écoles coraniques et jardins d’enfants. En outre, elles apportent de l’aide aux pauvres et aux orphelins. Les FOI leur confisquent tout le contenu des bureaux et collent des avis sur les portes mentionnant que les deux sociétés sont fermées par ordre de l’occupation israélienne, et qu’il leur est interdit d’ouvrir. Les FOI opèrent aussi sur les bureaux du PPP (le Parti du peuple palestinien), au second étage de l’immeuble al-Basatin, après en avoir détruit la porte d’entrée.

    Un membre du PPP indique au PCHR que les FOI ont fait irruption dans leurs bureaux pour enlever une banderole de la société al-Baraa pour les filles musulmanes qui avait été attachée sur le mur extérieur de l’immeuble.

    2 h, incursion dans al-Zababda, au sud-est de Jénine. L’armée patrouille et se poste dans le quartier sud. Les soldats pénètrent chez Taha Najeh Lutfi Sharqawi, 24 ans. Ils fouillent la maison à l’aide de chiens dressés et saisissent un ordinateur, 5 téléphones mobiles, des documents et des photos de la famille. Ils arrêtent Sharqawi et se retirent.

    2 h, incursion dans Jabaa, au sud de Jénine. Après avoir patrouillé dans les rues, les soldats se postent dans le secteur d’al-Ein al-Sharqeya, à l’est du village. Ils opèrent chez Murad Walid Malaysha, 22 ans, qui est arrêté. Puis ils vont ensuite chez Ibrahim Asaad Mohammed Baddad, 43 ans, qui est également arrêté. Puis s’en vont.

    2 h 20, les FOI entrent dans Kafr Ra’ei, au sud-ouest de Jénine. Elles vont chez Majdi Walid Ibrahim al-Sheikh Ibrahim, 30 ans, qui est entrepreneur. Elles fouillent la maison et l’arrêtent. En plus, elles confisquent des chèques et des documents commerciaux. Puis les FOI vont chez Belal Nabil Said Diab, 27 ans, pour la même opération, avec des chiens. Près d’une demi-heure plus tard, elles arrêtent Diab.

    L’armée se retire de Kafr Ra’ei avec ses deux prisonniers.

    3 h 30, incursion dans Anin, à l’ouest de Jénine. L’armée prend position dans le quartier nord, fouille la maison de Jamal Abdul Fattah Asaad Yousef, 33 ans, et l’arrête.

    3 h 45, dans Seilet al-Hartheyeh, au nord-ouest de Jénine. L’armée se poste dans le quartier d’al-Zyoud, dans le centre. Elle opère sur la maison d’Usama Mohammed Salim Shalabi, 38 ans, et l’arrête. Puis, elle se dirige vers l’est et s’arrête dans le quartier d’al-Saadeya, où elle fait irruption chez Fadi Ahmed Abdul Karim Zayoud (al-Saadi), 26 ans, et l’arrête. Elle va ensuite dans le sud et se poste près de l’immeuble Jawwal, dans le quartier d’al-Jaradat, pènétre chez Mohammed Wajih Mefleh Jaradat, 26 ans, et l’arrête.

    L’armée se retire du village avec les trois prisonniers.

    B) Autres incursions ce mardi 31 mai

    Minuit et demi, les FOI entrent dans Azzoun, à l’est de Qalqilya, patrouillent dans les rues, font irruption dans de nombreuses maisons et arrêtent Mohammed Qaher Abu Haneyeh, 17 ans, et Hadi Anwar Mashaal, 20 ans.

    Le témoignage d’Anwar Mashaal au PCHR :

    « Vers 1 h 30, le mardi 31 mai 2011, l’armée israélienne est arrivée chez moi. Les soldats ont fait irruption dans tous les étages, commençant du rez-de-chaussée jusqu’au quatrième étage. Ils avaient sauté du mur et pénétré dans la cour. Ils ont démoli la porte extérieure puis pénétré dans la maison, endommageant gravement les portes. J’ai ouvert la porte et ils ont voulu entrer. Je leur ai demandé d’attendre 5 minutes pour que les femmes puissent se préparer, mais ils ont refusé. Ils sont entrés dans la maison, la fouillant et vandalisant tout son contenu. Avant cela, ils ont obligé tout le monde à sortir de la maison.

    Ils voulaient que les enfants quittent la maison, mais je leur ai dit que c’était des enfants, et qu’il n’y avait aucune raison de les réveiller et de les obliger à sortir. Finalement, l’officier a acquiescé. J’ai dit alors, "Si vous cherchez l’un de mes fils, prenez-le simplement et évitez de démolir la maison". Cependant, ils ont tout vandalisé dans la maison. Ils ont arrêté mon fils, Hadi, qui dormait avec moi. Hadi est malade. Il a une jambe fracturée avec une plaque de platine transplantée dans la jambe. Quand ils nous ont autorisés à entrer dans la maison, nous n’avons pu que constater tous les dégâts, ils avaient esquinté les sofas, les toilettes, les ordinateurs, et la cuisine. Il y a un gros container que nous utilisons pour conserver de l’huile. Ils l’avaient renversé et l’huile s’était répandue partout. Ils ont détruit tout ce qu’ils ont vu dans la maison. »

    2 h 30, incursion dans Alar, au nord de Tulkarem.

    8 h 30, les FOI pénètrent à 300 mètres par l’est dans le camp de réfugiés d’al-Bureij au centre de la bande de Gaza. Jusqu’à 13 h, les bulldozers et les niveleuses ont poursuivi leur travail de ratissage systématique. Puis ils ont rejoint la frontière.

    14 h, incursion dans Khrebtha al-Mesbah, à l’ouest de Ramallah ; et dans le sud d’Hébron, où l’armée fouille la maison de Said Yaaqoub Abu Rmouz, contrôle les identités et arrête le fils de Rmouz, Attar, 21 ans, et l’emmène au bureau de police près de la colonie Kiryat Arba, au sud-est d’Hébron, accusé d’avoir « battu un soldat israélien », puis Attar est conduit au centre de Kfar Etzion.

    Il convient de noter qu’Attar venait juste, la veille 30 mai, d’être libéré d’une prison israélienne où il avait passé trois mois, et payé une amende de 3000 NIS (nouveau shekel israélien, soit plus de 610 €) pour la même accusation.

    22 h 30, incursion dans Jéricho.


    2 - Usage d’une force démesurée contre les manifestations non violentes contre la colonisation et la construction du mur d’annexion

    Durant la semaine écoulée, les FOI ont continué d’utiliser la violence contre les manifestations pacifiques organisées par les Palestiniens, avec des militants internationaux et israéliens. De nombreux manifestants ont inhalé les lacrymogènes lâchés par l’occupant, et pris des coups par les soldats.

    Ibrahim Abdul Fattah Birnat, 29 ans, a été touché par une grenade lacrymogène à l’épaule droite, pendant que 15 manifestants, dont un mineur, ont été arrêtés : 7 Palestiniens et 8 internationaux.

    -  Bil’in, à l’ouest de Ramallah : vendredi 27 mai, après la prière, les Palestiniens, internationaux et israéliens de la solidarité se dirigent, comme chaque semaine, en manifestation vers le mur d’annexion. L’occupant a installé une clôture de barbelés à environ 100 mètres du mur. Avant que les manifestants n’y arrivent, les FOI ferment la clôture et tirent. Elles déversent aussi de l’eau nauséabonde sur les manifestants et se lancent à leur poursuite au milieu des oliviers

    Ibrahim Abdul Fattah Birnat, 29 ans, prend une grenade lacrymogène dans l’épaule droite, et d’autres manifestants respirent les gaz.

    -  Ni’lin, à l’ouest de Ramallah : ce même vendredi 27 mai, après la prière, même manifestation hebdomadaire, non violente, contre la construction du mur. Quand les manifestants arrivent près du mur, les Israéliens bouclent la porte dans le mur, les empêchant d’atteindre les terres du village isolées de l’autre côté. Les manifestants réagissent en balançant des pierres sur les soldats de l’occupation, qui répondent en tirant et en leur faisant la chasse dans les oliveraies.

    -  Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah : même manifestation, ce vendredi, contre le mur et la colonisation. Les manifestants défilent dans les rues du village, scandant des slogans nationaux, exprimant leur refus de l’occupation et de ses actes arbitraires. Ils brandissent des drapeaux palestiniens, se dirigent vers les terres dont les colons israéliens de Halmish veulent s’emparer. Les FOI ferment l’entrée sud du village et empêchent les Palestiniens et internationaux d’atteindre lesdites terres. Alors que les manifestants tentent de passer, l’occupant tire et déverse son eau usée sur les manifestants. Beaucoup inhalent les lacrymogènes et se font brutaliser par les soldats. L’armée tire, et lance des grenades assourdissantes et lacrymogènes.

    Conséquence, le feu prend dans le contenu de la maison d’Abdul Rahman al-Tamimi suite à un tir de lacrymogène à l’intérieur de la maison. En outre, des oliveraies voisines du village brûlent, la Défense civile est appelée pour maîtriser l’incendie.

    Six manifestants sont arrêtés, dont 4 internationaux (les noms ne sont pas connus) qui ont été emmenés vers une destination inconnue. Les deux autres sont :

    • Samer ‘Atwani, 22 ans, et
    • ‘Alaa ‘Atwani, 23 ans.

    -  Beit Ummar et Safa, au nord d’Hébron : le samedi 28 mai, les FOI se déploient dans ces villages pour empêcher les Palestiniens, avec les internationaux, d’aller travailler sur leurs terres situées près de la colonie Bat Ayin, au nord-ouest de Beit Ummar. Les FOI arrêtent des dizaines de Palestiniens, et les relâchent un peu plus tard le même jour.

    D’après les informations recueillies par les PCHR, les Israéliens ont pénétré de force dans les fermes à Ein al-Baida, au sud de la colonine Bat Ayin, pour faire partir les agriculteurs et les militants internationaux de ces terres, interpellant une vingtaine de personnes, dont des femmes et des enfants, et les détenant en plein air, sous le prétexte qu’ « ils avaient pénétré dans une zone militaire fermée », avant d’arrêter 15 Palestiniens et militants internationaux. Les détenus sont emmenés au poste de police israélien près de la colonie Gush Etzion, au nord d’Hébron. Plus tard dans la soirée, les FOI libèrent 5 Palestiniens, gardant un international en détention jusqu’au lendemain matin où il sera libéré sous caution.

    Les détenus, libérés par la suite, sont :

    • Majd Isma’il ‘Adi, 17 ans ;
    • Iyad Bassam Khalil Za’aqiq, 35 ans ;
    • Omar Hani Nemer ‘Adi, 18 ans ;
    • Hatem Khalil Mahmoud Abu Dayya, 38 ans, et
    • Yusef Abdul Hamid Abu Maria, 37 ans.

    -  Iraq Burin et les villages voisins, au sud de Naplouse : le même jour, samedi, des Palestiniens et militants internationaux et israéliens organisent une manifestation non violente à Iraq Burin et dans les villages avoisinnants. Ils marchent en direction des terres que les colons tentent de voler, dans le sud du village, à l’ouest de la colonie Bracha. Les manifestants ne sont pas arrivés encore sur les terres en question que les troupes d’occupation tirent sur eux. Les manifestants respirent les lacrymogènes. Les FOI leur font la chasse et arrêtent 3 internationaux après qu’ils soient entrés chez Nader Ibrahim Qa’dan, dans l’ouest du village. Le PCHR n’a pu identifier ces internationaux.

    -  Passage frontalier d’Erez, bande de Gaza : 11 h 30, depuis la frontière aux abords du poste frontière de Erez au nord de la bande de Gaza, les FOI ont ouvert le feu sur une manifestation pacifique comptant environ 50 personnes alorsq qu’elles arrivaient à la ligne des 300 mètres, à l’intérieur de la frontière. Parmi les manifestants il y avait 15 militants pacifistes internationaux. Les tirs par intermittence ont duré un quart d’heure. On ne compte aucun blessé.

    Saber al-Za’anin, un des responsables de la manifestation a déclaré au PCHR que l’objectif était de condamner la décision israélienne de ceinturer la bande de Gaza par une zone de 300 mètres de large tout le long de la frontière à l’intérieur de la bande de Gaza, ce qui signifie encore moins de terres cultivables pour la population.


    3 - Maintien du bouclage des TPO

    Israël maintient un bouclage étanche des TPO et ses restrictions aux mouvements des Palestiniens, dans la bande de Gaza comme en Cisjordanie, dont Jérusalem-Est occupée.

    Bande de Gaza

    Mouvements des personnes et des biens aux postes frontière

    Les Autorités égyptiennes ont ouvert le poste frontière de Rafah International le 28 mai 2011 selon certaines directives. Tout d’abord les heures d’ouvertures s’étalent de 9 h à 17 h, tous les jours sauf les vendredis et les jours fériés.

    Ensuite les catégories concernées suivantes sont dispensées de visa : toutes les femmes ; les hommes de moins de 18 ans et de plus de 40 ans ; les malades qui sont munis d’un transfert médical ; les enfants qui accompagnent leurs parents dispensés de fournir le visa ; les étudiants à la condition qu’ils présentent leur inscription à un établissement d’enseignement ; tous les autres candidats au passage doivent fournir carte d’identité et passeport.

    Enfin, la Commission des frontières chargée du passage des gens, du Hall de contrôle à la frontière égyptienne, a remplacé les taxis par des bus. Toutefois les taxis sont autorisés à assurer le transport dans le sens de l’Égypte vers la bande de Gaza. Les chauffeurs de taxis protestent contre cette décision.

    Rafah International

    Date  :
     :
    Palestiniens
    sortant
     :
     :
    Palestiniens
    entrant
     :
     :
    Palestiniens
    refoulés dans Gaza
    25 mai  : 336  : 236  : 28
    26 mai  : 323  : 409  : 33
    28 mai  : 404  : 159  : 31
    29 mai  : 581  : 271  : 33
    30 mai  : 426  : 332  : 22
    31 mai  : 367  : 483  : 161

     :
     :
     :

    Karm Abu Salem (Kerem Shalom)

    Date  : Importations Qté  : Exportations Qté
    25 mai  : denrées alimentaires 1117 tonnes  :


     : matériel agricole 1589 tonnes  :


     : denrées diverses 1260 tonnes  :


     : gaz domestique 130,55 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : ciment pour l’UNRWA 150 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNRWA 230 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 22 tonnes  :


     : ciment pour Sces des Eaux 400 tonnes  :


     : agrégats pour l’ANERA 1330 tonnes  :


     : céréales 13 tonnes  :


     : nourritures animales 1365 tonnes  :


     : aide humanitaire 2263 tonnes  :


     :

     :

    26 mai  : denrées alimentaires 697 tonnes  :


     : matériel agricole 1738 tonnes  :


     : denrées diverses 896 tonnes  :


     : gaz domestique 131,57 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : agrégats pour l’UNRWA 3430 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 14 tonnes  :


     : céréales 40 tonnes  :


     : nourritures animales 1209 tonnes  :


     : aide humanitaire 3819 tonnes  :


     :

     :

    29 mai  : denrées alimentaires 947 tonnes  :


     : matériel agricole 712 tonnes  :


     : denrées diverses 1292 tonnes  :


     : gaz domestique 134,26 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : ciment pour l’UNRWA 320 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNRWA 2520 tonnes  :


     : céréales 585 tonnes  :


     : aide humanitaire 3458 tonnes  :


     :

     :

    30 mai  : denrées alimentaires 846 tonnes  :


     : matériel agricole 1182 tonnes  :


     : denrées diverses 1089 tonnes  :


     : gaz domestique 135,26 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : ciment pour l’UNRWA 200 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 7 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNRWA 1890 tonnes  :


     : ciment pour l’UNDP 120 tonnes  :


     : céréales 1014 tonnes  :


     : nourritures animales 40 tonnes  :


     : aide humanitaire 2460 tonnes  :


     :

     :

    31 mai  : denrées alimentaires 939 tonnes  :


     : matériel agricole 1163 tonnes  :


     : denrées diverses 1283 tonnes  :


     : gaz domestique
     :


     : fioul industriel
     :


     : céréales 78 tonnes  :


     : nourritures animales 975 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNRWA 1540 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 30 tonnes  :


     : ciment pour l’UNRWA 418 tonnes  :


     : diesel pour l’UNRWA 222 000 litres  :


     : essence pour l’UNRWA 35 000 litres  :


     : aide humanitaire 2470 tonnes  :

    Exportations : aucune exportation cette semaine

    Beit Hanoun (Erez)

    Population  : 25 mai - 26 mai - 27 mai - 28 mai - 29 mai - 30 mai - 31 mai
    Patients  : 35 27 6 0 34 38 36
    Accompagnateurs  : 31 24 5 0 38 42 38
    Palestiniens venant d’Israël  : 8 14 0 0 13 2 12
    Diplomates  : 4 5 0 0 0 3 3
    Presse  : 0 0 1 0 24 5 4
    Internationaux  : 32 65 6 0 6 44 20
    Gazaouis  : 0 0 0 0 4 0 1
    Gens d’affaires  : 66 67 0 0 67 64 65
    Réunions d’affaires  : 6 0 0 0 0 0 0
    Entretiens sécurité  : 0 5 0 0 5 0 0
    Personnalités  : 0 1 0 0 1 0 0
    Ambulances vers Israël  : 1 4 4 0 4 1 3
    Ambulances venant d’Israël  : 1 2 0 0 1 2 4


    Cisjordanie

    Toute la Cisjordanie est bouclée, et à l’intérieur, les restrictions aux déplacements des Palestiniens demeurent.

    Jérusalem : la cité connaît toujours les mêmes restrictions. Des milliers de Palestiniens de la bande de Gaza et du reste de la Cisjordanie ne peuvent toujours y pénétrer. De nombreux check-points sont posés autour et dans la ville de Jérusalem.

    Ramallah :

    • jeudi 26 mai, les FOI posent 2 check-points autour de la ville ;
      • 20 h, un autre près de l’entrée de Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah ;
    • vendredi 27 mai, les FOI posent 2 check-points autour de la ville ;
    • samedi 28 mai, 9 h 30, les FOI reviennent sur le check-point d’‘Attarah, à l’entrée nord de Birzeit, au nord de Ramallah ;
    • dimanche 29 mai, 11 h 30, pose d’un check-point à al-Janiya, au nord ;
      • 20 h, un à l’entrée de Beit Reema, au nord-ouest, et
      • 20 h 10, un à l’entrée d’‘Aboud, même secteur.

    Qalqilya :

    • vendredi 27 mai, les FOI posent 6 check-points sur la route Qalqilya/Naplouse ;
    • samedi 28 mai, 6 check-points sur la même route ;
    • dimanche 29 mai, 17 h 45, un check-point entre ‘Azzoun et ‘Asala, à l’est de Qalqilya, et
    • 19 h 55, un au carrefour de Kafr Laqef, à l’est.

    Tulkarem :

    • jeudi 26 mai, 21 h, les FOI posent un check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, près de la porte du check-point de Jbarah, dans le secteur de Mothallath Jbarah, au sud de Tulkarem ;
    • vendredi 27 mai, les FOI sur le check-point d’‘Ennab, sur la route Tulkarem/Naplouse, à l’est de Tulkarem, imposent des restrictions renforcées aux passages des Palestiniens, après que les gardes-frontière soient arrivés sur le check-point ;
      • 8 h 30, les FOI ferment le check-point pour empêcher les Palestiniens de sortir de Tulkarem, le check-point sera rouvert par la suite ;
      • 20 h 30, nouveau check-point sur la route Tulkarem/Kafr al-Labad, à l’est de la ville ;
    • samedi 28 mai, 9 h, les FOI posent un check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, au sud de Tulkarem ;
      • 11 h, un autre sur la même route, près de Far’oun, même secteur ; des sources de la Sécurité ont indiqué au PCHR que les soldats israéliens postés au check-point avaient détenu un policier palestinien pendant un moment, et l’avaient relâché après l’intervention du Bureau de liaison militaire, et
    • dimanche 29 mai, 9 h 30, pose d’un check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, dans le secteur de Mothallath Jbarah, au sud de la ville.

    Jénine :

    • samedi 28 mai, 11 h 30, les FOI posent un check-point au carrefour de Maslia, au sud de Jénine.

    Salfit :

    • vendredi 27 mai, 22 h 30, pose d’un check-point entre Bruqin et Kafr al-Deek, à l’ouest de la ville, et
    • samedi 28 mai, 20 h, idem à l’est de Deir Istia, au nord-ouest de Salfit, check-point retiré à 21 h.

    Jéricho :

    • vendredi 27 mai, 10 h 30, les FOI posent un check-point près de l’entrée d’al-Jiftlik, au nord de Jéricho.


    Arrestations sur les check-points

    -  Jeudi 26 mai, 10 h, un détachement de gardes-frontière israéliens arrêtent Ahmed Taher Dawood Nasser, 25 ans, d’Ezbet al-Jarad, à l’est de Tulkarem, à un check-point posé sur la route Tulkarem/Qalqilya, près du pont de la route de contournement qui relie al-Taiba, à l’intérieur de la Ligne verte, à la colonie Avni Hefetz, au sud de Tulkarem.

    Les forces israéliennes arrêtent sa Fiat Punto, louée à la société de location de voitures Phoenix. La voiture se dirige vers Qalqilya et est conduite par Nasser. Ahmed Mahere Saleh Yusef, 27 ans, qui accompagne Nasser, indique que les FOI avaient posé le check-point à cet endroit. Elles y ont laissé passer toutes les voitures, sauf la leur. Après avoir contrôlé l’identité du conducteur, elles l’arrêtent et elles retirent aussitôt le check-point.

    -  Même jour, 17 h, les FOI qui patrouillent dans les rues et quartiers du sud d’Hébron arrêtent Omar Taha Yassin Abu Snina, 18 ans, qui travaille dans un atelier de menuiserie. Elles l’interpellent alors qu’il rentre chez lui, au prétexte qu’elles auraient trouvé un couteau sur lui. Elles le dirigent sur le bureau de police israélien proche de Kiryat Arba. Il est accusé de « possession d’un outil tranchant » puis transféré au centre de Kfar Etzion, au sud de Bethléhem.

    -  Dimanche 29 mai, 6 h, une patrouille des FOI, à proximité de la colonie d’Azar, au sud-ouest de Bethléhem, arrête Mohammed Yusef Ali Safi, 21 ans, du village d’al-‘Ebeidiya, à l’est de Bethléhem. Les Israéliens l’arrêtent après l’avoir interpellé près de la colonie. Plus tard, il est emmené au poste de police dans le complexe de Kfar Etzion. Il est accusé d’avoir tenté de pénétrer dans la colonie alors qu’il possède un permis de travail, mais qui a expiré deux jours plus tôt.

    -  Mardi 31 mai, les FOI sur un check-point dans le sud de la Cisjordanie arrêtent Nizar Abdul Aziz Ramadan, 47 ans, député au Conseil législatif palestinien dans le groupe Changement et Réforme. Ramadan est arrêté après avoir été retenu avec le Dr Aziz Dweik, président au CLP, Anwar Zaboun, député au CLP, de Bethléhem, et Basem al-Za’arir, député, d’Hébron, pendant plus de 4 heures.

    D’après l’enquête conduite par le PCHR, vers 15 h, ce mardi 31 mai, alors que Dweik et les trois membres du CLP circulent à bord d’une jeep Mitsubishi Begaro, se rendant au service de commémoration de Faisal al-Husseini, ils sont arrêtés par des soldats israéliens au check-point au carrefour sur la route qui va de l’est de Sawahra à la vallée d’al-Nar, au nord-est de Bethléhem, au check-point « Container ». Après le contrôle de leurs identités, les FOI les gardent de 15 h à 19 h 30, avant d’arrêter Ramadan qui est emmené vers une destination inconnue.

    Dweik, Zaboun et al-Za’arir, sont relâchés après qu’on leur ait remis une notification militaire pour qu’ils se présentent devant les Services de renseignements israéliens (IIS). Dweik souligne que les soldats israéliens les ont gardés, lui été les 3 députés, pendant plus de 4 heures dans une salle de détention du check-point, lequel est formé de barrières et de miradors. Ils ont été informés de l’arrestation du député Ramadan, ils ont reçu les notifications militaires et ils ont été relâchés.


    Harcèlement sur les check-points

    -  Samedi 28 mai, les FOI torturent Mahmoud Mohammed al-Battat, 20 ans, du secteur de Sheika, à l’est d’al-Dhahirya, au sud d’Hébron. Battat est arrêté dans le sud-ouest du village alors qu’il rentre de son travail, à Beersheba.

    D’après l’enquête du PCHR, il est environ 19 h, ce samedi 28 mai, al-Battat rentre de son travail à Beersheba. Des soldats israéliens patrouillent à l’ouest du check-point au sud de son village, al-Dhahirya, et l’arrêtent. Ils le gardent en détention, le frappent et le torturent. Il est inconscient de 19 h 40 à 23 h. Après avoir repris connaissance, il appelle sa famille. Après avoir passé 2 h à le chercher, sa famille le trouve enfin, gisant sur le sol. Il est couvert d’ecchymoses.

    L’enquête du PCHR confirme que lorsque la famille l’a trouvé dans un état déplorable, elle l’a transporté au centre médical Doma, à l’est d’al-Dhahirya, où il a reçu les premiers secours. Par la suite, il a été emmené par une ambulance du Croissant-Rouge à l’hôpital public d’Hébron à 1 h 30, le dimanche 29 mai.

    Des sources médicales indiquent qu’al-Battat a été admis au service des urgences, il souffre de douleurs graves dans tout le corps, d’une hémorragie à l’œil gauche, d’ecchymoses au visage et dans le dos, des marques bleues recouvrant tout son corps.


    4 - Activités de colonisation et agressions des colons israéliens contre les Palestiniens et leurs biens

    La colonisation se poursuit dans les TPO, en violation du droit humanitaire international. Et les agressions des colons installés illégalement dans les TPO contre les Palestiniens.

    -  Dimanche 29 mai, 13 h 30, les FOI, accompagnées de véhicules, de bulldozers et d’excavateurs pénètrent dans la plaine nord de Kafr Dan, au nord-ouest de Jénine. Des soldats descendent des véhicules et disent aux agriculteurs qu’ils ont reçu l’ordre de démolir 12 puits artésiens, puits qui ont été creusés sans l’autorisation israélienne. Puis les bulldozers commencent la démolition des puits.

    Une heure après le début des démolitions, les habitants du secteur et des personnalités réagissent et se rassemblent sur les lieux auprès des soldats israéliens. Certains des habitants se tiennent debout, face aux bulldozers pour les arrêter. Après avoir discuté avec les manifestants, les soldats israéliens arrêtent la démolition des puits, à condition que les habitants se retirent. Cependant, les FOI ont quand même démoli 8 puits. Ils se retirent. Pas d’arrestations.

    Les puits démolis appartiennent à :

    • Mohammed Ahmed Shafi’ Jabarin, 40 ans ;
    • Sobhi Nemer Yunis Mer’I, 50 ans ;
    • Hosam Mahfouz Nemer Mer’I, 50 ans ;
    • Baha’ Mohammed Ghalib Mer’I, 33 ans ;
    • Mostafa Ahmed ‘Ashour ‘Abed, 69 ans ;
    • Sobgi Ahmed Mostafa ‘Abed, 70 ans ;
    • Omar Saleh Monir ‘Abed, 38 ans, et
    • Mohammed Abdul Qader Sa’di, 40 ans.

    Témoignage de Mostafa ‘Ashour au PCHR :

    « Vers 13 h 30, le 29 mai 2011, les FOI, appuyées par des véhicules militaires, des bulldozers et des excavateurs pénètrent dans la plaine nord du village de Kafr Dan. Les soldats israéliens déclarent aux agriculteurs qu’ils sont là pour démolir les puits artésiens du secteur, prétendant qu’ils ont été creusés sans autorisation. Les soldats israéliens démolissent 8 puits, dont un qui m’appartient. Je me souviens qu’il y a deux ans, les FOI avaient fait irruption dans le secteur, confisqué une pompe à eau, coupé des canalisations et des câbles électriques, ceci parce que le puits était tari.

    J’ai creusé ce puits au début des années quatre-vingt-dix pour irriguer mon exploitation, un terrain estimé à 70 dunums (7 ha), sur lequel 8 serres sont montées. Les FOI ne m’avaient remis aucun avis à propos de l’irrigation de mon exploitation avec le puits ni à propos de son utilisation. C’est une grosse perte, et cette perte devient énorme vu le moment choisi pour la démolition des puits, car les cultures ont besoin d’eau dans cette période de floraison. Je crois que les FOI ont démoli les puits à ce moment pour accroître les pertes et les dommages qu’ils nous provoquaient. »

    -  Lundi 30 mai, 9 h 30, les FOI accompagnées de 20 véhicules militaires et d’un bulldozer pénètrent dans Jinsafout, à l’est de Qalqilya. Elles font irruption dans un magasin de vente de matériels de construction, qui appartient à Mahmoud Yusef Mohammed Soqqar, 31 ans, habitant du village. Les soldats démolissent le magasin, motif : il s’est monté sans l’autorisation (israélienne).

    Soqqar témoigne au PCHR :

    « Le lundi 30 mai, vers 9 h 30, une jeep de l’armée et une autre de l’organisation civile arrivent au magasin, où je vends des matériels de construction et du sanitaire. Les soldats israéliens disent que nous devons vider le magasin de tout ce qu’il contient dans le quart-d’heure qui suit. Plus tard, une vingtaine de jeeps de l’armée et des ouvriers arrivent. Les ouvriers commencent à jeter le contenu du magasin à l’extérieur. Résultats : 20 éviers brisés, 20 seaux de peinture et d’autres matériels de plomberie endommagés et des vitres fracassées. La perte est estimée à 150 000 NIS (30 500 €). Ensuite, le bulldozer a démoli le magasin lui-même, montant : 30 000 NIS (6100 €). »

    -  Jeudi 26 mai, 16 h 30, des colons israéliens de la coloine Yitzhar, installée sur une partie des terres du village de Madma, au sud de Naplouse, frappent Hamad Jaber Ahmed al-Qet, 66 ans, avec des clubs. Celui-ci souffre de blessures et d’une fracture à la tête, en plus d’ecchymoses sur tout le corps.

    Dans son témoignage au PCHR, al-Qet indique que vers 16 h 30, il faisait paître ses moutons dans le secteur d’al-Sawawin, au sud de Madma, à environ 300 mètres de la limite sud du village. Soudain, un groupe de colons commence à l’agresser et à le frapper à coups de clubs sur la tête et tout le corps, jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Des habitants du secteur l’ont transporté à l’hôpital Rafidia à Naplouse pour qu’ils reçoivent les soins nécessaires. Il s’est réveillé à l’hôpital.

    -  Lundi 30 mai, 15 h 30, une dizaine de colons de la colonie Yitzhar mettent le feu aux champs d’orge dans les zones d’Ein al-Sha’ra et al-Sawawin. Les exploitations sont à environ 2 km de la colonie. Environ 4 dunums de culture d’orge brûlent avant que les habitants ne puissent éteindre le feu.

    Ces exploitations appartiennent à Hassan Mohammed Zyada, membre du Conseil du village.

    Il faut indiquer que cette attaque est la deuxième du genre en 4 jours, Hamad Jaber Ahmed al-Qat, 66 ans, a lui aussi été frappé à coups de clubs le 26 mai dernier. Les agriculteurs craignent pour leur vie, à cause de ces attaques répétées des colons dans la région.


    (JPG) Document public

    Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de le contacter à son bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).


    Rapport hebdomadaire pour la période du 19 au 25 mai 2011 : PCHR
    traduction pour ce qui concerne Gaza : Jacques Salles, et la Cisjordanie : JPP


    2 commentaires
  • Rapport sur les violations israéliennes des droits humains


    Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).

    Pendant cette semaine du 19 au 25 mai :

    • un civil palestinien a été tué par les FOI près de la frontière à l’intérieur de la bande de Gaza :
      • un Palestinien a été blessé dans l’est de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza ;
    • 2 garçons palestiniens souffrent de graves brûlures à la suite de l’explosion d’une grenade fumigène laissée par les FOI à Hébron ;
    • les FOI ont continué de prendre pour cibles les agriculteurs palestiniens dans les zones frontalières à l’intérieur de la bande de Gaza :
      • ils ont tiré sur des agriculteurs palestiniens à deux occasions, aucune victime n’a été signalée ;
    • les FOI ont continué d’user de la force contre les manifestations non violentes en Cisjordanie :
      • 2 manifestants, dont un international, ont été blessés ;
      • 11 manifestants ont été arrêtés, dont 10 militants israéliens et un international ;
    • les FOI ont conduit 38 incursions dans les communautés palestiniennes en Cisjordanie :
      • elles ont arrêté 15 Palestiniens dont 4 mineurs ;
      • parmi ces personnes arrêtées, il y a la mère de Sheikh Saleh Al-Arouri qui est exilé en Syrie ;
    • les FOI ont poursuivi la colonisation et les colons leurs agressions en Cisjordanie :
      • les colons israéliens ont provoqué de graves dommages à une maison palestinienne, au sud-ouest de Bethléhem ;
      • 70 oliviers à proximité de la colonie Qidoumim, au nord-est de Qalqilya, ont été arrachés ;
      • 3 militantes palestiniennes ont été attaquées au check-point de Zaatara, au sud de Naplouse ;
    • Israël a maintenu un siège total sur la bande de Gaza et renforcé le siège sur la Cisjordanie :
      • les FOI ont arrêté au moins 3 Palestiniens sur les check-points militaires en Cisjordanie.

    (JPG)

    Des Palestiniens évacués de Ramadan al-Daghma, blessés par les forces israéliennes durant la manifestation non violente à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 20 mai 2011


    Violations israéliennes recensées durant la période du 19 au 25 mai

    1 - Incursions dans les zones palestiniennes et agressions contre les civils palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

    Jeudi 19 mai

    1 h du matin, les FOI entrent dans le camp de réfugiés d’al-Arroub, au nord d’Hébron. Elles prennent d’assaut et fouillent la maison de Nawwaf Abdul Latif Jawabra. Elles arrêtent son fils de 16 ans, Mohammed, un élève en classe de seconde. Elles conduisent Mohammed au centre de détention de Kfar Etzion, au sud-ouest de Bethléhem.

    Mohammed est placé sous interrogatoires sur accusation de jets de pierres sur des véhicules des FOI qui circulaient dans la grande rue près du camp. Ula Khalil, l’avocat de Mohammed, dit que son client a été frappé à coups de crosse de fusils sus les jambes après son arrestation et durant les premières heures de sa détention à Kfar Etzion.

    1 h, incursion dans Fafl Hares, au nord de Salfit. L’armée patrouille dans les rues et fait irruption dans la maison d’Abdullah Ibrahim Bouzeyeh, 42 ans. Elle arrête Bouzeyeh, il est professeur de mathématiques dans le village voisin de Qira.

    9 h 30, dans Tulkarem, où l’armée patrouille dans les rues quelques temps et se retire dans l’après-midi.

    10 h, dans Jefna et dans Aroura, au nord de Ramallah.

    11 h 30, depuis la frontière à l’est de Khan Younis, les FOI font feu par endroits sur une manifestation non violente. Les manifestants se dirigeaient vers la frontière dans la localité de Abassan à l’est de Khan Younis. Ramadan Mohammed Khalil al-Daghma, 47 ans, prend des éclats de balles. Al-Daghma est transporté à l’hôptal européen pour soins urgents.

    14 h, dans Kafr Naama, à l’ouest de Ramallah.

    17 h, dans le quartier nord d’al-Khadr, au sud-ouest de Bethléhem. Le véhicule des FOI poursuit des garçons et arrête Mohammed Rezeq Ahmed Arafa, 20 ans, du camp de réfugiés de Deishé, pour avoir lancé des pierres sur les véhicules israéliens circulant dans le nord et l’ouest du village. Arafa est emmené au centre de Kfar Etzion.

    18 h, dans Yabad au sud-ouest de Jénine.

    21 h 45, dans Jéricho.

    21 h 50, dans Beit Leqia, à l’ouest de Ramallah.

    Vendredi 20 mai

    1 h 30, les FOI entrent dans Bir Zeit, au nord de Ramallah ; dans Azzoun, à l’est de Qalqilya où elles patrouillent dans les rues, pénètrent dans de nombreuses maisons à l’intérieur desquelles elles balancent des bombes sonores. Elles arrêtent 4 Palestiniens, dont 2 mineurs :

    • Sameh Mahmoud Hussein, 17 ans ;
    • Ahmed Ali Rashed Radwan, 17 ans ;
    • Mohammed Imad Mohammed Radwan, 19 ans, et
    • Amr Mohammed Abu Haneyeh, 18 ans.

    En outre, elles confisquent deux fusils de chasse chez Udai Samir Hassan Salim et Mohammed Imad Radwan.

    La mère de Mohammed Radwa, arrêté par l’occupant, a déclaré ce qui suit au PCHR :

    « Vers 3 h, le vendredi 20 mai 2011, un grand nombre de soldats de l’occupation israélienne ont pris d’assaut la maison voisine de mon beau-frère. Les soldats ont crié à travers leurs mégaphones et ont lancé des bombes assourdissantes sur la porte de la maison. Ils ont obligé les habitants à sortir. Ils cherchaient mon fils, Mohammed, dont le nom est le même que celui de son cousin. Les soldats ont constaté que le fils de mon beau-frère, dont le nom est Mohammed, n’était pas la personne qu’ils recherchaient. Alors ils sont laissé la maison de mon beau-frère et sont venus directement chez nous. Ils ont lancé des bombes assourdissantes et nous ont donné deux minutes pour sortir. Je suis sortie avec mon fils et ma petite fille. Ils sont entrés dans la maison et près d’un quart-d’heure plus tard, un officier des renseignements israéliens m’a fait appeler à l’intérieur. J’ai vu alors que la maison était toute endommagée. L’officier m’a demandé : "Où est votre fils Mohammed ?" J’ai répondu : "Je ne sais pas". Il me dit de l’appeler immédiatement et de lui dire de venir. J’ai appelé Mohammed mais il n’a pas répondu. L’officier dit alors : "S’il n’arrive pas, nous le tuerons et vous ramènerons son corps".

    Ils avaient des chiens et ma petite fille était effrayée, elle criait tout le temps. Ils sont partis de la maison et se sont dirigés vers la maison de mon beau-frère où mon fils était en train de dormir. Ils sont montés dans les étages. Ils ont vandalisé la maison et arrêté Mohammed. Son oncle m’a dit qu’ils l’avaient saisi par le cou, le frappant contre le mur et lui cassant la tête contre le mur. Quand ils sont partis avec mon fils, je l’ai entendu qui disait : "Je veux dire au revoir à ma maman" et l’officier a dit :"Tu viens juste de t’apercevoir que tu as une maman ?". Nous lui avons alors donné une veste et dit au revoir. Je suis allée examiner ma maison qui avait été durement endommagée. Ils ont démoli les placards, les lits, les fenêtres, les portes, les éviers, les sièges dans le salon, la cuisine et tout ce qu’il y avait dans la maison. Ils ont aussi confisqué un fusil de chasse qui servait à mon fils Mohammed ».

    11 h, incursion dans Baqa al-Sharqiya, au nord de Tulkarem.

    12 h 35, incursion dans Bedia, au nord-ouest de Salfit.

    22 h 30, dans Bitonia et dans Beit Leqia, à l’ouest de Ramallah.

    Samedi 21 mai

    3 h, depuis la frontière à la hauteur du camp de réfugiés d’al-Bureij au centre de la bande de Gaza, les FOI tirent deux obus d’artillerie et des balles en direction de Ibrahim Mohammed Ali Faraj Allah, 19 ans, du camp de réfugiés de Nusseirat. Il est tué sur le coup. En coordination avec le comité international de la Croix Rouge une équipe du Croissant-Rouge réussit à évacuer le corps de Faraj Allah.

    Awni Khattab, 48 ans, paramédical qui a participé à l’évacuation du corps, a déclaré que le corps était à un mètre de la frontière et que des chiens avaient mangé une partie de son abdomen et de ses cuisses. Faraj Allah a été tué à l’aube et son corps n’a été évacué que vers 16 h 00 : il a fallu trois heures pour trouver le corps et le corps était démembré.

    Un résident a déclaré que ce samedi 21 au matin il avait entendu deux coups de feu et quelques minutes plus tard plusieurs tirs. Le père dit avoir appelé son fils à 1 h 30, et son frère Adel l’avoir appelé longuement. Ne répondant pas ils ont prévenu la police.

    11 h 30, incursion dans Beit Qad, à l’est de Jénine.

    15 h 30, dans Kafr al-Labd, à l’est de Tulkarem.

    16 h, dans la ville de Tulkarem.

    Dimanche 22 mai

    2 h, les FOI entrent dans Deir al-Soudan, au nord de Ramallah. Elles prennent d’assaut la maison de Murad Rezeq Allah Duha (Murad al-Soudani), 37 ans. Elles remettent un avis à Duha pour qu’il se présente au service des renseignements israéliens puis elles se retirent. Il faut indiquer que Duha est poète, et qu’il est secrétaire général du syndicat général des Écrivains palestiniens, et le président de la Maison palestinienne de la poésie.

    2 h, incursion dans Kafr Ra’i, au sud de Jénine. Les soldats patrouillent dans les rues et prennent position dans le quartier nord. Elles pénètrent dans deux maisons, celle de TAreq Zaki Nazzal Melhem, 26 ans, et celle de Mohammed Fouad Mohammed Diab, 20 ans. Ils arrêtent Nazzal et Diab et les conduisent à la colonie Dotan, au sud-ouest de Jénine.

    Diab dira au PCHR que lui et Nazzal ont eu les mains menottées et les yeux bandés, et qu’ils ont été détenus dans une salle de la colonie Dotan pendant près de quatre heures. Ils ont été conduits ensuite au bureau de la coordination israélienne du district, où se trouvent les bâtiments du tribunal militaire, à Salem, au nord-ouest de Jénine. Ils ont été présentés devant le tribunal pour attester, donc en tant que témoins, dans une audience où était jugé un prisonnier palestinien, à la demande du procureur public militaire israélien. Après l’audience, Diab et Nazzal ont été relâchés.

    9 h 40, les FOI entrent dans Beit Or al-Tahta, à l’ouest de Ramallah.

    17 h, dans al-Jarousheyeh, au nord de Tulkarem. Les FOI patrouillent dans les rues pendant quelques temps. Elles se postent à l’entrée du village et montent un check-point. Les soldats arrêtent les voitures palestiniennes, contrôlent les papiers des passagers. Ils vont retirer le check-point plus tard et partir. Vers 22 h 30, ils reviennent, même opération.

    22 h, dans al-Ouja, au nord de Jéricho

    Lundi 23 mai

    Minuit et demi, les FOI entrent dans le camp de réfugiés d’al-Arroub, au nord d’Hébron. Elles investissent de nombreuses maisons, arrêtent 3 Palestiniens et les conduisent au centre de détention de Kfar Etzion :

    • Hassan Nayef Hassan al-Ra’i, 19 ans ;
    • Umar Zuhdi Mahfouz, 19 ans, et
    • Asaad Diab al-Badawi, 20 ans.

    1 h, dans Tarqoumia, au nord-ouest d’Hébron, où l’armée fouille de nombreuses maisons, arrête 2 Palestiniens, dont un mineur, et les emmène à Kfar Etzion :

    • Muath Abdul Munim Shalalfa, 17 ans,
    • Udul Munim Shaker Abdul Munim Shalalfa, 18 ans.

    1 h, dans Deir al-Ghosoun, au nord de Tulkarem.

    1 h 30, dans Aroura, au nord de Ramallah. Les soldats prennent d’assaut la maison de Sheikh Saleh al-Arouri. Ils se retirent vers 2 h, arrêtent Aysha Saleh Yousef Dar Suleiman, 70 ans, qui est la mère de Sheikh al-Arouori, et l’emmènent au centre d’interrogatoires d’al-Maskoubeya, à Jérusalem. Dar Suleiman est relâché vers 20 h. Il faut préciser que Sheikh al-Arouri est membre du bureau politique du Hamas, qu’il a passé 18 ans dans les geôles israéliennes et qu’il est exilé en Syrie.

    10 h 30, dans Um al-Tout, au nord-est de Tulkarem, dans Faroun, au sud de Tulkarem ;

    dans Silat al-Daher, au sud de Jénine : les soldats prennent d’assaut les bureaux de la société Silat al-Daher. Ils retiennent le personnel et contrôle les cartes d’identité. Ils contrôlent également les caméras de surveillance installées dans les bureaux. Le 16 mai 2001, les FOI avaient pris en chasse un camion de la société qui circulait sur la route nationale entre Naplouse et Tulkarem, à l’ouest de Naplouse, camion qui allait livrer des marchandises dans Hébron. Les FOI ont stoppé le camion et arrêté les deux personnes qui étaient à bord, prétendant avoir trouvé des objets suspects dans le véhicule. Les FOI se retirent plus tard du village.

    20 h 25, incursion dans al-Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah. Les soldats patrouillent dans les rues en provoquant les Palestiniens, klaxonnant, et prenant à partie les Palestiniens du village. Des garçons se sont alors rassemblés et se sont mis à jeter des pierres sur les FOI qui, aussitôt, ont tiré à balles caoutchouc, des bombes assourdissantes et des lacrymogènes sur eux. Beaucoup souffrent de l’inhalation des gaz. L’armée d’occupation se retire plus tard.

    Mardi 24 mai

    10 h 30, les FOI entrent dans Rummana, au nord-ouest de Jénine.

    13 h 35, positionnées au nord de Beit Hanoun à la frontière, les FOI ouvrent le feu sur des agriculteurs affairés sur leurs lopins de terre respectifs à environ 650 mètres de la frontière. Inquiets pour leur sécurité ils ont tous quitté les lieux. On ne déplore aucune victime.

    Mercredi 25 mai

    Minuit et demi, incursion dans Deir al-Ghosoun, au nord de Tulkarem.

    1 h, dans Atil, même secteur.

    3 h 30, dans le camp de réfugiés d’Ein Beit al-Maa, à l’ouest de Naplouse. Les FOI encerclent la maison de Mohammed Hassan Ali al-Khatib, 26 ans. Elles cassent la poignée de la porte extérieure. Puis elles démolissent la porte du deuxième étage. Les habitants de la maison sont surpris de voir 16 soldats portant une cagoule noire dans le salon du deuxième étage de cette maison de trois étages. Les FOI contrôlent les cartes d’identité des hommes, et arrêtent Mohammed.

    Abdul Jalil, le frère de Mohammed, a déclaré au PCHR que son frère Mohammed a passé 3 mois dans la prison de Juneid. Fin 2010, il a été amnistié quand il a signé un engagement, sous la direction de l’Autorité nationale palestinienne, de ne pas quitter la ville de Naplouse. Il avait alors été relâché.

    3 h 30, incursion dans la zone de Wad al-Tuffah, à l’ouest de Naplouse ; l’armée pénètre dans de nombreuses maisons, et arrête Fares Mahmoud al-Natour, 23 ans.

    11 h 20, du haut de leurs miradors situés à la frontière, à l’est de Beit Hanoun, les FOI ouvrent le feu sur des agriculteurs au travail sur leurs terres à l’est de la localité. Inquiets pour leur sécurité ils quittent les lieux. Pas de victimes.

    2 - Crimes causés par les objets abandonnés par l’armée israélienne

    Les FOI continuent de laisser des objets dans les zones habitées et agricoles et à proximité. Conséquence, 2 enfants palestiniens souffrent de graves brûlures, ils ont été blessés vendredi matin, 20 mai, quand une grenade fumigène laissée là par les FOI a explosé, dans le sud-est d’Hébron.

    D’après les informations recueillies par le PCHR, il est environ 8 h, le vendredi 20 mai. Eid Mohammed Daajneh et Mohammed Yousef Hassan Daajneth, tous deux 15 ans, rassemblent leurs moutons dans le secteur de Wad al-Bad, à près de 800 mètres à l’est du village (al-Bweib), dans l’extrême nord-est de Yatta, une ville au sud d’Hébron. Eid trouve un objet bizarre, un tube en métal enrobé d’étain avec une couverture noire sur un bord. Le garçon enlève l’étain et aussitôt, une intense fumée blanche se répand. Le garçon jette le tube à terre et essaie de fuir la zone avec son ami. Les deux garçons sont complètement paniqués. Cependant, la fumée qui monte a touché leurs corps et leur a provoqué des brûlures sur tout le corps. Leurs vêtements et de leurs chaussures sont brûlés en partie. Ils quittent rapidement la zone en appelant au secours leurs proches, les brûlures continuant de se propager sur leurs corps et leur peau continuant de fondre.

    Selon les informations et observations recueillies par le PCHR et selon l’examen médical passé par les deux garçons, ils souffrent de brûlures au premier et deuxième degré :

    • Eid Mohammed Daajneh souffre de brûlures au premier et deuxième degré sous l’œil droit, au front, à la tempe droite, à la main droite et aux doigts, au bras droit, au genou gauche, à la cheville droite et de brûlures au premier degré à la main gauche et aux doigts.
    • Mohammed Yousef Hassan Daajneh souffre de brûlures au premier et deuxième degré aux doigts de la main gauche et porte des traces de carbone noir autour des brûlures aux doigts de la main gauche, à la cheville gauche et des brûlures de deuxième degré à la cheville droite.

    Jihad Khalil Hassan Daajneh, 35 ans, berger, dit avoir vu les deux garçons courir vers lui en criant de douleur et de panique. Il était à près de 60 mètres d’eux. Il a essayé de donner les premiers soins en faisant couler de l’eau sur les parties brûlées. Il a appelé au téléphone pour avoir une voiture qui les a emmenés à l’hôpital Abu al-Hassan al-Qasem, à Yatta, où ils ont reçus les premiers soins. En raison de leur état sérieux et de l’impossibilité de connaître la nature de leurs brûlures, la coordination a été faite via le Bureau palestinien de liaison avec la police palestinienne, pour obtenir une équipe médicale de l’armée israélienne. L’équipe médicale israélienne est arrivée, avec des soldats, au carrefour de Zif, un village à l’est de Yatta. Ils ont diagnostiqué les blessures et donné un premier traitement pour les deux garçons.

    Les experts israéliens en explosifs ont interrogé les deux garçons à propos de leurs blessures et de la forme et de la nature de l’objet qui avait provoqué ces blessures. Ils ont montré aux deux garçons des échantillons de munitions utilisées par les FOI et les garçons ont reconnu l’objet. L’équipe médicale a assuré les soins élémentaires aux garçons, mais elle a refusé de les transférer dans un hôpital israélien spécialisé dans ce genre de traitements pour éviter d’assumer la responsabilité de ce crime. Les deux garçons ont été emmenés en ambulance au Croissant-Rouge de l’hôpital public d’Hébron pour y être soigné.

    La chaîne de télévision israélienne, Channel 10, a affirmé que les FOI étaient responsables pour l’objet qui avait provoqué les blessures aux garçons. La chaîne a déclaré : « Les deux Daajneh ont été blessés alors qu’ils jouaient près de leur village, par un objet qui fait partie des munitions utilisées par les FDI (forces de défense israéliennes) et abandonné sur les lieux lors d’un raid des FDI dans le secteur ».

    Selon des témoins et des observations faites sur le terrain, des membres de la famille Daajneh ont trouvé aussi un objet similaire le dimanche après-midi, 22 mai, alors qu’ils rassemblaient leurs moutons dans le secteur. La police israélienne a été informée et est arrivée sur les lieux. Elle a fermé la zone et fait exploser l’objet, explosion qui a fait un grand bruit. Une fumée blanche s’est dégagée de l’objet sur près de 40 mètres.

    Il convient de noter que les mines terrestres et les restes militaires abandonnés par les FOI provoquent de grandes souffrances aux Palestiniens et aux bergers dans les secteurs ruraux, de nomades et éloignés, où il y a des activités des colonies ou qui sont proches de sites utilisées par l’armée pour l’entraînement, spécialement à Yatta et à Bani Na’im, au sud et sud-est d’Hébron, à al-Khan al-Ahmar, à l’est de Jérusalem, et au sud et au nord dans la vallée jordanienne à Jéricho. Des centaines de Palestiniens ont été tués ou blessés avec ces vestiges de l’armée israélienne.

    3 - Usage d’une force démesurée sur les manifestations non violentes contre la colonisation et la construction du mur d’annexion

    Durant la semaine écoulée, les FOI ont continuer d’utiliser la violence contre les manifestations non violentes palestiniennes. Un civil et un militant international ont été blessés, et des dizaines d’autres manifestants ont respiré les lacrymogènes de l’armée ou pris des coups par les soldats. En outre, 10 militants israéliens et un militant international ont été arrêtés par les FOI, et emmenés vers une destination inconnue.

    -  Bil’in, à l’ouest de Ramallah : vendredi 20 mai, après la prière, la manifestation hebdomadaire, non violente, des Palestiniens avec des militants internationaux et israéliens, se dirige vers le mur d’annexion. les FOI ont posé une clôture de barbelés à environ 100 mètres du mur. Avant que les manifestants n’arrivent à la clôture, les FOI la ferment et tirent sur les manifestants, à balles caoutchouc, bombes assourdissantes et grenades lacrymogènes. Elles déversent sur eux également de l’eau usée et leur font la chasse parmi les oliviers.

    Ibrahim Abdul Fattah Birnat, 29 ans, est touché par une grenade lacrymogène dans le dos, pendant que des dizaines de manifestants, notamment Mohammed Suleiman Yassin, 20 ans, souffrent d’avoir respiré les lacrymogènes.

    -  Ni’lin, à l’ouest de Ramallah : vendredi 20 mai, la même manifestation non violente contre la construction du mur sur les terres du village se dirige vers le mur. Les FOI ont fermé à la porte du mur avec des barbelés. Quand les manifestants tentent de traverser, l’armée tire, pourchasse les manifestants entre les oliviers. Beaucoup inhalent les lacrymogènes.

    -  Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah : ce même vendredi, des Palestiniens et des militants internationaux organisent leur manifestation non violente hebdomadaire dans le village, pour protester contre le mur et la colonisation. Les manifestants défilent dans les rues du village, scandant des slogans nationaux, exprimant leur refus de l’occupation et ses actions arbitraires. Les brandissent des drapeaux palestiniens. Alors qu’ils se dirigent vers les terres que les colons israéliens d’Halmish tentent de leur voler, les FOI ferment l’entrée sud du village pour les empêcher d’arriver sur ces terres. Elles tirent sur les manifestants, et déverse des eaux usées sur eux.

    Un militant international dont le nom n’est pas connu est touché par une grenade lacrymogène à la main droite. En outre, de nombreux autres respirent les lacrymogènes et les FOI arrêtent 11 militants de la solidarité, dont 10 sont des militants israéliens, et un international, qui seront emmenés vers une destination inconnue.

    -  Iraq Burin et villages voisins, au sud de Naplouse : samedi 21 mai, Palestiniens et militants internationaux et israéliens manifestent dans le village et les villages voisins, marchant vers les terres que des colons tentent de saisir dans le sud du village, à l’ouest de la colonie Bracha. Avant que les manifestants puissent arriver sur place, l’armée tire.

    7 manifestants, dont Amir ‘Aref Qadous, 15 ans, Adham Kamal Faleh Qadous, 20 ans, et deux internationaux, souffrent des lacrymogènes.


    4 - Maintien du bouclage des TPO

    Israël maintient un bouclage serré des TPO et ses restrictions graves aux déplacements des Palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, dont Jérusalem-Est occupée.

    Bande de Gaza

    Mouvements des personnes et des biens aux postes frontière

    Rafah International

    Date  :
     :
    Palestiniens
    sortant
     :
     :
    Palestiniens
    entrant
     :
     :
    Palestiniens
    refoulés
    18 mai  : 309  : 289  : 149
    19 mai  : 395  : 399  : 83
    20 mai  : fermé  :
     :
    21 mai  : fermé  :
     :
    22 mai  : 398  : 399  : 49
    23 mai  : 343  : 285  : 30
    24 mai  : 381  : 250  : 24

    Karm Abu Salem (Kerem Shalom)

    Date  : Importations Qté  : Exportations Qté
    17 mai  : denrées alimentaires 948 tonnes  :


     : matériel agricole 1993 tonnes  :


     : denrées diverses 1068 tonnes  :


     : gaz domestique 138,13 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : ciment pour l’UNRWa 419 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 108 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNRWA 1610 tonnes  :


     : ciment pour Sces des eaux - villes côtières 346 tonnes  :


     : nourritures animales 1872 tonnes  :


     : aide humanitaire 2743 tonnes  :


     :

     :

    18 mai  : denrées alimentaires 1158 tonnes  :


     : matériel agricole 1694 tonnes  :


     : denrées diverses 1261 tonnes  :


     : gaz domestique 158,39 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : agrégats pour l’UNRWA 2520 tonnes  :


     : ciment pour l’UNDP 225 tonnes  :


     : nourritures animales 1794 tonnes  :


     : aide humanitaire 3281 tonnes  :


     :

     :

    19 mai  : denrées alimentaires 1252 tonnes  :


     : matériel agricole 2023 tonnes  :


     : denrées diverses 1093 tonnes  :


     : gaz domestique 136,98 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : agrégats pour l’UNRWA 1820 tonnes  :


     : ciment pour l’UNDP 160 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNDP 15 tonnes  :


     : ciment pour l’ANERA 164 tonnes  :


     : ciment pour le CMWU 400 tonnes  :


     : nourritures animales 1794 tonnes  :


     : aide humanitaire 3011 tonnes  :


     :

     :

    22 mai  : denrées alimentaires 1096 tonnes  :


     : matériel agricole 1623 tonnes  :


     : denrées diverses 1192 tonnes  :


     : gaz domestique 137,26 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : ciment pour l’UNRWA 252 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 36 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNRWA 1820 tonnes  :


     : ciment pour l’ANERA 160 tonnes  :


     : ciment pour le CMWU 400 tonnes  :


     : céréales 1326 tonnes  :


     : nourritures animales 195 tonnes  :


     : aide humanitaire 3290 tonnes  :


     :

     :

    23 mai  : denrées alimentaires 928 tonnes  :


     : matériel agricole 1145 tonnes  :


     : denrées diverses 1032 tonnes  :


     : gaz domestique 137,05 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : ciment pour l’UNRWA 460 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 18 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNRWA 1750 tonnes  :


     : ciment pour le CMWU 400 tonnes  :


     : céréales 1053 tonnes  :


     : aide humanitaire 2278 tonnes  :


     :

     :

    24 mai  : denrées alimentaires 1211 tonnes  :


     : matériel agricole 1608 tonnes  :


     : denrées diverses 1219 tonnes  :


     : gaz domestique 132,80 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : ciment pour l’UNRWA 280 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 26 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNRWA 2310 tonnes  :


     : ciment pour le CMWU 398 tonnes  :


     : fers à béton pour le CMWU 15 tonnes  :


     : nourritures animales 1521 tonnes  :


     : aide humanitaire 3245 tonnes  :

    Exportations : Aucune exportation cette semaine.

    Beit Hanoun (Erez)

    Population  : 18 mai - 19 mai - 20 mai - 21 mai - 22 mai - 23 mai - 24 mai
    Patients  : 18 24 3 0 55 51 53
    Accompagnateurs  : 18 26 3 0 50 48 47
    Palestiniens venant d’Israël  : 2 6 4 0 12 0 0
    Diplomates  : 11 2 0 0 4 4 30
    Presse  : 0 0 1 0 2 0 0
    Internationaux  : 33 61 9 0 16 11 31
    Gazaouis  : 0 0 0 0 0 0 0
    Gens d’affaires  : 58 62 0 0 63 67 68
    Réunions d’affaires  : 5 0 0 0 2 0 0
    Entretiens sécurité  : 0 0 0 0 0 0 5
    Personnalités  : 0 0 0 0 0 0 3
    Ambulances vers Israël  : 3 4 0 0 3 0 0
    Ambulances venant d’Israël  : 0 2 2 0 1 2 1


    Cisjordanie

    Toute la Cisjordanie subit le bouclage par les Israéliens.

    Jérusalem : les mêmes restrictions sont maintenues pour les Palestiniens qui veulent entrer ou sortir de la ville. Des milliers d’entre eux, de la bande de Gaza et de Cisjordanie ne peuvent toujours s’y rendre.

    Ramallah :

    • jeudi 19 mai, les FOI posent 6 check-points autour de la ville ;
      • 11 h 20, un autre sur la route de Nabi Saleh à Kafr Ein, au nord-ouest de Ramallah ;
      • 20 h 40, l’armée revient sur le check-point d’Attarah, à l’entrée nord de Birzeit, au nord de Ramallah ;
      • 22 h, un check-point au carrefour d’‘Eyoun al-Haramiyah, même secteur.
    • vendredi 20 mai, 8 h, pose d’un check-point à l’entrée de Nabi Saleh, au nord-ouest ;
      • 18 h, un autre à l’entrée de Kafr Ne’ma, à l’ouest ;
      • 19 h, les FOI reviennent à Attarah ;
    • samedi 21 mai, 19 h 10, un check-point à l’entrée de Beit Liqia, à l’ouest ;
    • dimanche 22 mai, 20 h 30, pose d’un check-point à l’entrée de Ras Karkar, à l’ouest, et
      • 22 h, idem à l’entrée de Yabroud, au nord-est.

    Qalqilya :

    • Jeudi 19 mai, les FOI posent 3 check-points autour de la ville ;
    • vendredi 20 mai, 3 check-points ;
      • 22 h 15, un check-point à l’entrée d’Hajja, et un au carrefour de Jinsafout, à l’est de Qalqilya, et
    • lundi 23 mai, 4 check-points autour de la ville.

    Tulkarem :

    • jeudi 19 mai, 11 h 30, les FOI sur le check-point d’‘Ennab, sur la route Tulkarem/Naplouse imposent des restrictions sévères aux passages des Palestiniens ;
      • 14 h, pose d’un check-point sur la route d’‘Etil à Deir al-Ghosoun, au nord de Tulkarem ;
      • 22 h 30, un au carrefour d’al-Jaroushiya, même secteur ;
      • vendredi 20 mai, 1 h, pose d’un check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, à l’entrée de Far’oun, au sud de Tulkarem ;
      • midi, un à l’entrée nord de Beit Leed, à l’est ;
      • midi et quart, un à l’entrée de Deir al-Ghosoun ;
      • midi et demi, un à l’entrée de Nazlet Isa, au nord ;
      • 22 h 30, un au carrefour d’al-Jaroushiya, même secteur ;
    • samedi 21 mai, 11 h, un check-point à l’entrée nord de Beit Leed ;
      • 19 h 30, les FOI sur le check-point d’‘Ennab, sur la route Tulkarem/Naplouse, imposent des restrictions renforcées ;
    • dimanche 22 mai, 9 h, pose d’un check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, dans le secteur d’al-Kafriyat, au sud de Tulkarem ;
      • 21 h un sur la route de Kafr al-Labad à al-Hfasi, à l’est ;
    • lundi 23 mai, 13 h 30, un check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, à l’entrée de Far’oun, où l’occupant retient Maher Mohammed ‘Atiyah Thalathin, 37 ans, du village d’Ezbet Shoufa, au sud de Tulkarem, pendant une heure, alors qu’il passait en voiture par le check-point ; Thalathin a dit au PCHR que les FOI avaient fouillé sa voiture avant de le relâcher, et
      • 14 h, pose d’un check-point à l’entrée d’al-Jaroushiya, au nord.

    Jénine :

    • samedi 21 mai, 11 h 20, pose d’un check-point à l’entrée de Jalboun, à l’est de Jénine.

    Jéricho :

    • jeudi 19 mai, 17 h 30, pose d’un check-point à l’entrée de Fasayel, au nord de Jéricho, et
    • samedi 21 mai, 19 h 30, idem à l’entrée d’al-‘Ouja, même secteur.


    Arrestations sur les check-points

    -  Jeudi 19 mai, 16 h 30, les FOI au carrefour sur la route nationale Azyoun/Beit Fajjar, entre Hébron et Bethléhem, arrêtent Fo’ad Khalil Mohammed al-Shamisti, 33 ans, de Yatta au sud d’Hébron. Il est emmené au centre de détention de Kfar Etzion.

    -  Samedi 21 mai, 20 h 30, les FOI reprennent position sur le check-point d’Attarah, à l’entrée nord de Birzeit, au nord de Ramallah. Elles arrêtent tous les véhicules palestiniens et les fouilles. Avant de se retirer, elles arrêtent Hassan Hussein Hassan Kan’an, 42 ans, et l’emmènent vers une destination inconnue.

    -  Mardi 24 mai, 17 h 30, les FOI au passage frontalier international d’al-Karam, à la frontière entre Jéricho et la Jordanie, arrêtent Riad Abdul Razeq Rajab Shqouqani, 23 ans, du camp de réfugiés d’‘Askar, au nord-est de Naplouse. Shqouqani rentrait de Sharjah et revenait dans les TPO par ce poste frontière.


    5 - Colonisation et agressions des colons contre les Palestiniens et leurs biens

    La colonisation se poursuit dans les TPO en violation du droit international.

    -  Les colons continuent d’agresser les Palestiniens et leurs biens et notamment à proximité des colonies Gush Etzion et Efrat, au sud-ouest de Bethléhem. Une vieille maison appartenant à Mohammed Saleh Abu Sawi, du village d’Artas, au sud de Bethléhem, a été attaquée et endommagée par un groupe de colons qui se sont installés près des terres de la famille.

    Selon l’enquête du PCHR, le dimanche matin, 22 mai, des membres de la famille d’Abu Sawi se dirigeaient vers leurs terres et leur vieille maison dans le secteur de Khelet Ikhleil, à l’est des colonies précitées et du bureau de ce que l’on appelle, l’Administration civile israélienne, pour aller travailler sur leurs terres, comme d’habitude. Arrivés, ils ont été choqués de voir que la terrasse de la maison avait été complètement démolie ; une agression qui ne peut venir que des colons israéliens, puisque la situation des terrains ne permet pas à n’importe quel Palestinien d’y accéder, sauf aux propriétaires des terres qui peuvent passer après avoir été fouillés et montré leurs cartes d’identité. La maison n’est qu’à 200 mètres de la clôture de la colonie et du bureau de l’Administration civile israélienne, une zone militaire entourée de miradors et de caméras de surveillance.

    La famille d’Abu Sawi indique que l’attaque comprend la destruction de la terrasse de la maison construite dans les années cinquante du siècle dernier. La maison consiste en 4 pièces aux murs de pierres et des plafonds en bois et métal. En outre, il y a un puits près de la maison. La famille déclare :

    «  Ce n’est pas la première fois que nos biens sont attaqués par les colons et les FOI, en plus, les colons israéliens ont l’habitude de jeter des cadavres de chiens par-dessus le mur. »

    Ils soulignent que les FOI ont fait fermer l’entrée qui mène à la terre par l’Administration civile il y a trois ans, en conséquence de quoi, ils sont obligés d’arrêter leur voiture très loin de la maison et de se rendre sur leurs terres à pied. Leur voiture a été attaquée par les soldats israéliens sous le prétexte qu’elle était proche du poste militaire.

    -  Dimanche 22 mai, 9 h, un groupe de colons de la colonie de Taffouh, au sud de Naplouse, agresse 3 Palestiniennes de l’association caritative des Femmes d’Iskaba, du village du même nom, à l’est de Salfit. Dans son témoignage au PCHR, Madame Ahlam Adnan Harb déclare :

    « Dimanche matin, 22 mai 2011, deux membres de l’association et moi nous dirigions vers le carrefour de Za’tarah, avec l’intention de nous rendre à Ramallah. Une fois arrivées au carrefour, nous y avons trouvé une quinzaine de colons, dont certains étaient armés. Ils se sont approchés de nous et ont commencé à nous jeter des pierres ; cependant, nous avons réussi à échapper aux pierres et nous n’avions pas de mal. Les FOI ont soutenu les colons dans leur agression et ne les en ont pas empêchés, en plus les soldats ont pointé leurs armes sur nous. Nous avons voulu arrêter une voiture qui partait de l’endroit, mais ils nous ont poursuivies et empêchées de partir. Nous avons essayé de nous défendre. En même temps, un Palestinien qui se trouvait au carrefour nous a vues et est venu vers nous en courant. De ce fait, nous nous sommes reculées aussitôt de crainte qu’un affrontement ne se déclenche entre des Palestiniens et les soldats israéliens. Des agressions de ce type contre les Palestiniens et leurs biens ont continuellement lieu à ce carrefour à cause de la présence des colons israéliens ici, et des soldats qui les soutiennent. »

    -  Des colons de la colonie de Qidoumim, au nord-est de Qalqilya, ont arraché 70 oliviers appartenant à Mohammed Abdul Latif Hamid Ishtiwi, du village de Kafr Qaddoum. Ishtiwi ignore quand cela s’est produit, car il ne peut se rendre sur sa terre sans un permis des FOI.

    Son témoignage au PCHR :

    « Dimanche 22 mai 2011, vers 8 h 30, j’allais labourer ma terre qui s’appelle Vallée de Barous, au sud-est de Kafr Qaddoum, parcelle n° 27. J’y allais avec un laboureur, car j’ai un permis pour entrer sur le secteur. Une fois arrivés, nous sommes surpris de voir que 70 oliviers, plantés il y a 7 ans, avaient été arrachés. Le terrain fait 15 dunums (1,5 ha) et est situé près de la colonie de Qidoumim, c’est-à-dire, à environ 150 mètres de la colonie. Il est situé aussi près de l’avant-poste d’Odlah Moutain, qui fait partie de la colonie Qidoumim.

    Ce sont les colons qui ont commis leur attaque, car ils sont proches du terrain. En outre, les Palestiniens ne sont pas autorisés à entrer sur cette terre sauf avec un permis israélien. Après avoir vu cela, j’ai téléphoné au Conseil du village et à la Croix-Rouge, qui sont venus sur les lieux et ont pris des photos. Cependant, les soldats sont arrivés et les ont écartés pour les empêcher de continuer à photographier. Il a fallu une demi-heure aux FOI pour nous chasser. Plus tard, j’ai déposé plainte auprès de la Croix-Rouge et de la police d’Ariel. »


    (JPG) Document public

    Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de le contacter à son bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).


    Rapport hebdomadaire pour la période du 19 au 25 mai 2011 : PCHR
    traduction pour ce qui concerne Gaza : Jacques Salles, et la Cisjordanie : JPP


    votre commentaire
  • Rapport sur les violations israéliennes des droits humains


    Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).

    Pendant cette semaine du 12 au 18 mai :

    • 2 enfants palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza et en Cisjordanie :
      • l’enfant tué dans la bande de Gaza était handicapé mental, il a été tué par un obus tiré par les FOI ;
      • un enfant de Cisjordanie a subi de graves blessures lors de l’explosion d’un objet suspect laissé par les FOI ;
    • les FOI ont usé d’une force démesurée contre les manifestions non violentes commémorant la Nakba palestinienne :
      • 144 civils palestiniens ont été blessés dans la bande de Gaza et en Cisjordanie ;
      • parmi les blessés, 47 enfants, 5 femmes et 4 journalistes ;
    • les FOI ont continué de cibler les pêcheurs palestiniens dans les mers de Gaza :
      • elles ont tiré sur des bateaux de pêche palestiniens, aucune victime n’a été signalée ;
    • les FOI ont continué d’user de la force contre les manifestations pacifiques contre la construction du mur d’annexion et les colonies en Cisjordanie :
      • 3 manifestants, dont 1 mineur et 1 international, ont été blessés ;
    • 10 manifestants, dont 2 militants israéliens de la solidarité, ont été arrêtés ;
    • les FOI ont conduit 20 incursions dans les communautés palestiniennes en Cisjordanie :
      • elles ont arrêté 15 Palestiniens, dont 3 mineurs ;
    • les FOI ont poursuivi leurs activités de colonisation et les colons israéliens leurs attaques en Cisjordanie :
      • les colons ont poursuivi leurs attaques ;
      • les FOI ont mené un raid sur l’école d’un orphelinat dans le quartier al-Thawri de Jérusalem-Est occupée, et semé la terreur parmi les élèves à l’intérieur de l’école ;
    • les FOI ont maintenu un siège total sur la bande de Gaza et resserré le siège sur la Cisjordanie :
      • elles ont arrêté au moins 4 Palestiniens sur les check-points militaires en Cisjordanie ;
      • elles ont imposé un bouclage hermétique sur la Cisjordanie et la bande de Gaza pour l’anniversaire de la Nakba palestinienne.

    (JPG)

    Au 63è anniversaire de la Nakba palestinienne (l’expulsion du peuple palestinien de sa terre en 1948), les FOI attaquent une manifestation non violente près du passage frontalier de Beit Hanoun (Erez), dans le nord de la bande de Gaza ; des dizaines de manifestants seront blessés.

    Violations israéliennes recensées durant la semaine du 12 au 18 mai 2011

    1 - Incursions dans les zones palestiniennes et agressions contre les civils palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza


    Emploi d’une force démesurée contre les manifestations commémorant la Nakba palestinienne

    Dimanche 15 mai, les FOI ont usé d’une force démesurée et meurtrière pour disperser les manifestations non violentes organisées dans la bande de Gaza et la Cisjordanie pour le 63è anniversaire de la Nakba palestinienne.

    144 Palestiniens, dont 47 mineurs, 5 femmes et 4 journalistes, ont été blessés : dans la bande de Gaza, 106 personnes ont été blessées, dont 31 mineurs, 3 femmes et 3 journalistes ; en Cisjordanie, 38 personnes blessées, dont 16 mineurs, 2 femmes et un journaliste.

    Le PCHR condamne avec force l’usage d’une force démesurée contre les manifestations non violentes dans les TPO et appelle la communauté internationale à décider immédiatement d’actions pour obliger le gouvernement israélien à cesser ses crimes systématiques contre les civils palestiniens.

    Cisjordanie

    -  A Ramallah, dimanche 15 mai vers 13 h 30, des Palestiniens se rassemblent à l’entrée du camp de réfugiés de Qalandya, au nord de Jérusalem, et se dirigent vers le check-point de Qalandya, qui sépare Ramallah de Jérusalem. Les manifestants lancent des pierres et des bouteilles vides sur les soldats israéliens qui s’étaient déployés en force près du check-point dès le début de la matinée. Les forces israéliennes tirent aussitôt sur les manifestants, des balles d’acier enrobées de caoutchouc, des bombes sonores et des grenades lacrymogènes.

    26 manifestants, dont 11 mineurs et une femme, sont blessés et transportés au centre médical Palestine à Ramallah pour recevoir les soins nécessaires. Des sources médicales déclarent que la majorité des blessures se trouvent dans la partie haute du corps des blessés. Des forces israéliennes, en civil, arrêtent 6 Palestiniens, dont l’un est blessé à la tête.

    -  Au même moment, à Bir Zeit, des étudiants palestiniens de l’université de Bir Zeit et des Palestiniens des villages environnant se rassemblent pour manifester dans la non violence à l’occasion du 63è anniversaire de la Nakba palestinienne. Ils défilent dans les rues, scandant des slogans nationaux et brandissant des drapeaux palestiniens. Puis ils se dirigent vers le check-point d’Attara, au nord de Bir Zeit, où les FOI se tiennent planqués derrière des cubes de béton. Les FOI ferment le check-point et les manifestants leur jettent des pierres ; les FOI tirent sur les manifestants. Des dizaines d’entre eux inhalent les lacrymogènes, d’autres prennent les coups violents des soldats. Ils ont tous été soignés sur place.

    -  A Hébron, les Palestiniens organisent une manifestation non violente dans le centre et le sud de la ville, à l’entrée nord de la ville, et aux entrées de Beit Ummar, Bani N’eim, Zeef, et du camp de réfugiés de Fawwar. Au cours de l’affrontement avec l’armée d’occupation, 12 civils, dont 5 enfants et une femme, sont blessés. En outre, des Palestiniens perdent connaissance après avoir inhalé les lacrymogènes, d’autres ont pris les coups des soldats.

    -  Dans le même contexte, les FOI ont empêché intentionnellement la presse de faire son travail, soit en attaquant directement certains journalistes, soit en en empêchant d’autres de couvrir les faits et même en forçant certains à quitter les lieux. Najeh Diab al-Hashlamon, 48 ans, caméraman d’APA (Agence de presse américaine), a été blessé d’une balle dans le pied gauche. Al-Haslamon a été emmené à l’hôpital public d’Hébron. En outre, les vitres de la voiture de Samih Salem Shahim, 40 ans, caméraman d’AFP, ont été brisées par des tirs sur sa voiture.

    Al-Hashlamon a déclaré au PCHR que vers 15 h, dimanche 15 mai, il se trouvait rue Talaat al-Zahed, dans le nord de la vieille ville d’Hébron. il était près du mur, dans la rue, et filmait un groupe de soldats qui tiraient sur les manifestants palestiniens vers l’est de la rue. En même temps, il a été pris pour cible et a reçu une balle dans le pied gauche. Al-Hashlamon dit avoir vu clairement les soldats israéliens qui n’étaient qu’à 8 mètres de lui. Il semble que les soldats n’aimaient pas qu’il faisait.

    Quant à Shahin de l’AFP, il a déclaré au PCHR qu’une fois son travail terminé, il s’est dirigé vers sa voiture, une Hyundai Avante, qu’il avait garée près de l’école primaire d’al-Jazaer, à l’est du bout de la rue al-Zahed, et là, il a constaté que les vitres de sa voiture avaient volé en éclat par des tirs des FOI.

    -  Dimanche matin, 15 mai, les FOI investissent de nombreuses terrasses de maisons à Hébron et Beit Ummar, et en font des postes militaires. Des snippers se mettent en positon sur ces terrasses pour viser les Palestiniens participant à ces manifestations non violentes. Les maisons en question appartiennent à Tayseer Zahdeh, Imad Abu Shamseyeh, Hashem al-Izzeh, Mohammed Ali Abdul Haq al-Jaabrai, Mohammed Abdul Muttaleb Abu Sneima, Mahmoud Saleh Abu Ayash, Khaled Ismail Sadeq Sabarna, Mohammed Hamdi Abu Marie et Badr Hussein Alqam.

    -  A Azzoun, à l’est de Qalqilya, ce même jour vers 16 h 45, une manifestation est organisée pour commémorer l’anniversaire de la Nakba. Les manifestants marchent vers l’entrée de la ville, où les FOI ont pris position en force au cours de la nuit. Il y a 10 véhicules de l’armée d’occupation et de nombreux soldats de l’infanterie. Alors que les manifestants arrivent à l’entrée de la ville, l’affrontement se produit avec l’occupant. Les manifestants lancent des pierres sur les soldats qui répondent en tirant des lacrymogènes et des bombes sonores. Vers 18 h, un détachement des Forces nationales palestiniennes arrive sur les lieux et parvient à convaincre les manifestants de quitter le secteur. Pas de victimes.

    (Note : le PCHR n’a pas divulgué les noms des blessés).

    Incursions

    Jeudi 12 mai

    Une heure, les FOI entrent dans Kafr Addiq, à l’ouest de Salfit, patrouillent dans les rues et prennent positions à différents endroits. Elles se retirent vers 14 h.

    2 h 30, incursion dans la ville de Qalqilya, où l’armée patrouille dans les rues, puis investit la maison de Mohammed Ahmed Amin Hourani, 22 ans, qui est arrêté et conduit à la prison de Jalama. Hourani est étudiant en médecine en université au Yémen ; il était rentré du Yémen en raison de la situation en Palestine.

    10 h 45, incursion dans al-Funduq, à l’est de Qalqilya, l’armée se retire vers 11 h.

    13 h, dans Kafr Thulth, même secteur.

    Vendredi 13 mai

    14 h, un objet suspect laissé par les FOI explose près un jeune garçon palestinien dans le nord de la vallée du Jourdain, dans le nord-est de la Cisjordanie. Il est gravement blessé, et perd connaissance pendant quelques temps.

    Selon les informations recueillies par le PCHR, vers 14 h, vendredi 13 mai, Hussein Ikab Hassan Daraghmeh, âgé de 13 ans, du village de Tayasir à l’est de Tubas, marche avec quatre de ses copains, dans un endroit de la vallée. Alors que les enfants sont à environ 4 km à l’est du check-point de Tayasir, à l’est du village du même nom, Daraghmeh voit un objet dont l’endroit est ovoïde et l’envers concave. L’aluminium qui recouvre l’objet est rouillé. Daraghmeh s’empare de l’objet et le lance au sol. Il donne un coup de pied, du pied droit, dans l’objet. Celui-ci explose et Daraghmeh perd connaissance. Il se réveille dans l’ambulance du Croissant-Rouge palestinien qui l’emmène à l’hôpital public Rafidya, à Naplouse. Daraghmeh est admis en soins intensifs et les médecins disant qu’il a pris un éclat dans l’artère principale de la jambe gauche, et dans la poitrine, un éclat qui lui a pénétré un poumon et le cou. Selon les médecins, son état est stable.

    Autre crime, les FOI tuent un garçon palestinien le soir du même jour, à Silwan, quartier de Jérusalem occupée.

    Le PCHR a mené son enquête et a recueilli une déclaration du père de l’enfant décédé, Said Ali Issa Ayash, 57 ans, qui vit à Ras al-Amud où il travaille comme traducteur et rédacteur en chef.

    Selon sa déclaration, il est environ 15 h, vendredi 13 mai, Milad, 17 ans, marche dans une ruelle mal entretenue dans le centre de Silwan qui se trouve juste au sud de la vieille ville de Jérusalem. Quand il arrive à 10 ou 15 mètres de deux maisons occupées par des colons israéliens, on lui tire dessus. Le tir provient des maisons occupées par les colons israéliens. La balle le pénètre par le ventre et ressort dans le dos. Mr Ayazh dit que là où se trouvait Milad c’était calme. Au moment du tir, il y avait des affrontements entre des jeunes Palestiniens et les forces israéliennes dans le secteur de Beer Ayoub, quartier d’al-Bustan, à Silwan, à environ 1500 m de l’endroit où marchait Milad.

    Il faut indiquer que des membres d’une agence de sécurité et des gardes-frontière israéliens assuraient la protection des colons dans les deux maisons.

    Dimanche 15 mai

    11 h 20, les FOI entrent dans Hableh, au sud de Qalqilya.

    Midi, dans Baqa al-Sharqeya, au nord de Tulkarem, où l’armée patrouille quelques temps, en tirant en l’air de façon intermittente.

    15 h 45, dans al-Nabi Elias, à l’est de Qalqilya. Alors que les soldats patrouillent dans les rues, ils s’approchent de jeunes Palestiniens assis sur le trottoir. Un officier des FOI demande à Ahmed Imad Salem Shbeita, 18 ans, de venir vers lui. Puis le soldat emmène Shbeita vers une boutique toute proche et demande au commerçant de traduire de l’hébreu en arabe, car l’ado ne comprend pas ce qu’il lui dit. Une fois le dialogue terminé, le soldat arrête Shbeita. Les garçons qui étaient avec lui disent que les FOI ont prétendu que Shbeita avait lancé des pierres dans la grande rue. Shbeita a été emmené au camp de détention d’Hawara, au sud de Naplouse.

    Autre agression de grande violence : un tir d’artillerie des FOI tue un malade mental, un enfant, près du passage frontalier de Nahal Oz, sur la frontière entre la bande de Gaza et Israël, à l’est de Gaza ville :

    16 h 30, selon l’enquête faite par le PCHR, l’hôpital Shifa de Gaza a réceptionné le corps de Khamis Salah Mesleh Habeeb, 17 ans, de al-Shuja’iya, banlieue Est de Gaza ville.

    Dans sa déclaration au PCHR Adham Abu Selmiyah, Porte parole du département des urgences a dit que le service avait reçu un appel téléphonique émis par des habitants de Nahal Oz où ils veillaient le corps à proximité de la frontière. La Croix-Rouge internationale a dépêché une ambulance avec son Personnel médical qui a récupéré le corps de Habeeb. Il avait été touché à la tête et à la poitrine par un projectile alors qu’il était à 300 mètres de la frontière. Il a été tué sur le coup. Habeeb n’était pas en possession de toutes ses facultés.

    23 h, les FOI entrent dans al-Arroub, un camp de réfugiés au nord d’Hébron. Elles investissent de nombreuses maisons et arrêtent 3 Palestiniens, dont un mineur :

    • Mohammed Suleiman al-Titi, 25 ans ;
    • Laith, 18 ans, et
    • Nedal Hassan Abu Shamaa, 17 ans.

    Lundi 16 mai

    Minuit et demi, les FOI entrent dans Beit Ummar, au nord d’Hébron. Elles fouillent de nombreuses maisons dans le nord-est de la ville et arrêtent 2 Palestiniens :

    • Mousa Ahmed Abu Maria, 26 ans, et
    • Ahmed Mohammed Yousef Badi’, 22 ans.

    Même heure, incursion dans Karawat Bani Hassan à l’ouest de Salfit. L’armée patrouille, pénètre dans deux maisons et remet deux avis à deux Palestiniens : Arqam Mustafa Mari, 19 ans, et Said Hamad Jbara Mari, 22 ans, qui leur ordonnent de se présenter devant les services de Renseignements israéliens.

    Une heure, dans al-Sheikh, un quartier du centre d’Hébron. L’armée fouille de nombreuses maisons et arrête 4 Palestiniens, dont 2 mineurs et 2 frères :

    • Amjad Majdi Hussein al-Haddad, 18 ans ;
    • Ahmed Majdi Hussein al-Haddad, 17 ans ;
    • Ali Basem Husni al-Haddad, 16 ans, et
    • Yaser Tayseer Hussein al-Haddad, 19 ans.

    2 h, un groupe de soldats déguisés en arabe entre dans le camp de réfugiés de Nour Shams, à l’est de Tulkarem, à bord d’un camion Mercedes. Ils encerclent un immeuble du quartier d’al-Mahjar qui appartient à la famille de Deyaa Ahmed Mohammed Abu Qseido, 22 ans. Ils utilisent des échelles pour monter sur la terrasse, fouillent la maison et le brutalisent, lui et sa famille. Et il est arrêté.

    Déclaration du frère de Deyaa au PCHR :

    « Vers 2 h, le 16 mai, je dormais avec ma famille. Pendant ce temps, un détachement en civil de l’armée israélienne entrait dans le quartier d’al-Mahjar dans un camion Mercedes. Ils ont entouré notre maison qui a trois étages et est située dans ce quartier. Ils se sont servis d’échelles pour atteindre la terrasse. Puis ils ont pénétré dans la maison, détruisant une porte intérieure. Ils se sont déployés dans la maison tout en hurlant pour nous réveiller. Alors que je me levai, j’ai vu sept soldats en uniforme. Ils étaient masqués. L’un d’eux s’est mis à taper sur mon frère Deyaa, à coups de pied, pour le faire lever. Un autre soldat a frappé mon autre frère Ibrahim, lui demandant aussi de se lever. Ils nous ont obligés à nous tenir debout contre le mur, et alors ils ont fouillé la maison. Près d’une demi-heure plus tard, ils nous ont conduits séparément vers une chambre où un officier qui s’est présenté comme étant Roni (Abu Rami) était assis. Il nous a interrogé et nous a dit qu’il voulait arrêter mon frère Deyaa. Il lui a dit de nous dire au revoir et de changer de vêtements. Ils l’ont emmené sans nous dire où. »

    2 h, incursion dans Anabta, à l’est de Tulkarem.

    2 h 30, dans Shaaba, quartier dans le nord-est d’Hébron, où l’armée fouille de nombreuses maisons et arrête 2 Palestiniens :

    • Ramzi Foud al-Tabakhi, et
    • Mohammed Ali Abdul Haq al-Jaabari, 40 ans.

    20 h 30, incursion dans Faroun, au sud de Tulkarem. Pendant que les soldats patrouillent, des ados se rassemblent et leurs jettent des pierres. Les FOI répondent en tirant des bombes sonores et des lacrymogènes.

    Mardi 17 mai

    2 h 15, les FOI entrent dans Jeet, au nord-est de Qalqilya.

    20 h, dans Faroun à nouveau.

    Mercredi 18 mai

    2 h, incursion dans Saida, au nord de Tulkarem. L’armée patrouille quelques temps, investit la maison de Saraa Munir Radad, 20 ans, et l’arrête.

    Même heure, incursion dans Allar, même secteur. Les FOI circulent dans les rues et pénètrent dans plusieurs maisons. Elles remettent des avis à 5 Palestiniens leur demandant de se présenter devant les services de Renseignements israéliens au bureau de coordination du district (DCO) qui s’est monté sur les terres palestiniennes dans le sud-ouest de Tulkarem. Les Palestiniens concernés, tous de 26 ans, sont :

    • Mohammed Asaad Hassan Zahran ;
    • Khaldon Mahmoud Ahmed Jaari ;
    • Fawwaz Hafez Ibrahim Zahran ;
    • Ihab Mohammed Abdul Aziz Younis, et
    • Anas Nayef Jamal Amer.


    2 - Usage d’une force démesurée contre les manifestations non violentes protestant contre la colonisation et la construction du mur d’annexion

    Cette semaine, les FOI ont continué de se servir de la violence contre les manifestations hebdomadaires, non violentes, des Palestiniens, avec des militants internationaux et israéliens.

    3 manifestants, dont un enfant et un militant international, ont été blessés. Des dizaines de Palestiniens et d’internationaux ont inhalé les lacrymogènes, et pris des coups. De plus, 4 manifestants ont été arrêtés, dont 2 militants israéliens ; les 4 ont été emmenés au poste de police de Benjamin, au sud-est de Ramallah, et relâchés vers 22 h.

    -  Bil’in, à l’ouest de Ramallah : vendredi 13 mai, après la prière, la manifestation se dirige vers le mur d’annexion. Cette manifestation coïncide avec le 63è anniversaire de la Nakba. Les manifestants lèvent des portraits de martyrs, Jawaher et Basem Abu Rahma, et portent une énorme clé avec le numéro 63, pour indiquer la 63è année de Nakba. En outre, il y a une charrette qui transporte des vieilles personnes et des enfants vêtus d’habits traditionnels, comme s’ils revenaient dans leur patrie. Les manifestants arrivent près du mur, les FOI ont posé une clôture de barbelés à environ 100 mètres du mur. Avant que les manifestants n’y parviennent, les soldats ferment la barrière et tirent sur les manifestants, à balles caoutchouc, bombes sonores et lacrymogènes. Les soldats les arrosent aussi avec de l’eau usée et se lancent à leur poursuite au milieu des oliviers.

    2 Palestiniens, dont un mineur, sont blessés :

    • Ashraf Ibrahim Ahmed Abu Rahma, 30 ans, touché par un corps de grenade à la jambe droite, et
    • Ahmed Rebhi Abu Rahma, 16 ans, même chose à la main droite.

    -  Nil’in, à l’ouest de Ramallah : le même jour, même manifestation hebdomadaire des Palestiniens, militants internationaux et israéliens à Nil’in, contre le mur. Les soldats ont fermé la porte du mur, et quand les manifestants tentent de passer, ils les en empêchent, les manifestants jettent des pierres sur les soldats qui répliquent en tirant sur les manifestants et les pourchassant dans les oliveraies.

    -  Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah : le même jour, après la prière, des Palestiniens, militants internationaux et israéliens organisent la manifestation hebdomadaire non violente à Nabi Saleh, pour protester contre la construction mur et la colonisation.

    Les manifestants défilent dans les rues du village, scandant des slogans nationaux, exprimant leur refus de l’occupation et de ses actions arbitraires. Ils portent aussi des drapeaux palestiniens. Puis, ils se dirigent vers les terres que les colons de Halmish tentent de saisir. Les FOI ont fermé l’entrée sud du village pour empêcher les Palestiniens et les militants de la solidarité d’arriver sur les terres concernées. Alors que les manifestants tentent de passer, les FOI interviennent. Elles tirent sur les manifestants, à balles caoutchouc, grenades sonores et lacrymogènes. Les FOI déversent aussi de l’eau usée sur eux.

    Un militant états-unien, Christian, 23 ans, est touché par un corps de grenade lacrymogène à la tête, il est transporté au Centre médical Palestine à Ramallah pour des soins. En outre, de nombreux manifestants respirent les lacrymogènes et prennent des coups par les soldats.

    Notamment Hala Ayoub al-Tamimi, 45 ans, qui souffre de contusions dans le dos, et Helmi al-Tamimi, 29 ans, caméraman du Comité public contre le mur.

    De plus, les FOI arrêtent 4 manifestants, dont 2 militants israéliens, et les emmènent au poste de police de Benjamin, au sud-est de Ramallah. Ils seront libérés à 22 h. Ces manifestants arrêtés sont :

    • Nida’ Abdul ‘Elah Tamimi, 22 ans ;
    • Iqbal Mahmoud Tamimi, 40 ans ;
    • un militant israélien, Eyal, 22 ans, et
    • un autre militant israélien, Eyal, 24 ans.


    3 - Maintien du bouclage des TPO

    Israël maintient un bouclage serré sur les TPO ainsi que ses mesures de restrictions drastiques aux déplacements des civils palestiniens, dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, dont Jérusalem-Est occupée.

    Bande de Gaza


    Cisjordanie

    Israël impose un bouclage hermétique sur la Cisjordanie. Des restrictions supplémentaires sont systématiquement appliquées contre les civils Palestiniens, sur leurs territoires occupés par les Israéliens.

    -  Jérusalem : des milliers de Palestiniens ne peuvent toujours entrer dans Jérusalem, de Cisjordanie comme de la bande de Gaza.

    Vendredi matin, 13 mai, jour de prière, des restrictions plus sévères ont été imposées sur Jérusalem, particulièrement dans le centre de la ville et dans la vieille ville. selon des témoins, les mesures israéliennes comprennent un déploiement de policiers, d’unités spéciales et de gardes-frontière dans les rues et aux carrefours, surtout dans l’avenue qui longe les murailles de la vieille ville. L’occupant a également posé des check-points dans diverses rues, pendant que les policiers sur les check-points à la mosquée al-Aqsa entravent la circulation des Palestiniens, de sorte qu’un grand nombre d’entre eux se font refouler et que les cartes d’identité de ceux qui passent sont conservées par l’occupant jusqu’à la fin de la prière.

    Dimanche matin, 15 mai, les FOI imposent des restrictions renforcées à Jérusalem, aux entrées des différents quartiers de la ville et limitent les déplacements. Des policiers, des unités spéciales et des gardes-frontière sont déployés dans les rues et à l’intérieur des murailles de la vieille ville palestinienne.

    -  Naplouse :

    • jeudi 12 mai, 11 h, les FOI ferment complètement le check-point d’Huwara, au sud de la ville, après que des colons israéliens aient harcelé des Palestiniens sur le check-point.

    -  Qalqilya :

    • jeudi 12 mai, les FOI posent 8 check-points autour de la ville ;
    • vendredi 13 mai, 2 check-points ;
    • samedi 14 mai, 7 check-points ;
    • dimanche 15 mai, 7 check-points, et
    • lundi 16 mai, 5 check-points.

    -  Tulkarem :

    • samedi 14 mai, 10 h 30, les FOI au check-point d’‘Ennab, sur la route Tulkarem/Naplouse, imposent des restrictions renforcées, elles font appel à des gardes-frontières en soutien et commencent à installer des « barrières de fer » ; elles arrêtent les véhicules et les fouillent ; quand un véhicule passe la barrière, ses roues se font endommager ; de sorte que la route vers Tulkarem s’est trouvée complètement fermée ;
      • 20 h 30, mêmes mesures au même endroit ;
      • 20 h 30, les FOI posent un check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya à 500 m environ de la porte du check-point de Jbarah, dans le secteur d’al-Kafriyat, au sud de Tulkarem ;
    • dimanche 15 mai, 8 h 30, des restrictions renforcées sont imposées au check-point d’‘Ennab ;
      • 15 h, les FOI ferment complètement ce check-point prétextant que des Palestiniens leur auraient jeté des pierres et des bouteilles vides, pour l’anniversaire de la Nakba ;
      • 9 h 20, pose d’un check-point à l’entrée nord de Beit Leed, à l’est de la ville ;
    • lundi 16 mai, 14 h 30, les FOI ferment le check-point ‘Ennab ; des témoins indiquent au PCHR qu’un certain nombre de gardes-frontière se sont déployés sur le check-point pour empêcher les véhicules palestiniens de passer ; le check-point a été rouvert par la suite, et
    • mardi 17 mai, 19 h, restrictions renforcées sur ‘Ennab.

    -  Hébron : les FOI prolongent la période de bouclage sur la Cisjordanie de 24 h, le lundi 16 mai, en décision de la direction militaire. Sont maintenues fermées de nombreuses entrées, importantes et secondaires, dans le centre et le sud-est d’Hébron, la vieille ville, à l’est de Bani N’eim et Beit Ummar, les entrées nord d’al-‘Arroub et al-Fawwar, les carrefours de Tarqoumya et al-Samou’, et la route de contournement n° 35 Qaboun Valley/Haloul.


    Arrestations sur les check-points

    -  Lundi 16 mai, 13 h, une jeep de l’occupation poursuit un camion Volkswagen appartenant à la société Complex de Silet al-Dhahr, près de la colonie Shafi Shomron, en face la briquetterie d’al-Tanib, située sur la route Naplouse/Tulkarem, à l’ouest de Naplouse. Une fois que la jeep a rattrapé et arrêté le camion, les soldats israéliens descendent de la jeep et fouillent le camion. Plus tard, ils arrêtent le conducteur, Samed Mohammed Abdul Rahman Abu Ali, 27 ans, et un salarié, Yasser Imad Nemr Zbeidi, 19 ans, du Silet al-Dhahr, au sud de Jénine, sous le prétexte qu’un objet suspect ayant la forme d’une « pipe » (ou d’un tuyau) a été trouvé dans le camion. Ils sont emmenés au camp militaire d’Hawwara, au sud de Naplouse.

    Zeid Abu Ali, le frère de Samed, dit qu’un officier israélien a appelé le patron de la société pour qu’il récupère son camion. Il faut indiquer qu’Abu Ali et Zbeidi travaillent au département Distribution de la société et qu’ils se dirigeaient alors vers Hébron pour des livraisons.

    -  Mercredi 18 mai, 7 h, les troupes et policiers israéliens posent un check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, dans le secteur de Mothallath Jbarah, à Al-Kafriyat, au sud de Tulkarem. Des témoins indiquent au PCHR que 2 Palestiniens sont alors arrêtés au check-point ; des sources de la Sécurité palestinienne le confirment, soulignant que le Bureau de liaison israélien n’a pas donné au côté palestinien le nom de personnes arrêtées. Les mêmes sources déclarent que cette arrestation a probablement été faite au motif que les détenus conduisaient un véhicule volé.


    4 - Colonisation et agressions des colons contre les civils palestiniens et leurs biens

    -  Samedi 14 mai, 16 h, de scolons de la colonie Gilad attaquant 3 agriculteurs palestiniens de Jeet, au nord-est de Qalqilya, alors qu’ils se rendent sur leurs terres. Ces agriculteurs sont :

    • Morad Mofeed Hussein Yamin, 19 ans ;
    • Firas Sayel Mohammed Yamin, 25 ans et
    • son frère, Ayoub Yamin, 19 ans.

    Dans son témoignage au PCHR, Ayoub Yamin déclare :

    « Samedi 14 mai, vers 16 h, mon frère Firas, mon cousin Morad, et moi nous nous rendions sur notre terre, appelée Khelet al-Shaqfan, située dans l’ouest du village, pour tailler de jeunes thyms. Une fois arrivés, nous avons été choqués en voyant 3 colons israéliens qui se tenaient sur les hauts de la terre. Ils nous ont pris nos cartes d’identité et dit qu’il était très difficile de travailler ce jour-là sans avoir obtenu une coordination, alors que nous y allons tous les jours, sans coordination. Pendant que nous discutions avec eux, les trois colons nous ont agressés et nous ont dit que nous n’avions aucune terre à cet endroit. Quand ils nous ont demandé si cette terre était la nôtre ou pas, nous avons répondu oui. Alors, ils ont pris nos outils et ont commencé à couper un amandier près de nous. Ils nous ont ensuite poursuivis en nous lançant des pierres jusqu’à ce que nous quittions la terre. Nous n’avons pu y retourner, et nous avons même décidé de ne plus y aller. »

    -  Dimanche 15 mai, des colons de Kiryat Arba, au sud-est d’Hébron, agressent une maison appartenant à la famille Abu S’ifan, qui vit dans la vallée d’al-Hsein, le long du mur de ladite colonie. Ils essaient de mettre le feu à la maison, menaçant la vie de ses habitants.

    D’après l’enquête du PCHR, vers 18 h, ce jour-là, alors que des enfants de la famille de Hosni Abdul Hai Matariya (Abu S’ifan) sont en train de jouer dans la cour de la maison, où vivent 11 personnes, un groupe de colons israéliens installés dans la colonie en question se mettent à lancer 4 cocktails Molotov sur la maison. La première des bouteilles tombe sur la terrasse, la seconde tombe à un mètre de la maison, tandis que la troisième et la quatrième tombent dans la cour. Les enfants sont terrifiés et courent se réfugier à l’intérieur de la maison. En outre, certains tapis qui sont dans la cour commencent à brûler.

    Quand les habitants de la maison remarquent le feu, ils l’éteignent avec l’aide des voisins et ils appellent une patrouille de la Mission d’observation du TIPH (Présence internationale temporaire à Hébron), qui arrive au bout de 40 minutes.

    Abu S’ifan souligne que 4 à 5 colons israéliens étaient montés sur le mur mitoyen avec sa maison. De là ils ont attaqué, ce qui aurait pu provoquer un désastre. Il souligne aussi que bien que deux observateurs du TIPH sont venus chez lui pour savoir ce qu’il s’y passait et préparer leur rapport, 15 minutes plus tard les mêmes colons ont recommencé leur attaque de la maison à coups de pierres et de bouteilles vides. Tout cela s’est produit en dépit de la présence des postes d’observation militaires à proximité et qui entourent la colonie.

    Il faut noter que la maison en question, et d’autres maisons appartenant à de nombreuses familles de (Abu S’ifan) sont très proches des murs de la colonie. En outre, ces maisons ont été attaquées par des colons à plusieurs reprises au cours des années passées, et de nombreux membres des familles ont été blessés, de même que des dommages ont été causés aux maisons.

    -  Mardi 17 mai, l’après-midi, des colons israéliens pénètrent de force dans l’école de l’orphelinat du quartier al-Thawri, dans Jérusalem-Est occupée. Ils se mettent à taper sur les élèves, dans leurs classes. Plus tard, la police israélienne fait irruption dans l’école et arrête... le professeur, Ibrahim Shower, et son adjoint, Isam al-Taweel, pour les interroger.

    Il convient de noter que l’école a déjà été attaquée par les colons à l’aide de liquide enflammé. Des dizaines d’élèves avaient souffert de suffocation et perdu connaissance à cause des fumées.


    (JPG) Document public

    Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de le contacter à son bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).


    Rapport hebdomadaire pour la période du 12 au 18 mai 2011 : PCHR
    traduction pour ce qui concerne Gaza : Jacques Salles, et la Cisjordanie : JPP


    votre commentaire
  • Rapport sur les violations israéliennes des droits humains



    Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).

    Pendant cette semaine du 5 au 11 mai :

    • un militant des Brigades Izziddin al-Qassam est mort de blessures antérieures dans la bande de Gaza ;
    • les FOI ont continué de tirer sur les civils palestiniens dans les zones frontalières à l’intérieur de la bande de Gaza :
      • elles ont ouvert le feu sur une manifestation non violente dans le nord de la bande de Gaza, mais aucune victime n’a été signalée ;
    • les FOI ont continué de prendre pour cibles les pêcheurs dans les eaux territoriales de Gaza :
      • elles ont tiré sur des bateaux de pêche palestiniens, sans faire de victimes ;
    • les FOI ont continué d’user de la force contre les manifestations non violentes en Cisjordanie :
      • 3 manifestants, dont un enfant, une femme et un militant international, ont été blessés à Nabi Saleh et à Bil’in, près de Ramallah, lors des manifestations non violentes ;
      • les FOI ont arrêté un enfant à Bil’in ;
    • les FOI ont conduit 45 incursions dans les communautés palestiniennes de Cisjordanie :
      • elles ont arrêté 18 Palestiniens, dont 5 enfants ;
      • parmi ces 18 Palestiniens arrêtés : 4 dirigeants du Hamas et Jihad islamique à Jénine ;
      • elles ont détruit le mobilier et les fenêtres de deux maisons à Azzoun, à l’est de Qalqilya ;
    • les FOI ont poursuivi leurs activités de colonisation et les colons israéliens leurs agressions en Cisjordanie :
      • elles ont passé au bulldozer 4 cabanons en tôle et en brique et abattu 12 tentes, à Kherbet Um Nir, au sud d’Hébron ;
    • Israël a maintenu son siège total sur la bande de Gaza et a resserré celui sur la Cisjordanie :
      • les FOI ont arrêté au moins 12 Palestiniens sur les check-points militaires en Cisjordanie ;
      • elles ont imposé un bouclage hermétique de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.

    (JPG)

    Une femme donne des soins à un militant international des droits de l’homme, qui a été blessé par des soldats israéliens à Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah.


    Violations israéliennes recensées durant la semaine du 5 au 11 mai 2011

    1 - Incursions dans les zones palestiniennes et agressions contre les civils palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

    Jeudi 5 mai

    Minuit, les FOI entrent dans Tubas. Elles patrouillent dans les rues de la ville en provoquant les Palestiniens, et s’arrêtent devant le restaurant Yaser, en face de la mairie de Tubas dans la grande rue. Un membre des FOI appelle Jamal Addin Fawzi Daraghma, 23 ans, qui se trouve près du restaurant, qui répond et se dirige vers les soldats. 5 minutes plus tard, les FOI lui mettent les menottes et l’emmènent vers une destination inconnue.

    Une heure, les FOI entrent dans Beit Leqia, à l’ouest de Ramallah. Mêmes provocations dans les rues, les soldats klaxonnent pour embêter les Palestiniens. Ils opèrent sur une maison qui appartient à Najib Ahmed Mafarja, 26 ans, et se retirent vers 1 h 40, arrêtant Mafarja et l’emmenant au centre d’interrogatoire d’Ofra, à l’ouest de Ramallah.

    2 h, incursion dans Azzoun, à l’est de Qalqilya. L’armée patrouille dans les rues et fouille de nombreuses maisons. Elle arrête 5 Palestiniens, dont 4 enfants, et se retire vers 6 h. Les jeunes Palestiniens arrêtés sont :

    • Sinan Ahmed Mujahed Radwan, 15 ans ;
    • Lafi Mutasem Mujahed Radwan, 15 ans ;
    • Mahmoud Nedal Ibrahim Salim, 15 ans ;
    • Yousef Sqer Ibrahim Salim, 15 ans, et
    • Mumen Farouq Abu Haneya, 18 ans.

    Le père de Yousef Salim, a déclaré au PCHR :

    « Vers 2 h le jeudi 5 mai, les soldats de l’occupation israélienne ont fait irruption chez moi. Ils sont entrés dans le jardin par une porte qui donne sur l’extérieur et ils ont frappé à la porte d’entrée de la maison. Mon épouse a ouvert la porte mais ils sont entrés violemment dans la maison. Toute ma famille s’est réveillée. Ils nous ont tous regroupés dans le jardin. Mes enfants et mes petits-enfants qui ont entre un et trois ans étaient gardés par les soldats avec nous. Les enfants n’ont pas arrêté de crier de panique, jusqu’au matin. Quand ils nous ont obligés à rester dans le jardin, ils ont ordonné à Yousef de rester à l’écart. Nous les entendions saccager la maison. J’ai même pu les voir démolir les portes. Je leur ai dit " Laissez-moi vous ouvrir les portes au lieu de les démolir", mais ils ont refusé et m’ont simplement dit "ferme-la". Quand ils ont eu fini, ils sont revenus vers nous et ils ont pris mon fils Yousef et ont dit "Nous l’emmenons avec nous". Alors seulement, ils nous ont laissés entrer dans la maison. Nous avons pu voir qu’ils avaient tout démoli, les meubles, même les lits, les toilettes, les outils, les fenêtres, et les portes. C’était la seconde fois qu’ils attaquaient ma maison, en une semaine. Ils sont restés dans le jardin jusqu’au matin, et ils sont partis. »

    2 h 15, un détachement de soldats des FOI déguisés en arabe arrive à Arraba, au sud-ouest de Jénine. Ils sont à bord d’un camion Mercedes 412. Ils arrêtent leur camion près de la maison de Tareq Hussein Awad Dar Hussein « Qaadan », 40 ans. Une quinzaine de soldats descendent du camion et pénètrent chez Dar Hussein. Ils partent un petit moment plus tard, avec Dar Hussein qui est menotté et a les yeux bandés.

    Il faut indiquer que Dar Hussein est un dirigeant du Jihad islamique.

    2 h 15, incursion dans Siris, au sud de Jénine. Les FOI se postent près de l’entrée du village et des soldats de l’infanterie s’avancent vers le centre du village. Ils entourent la maison de Tareq Nazih Sadeq Faqha, 22 ans. Ils tirent plusieurs bombes sonores dans la maison pour faire sortir les habitants dans la rue. Ils contrôlent les identités des hommes et arrêtent Faqha. Ils se retirent ensuite sans que l’on signale plus d’incidents.

    9 h 40, incursion dans Beit Our al-Tahta, à l’ouest de Rmallah.

    10 h, dans Fasayel, au nord de Jéricho.

    22 h, dans al-Ouja, au nord-est de Jéricho.

    23 h 30, dans Arraba, au sud-ouest de Jénine.

    23 h 40, dans Beit Leqia, à l’ouest de Ramallah.

    Vendredi 6 mai

    2 h du matin. Les FOI entrent dans le camp de réfugiés de Jénine. Elles circulent dans les rues et se postent dans la rue al-Zahraa, à l’entrée du camp de Jénine. Les soldats descendent de leurs véhicules et entourent la maison de Bassam Ragheb Abdul Rahman al-Saadi, 51 ans. Ils s’infiltrent par la terrasse et font irruption dans la maison. Ils arrêtent al-Saadi et le conduisent vers une destination inconnue.

    Il faut préciser qu’al-Saadi est l’un des plus importants dirigeants du Jihad islamique en Cisjordanie. Il venait juste d’être libéré d’une prison israélienne il y a moins de deux mois, après y avoir passé plus de sept ans et demi.

    Déclaration d’Izziddin, le fils d’al-Saadi, au PCHR :

    « Vers 2 h, le vendredi 6 mai, j’étais au deuxième étage de notre maison, rue al-Zahraa, dans le camp de réfugiés de Jénine. J’étais éveillé et ma famille dormait. J’ai entendu des pas sur la terrasse et dans les escaliers. J’ai ouvert la porte intérieure du second étage et j’ai été surpris de voir des soldats qui descendaient par l’escalier depuis la terrasse. Ils sont entrés dans la maison et ont arrêté mon père. Ils m’ont gardé avec mes frères dans une pièce unique et ils ont mis ma mère et mes sœurs dans une autre pièce. Pendant tout ce temps, les soldats nous ont obligés à rester debout, avec les mains levées, face contre le mur. Près de 15 mn plus tard, la fouille était terminée et un officier qui disait se nommer Shlomo nous a appelés, mes frères et moi. Il nous a interrogés séparément et nous a mis en garde contre toute "activité". Ils se sont retirés près d’une heure après l’opération. Ils ont pris mon père et l’ont emmené sans dire où. »

    3 h, incursion dans Qabatya, au sud de Jénine.

    4 h, dans al-Yamoun, au nord-ouest de Jénine ; et dans Bourqin, à l’ouest de Jénine.

    11 h, dans Kharabtha al-Mesbah, à l’ouest de Ramallah.

    13 h, dans Bir Zeit, au nord de Ramallah.

    14 h, dans Silat al-Hartheyeh, au nord-ouest de Jénine. Les soldats circulent en véhicules dans les rues et se postent dans le quartier d’al-Jaradat, dans la partie nord du village. Ils investissent la maison de Hussein Rafiq Anis Jaradat, 37 ans, et celle de Muntaser Ahmed Yasin Jaradat, 23 ans. Ils les arrêtent tous les deux.

    Ils opèrent ensuite sur la maison de Hussein Ahmed Hussein Jaradat, 24 ans, après avoir détruit la grande porte et obligé la famille de Hussein à sortir de la maison dans la cour de derrière. Ils gardent Hussein à l’intérieur parce qu’il a la jambe droite fracturée et ne peut se déplacer sans aide. Près d’une demi-heure plus tard, les soldats ordonnent à la famille de Hussein de revenir dans la maison et ils la mettent dans une seule pièce. Ils pointent leurs armes sur les membres de la famille et commencent la fouille de toute la maison.

    Iman Mustafa Asaad Jaradat, 43 ans, qui est la maîtresse de maison, a dit au PCHR que les soldats ont infligé de lourds dommages à sa maison pendant la fouille. Ils ont aussi endommagé les murs de la maison alors qu’ils se servaient d’un appareil pour sonder les murs. Les soldats se retirent plus tard, en emmenant Hussein avec eux.

    Après avoir quitté la maison de Hussein, les soldats encerclent celle de Mustafa Hassan Jaradat, 52 ans, et tirent deux bombes sonores sur la maison. La première touche le jardin et la seconde pénètre par la fenêtre de la cuisine. Les habitants de la maison se réveillent brusquement ; les soldats appellent les hommes et leur disent de descendre dans la rue. Leurs identités sont contrôlées et les soldats arrêtent le fils du propriétaire de la maison, Hassan Mustafa Hassan Jaradat, 28 ans. Ils lui passent les menottes et lui bandent les yeux et l’obligent à rester à l’écart. Ils menottent ensuite son père et ses frères : Hussein 25 ans, Samer 23 ans, et Ibrahim 15 ans. Les soldats font rentrer Samer.

    Selon sa déclaration au PCHR, les soldats lui ont demandé de leur donner tous les numéros de téléphones portables de la maison. Ils confisquent les 8 portables que Samer leur a donnés. Les soldats de l’occupation emmènent alors Hassan dans la maison voisine qui appartient à son frère, Hussein. Ils lui demandent aussi de leur donner tous les numéros de portables de cette maison. Il leur donne trois numéros. Puis, ils ramènent Hussein chez lui et lui demandent les autres numéros de portables.

    Hussein déclarera aussi au PCHR que lorsqu’il leur a dit qu’il n’avait pas d’autres numéros, ils se sont mis à le tabasser avec les mains et les crosses de leurs fusils, lui fracturant une côte. Les soldats se retirent après avoir fouillé et vandalisé les deux maisons, et après avoir menacé la famille Jaradat d’exécuter leur fils Hassan qui est arrêté et emmené vers une destination inconnue.

    Il est important de signaler que, en lien avec les arrestations réalisées par les FOI à Silat al-Hartheyeh, elles ont aussi arrêté à Jérusalem, Mohammed Mustafa Hassan Jaradat, 24 ans, et Mutaz Ahmed Hussein Jaradat, qui sont les frères de Hassan et Hussein, arrêtés à Silat al-Hartheyeh.

    14 h, les FOI entrent dans Shwaika, en périphérie de Tulkarem, et patrouillent dans les rues. Pendant ce temps, des enfants palestiniens se regroupent et lancent des pierres sur les FOI. Aussitôt, celles-ci répliquent en tirant à balles caoutchouc et des lacrymogènes pour les disperser.

    23 h 40, incursion dans al-Bireh.

    Samedi 7 mai

    2 h, incursion dans Tubas. Les FOI avancent dans les rues en tirant de façon intensive des bombes sonores. Elles attaquent de nombreuses maisons, puis se retirent vers 5 h, après avoir arrêté Mutasem Zeyad Qusah.

    4 h, dans Azzoun, à l’est de Qalqilya. L’armée circule dans les rues et investit deux maisons qu’elle fouille et vandalise. Avant de se retirer, vers 5 h 30, elle arrête deux civils dont un mineur :

    • Louay Hamza Abdul Halim Hussein, 19 ans, et
    • Imran Abdullah Hussein, 17 ans.

    Abdullah Hussein, le père d’Imran, déclarera au PCHR :

    « Vers 4 h, le samedi 7 mai, on a entendu des pierres tomber de tous les côtés sur les fenêtres de notre maison qui se sont brisées. Des pierres ont même été jetées sur les portes. L’un de mes enfants dormait près d’une fenêtre. Nous ne savions pas que c’était l’armée d’occupation israélienne qui jetait des pierres jusqu’à ce que des soldats nous demandent par mégaphones de sortir dans la cour arrière. Nous étions huit personnes, dont deux enfants. Nous somme sortis de la maison et nous nous sommes avancés vers la cour. Aussitôt, ils nous bandé les yeux et nous ont gardé avec eux. Ils ont pénétré dans la maison et l’ont fouillée, endommageant le mobilier, les portes et les fenêtres. Ils ont tout cassé. Puis, ils ont arrêté mon fils, Abdullah, qui a déjà été détenu par l’armée israélienne d’occupation. Ils ont dit qu’ils l’emmenaient avec eux. Ils n’ont pas indiqué où, et ils sont partis. Il était environ 5 h 30. »

    14 h, incursion dans Shwaika, banlieue nord de Tulkarem.

    15 h 30, dans Tulkarem. Après avoir patrouillé dans les rues, l’armée se retire. Deux heures plus tard, elle revient dans la ville, patrouille quelques temps et repart.

    15 h 30, dans Kafr al-Labad, à l’est de Tulkarem.

    21 h 30, dans Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah. Les FOI patrouillent en provoquant les Palestiniens, tirant des balles caoutchouc, des lacrymogènes et des bombes sonores dans les rues. Elles investissent le siège du Conseil municipal du village et le transforme en site militaire. Elles se retirent vers 23 h 30.

    Dimanche 8 mai

    2 h 30, les FOI entrent dans Muthallath al-Shuhada, au sud de Jénine.

    11 h 25, dans Azzoun, à l’est de Qalqilya. L’armée patrouille dans les rues, fouille un certain nombre de hangars dans le secteur d’al-Safha, dans le nord du village.

    18 h, dans Ya’bad, au sud-ouest de Jénine.

    Lundi 9 mai

    Minuit et demi. Incursion dans Qalqilya, les FOI se retirent vers 2 h 30.

    11 h, dans Kharabtha al-Mesbah, à l’ouest de Ramallah.

    Midi, dans Izbat al-Jarad, à l’est de Tulkarem.

    13 h, dans Kafa, au sud-est de Tulkarem.

    17 h, dans Ramin, à l’est de Tulkarem.

    19 h 30, dans Beit Leed, même secteur. L’armée patrouille et monte un check-point à l’entrée nord du village. Elle arrête tous les véhicules qui entrent et sortent du village, contrôlant les cartes d’identité de leurs passagers, puis se retire.

    20 h, les FOI entrent dans Jéricho ; dans Izbat al-Jarad, à l’est de Tulkarem ; dans al-Bireh ; dans Kufor Qaddoum, au nord-est de Qalqilya où elles patrouillent quelques temps dans les rues, pendant lesquels elles détiennent deux membres de la police palestinienne : Mohammed Reyad Shteiwi, 35 ans, et Awni Abdul Qader Shteiwi, 29 ans, qui sont libérés par la suite après l’intervention du Bureau de liaison militaire palestinien.

    22 h 30, incursion dans Beit Leqia.

    Mardi 10 mai

    7 h 30, les vedettes garde-côtes à Beit Lahiya renouvèlent leur scénario et par précaution les pêcheurs rentrent.

    9 h, les FOI entrent dans Jefna, au nord de Ramallah.

    11 h 40, du haut de leurs miradors à Beit Hanoun Erez, les FOI observent quelque 80 manifestants, militants de la solidarité internationale pour la plupart. Parvenus à 80 mètres de la frontière, ils s’apprêtent à planter un drapeau palestinien. Sommés par haut parleur de reculer, ils ne donnent pas suite à l’injonction. Les FOI tirent en l’air semant la panique parmi les manifestants qui se dispersent sous les tirs ciblés des militaires. Pas de victimes.

    20 h, incursion dans Faroun, au sud de Tulkarem et dans Tulkarem.

    21 h 30, dans Bitounia, à l’ouest de Ramallah.

    Mercredi 11 mai

    2 h 30, l’armée entre dans Bir Zeit, au nord de Ramallah.

    8 h 30, les vedettes garde-côtes au mouillage au large de Beit Lahiya ouvrent le feu de façon intensive sur des bateaux en pêche. Par crainte d’être blessés ou arrêtés les pêcheurs rejoignent le rivage. Pas de victimes ni de dégâts sur les bateaux.

    9 h 30, incursion dans Beit Our al-Tahta, à l’ouest de Ramallah.

    11 h 30, l’hôpital Nasser du Caire annonce le décès de Shadi Mahmoud al-Zatma, 29, ans, militant des Brigades Izziddin al-Qassam. Habitant à Tal al-Sultan banlieue de Rafah, Al-Zatma avait contracté des blessures sérieuses quand il avait été ciblé par un drone lui tirant 2 missiles alors qu’il était encompagnie d’autres militants, Tayseer Said Abu Sneima, 27 ans, et de Mohammed Ali Awaja, 28 ans. Ils étaient tous les 3 près du collège Kamal Odwan Boys à Tal al-Sultan à l’ouest de Rafah. Abu Sneima and Awaja étaient tués sur le coup et al-Zatma était amputé des 2 jambes et criblé d’éclats à travers le corps.


    2 - Usage d’une force démesurée contre les manifestations non violentes contre la colonisation et la construction du mur d’annexion

    Du fait de la violence de l’occupant, 3 manifestants, dont une femme et un international, ont été blessés, et des dizaines d’autres ont respiré les lacrymogènes de l’armée, d’autres subi des coups par les soldats.

    Bil’in, à l’ouest de Ramallah : vendredi 6 mai, des dizaines de Palestiniens, militants internationaux et israéliens organisent la manifestation non violente hebdomadaire pour protester contre la construction du mur d’annexion qui traverse les terres du village. Les soldats postés au mur tirent à balles caoutchouc, des lacrymogènes et des bombes sonores sur les manifestants. Nombre d’entre eux inhalent les lacrymogènes et prennent des coups.

    De plus, Mohammed Nabeel Ahmed Abu Rahma, 18 ans, est touché à la jambe droite par un corps de grenade lacrymogène.

    Lyad Ra’ed Fadel al-Khateeb, 15 ans, est arrêté et transféré au centre de détention d’Ofra, au sud-est de Ramallah.

    Ni’lin, à l’ouest de Ramallah : ce même vendredi, Palestiniens, internationaux et anticolonialistes israéliens se dirigent en manifestation, comme chaque semaine, vers le mur en construction dans le village. L’armée d’occupation les agresse et nombre d’entre eux vont respirer les lacrymogènes.

    Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah : au même moment, les Palestiniens, avec des militants internationaux et israéliens organisent la même manifestation non violente pour protester contre la confiscation de terres du village, au profit des colons israéliens de la colonie Halmish. Arrivés sur les terres confisquées, les manifestants sont agressés par l’armée d’occupation qui tire sur eux.

    2 Palestiniens sont blessés, et beaucoup de manifestants respirent les lacrymogènes. Les FOI occupent le Centre culturel dans le centre du village et le transforme en position militaire. Elles se retirent vers 16 h. Les blessés sont :

    • Wafa’ Wajeeh Mohammed Tamimi, 23 ans ; elle a reçu un corps de grenade lacrymogène dans la jambe droite, et
    • Yaniv Vinic, 24 ans, international, touché de la même manière à la jambe gauche.

    Beit Ummar, au nord d’Hébron : samedi 7 mai, Palestiniens, militants internationaux et israéliens organisent la manifestation hebdomadaire contre la colonisation et la confiscation de terres palestiniennes.

    4 manifestants souffrent de fractures et d’ecchymoses.

    D’après l’enquête du PCHR, vers 13 h, le samedi 7 mai, la manifestation hebdomadaire organisée dans le centre de Beit Ummar, se dirige vers les terres proches de la colonie Karmi Tsur, au sud du village. Avant qu’elle n’arrive sur les lieux, les FOI se mettent à tirer des bombes sonores sur les manifestants, elles se lancent à la poursuite de certains et les rouent de coups.

    4 manifestants souffrent d’ecchymoses et de fractures sur tout le corps ; 2 sont transportés à l’hôpital d’Hébron dans un état sérieux, les 2 autres recevant les soins nécessaires sur place :

    • Ahmed Khalil Abu Hashem, 44 ans ;
    • son fils, Hamza, 12 ans ;
    • Mosa Abdul Hamid Abu Maria, 33 ans, et
    • Yusef Abdul Hamid Abu Maria, 38 ans, qui souffre de deux fractures, à la jambe et à la main gauches ; il est transporté à l’hôpital où il va rester deux jours. Yusef est le responsable du comité du village contre la colonisation.

    Dans son témoignage au PCHR, Abu Hashem déclare qu’une fois la manifestation arrivée à la porte nord de la colonie, vers 13 h 30, les FOI ont commencé à les agresser et à les repousser avec leurs armes. Les FOI se sont lancées à la poursuite de certains et les ont dispersés. Abu Hashem souligne que les soldats israéliens ont jeté Abu Maria au sol, avant de lui bander les yeux et de le tabasser.


    3 - Bouclage maintenu sur les TPO

    Bande de Gaza


    Cisjordanie

    Toute la Cisjordanie est maintenue sous un bouclage serré. Durant la semaine écoulée, des restrictions renforcées ont été imposées, et de nombreux check-points volants ont été posés par l’occupant.

    Jérusalem : les restrictions aux déplacements des Palestiniens sont toujours maintenues. Des milliers, de Cisjordanie et de la bande de Gaza, n’ont toujours pas accès à la ville ; de nombreux check-points entourent la ville, d’autres sont posés à l’intérieur. Le vendredi, qui est jour de prière, où de nombreux Palestiniens voudraient venir prier à la mosquée al-Aqsa, dans la vieille ville palestinienne, les restrictions sont plus sévères.

    Le vendredi 6 mai, ce fut le cas. Des témoins disent que les FOI, comprenant des centaines de policiers et des unités spéciales, ont patrouillé dans le secteur, surtout dans la grande rue qui longe les murs de la vieille ville. Elles ont placé des check-points autour de la ville, entravant le mouvement des personnes, tandis qu’un grand nombre de Palestiniens étaient refoulés, les cartes d’identité des autres qui passaient étaient gardées par l’occupant jusqu’après la prière.

    Ramallah : sur les check-points de Jaba’ et Qalandya, les restrictions aux passages des Palestiniens sont toujours en cours.

    • jeudi 5 mai, 18 h 30, les FOI posent un check-point à l’entrée de Silwad, à l’est de Ramallah ;
      • 9 h, les FOI reviennent sur le check-point ‘Atarah, à l’entrée nord de Bir Zeit, au nord de Ramallah ;
    • vendredi 6 mai, 8 h, nouveau check-point à l’entrée de Nabi Saleh, au nord-ouest ;
      • 9 h, un check-point sur la route Nabi Saleh/Kafr Ein ;
    • lundi 9 mai, 9 h 40, check-point à l’entrée de Beit Leqia, à) l’ouest ;
      • 10 h, un sur la route Beit Reema/Deir Ghassana, au nord-est ;
      • 11 h, un au village de Kafr Ne’ma, à l’ouest ;
    • mardi 10, 8 h 30, un check-point à l’entrée de Kafr Ein, au nord-ouest ;
      • 15 h30, à l’entrée d’Ein Qaniuna, à l’ouest, et
      • 20 h 30, les FOI reviennent à ‘Atarah.

    Hébron :

    • jeudi 5 mai, les FOI posent un check-point au carrefour de la route de contournement n° 35 avec l’entrée nord d’Hébron, et
    • vendredi 6 mai, les FOI postées au nord de Beit Ummar et à Safa obligent des agriculteurs des deux secteurs à quitter leurs terres situées à Wadi Abu Rish, au nord-ouest du village ; elles les obligent à partir sous la menace de leurs armes, sous le prétexte qu’ils sont interdits d’accès sans les autorisations militaires.

    D’après l’enquête du PCHR, les FOI, accompagnées de colons israéliens qui chantaient et battaient des mains, ont obligé des agriculteurs palestiniens à arrêter leur travail et à quitter leurs cultures, de force. Les fermiers sont :

    • Hamad Isma’il ‘Adi ;
    • Hussein Mohammed ‘Adi ;
    • Hammad Jaber al-Salibi, et
    • Abdullah al-Salibi.

    Il doit être noté que ces terres cultivées font partie d’une zone de 1000 dunums (100 ha) qui a été déclarée par les FOI « propriété de l’État » et qu’il n’est pas autorisé d’y pénétrer.

    Le même incident s’est répété le lendemain, 7 mai.

    Qalqilya :

    • samedi 7 mai, les FOI posent 5 check-points autour de la ville ;
    • lundi 9 mai, 10 h 15, pose d’un chekc-point à Lainsafout, sur la route Qalqilya/Naplouse, et
      • 21 h 10, un à l’entrée de Qalqilya.

    Tulkarem :

    • jeudi 5 mai, 10 h 30, les FOI sur le check-point d’Ennab, sur la route Tulkarem/Naplouse, imposent des restrictions renforcées ;
      • 23 h 50, elles posent un check-point sur la route Tulkaram/Qalqilya, dans le secteur de Mothallath Jbarah, au sud de Tulkarem ;
    • vendredi 6 mai, 23 h 30, check-point à l’entrée d’al-Jaroushiya, au nord ;
    • samedi 7 mai, 11 h, check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, dans le secteur de Mothallath Jbarah ;
      • 11 h 20, un à l’entrée d’al-Jaroushiya ;
      • 11 h 30, au check-point d’Ennab, les soldats imposent des restrictions renforcées ;
      • 14 h, pose d’un check-point à l’entrée nord de Beit Leed, à l’est de Tulkarem ;
    • lundi 9 mai, 22 h, nouveau check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, toujours dans le secteur de Mothallath Jbarah ;
    • mardi 10 mai, 11 h, restrictions renforcées sur Ennab ;
      • 11 h 30, pose d’un nouveau check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, à l’entrée de Far’oun, au sud de Tulkarem, et
      • 15 h, un check-point sur la route ‘Etil/Deir al-Ghsoun, au nord.

    Jénine :

    • vendredi 6 mai, 7 h, pose d’un check-point à l’entrée de Kafrit, au sud-ouest de Jénine.

    Jéricho :

    • dimanche 8 mai, 9 h 30, pose d’un check-point à l’entrée de Fasayel, au nord de la ville, et
    • lundi 9 mai, un autre à l’entrée d’al-Jiftlik, même secteur.


    Arrestations sur les check-points

    Durant la semaine écoulée, les FOI ont arrêté au moins 10 Palestiniens, dont 2 mineurs. 2 des personnes arrêtées sont :

    • Khaled Mohammed Ameen al-Hajj, 45 ans, porte-parole du Hamas à Jénine, arrêté au check-point à l’entrée d’‘Arraba, au sud-ouest de Jénine, et
    • Bassam Nabil Sa’id Diab, 28 ans, dirigeant du Jihad islamique, du village de Kafr Ra’ei, arrêté au check-point au carrefour de Zita avec ‘Alar, au nord de Tulkarem.

    -   Jeudi 5 mai, 11 h, les troupes israéliennes qui patrouillent près du mur d’annexion, au sud de Yatta, au sud d’Hébron, arrêtent 3 travailleurs de Burin, au sud de Naplouse. Ces travailleurs sont arrêtés alors qu’ils tentent de franchir la frontière vers l’intérieur de la Ligne verte, pour chercher du travail à Beersheba. Ils sont torturés pendant plusieurs heures pendant leur détention en plein air. Ces travailleurs sont :

    • Maqsouid Ahmed Mohammed ‘Awwad, 22 ans ;
    • ‘Adnan Bassam Ghaleb Najjar, 20 ans, et
    • Abdul Hakim Omar Yusef Najjar, 26 ans.

    Les informations recueillies par le PCHR montrent que les FOI ont donné la chasse aux 3 travailleurs. Ceux-ci ont été arrêtés et détenus en plein air après qu’on leur ait bandé les yeux. Aucune nourriture ni autres facilités humanitaires ne leur ont été données jusqu’à la fin de la nuit, avant d’être transportés au bureau de police israélien près de Kyriat Arba, colonie au sud-est d’Hébron. Le lendemain matin, ils sont emmenés au centre de détention de Kfar Etzion, au sud-ouest de Bethléhem.

    -   Même jour, 14 h, les FOI postées près de la colonie Halmish, au nord-ouest de Ramallah, arrêtent 2 mineurs palestiniens de Deir Nezam, alors qu’ils se trouvent près de la route nationale qui longe ladite colonie. Ils sont arrêtés sous le prétexte qu’ils avaient lancé des pierres, et ils sont transportés au centre d’interrogatoire à l’intérieur de la colonie Halmish. Les FOI les libèrent vers 20 h 30 ; les enfants sont :

    • Ahmed Saleh Mostafa Mezher, 17 ans, et
    • Rateb Marzouq Rateb ‘Assaf, 17 ans.

    -   Vendredi 6 mai, 24 h 25, les FOI arrêtent 4 Palestiniens alors qu’ils se trouvent sur leurs terres près du mur d’annexion, dans le sud de Sniria, village au sud-est de Qalqilya. Le conseil du village de Masha et celui de Sniria confirment leur arrestation. Il s’agit de :

    • Khaled Sa’d Khaled Judy, 26 ans ;
    • Belal Sami Isma’il Amer, 22 ans, de Masha, au nord-ouest de Salfit ;
    • Sohaib Sedqi As’ad, 22 ans, et
    • son frère, Nezam As’ad, 22 ans, du village de Sniria.

    Ils ne connaissent pas les raisons de leur arrestation.

    -   Même jour, 20 h, les FOI posent un check-point sur la route Zita/’Alar, au nord de Tulkarem. Elles arrêtent la voiture de Bassam Nabil Sa’id Diab, 28 ans, un dirigeant du Jihad islamique, du village de Kafr Ra’il, au sud-ouest de Jénine, et l’arrête. Selon son frère, il a été arrêté pendant qu’il rentrait chez lui après une visite à l’un de ses amis, à Baqa, au nord de Tulkarem.

    -   Samedi 7 mai, 15 h 30, les FOI posent un check-point à l’entrée d’Arraba, au sud-ouest de Jénine. Des témoins disent que les FOI ont déployé de nombreux véhicules pour entourer le village. Avant de se retirer, elles arrêtent Khaled Mohamed Ameen al-Hajj, 45 ans, porte-parole du Hamas à Jénine, sur le check-point. Il est transféré dans un endroit non indiqué.

    -  Mardi 10 mai, les FOI au check-point d’Hawara, au sud de Naplouse, arrêtent Moti’ Odah Melhem, 38 ans, du village d’‘Anin, à l’ouest de Jénine. Ses amis disent qu’il a été arrêté alors qu’il traversait le check-point, et emmené vers une destination inconnue.


    4 - Colonisation et agressions des colons contre les civils palestiniens et leurs biens

    Israël poursuit la colonisation des TPO en violation du droit humanitaire international. Les colons continuent leurs attaques contre les Palestiniens et leurs biens.

    -   Jeudi 5 mai, les FOI démolissent un grand nombre de maisons et de biens à Kherbet Um Nir, à l’extrémité est de Yatta, au sud d’Hébron sous le prétexte qu’elles avaient été construites sans le permis israélien.

    Selon l’enquête du PCHR, vers 8 h, ce jeudi 5 mai, une force importante de la police des frontières et 2 bulldozers de l’armée, pénètrent en force dans Kherbet Um Nir. Les forces israéliennes évacuent par la force les maisons visées avant de les démolir. Le processus de démolition dure 6 heures, pour 4 maisons de brique et de tôle, et 10 tentes. 8 familles représentant 50 personnes, dont de nombreuses femmes et enfants, y vivaient. De plus, les soldats israéliens arrachent environ 600 jeunes oliviers plantés autour des maisons.

    La plupart des maisons démolies appartiennent à des grandes familles, et notamment à celles de :

    • Isa Hussein Mohammed al-Jbour ;
    • Mohammed Rateb Hassan al-Jbour, et
    • Fo’ad Ali al-Nawaj’a.

    -   Mardi 10 mai, 14 h, des colons se rassemblent sur la route Tulkarem/Naplouse, au carrefour avec le village de Beit Leed, dans la zone appelée Abu Martein. Des témoins ont déclaré au PCHR que le rassemblement des colons entravait la circulation sur la route. Il faut indiquer qu’un colon israélien, de la colonie Shavei Shomron, à l’ouet de Naplouse, a été tué dans le même secteur, lors d’une fusillade, en décembre 2009. Depuis, les colons ont posé un mémorial en son nom et investissent les lieux régulièrement pour célébrer leurs rites près du mémorial.

    -   Même jour, 16 h, de nombreux colons se rassemblent sur la colonie évacuée d’Homesh qui avait été montée sur les terres du village de Barqa, au nord-ouest de Naplouse, et de Seilat al-Zhaher, au sud de Jénine. Selon des témoins, un grand nombre de colons, sous la protection des FOI, sont arrivés dans le secteur pour célébrer des rites sous la protection des FOI. Plus tard, colons et soldats se retirent.


    (JPG) Document public

    Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de le contacter à son bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).


    Rapport hebdomadaire pour la période du 5 au 11 mai 2011 : PCHR
    traduction pour ce qui concerne Gaza : Jacques Salles, et la Cisjordanie : JPP


    votre commentaire
  • Rapport sur les violations israéliennes des droits humains



    Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).

    Pendant cette semaine du 28 avril au 4 mai :

    • 2 enfants palestiniens ont été blessés par les FOI entrées dans le village de Bil’in, à l’ouest de Ramallah ;
    • les FOI ont poursuivi leurs tirs d’artillerie sur les zones frontalières à l’intérieur de la bande de Gaza :
      • 4 civils palestiniens, dont 2 enfants et une femme, ont été blessés dans l’est de Gaza Valley ;
      • une maison a été endommagée ;
    • les FOI ont continué d’user de la force contre les manifestations pacifiques en Cisjordanie :
      • un enfant a été blessé lors de la manifestation de Bil’in ;
      • 8 militants des droits de l’homme ont été arrêtés ;
    • les FOI ont conduit 39 incursions dans les communautés palestiniennes en Cisjordanie :
      • 10 civils palestiniens ont été arrêtés, dont 4 enfants ;
      • parmi les Palestiniens arrêtés : un député du CLP et un ancien ministre du Hamas ;
      • un civil palestinien de Gaza a été arrêté dans des circonstances mystérieuses ;
    • les FOI ont continué la colonisation et les colons leurs attaques en Cisjordanie :
      • les FOI ont remis de nouveaux ordres de démolitions de maisons ;
    • Israël a maintenu un siège total sur la bande de Gaza et a resserré le siège de la Cisjordanie :
      • les FOI ont arrêté au moins un Palestinien sur un check-point militaire en Cisjordanie ;
      • elles ont commis des sévices contre un travailleur palestinien et ont lâché un chien dressé sur lui.

    (JPG)

    Un canon à eau israélien envoie un liquide nauséabond sur les manifestants non violents contre la construction du mur d’annexion à Nabi Saleh, près de Ramallah.


    Violations israéliennes recensées durant la semaine du 28 avril au 4 mai 2011

    1 - Incursions dans les zones palestiniennes et attaques contre les civils palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

    Jeudi 28 avril

    10 h 30, les FOI entrent dans Arraba, au sud-ouest de Jénine, elles patrouillent dans les rues quelques temps et se retirent.

    12 h 30, incursion dans Itra et dans Ejja, au sud de Jénine.

    13 h 30, les FOI entrent dans Bil’in, à l’ouest de Ramallah. Elles conduisent leurs véhicules en provoquant les Palestiniens dans les rues. Des garçons se rassemblent et leur lancent des pierres ; aussitôt les soldats de l’occupation répliquent en tirant à balles caoutchouc, des grenades lacrymogènes et sonores sur les enfants. Deux des enfants sont blessés, et beaucoup respirent les lacrymogènes. Les FOI se retirent par la suite. Les enfants blessés sont :

    • Jamal ATef Al-Khatib, 15 ans, atteint par deux balles dans la bouche et dans le ventre ;
    • Nasmi Mohammed Abu Rahmeh, 16 ans, atteint par une balle au pied droit.

    14 h, incursion dans Kharabtha al-Mesbah, à l’ouest de Ramallah.

    21 h 10, depuis la frontière à la hauteur de Gaza valley village au sud de Gaza ville, les FOI tirent 6 obus sur la maison de Jaber Ismail Abu Saïd, 66 ans. 4 d’entre eux touchent la maison de plein fouet. La surface visée est de 100 m². Deux familles composées de 10 membres dont 5 enfants vivent là, à environ 400 mètres de la frontière. Sanaa Ahmed Abu Said, 25 ans, est blessée aux jambes ; Alaa Addin Naser Abu Said, 10 ans, au cou et à l’abdomen ; Mohammed Jaber Abu Said, 27 ans, à la face. Il faut noter que les ambulances prévues pour avoir accès sur les lieux n’ont pu arriver qu’une demi-heure plus tard après concertation entre la Croix-Rouge internationale et la partie israélienne. Les ambulances ont évacué les blessés. Cette attaque fait suite à une précédente attaque du 13 juillet 2010 où la femme de Abu Saïd et un de ses fils avaient été tués et 3 autres personnes dont 2 femmes et le propriétaire de la maison, blessées.

    20 h 30, incursion dans Jéricho.

    Vendredi 29 avril

    9 h 30, les FOI entrent dans la zone située entre Azzoun et Izbat al-Tabib, à l’est de Qalqilya. Après avoir patrouillé dans le secteur, elles se retirent.

    10 h, incursion dans Jefna, au nord de Ramallah.

    12 h 15, les FOI reviennent entre Azzoun et Izbat al-Tabib.

    17 h 30, retour dans ce secteur. Les FOI patrouillent un moment et avant de se retirer, elles arrêtent un jeune Palestinien :

    • Abdul Aziz Shaher Salim, 17 ans,

    alors qu’il conduit son tracteur. Un Palestinien a assisté à l’arrestation d’Abdul.

    21 h, les FOI entrent dans Beit Leqia, à l’ouest de Ramallah, se comportant là aussi de façon provocante, avec comme résultat, les jeunes qui se regroupent et leur lancent des pierres ; et les soldats qui répliquent en tirant sur eux. Nombreux d’entre eux inhalent les lacrymogènes.

    Samedi 30 avril

    Minuit et demi, les FOI entrent dans Ya’bad, au sud-ouest de Jénine.

    2 h 30, dans Qabatya, au sud de Jénine.

    10 h 30, dans Arraba, au sud-ouest de Jénine.

    11 h 20, dans Jayyous, au sud-est de Qalqilya.

    21 h 10, dans Azzoun, à l’est de Qalqilya. L’armée opère sur deux maisons, celle de Hamza Abdul Halim Hussein, 49 ans, et celle d’Ayman Khaled Abu Hina, 40 ans. Elle se retire vers 22 h 40.

    23 h, dans Fahma, au sud de Jénine.

    23 h 30, dans Bitonia, à l’ouest de Ramallah.

    Dimanche 1er mai

    Minuit, les FOI pénètrent dans Ematin, au nord-est de Qalqylia.

    2 h, dans Bir Zeit, au nord de Ramallah.

    10 h, dans Deir Ghazala, au nord de Tulkarem.

    10 h 45, dans Habla, au sud de Qalqilya.

    13 h 40, dans Azzoun, à l’est de Qalqilya.

    14 h 40, dans Izbat al-Tabib, même secteur. Elles fouillent deux maisons appartenant à Zeyad Yasser Mohammed Tabib et à son frère Shadi Tabib, et leur remettent deux avis pour démolir leurs deux maisons ; motif : manque du permis de construire israélien.

    15 h, les autorités de l’occupation israélienne informe Khalil Mousa Issa al-Silwai, 41 ans, que son fils, Khaled Khalil al-Silawi, 21 ans, est détenu dans la prison d’Ashkelon, à Beersheba, en Israël. Al-Silawi dit que son fils était absent depuis la veille, samedi 30 avril, et qu’il le recherchait jusqu’à ce qu’il reçoive cette information comme quoi il était prisonnier des Israéliens. Il indique aussi que les autorités de l’occupation israélienne lui ont demandé de prendre un avocat pour son fils. Elles lui ont indiqué aussi que son fils n’avait pas droit à visites jusqu’au 8 mai prochain. Silawi indique qu’il ignorait les circonstances précises de l’arrestation de son fils par les Israéliens.

    16 h, les FOI entrent dans Jeet, au nord-est de Qalqilya.

    17 h 40, dans Azzoun, à l’est de Qalqilya.

    19 h, dans Zabbouba, au nord-ouest de Jénine.

    21 h, dans Bala’a, au nord-est de Tulkarem.

    Lundi 2 mai

    1 h, incursion dans al-Oja, au nord-est de Jéricho. L’armée pénètre chez un député du Conseil législatif palestinien, Ali Salim Suleiman Rumanin, 39 ans, et fouille son domicile. Elle se retire vers vers 1 h 25 et arrête Rumanin.

    1 h, dans Arraba, au sud-ouest de Jénine. L’armée patrouille dans les rues, tirant des grenades sonores, et se retire.

    2 h, dans Housan, à l’ouest de Bethléhem. L’occupant opère sur de nombreuses maisons, et, avant de se retirer, arrête 4 Palestiniens et les transfèrent au centre de détention de Kfar Etzion, au sud-ouest de Bethléhem :

    • Ragheb Taha Sabatin, 17 ans ;
    • Mohammed Khaled Hamamra, 22 ans ;
    • Alaa Khaled Shousha, 22 ans, et
    • Mohammed Khaled Sabatin, 23 ans.

    4 h, dans Izbat al-Tabib, à l’est de Qalqilya, avec fouille de la maison de Bayan al-Tabib, président du conseil du village. Al-Tabib a déclaré au PCHR que les FOI avaient volé 1000 dinars jordaniens (environ 960 €) :

    « Vers 4 h, lundi 2 mai, l’armée a fait irruption chez moi. Les soldats ont obligé mon épouse et mes enfants à sortir. Ils sont restés dans la maison jusqu’à 6 h. Ils ont fouillé la maison et malmené ce qui s’y trouvait. Ils ont brisé la télévision, les ordinateurs et les toilettes. Ils sont partis en volant 1000 dinars jordaniens. »

    8 h 30, incursion dans Ramin, au nord-est de Tulkarem.

    11 h, dans al-Zababda, au sud-est de Jénine. L’armée patrouille dans les rues du village et reste en position quelques temps près du foyer al-Dalah pour femmes.

    16 h 50, dans Jayyous, au nord-est de Qalqilya. L’armée pose un check-point à une entrée de Jayyous. L’officier arrête les Palestiniens et leur demande leur opinion sur « l’Intifada du 15 mai 2011 », mais les Palestiniens ne lui répondent pas, et leur balancent des pierres sur leurs véhicules. L’occupant finit par se retirer.

    20 h 50, dans Azzoun, à l’est de Qalqilya.

    Mardi 3 mai

    2 h, incursion dans le camp de réfugiés d’Aïda, au nord-ouest de Bethlhéhem. L’armée opère sur le domicile de Feras Aqel Mustafa Dar Haj, 22 ans. Avant son retrait, elle arrête Dar Haj et le transfère au centre de détention de Kfar Etzion.

    2 h 35, les FOI entrent dans la ville de Qalqilya. Patrouilles dans les rues, interpellation Saleh Hassanin, membre de la Sécurité nationale palestinienne, qui faisait une ronde dans le secteur. L’armée se retire par la suite.

    6 h, des colons israéliens soutenus par les FOI entrent dans le secteur de Naplouse. Ils se livrent à des rites religieux sur le Tombeau du prophète Joseph, près de Balata, à l’est de Naplouse. Pendant ce temps, des jeunes Palestiniens se regroupent et lancent des pierres sur les véhicules de l’occupant. Les FOI répliquent aussitôt en tirant sur les enfants pour les disperser, et leur font la chasse. Elles en arrêtent deux :

    • Ahmed Reyadh al-Saheli, 16 ans,
    • Khaled al-Bouhi, 16 ans.

    Mercredi 4 mai

    1 h, incursion dans plusieurs quartiers d’Hébron. L’armée opère sur le domicile d’un ancien ministre palestinien, Issa Khalil al-Jabaari, 51 ans, et l’arrête.


    2 - Usage d’une force démesurée contre les manifestations non violentes protestant contre la colonisation et la construction du mur d’annexion

    Durant la semaine écoulée, les FOI ont continué d’utiliser la force contre les manifestants non violents : Palestiniens et militants internationaux et israéliens, qui protestent contre la colonisation et le mur d’annexion. Un enfant palestinien a été blessé, des dizaines de Palestiniens et de militants étrangers ont souffert de l’inhalation des lacrymogènes, d’autres ont pris des coups par les soldats de l’occupation.

    En outre, les FOI ont arrêté 8 internationaux : 3 ont été arrêtés le 29 avril lors de la manifestation hebdomadaire de Nabi Saleh, et les 5 autres, le 1er mai, lors de l’attaque des FOI contre le sit-in organisé à Izbat al-Tabib, à l’est de Qalqilya.

    Bil’in, à l’ouest de Ramallah : le vendredi 29 avril, après la prière, la manifestation non violente hebdomadaire de Palestiniens et militants internationaux et israéliens se dirige vers le mur en construction sur les terres du village. Les soldats postés au mur les attendent et les attaquent toujours avec la même violence.

    Un enfant palestinien, Mohammed Iyad Bernat, 8 ans, reçoit le corps d’une grenade lacrymogène dans le dos.

    Ni’lin, à l’ouest de Ramallah : au même moment, la même manifestation contre le mur est agressée par les troupes d’occupation. De nombreux manifestants inhalent les lacrymogènes.

    Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah : une autre manifestation non violente hebdomadaire, ce vendredi, subit la même violence de l’occupant, alors que les manifestants s’approchent des terres volées par les Israéliens au profit de leurs colons de Halmish. De nombreux manifestants respirent les gaz.

    De plus, l’occupant arrête 3 militants internationaux, et les emmène vers une destination inconnue.

    Izbat al-Tabib, à l’est de Qalqilya : le dimanche 1er mai, les FOI, accompagnées de 20 véhicules et d’un bulldozer, entrent de force dans Izbat al-Tabib. Elles passent au bulldozer des terrains dans l’est du village afin d’y poser une clôture de barbelés. Elles démontent aussi une tente qui servait à un sit-in et agressent 5 militants internationaux.

    D’après l’enquête conduite par le PCHR, et le témoignage de Bayan al-Tabib, le président du conseil local d’Izbat al-Tabib, vers midi et demi, ce jour-là, les FOI, escortées par 20 véhicules militaires et un bulldozer, et accompagnée d’un officier de l’Administration civile, ont attaqué le village d’Izbat al-Tabib.

    Immédiatement, elles demandent aux civils et aux militants internationaux d’évacuer la tente du sit-in, montée à l’entrée du village le 29 avril, pour protester contre la décision israélienne de confisquer de la terre dans le nord du village afin d’y monter une clôture militaire.

    Des discussions ont lieu entre l’officier de l’Administration civile, son adjoint et le commandant israélien pendant deux heures. Elles décident qu’il faut démonter la tente et conduire les militants internationaux hors du secteur.

    Après que les civils et les internationaux aient refusé d’évacuer les lieux, vers 14 h 30, les FOI leur déclarent qu’un détachement va se rendre dans un quartier d’‘Azzoun, village voisin, et qu’ils pourraient garder la tente dans le cas où personne n’intercepterait ce détachement. Des soldats commencent à partir, la tente se trouve sur leur gauche. Quand ils s’en approchent, un soldat israélien se met à cogner sur une femme et l’a projette au sol. D’autres soldats repoussent plus loin les internationaux et encerclent la tente. Plus tard, le bulldozer commence son travail dans l’est du village, vers la porte jaune, sur la route qui conduit à ‘Azzoun. Quand le bulldozer s’approche des oliveraies, un groupe de femmes tenté d’en dissuader les soldats. Ensuite, quand il se rapproche de la tente, les 4 internationaux se mettent devant la tente pour la protéger du bulldozer. Les soldats israéliens leur tombent dessus, à coups de crosse de fusil, et les arrêtent. Les FOI restent sur les lieux jusqu’à 18 h.

    Les internationaux qui ont été attaqués sont :

    • Trapi et Olivos, de Grande-Bretagne ;
    • Rachel, de Suède, et
    • Sandi et un autre (nom inconnu), des USA.

    Ces deux derniers ont été emmenés en Israël.


    3 - Maintien du bouclage des TPO

    Israël maintient un bouclage serré sur les TPO et ses mesures limitant la liberté de déplacement des Palestiniens, dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée.

    Bande de Gaza

    Mouvements des personnes et des biens aux postes frontière

    Rafah International

    Date  :
     :
    Palestiniens
    sortant
     :
     :
    Palestiniens
    entrant
    27 avril  : 293  : 206 ; 125 sont refoulés
    28 avril  : 496  : 338 ; 3 refoulés
    29 avril  : fermé  :
    30 avril  : fermé  :
    1er mai  : "  : 1
    2 mai  : 358  : 405 ; 63 refoulés
    3 mai  : 474  : 342 ; 73 refoulés

    Karm Abu Salem (Kerem Shalom)

    Date  : Importations Qté  : Exportations Qté
    27 avril  : denrées alimentaires 1686 tonnes  :


     : matériel agricole 1743 tonnes  :


     : denrées diverses 1309 tonnes  :


     : gaz domestique 199,31 tonnes  :


     : ciment pour l’UNRWA 640 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 134 tonnes  :


     : aliments pour animaux 1560 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : aide humanitaire 1580 tonnes  :


     :

     :

    28 avril  : denrées alimentaires 1612 tonnes  : fleurs 42 000

     : matériel agricole 1755 tonnes  :


     : denrées diverses 1280 tonnes  :


     : gaz domestique 195,28 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : fers à béton pour l’UNRWA 61 tonnes  :


     : nourritures animales 1599 tonnes  :


     : aide humanitaire 697 tonnes  :


     :

     :

    1er mai  : denrées alimentaires 1293 tonnes  : fleurs 62 000

     : matériel agricole 1957 tonnes  :


     : denrées diverses 1306 tonnes  :


     : gaz domestique 205,30 tonnes  :


     : ciment pour l’UNRWA 240 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 91 tonnes  :


     : céréales 1638 tonnes  :


     : nourritures animales 117 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : aide humanitaire 901 tonnes  :


     :

     :

    2 mai  : denrées alimentaires 1345 tonnes  :


     : matériel agricole 1795 tonnes  :


     : denrées diverses 1357 tonnes  :


     : gaz domestique 135,25 tonnes  :


     : ciment pour l’UNRWA 280 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNRWA 52 tonnes  :


     : céréales 1677 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : aide humanitaire 1139 tonnes  :


     :

     :

    3 mai  : denrées alimentaires 1293 tonnes  :


     : matériel agricole 1925 tonnes  :


     : denrées diverses 1255 tonnes  :


     : gaz domestique 45,28 tonnes  :


     : ciment pour l’UNRWA 713 tonnes  :


     : agrégats pour l’UNRWA 69 tonnes  :


     : fers à béton pour l’UNDP 67 tonnes  :


     : nourritures animales 1755 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : aide humanitaire 1548 tonnes  :

    Beit Hanoun (Erez)

    Population  : 27 avril - 28 avril - 29 avril - 30 avril - 1er mai - 2 mai - 3 mai
    Patients  : 50 41 1 0 59 41 51
    Accompagnateurs  : 48 36 1 0 54 36 47
    Palestiniens venant d’Israël  : 18 1 29 0 4 0 2
    Diplomates  : 2 8 0 0 0 0 2
    Presse  : 1 0 2 0 2 1 5
    Internationaux  : 19 63 6 0 4 15 24
    Gazaouis  : 0 1 0 0 0 0 3
    Gens d’affaires  : 56 59 0 0 58 56 62
    Réunions d’affaires  : 0 2 2 0 0 0 0
    Entretiens sécurité  : 1 1 0 0 1 0 0
    Personnalités  : 1 0 0 0 0 6 0
    Ambulances vers Israël  : 3 6 0 0 3 0 0
    Ambulances venant d’Israël  : 1 2 0 0 3 3 1


    Cisjordanie

    Jérusalem : les FOI maintiennent leurs mesures contre les déplacements des Palestiniens qui veulent entrer ou sortir de la ville. Des milliers d’entre eux n’ont toujours pas accès à Jérusalem, qu’ils soient de Cisjordanie ou de la bande de Gaza. De nombreux check-points entourent la ville, d’autres sont posés à l’intérieur. Les restrictions sont renforcées les vendredis, jours de prière où de nombreux Palestiniens voudraient aller prier à la mosquée Al-Aqsa, dans la vieille ville palestinienne, à Jérusalem-Est. Et renforcées aussi à l’occasion des fêtes chrétiennes.

    Ramallah : les restrictions renforcées sur les check-points de Jaba et Qalandya, au sud-est de Ramallah sont maintenues.

    • jeudi 28 avril, 10 h, les FOI posent un check-point volant sur la route de Beit ‘Our al-Tahta à Beit ‘Our al-Foqa, à l’ouest de la ville ;
    • 18 h, un autre sous le pont de Karbatha al-Mesbah, à l’ouest ;
    • 21 h 30, les FOI reviennent sur le check-point ‘Atarah, à l’entrée nord de Bir Zeit, au nord de Ramallah ;
    • 22 h, autre check-point près du carrefour de Surda, au nord ;
    • vendredi 29 avril, 8 h, pose d’un check-point à l’entrée de Nabi Saleh, au nord-ouest ;
    • 18 h, un autre à l’entrée de Beir ‘Our al-Foqa ;
    • 20 h, les FOI reviennent sur ‘Atarah ;
    • samedi 30 avril, 19 h 30, les FOI mettent un check-point près de l’entrée de Beit Liqya, à l’ouest ;
    • lundi 2 mai, 22 h 30, un autre à l’entrée de Nabi Saleh, et
    • mardi 3 mai, 20 h 30, les FOI reviennent à ‘Atarah, et ferment complètement le check-point.

    Naplouse :

    • jeudi 28 avril, 13 h, les FOI posent un check-point au carrefour de la colonie Yitzhar, au sud du check-point d’Huwara, dans le sud de Naplouse ;
    • en même temps, elles posent un autre check-point près de la briqueterie al-Taneeb, sur la route Naplouse/Tulkarem, et
    • mardi 3 mai, 6 h, un check-point à l’entrée est de Lubban, au sud de la ville.

    Qalqilya :

    • vendredi 29 avril, les FOI posent 7 check-points autour de la ville, et
    • dimanche, 1er mai, 5 check-points.

    Tulkarem : Les FOI ont posé de nombreux check-points sur les routes de contournements autour de la ville. Sur chaque barrage, elles arrêtent les véhicules palestiniens, les fouillent et contrôlent les identités des Palestiniens. Depuis le début de l’Intifada, la route qui va de Kafr al-Labad à Shofah, à l’est de Tulkarem, est fermée. En outre, la route qui relie Shofah à ses exploitations agricoles est fermée.

    • jeudi 29 avril, 9 h, les FOI posent un check-point à l’entrée nord de Beit Leed, à l’est de Tulkarem ;
    • vendredi matin, 29 avril, vers 9 h, autre check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, à l’entrée de Far’oun, au sud ;
    • 17 h, un check-point à l’entrée de de Beit Leed ;
    • samedi 30 avril, 11 h, un check-point à l’entrée nord de Beit Leed (il faut noter que ce check-point est monté presque quotidiennement et que les FOI laissent leurs véhicules dans le secteur pour surveiller la route de contournement qui relie les colonies Avni Heifetz et Ennab, à l’est de Tulkarem, avec la colonie Shavi Shomron, à l’ouest de Naplouse) ;
    • 11 h 30, les FOI sur le check-point d’Ennab sur la route Tulkarem/Naplouse, renforcent les restrictions ;
    • dimanche 1er mai, 8 h, sur le même check-point d’Ennab, restrictions renforcées ;
    • 11 h 30, les FOI posent un check-point sur la route Tulkarem/Qalqilya, dans le secteur de Mothallath, au sud de la ville ;
    • et un autre sur la même route, à l’entrée de Far’oun ;
    • lundi 2 mai, 14 h, un check-point sur la même route dans le seceur de Mothallath Jbarah, et
    • mardi 3 mai, 18 h, les FOI sur Ennab renforcent les restrictions au passage du barrage.

    Jénine : vendredi 29 avril, 19 h, pose d’un check-oint à l’entrée de Kafrit, au sud-ouest de Jénine.

    Jéricho : jeudi 28 avril, 18 h 30, pose d’un check-point à l’entrée de Fasayel, au nord de Jéricho.


    Arrestations sur les check-points militaires

    Dimanche 1er mai, 16 h 30, les soldats israéliens sur le check-point Container, sur la route qui passe à l’est de Sawahra et rejoint Wad al-Nar, arrêtent Mohammed Hashem Mohammed Ermeilat, 25 ans, de Bani Na’im, au sud-est d’Hébron. Il est retenu pendant quelques heures avant d’être emmené au centre de détention de Kfar Etzion, au sud-ouest de Bethléhem.


    Harcèlement sur les check-points militaires

    -  Dimanche matin, 1er mai, le « Jour international du Travail », les troupes israéliennes postées dans la zone d’al-Kassarah, au sud-ouest d’al-Ramadeen, près du mur d’annexion, font la chasse à des travailleurs palestiniens qui passent en territoire israélien pour aller chercher du travail à Beersheba. Nombre d’entre eux se font tabasser et l’un d’eux est attaqué et mordu par un chien renifleur.

    Deux Palestiniens souffrent de blessures légères ou moyennes :

    • Mohammed Nasser Mohammed Tmaizi, 22 ans, d’Ethna, au nord-ouest d’Hébron, blessé au front et à la jambe droite, souffre d’ecchymoses sur tout le corps et d’éraflures aux jambes, et
    • Na’im Mohammed Hosheiyah, 45 ans, de Yatta, au sud d’Hébron, souffre de blessures superficielles à la jambe gauche, d’égratignures sur les membres et d’ecchymoses sur tout le corps.

    Selon les informations recueillies par le PCHR, et le témoignage de Mohammed Nasser Mohammed Tmaizi, vers 2 h 30, le 1er mai, Tmaizy et 4 autres travailleurs se rendaient en taxi dans la zone d’al-Dhaheriyah. Le véhicule était un Mitsubishi Magnum, qui les emmène à la frontière avec Israël.

    Vers 4 h, ils arrivent dans le secteur d’al-Kassarah, au sud-ouest d’al-Ramadeen. Ils se dirigent à pied vers la frontière où il y a une brèche dans le mur d’annexion. A 3 m du mur, un travailleur aperçoit un groupe de 4 ou 5 soldats israéliens, avec un énorme chien renifleur. Les Palestiniens se mettent à courir et aussitôt, les FOI lâchent le chien sur les eux, et le chien fait tomber Tmaizi au sol, à près de 50 m de la clôture. Le chien l’attaque et commence à lui mordre les jambes. En même temps, les soldats se mettent autour de lui alors qu’il est étendu au sol. Ils restent là à regarder le chien attaquer pendant quelques minutes. Les soldats lui donnent des coups de pieds et des coups de crosse, surtout dans la tête et dans les jambes. Il est blessé au front, à la jambe de droite, il porte des égratignures aux jambes et des ecchymoses à travers tout le corps.

    Dans son témoignage au PCHR, il déclare :

    « Après avoir subi l’attaque, j’ai été obligé par les FOI à marcher vers la clôture, mais j’étais épuisé et mon front saignait après un coup de crosse de fusil. Ils m’ont gardé prisonnier sans me proposer le moindre soin. J’ai été obligé de m’allonger à terre, sur le ventre, pendant 4 h, puis ils m’ont dit de me lever et de partir. Ce que j’ai fait tout de suite en prenant entre les vallées et les collines, vers l’est, pendant 3 km, jusqu’à ce que je tombe sur le village d’al-Ramadeen. Là j’ai demandé de l’aide et ils ont appelé une ambulance qui m’a transporté à l’hôpital d’Hébron où j’ai reçu les soins nécessaires. »

    -  Dimanche 1er mai, 16 h 20, les FOI posent un check-point à l’entrée est de Qalqilya. Elles se lancent à la poursuite de Saleh Wajeeh al-Qur’an, 20 ans, alors qu’il rentre chez lui en empruntant un chemin de terre.

    Dans son témoignage au PCHR, Al-Qur’an indique :

    « J’étais à Nabi Elias. Comme j’avais été empêché d’entrer dans Qalqilya, j’ai pris une autre route. Avec comme résultat, des soldats israéliens qui m’ont vu et qui m’ont couru après. Je suis tombé de cheval, ce qui m’a causé des ecchymoses, et j’ai été transporté aux urgences à l’hôpital de la ville pour recevoir les soins nécessaires ».

    4 - Colonisation et agressions des colons contre les Palestiniens

    Israël poursuit la colonisation des TPO, en violation du droit humanitaire international, et les colons leurs agressions contre les civils palestiniens et leurs biens.

    -  Dimanche 1er mai, 14 h 40, les troupes israéliennes, accompagnées de nombreux véhicules, entrent de force dans Izbat al-Tabib, à l’est de Qalqilya. Elles pénètrent dans deux maisons qui appartiennent à Zeidan et Shadi Yasser Mohammed Tabib. Avant de se retirer, les soldats donnent aux deux Tabib un avis leur commandant de démolir leurs maisons sous le prétexte qu’ils n’avaient obtenu le permis de construire par Israël.

    -  Lundi matin, 2 mai, les FOI remettent à des Palestiniens de Beit Ummar, au nord d’Hébron, des avis de démolition pour trois bâtiments industriels et agricoles qui touchent à la grande route, au sud et à l’est de la ville.

    Selon l’enquête du PCHR, et le témoignage de Mohammed ‘Ayyad ‘Awad, porte-parole du Comité populaire contre le mur d’annexion, des officiers de l’Administration civile, accompagnés de soldats, ont remis 3 avis de démolition aux propriétaires des 3 bâtiments concernés.

    Ces bâtiments ont été montés sur des terrains appartenant à leurs propriétaires, et sur la route qui relie Hébron à Bethléhem. Les bâtiments, qui appartiennent à Saber Zamel Abu Maria et Ahmed Hmeid Abu Maria, sont : un atelier pour des travaux de construction, un hangar agricole et un atelier pour la vente de pièces détachées automobiles. Les avis de démolition ont été publiés sous le prétexte que les bâtiments sont proches de la route, laquelle route est utilisée par des véhicules israéliens. Les avis militaires leur donnent une semaine pour faire appel contre cette décision.

    -  Également lundi, 2 mai, les FOI donnent 8 avis pour l’évacuation de dizaines de dunums (10 dunum = 1 ha) à des Palestiniens du camp de réfugiés d’al-Fawwar, au sud d’Hébron, sous le prétexte que ces exploitations agricoles, qui sont situées au sud-est du camp, sont « propriété de l’État ».

    D’après l’enquête du PCHR, et les témoignages des résidents du camp, un officier israélien de l’Administration civile et des soldats ont distribué ces avis autour des terrains concernés et les ont soumis à certains des agriculteurs qui sont sur ou proches de ces terres, dans la zone de Khalayel al-Tobasi. Les avis d’évacuation prévoient notamment l’interdiction de pénétrer sur ces terres et de les utiliser. Elles représentent environ 80 dunums (8 ha), avec 13 puits pour usage agricole. Les terres appartiennent à des Palestiniens, et notamment à :

    • Khaled Hassan Sarhanah ;
    • Jebril Mostafa Sarhanah ;
    • Nezar Abdul Ra’ouf Janazrah ;
    • Amjad Jaber Shadafan ;
    • Abdul Ra’ouf Sha’ban Janazrah, et
    • Samir Mohammed al-Hleiqawi.


      (JPG) Document public

    Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de le contacter à son bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).


    Rapport hebdomadaire pour la période du 28 avril au 4 mai 2011 : PCHR
    traduction pour ce qui concerne Gaza : Jacques Salles, et la Cisjordanie : JPP


    votre commentaire
  • Rapport sur les violations israéliennes des droits humains

    Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).

    Pendant cette semaine du 21 au 27 avril :

    • un travailleur palestinien d’Hébron a été blessé et arrêté par les FOI alors qu’il essayait d’entrer en Israël pour y travailler ;
    • les FOI ont continué de prendre pour cibles les travailleurs, agriculteurs et pêcheurs palestiniens dans les zones frontalières, à l’intérieur de la bande de Gaza :
      • un agriculteur palestinien a été blessé dans le nord de la bande de Gaza ;
      • des pêcheurs palestiniens ont été pris pour cibles en mer, pas de victimes ;
    • les FOI ont continué d’user de la force contre les manifestations non violentes en Cisjordanie :
      • 6 manifestants, dont un mineur et un militant espagnol pour les droits de l’homme, ont été blessés ;
    • 5 manifestants, dont un enfant et 3 militants internationaux, ont été arrêtés ;
    • les FOI ont conduit 25 incursions dans les communautés palestiniennes en Cisjordanie et 2 dans la bande de Gaza :
      • elles ont arrêté 8 civils palestiniens, dont 4 mineurs ;
      • elles ont monté une opération dans le lycée Tareq Ben Zeyad, à Hébron ;
      • elles ont démoli au bulldozer 8 boutiques appartenant au PADICO (sté palestinienne d’investissement et de développement basée à Naplouse) ;
    • Israël a maintenu un siège total sur la bande de Gazea et resserré le siège sur la Cisjordanie :
      • les FOI ont fermé hermétiquement la Cisjordanie et la bande de Gaza pour les Pâques juives pour la deuxième semaine consécutive ;
    • elles ont arrêté au moins 4 Palestiniens, dont 2 mineurs, sur les check-points militaires en Cisjordanie ;
    • les FOI ont fait subir des sévices à un travailleur palestinien, et notamment mordre par un chien dressé.

    (JPG)

    Des établissements civils passés au bulldozer à l’est de Gaza ville le 21 avril 2011


    Violations israéliennes recensées durant la période du 21 au 27 avril 2011

    1 - Incursions dans les zones palestiniennes et agressions contre les civils palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et en dans la bande de Gaza

    Jeudi 21 avril

    Une heure, les FOI entrent dans Qiffin, au nord de Tulkarem ; elles patrouillent dans les rues du village pendant quelques temps et se retirent, sans investir de maisons ni arrêter de Palestiniens.

    1 h 30, elles pénètrent dans le quartier Antarish, à Al-Bireh. Elles investissent la maison du Dr Ahmed Suleiman Qatamesh, 61 ans. Avant de se retirer, vers 1 h 40, elles arrêtent Qatamesh et le transfère au centre d’interrogatoires d’Ofer, au sud-ouest de Ramallah.

    Un avocat de l’association Addameer, aide et soutien aux prisonniers et défense des droits humains, a réussi à rendre visite à Qatamesh, le lendemain de son arrestation. Selon lui, Qatemesh ne faisait pas encore l’objet d’une enquête. Il indique aussi que des officiers des FOI ont déclaré à Qatamesh qu’ils allaient demander au tribunal de prendre une décision de mise en détention administrative. Ceci prouve que Qatamesh a été arrêté pour ses activités intellectuelles et politiques, et non pour des raisons de « sécurité » comme prétendu par les FOI.

    3 h, les troupes d’occupation entrent dans Tulkarem. Elles patrouillent dans les rues et prennent position dans le quartier ouest. Elles opèrent alors sur un appartement construit près de la mosquée al-Rawda. Elles arrêtent 3 Palestiniens, dont un mineur, de la bande de Gaza :

    • Mohammed Fayez Ghazi Afana, 17 ans, du camp de réfugiés d’al-Burej ;
    • Adnan Ali Sulaiman al-Tawil, 31 ans, du camp de réfugiés d’al-Nussairat, et,
    • Mohammed Ahmed Salim Abu Amra, 29 ans, de Deir al-Balah.

    8 h 30, les FOI pénètrent à 200 mètres au sud-est du poste frontière d’Al Mentar Karni à l’est de Gaza ville. Les bulldozers défoncent 8 magasins faits de tôle ondulée appartenant à la compagnie PADICO (pour l’investissement et le développement) appartenant à l’homme d’affaires Munib al-Masri et géré par Wadi’ Mohammed Shaaban al-Masri, 48 ans. Ces magasins avaient été élevés sur une surface de 4200 m². Quatre d’entre eux abritaient des matériaux de construction, des tôles d’alu et des pompes à destination de la reconstruction. Deux autres étaient loués par Mohammed Alaa Subhi al-Shurafa, 44 ans, propriétaire de WINPAL, dépositaire de couches pour bébés, papier toilette et petit matériel de nettoyage. Le 2 derniers étaient loués par Khader Erqayeq et contenaient de la récupération de ferrailles. Les FOI se retirent derrière la frontière vers 12 h, après avoir tout mis à plat.

    10 h 15, les troupes positionnées et déployées dns le sud d’Hébron investissent le lycée Tareq Ben Zeyad, situé au sud de la mosquée Ibrahimi, dans le sud d’Hébron. Elles prétendent qu’une patrouille des FOI auraient été caillassée en passant près du lycée.

    D’après l’enquête conduite par le PCHR, vers 10 h 15, une vingtaine de soldats de l’occupation démolissent la porte du lycée Tareq Ben Zeyad et envahissent la cour. Ils pointent leurs armes sur les élèves et leur font la chasse au milieu d’un barrage de grenades sonores. Les FOI arrêtent Yaaqoub Husam al-Rajabi, 18 ans, et le transfère au bureau de police des FOI près de la colonie Kiryat Arba, au sud-est d’Hébron. Al-Rajabi fait l’objet d’une enquête et est libéré par la suite.

    10 h 40, incursion dans al-Bireh.

    18 h, depuis la frontière, les FOI ouvrent le feu sur des agriculteurs et des bergers qui s’activent sur la zone d’al-Qutbania au sud-est de Beit Hanoun. Kamel Hassan Abdullah al-Hessi, 46 ans, prend une balle qui lui rentre par l’épaule gauche et ressort par la poitrine. Il travaillait sur un lopin de terre qu’il possédait avec Jamal Mohammed Halawa.

    Ce dernier le transporte immédiatement sur sa moto jusqu’à l’hôpital du martyr Kamal Odwan vers 18 h 50. La balle n’avait touché aucun organe moteur en particulier le cœur. Ces blessures ont été diagnostiquées comme légères et modérées.

    Vendredi 22 avril

    9 h, les FOI entrent dans al-Funduq, à l’est de Qalqilya, patrouillent dans les rues. L’un des commerçants de la rue principale dit que les FOI les ont obligés à fermer leurs boutiques jusqu’à 13 h, des colons israéliens ayant organisé une manifestation dans le secteur. Les boutiques qui ont été contraintes de fermer appartiennent à :

    • Azmi Mahmoud Hafez Tayem qui vend du matériel de construction ;
    • Umar Ahmed Mohammed Mheisen, qui possède un supermarché et une boucherie, et
    • Adel Hanatsh, propriétaire d’un supermarché.

    Samedi 23 avril

    Minuit et demi, les FOI entrent dans Qiffin, au nord de Tulkarem.

    3 h, les vedettes garde-côte stationnées au large de Beit Lahiya font feu avec intensité sur des bateaux en pêche, éclairés par des fusées éclairantes. Craignant pour leur sécurité, les pêcheurs rentrent à terre par peur d’être arrêtés ou blessés. On ne compte aucune victime ni dégâts matériels.

    10 h, dans Kharabtha al-Musbah, à l’ouest de Ramallah.

    11 h 15, incursion dans Jalboun, à l’est de Jénine.

    14 h, dans Kafr Ra’i, au sud de Jénine.

    14 h, dans Allar, au nord de Tulkarem.

    19 h 30, dans Jéricho.

    20 h 25, dans Beit Leqia, à l’ouest de Ramallah. Les soldats roulent dans les rues de la ville, et provoquent les Palestiniens. Ils se mettent à klaxonner et à embêter les passants. Des garçons se rassemblent et leur lancent des pierres ; les soldats aussitôt tirent des balles caoutchouc, des grenades lacrymogènes et des bombes sonores sur les enfants. De nombreux civils respirent les lacrymogènes. Les soldats se retirent ensuite.

    Dimanche 24 avril

    1 h 35, incursion dans Salfit.

    18 h 35, dans Nabi Elias, à l’est de Qalqilya.

    19 h 05, dans une zone située à l’est d’Azzoun, à l’est de Qalqilya. Les soldats y circulent, observent, et se retirent.

    21 h, incursion dans Jayyous, au nord de Qalqilya. Les FOI pénètrent dans la ville depuis trois points principaux : 3 véhicules militaires entrent par la porte du mur d’annexion, 3 autres par l’est et un groupe de soldats se positionne à la porte n° 943, une fois entré par le secteur d’al-Mentar, dans l’ouest de Jayyous.

    Les FOI arrêtent Mohammed Wasfi Mahmoud Khaled, 15 ans, et Ahmed Mohammed Kamel al-Khatib, 16 ans, prétendant que les deux ados avaient essayé de couper les barbelés qui entourent la porte, porte qui est fermée pour la troisième journée consécutive et qui est la seule que les agriculteurs peuvent prendre pour se rendre sur leurs exploitations.

    A cause de la fermeture de la porte, les agriculteurs du village sont obligés de marcher environ 2,5 km pour accéder à leurs terres. Après les arrestations, vers 21 h 40, les FOI font irruption dans un café et menacent les personnes présentes en leur disant qu’ils les arrêteraient si la clôture était endommagée. Alors que les FOI partaient, des Palestiniens se mettent à lancer des pierres sur leurs véhicules, les FOI répondant par des flash bombes, des lacrymogènes et des sonores. Elles se retirent vers 22 h 30 avec les deux jeunes arrêtés.

    23 h 20, incursion dans Hijja, à l’est de Qalqilya.

    23 h 30, dans Imatin, au sud-est.

    Lundi 25 avril

    9 h 40, incursion dans Izbat al-Tabib, à l’est de Qalqilya.

    19 h 15, dans Azzoun, même secteur.

    20 h, dans Jinsafout