• LES BENEVOLES VISES PAR DES QUOTAS D'ARRESTATIONS

    "Monsieur Besson, nous allons vous aider à remplir vos quotas", ironise Sandrine Witeska, d'Emmaüs France. Le mercredi 8 avril au matin, 5 500 personnes "affirmant avoir, un jour, aidé un homme ou une femme sans papiers" se constitueront prisonniers volontaires devant les Palais de justice des grandes villes de France

    Pourquoi 5 500 ? Ce nombre, jusqu'ici passé inaperçu, est pourtant écrit noir sur blanc dans l'annexe "Immigration et asile" de la loi de finances 2009 : les forces de l'ordre doivent procéder à 5 000 interpellations d'"aidants" cette année; 5500 en 2011. Pour qui aurait des doutes, le document précise qu'il s'agit bien de "l'article L622-1 du Code relatif à l'entrée, au séjour des étrangers et au droit d'asile" (Ceseda), soit le fameux "délit de solidarité" qui punit de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 30 000 euros l'aide à "l'entrée, la circulation ou le séjour irréguliers".

    Après les quotas d'expulsions, voici donc les objectifs chiffrés d'arrestations des bénévoles.... Des objectifs qui ne datent pas d'hier. D'après nos informations, ces quotas existent au moins depuis 2003, année pendant laquelle 1 718 "aidants" avaient été interpellés. Ces quotas éclairent d'un jour nouveau l'acharnement judiciaire contre les soutiens aux sans-papiers, mis en lumière récemment par le film de Philippe Lioret Welcome. "En tant que structure accueillante, nous faisons face à de nombreuses pressions ces temps-ci", confirme Sandrine Witeska rappelant que le 17 février dernier, un responsable d'Emmaüs à Marseille était mis en garde à vue pour avoir hébergé un sans-papiers.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :