• LE SOMMET DE L'ALBA S'EST OUVERT A COCHABAMBA

    Le sommet de l'ALBA s'est ouvert à Cochabamba


    Le VIIème sommet de la gauche américaine radicale et « anti-impérialiste », l’ALBA, Alliance bolivarienne pour les Amériques, s’est ouvert ce vendredi après-midi à Cochabamba, dans le centre de la Bolivie. L’ALBA, qui regroupe notamment le Venezuela, Cuba, la Bolivie, l’Equateur, le Nicaragua et le Honduras, cherche à développer une intégration régionale « d’après des principes de solidarité et de coopération et non sous l’égide du capitalisme et de la compétition » . Les chefs d’état du Venezuela, Hugo Chavez, et d’Equateur, Rafael Correa, ont fait le déplacement et ont été accueillis par le président bolivien Evo Morales. Une délégation de la Russie, pays non membre de l’ALBA, est également présente. Parmi les dossiers du sommet, la crise au Honduras, le changement climatique, et une future monnaie commune pour la région, le « sucre ».
    Imprimer l'articleEnvoyer l'articleRéagir à l'article

    Une vue du sommet de l'ALBA à Cochabamba en Bolivie, le 16 octobre 2009.
    ( Photo: Danilo Balderrama / Reuters )
     


    Avec notre envoyé spécial à Cochabamba, Reza Nourmamode

    « Nous sommes un syndicat de présidents révolutionnaires et anti- impérialistes » a réaffirmé Evo Morales pour définir l’Alliance bolivarienne pour les Amériques. Lors du discours d’ouverture, le président bolivien a souligné les principaux thèmes qui feront l’objet d’une déclaration finale : les droits des peuples indigènes, la lutte contre le réchauffement climatique, et la crise au Honduras…

    Une représentante du président déchu du Honduras Manuel Zelaya est d’ailleurs présente à Cochabamba afin de demander l’appui de l’ALBA pour le retour de la démocratie dans son pays.

    Autre dossier particulièrement attendu, celui de la création du « sucre », un système d’appui aux échanges commerciaux, premier pas vers la naissance d’une monnaie commune pour les pays de membres de l’alliance.


    Hugo Chavez
    Président du Venezuela
    « Le “sucre” est un système unique de compensation régionale, un outil d’échange pour un commerce juste pour contrer le capitalisme hégémonique. Le “sucre” est un pas très important pour notre souveraineté monétaire, pour nous libérer de la dictature du dollar que l’empire yankee impose au monde depuis longtemps. »

     Chavez 
     
    17/10/2009 par Reza Nourmamode
    Un autre sommet se déroule au même moment, celui des mouvements sociaux et peuples indigènes des pays de l’ALBA… Un sommet qualifié non de parallèle mais de « complémentaire » par les autorités des différents pays qui promettent que les recommandations formulées par la base seront prises en compte à l’heure des décisions. Les chefs d’Etat et les leaders sociaux ont d’ailleurs prévu de faire meeting commun dans un stade de la ville après la clôture du sommet.

    SOURCE RFI 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :