• L'ESPIONNAGE EXERCE PAR WASHINGTON VIA BOGOTA

    L’Espionnage exercé par Washington via Bogota

    Hernando CALVO OSPINA
    photo : Julio Londono Paredes de la Colombie
    Le Département Administratif de Sécurité, DAS, est un organisme de recherche et d’espionnage politique qui dépend directement du Président de la Colombie.

    Si au cours des années antérieures, il fut impliqué dans des crimes, des tortures et autres délits, jamais il n’avait atteint les niveaux actuels : narcotrafic à grande échelle, coordination avec des paramilitaires dans des assassinats de centaines de personnes et complots pour déstabiliser des gouvernements voisins. Tout ceci reconnu par d’ex-hauts fonctionnaires devant les autorités colombiennes et étasuniennes.

    Le ministre du Pouvoir Populaire pour les Affaires Intérieures et la Justice du Venezuela, Tarek El Aissami vient de dénoncer ce qui était déjà connu : le DAS agit au Venezuela et en Equateur à l’encontre des gouvernements de ces deux nations sœurs.

    Les complots s’appellent respectivement Falcon et Salomon, selon des documents trouvés sur deux agents du DAS capturés il y a quelques jours au Venezuela. Des stratégies de Washington que Bogota assume pleinement.

    Ce qui est nouveau, c’est qu’il existe aussi le Plan Fénix à l’encontre de la Révolution Cubaine.

    Mais, est-ce vraiment nouveau ? Depuis 1999, l’ex-colonel Julio Londoño Paredes est l’ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de Colombie à La Havane. Londoño est le plus expérimenté des diplomates colombiens. Il est entré au Ministère des Affaires Etrangères en 1969 et a été nommé chancelier en 1986 pour quatre ans. Il fut aussi chef de la délégation à l’ONU, à New York.

    Quelle importance a donc tellement Cuba pour que la Colombie ait envoyé un diplomate aussi prestigieux ?

    A cause de sa grande activité sur le plan de la solidarité, aussi bien que sur le plan culturel et politique, Cuba est un modèle pour de nombreux progressistes et membres de la gauche latino-américaine et mondiale. Elle est donc un sujet d’espionnage très important pour Washington. Et qui donc, sinon le grand allié colombien, est le plus approprié pour cette tache ?

    C’est aussi justement en 1999 que l’Ecole Latino-américaine de Médecine fut inaugurée à Cuba. Parmi des milliers de latino-américains arrivèrent des centaines de colombiens, que le gouvernement révolutionnaire pourvut d’une bourse. On apprit peu à peu que beaucoup d’entre eux étaient les enfants de familles liées au narco-paramilitarisme. Derrière cette façade d’activités culturelles, l’ambassade commença à les organiser pour qu’ils surveillent les autres étudiants dont les parents militent dans des organisations d’opposition, qu’elles soient syndicales ou paysannes.

    Et ce n’est pas tout. Il est possible que…. depuis le moment où ils ont été affectés dans différentes villes et peut-être même à l’insu de certains d’entre eux, ils travaillent à un réseau de surveillance de la société cubaine. Ceci est l’une des stratégies de Washington.

    Hernando Calvo Ospina.

    http://www.hernandocalvoospina.com/

    Traduction espagnol-français : Simone Bosveuil-Pertosa

    SOURCE ICI 


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :