• KADHAFI LE GRAND ARGENTIER ...

    Kadhafi, le Grand Argentier : Tous pourris ? Non, seulement tous kadhafisés, benalisés, moubarakisés, mohamedsixisés, bouteflikisés…

    par FG, 11/3/2011 Ici

    Le Colonel fou de Tripoli a réagi au quart de tour à la décision de Sarkozy de reconnaître le Conseil national de transition libyen comme gouvernement du pays. Il a menacé de faire des révélations pouvant provoquer la chute du locataire de l’Élysée. Ces révélations concerneraient le financement par le régime libyen de la campagne électorale qui vit l’élection de Sarkozy. Le Colonel n’est pas seulement fou, il est naïf.
     
    Croit-il vraiment que de telles révélations pourraient amener la chute de Sarkozy ? Jamais révélations n’ont provoqué de chute de président français, ou occidental. La seule exception à la règle est l’impeachment de Nixon suite au Watergate. Les révélations peuvent provoquer le limogeage de ministres, comme cela a été le cas pour Eric Woerth suite au bettencourtgate et Alliot-Marie suite au tabarkagate. Mais le diamant offert par Kadhafi à MAM n’a pas suscité l’intérêt des médias, ni en France ni en ailleurs. Et les vacances de François Fillon dans des hôtels de luxe égyptiens aux frais de Moubarak n’ont eu aucun effet sur le locataire de Matignon. Il n'y a pas eu d'Assouangate. Et il n'y aura sans doute pas de kadhafigate.
     
    Kadhafi, comme Ben Ali, comme Moubarak, comme Mohamed VI du Maroc, comme Bouteflika, comme tous les dictateurs du monde arabo-islamo-pétrolier, ont acheté tout ce dont ils avaient besoin en Europe :
     
    - Des actions et des participations dans des banques, des entreprises, des clubs sportifs,
    - Des hôtels particuliers, des villas, des appartements, des fonds de commerce, des voitures de luxe, des bateaux, des bijoux, des fourrures etc. pour eux et leurs familles,
    - Des prostitué(e)s, des chanteuses, des danseuses, des call-girls et autres escort boys,
    - Et enfin, last but not least, des hommes et des femmes politiques, des fonctionnaires, des policiers, des douaniers, des journalistes et autres faiseurs d’opinion.
    Les achats d’hommes et de femmes politiques se font sous trois formes principales :
    - les rétro-commissions versées sur les commissions versées pour tout contrat commercial d’importance ;
    - les dons aux partis en périodes de campagnes électorales
    - Les « petits cadeaux » personnels aux chefs de ces partis.
     
    Un petit exemple : Saïf El Islam Kadhafi, Moustapha Zarti et Jörg Haider se sont connus à l’Université privée où ils faisaient leurs études de managers à Vienne dans leur jeunesse. Ils sont devenus copains comme cochons. Haider est devenu gouverneur de Carinthie et Saïf “gouverneur de Tripolitaine”, successeur putatif de son colonel de papa. Il a donc été amené à brasser les milliards de pétrodollars affluant dans les caisses libyennes. Résultat – entre autres - : «Il nous faisait parvenir régulièrement de l’argent en liquide avant les campagnes électorales», a déclaré un ancien proche du leader de l’extrême-droite autrichienne en août 2010. Haider, qui dénonçait les privilèges et la corruption de son vivant, a personnellement profité de cet argent, a jouté la source, précisant qu’une somme de 5 millions d’euros était déposée au Liechtenstein. Gerald Mikscha, ancien secrétaire personnel de Haider et trois autres personnes de confiance avaient accès à ces comptes.
     
    Si Kadhafi offrait 5 millions à un petit leader d’un petit pays d’Europe, combien en a-t-il offert au grand leader d’un grand pays d’Europe ? 50 ? 100 ? L’histoire le dira. Comme elle dira que ces dictateurs n’étaient – et ne sont – pas seulement les ennemis de leurs peuples, mais aussi ceux des peuples d’Europe, dont ils ont permis qu’ils soient gouvernés par leurs acolytes, auxquels ils servent, en fin de compte, de modèles, consciemment ou inconsciemment (voir les partouzes « bunga bunga » de Berlusconi, inspirées directement de celles de Kadhafi).
     
    Qui se rassemble s’assemble, certes, mais on le sait depuis longtemps : nos chefs à nous, Européens baignant dans la démocratie – ou la démocrassouille ? – ont l’ingratitude et la traîtrise inscrites dans leurs gènes. « Quand le citron est pressé, on le jette », répondit Frédéric II de Prusse à Voltaire, lorsque celui-ci s’étonna que le roi ne veuille plus l’héberger à Berlin.
    Kadhafi avait depuis longtemps fait le choix de distribuer son argent à droite, après le temps héroïque où il finançait les résistants des quatre coins de la planète. Il a ainsi creusé sa propre tombe. Tant pis pour lui.

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    aveo43
    Mardi 15 Mars 2011 à 01:23
    Je ss marocain et fier de l'etre. vive le maroc et vive mon roi. J emmerde celui qui a publié cet article. car il compare mon jeune et adorable roi a des analphabetes
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    aveo43
    Mardi 15 Mars 2011 à 01:26
    il a oublié les vrais scandales : berlusconi et ses putes, sarko et mamie zinsin...puis envoie balader sa femme pour etre le Nème époux de carlitta
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :