• KADHAFI DÉNONCE LES MANIFESTANTS ET FAIT APPEL À SES PARTISANS

    Kadhafi dénonce les manifestants et fait appel à ses partisans

    mardi 22 février 2011, par La Rédaction Al-Oufok

    Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a affirmé mardi dans un discours télévisé que les manifestants dans le pays étaient des "mercenaires", et il a appelé ses partisans à descendre dans les rues pour le soutenir.
    Jurant de ne pas quitter son pays et se disant prêt à y "mourir en martyr", le numéro un libyen a imputé la révolte en cours à des bandes de jeunes "rats et mercenaires" cherchant à transformer la Libye en Etat islamique.
    "Mouammar Kadhafi est le chef de la révolution, je ne suis pas un président qui démissionne (...) C’est mon pays. Mouammar n’est pas un président qui abandonne son poste. Mouammar est le chef de la révolution jusqu’à la fin des temps."

    "Je ne quitterai pas ce pays, je mourrai ici en martyr", a-t-il dit.
    Dans ce discours incendiaire et décousu, il a exhorté ses partisans à descendre dans les rues mercredi pour en prendre le contrôle, et annoncé la formation de nouveaux comités révolutionnaires le même jour. Il a aussi affirmé que les Libyens pouvaient avoir la constitution de leur choix.
    Kadhafi, qui intervenait apparemment devant un bâtiment bombardé en 1986 par l’aviation américaine, a également dit que les manifestants méritaient la peine de mort aux termes de la législation libyenne.

    Ashton annonce la suspension de l’accord négocié avec la Libye
    Catherine Ashton, haute représentante de la diplomatie européenne, a annoncé mardi que l’Union allait suspendre les négociations en cours avec la Libye pour un accord-cadre commercial.
    "Je déplore la perte de vies et je condamne tous les actes de violence", a-t-elle déclaré au sujet de la répression brutale par les forces de sécurité libyennes de l’insurrection populaire déclenchée il y a une semaine contre le régime du colonel Mouammar Kadhafi.
    "Nous allons suspendre l’accord cadre que nous sommes en train de négocier", a-t-elle ajouté.

    L’Est de la Libye échappe au contrôle du régime Kadhafi
    L’Est de la Libye échappe au contrôle du numéro un Mouammar Kadhafi, la révolte s’étant propagée comme une traînée de poudre à travers le pays, ont déclaré mardi à Reuters des militaires passés dans le camp des insurgés.
    Des habitants de Tobrouk, ville côtière de plus de 100.000 habitants en Cyrénaïque, ont assuré mardi que la population contrôlait la ville depuis trois jours. La fumée qui s’élève au-dessus de la ville provient d’un dépôt de munitions qui a été bombardé par des soldats fidèles à l’un des fils Kadhafi, ont-ils dit.

    "Toutes les régions orientales échappent maintenant au contrôle de Kadhafi (...) le peuple et l’armée sont main dans la main ici", a déclaré un officier, Hany Saad Marjaa, au correspondant de Reuters, l’un des premiers journalistes étrangers à pénétrer en Libye depuis le début du soulèvement.
    Le côté libyen de la frontière avec l’Egypte est contrôlé par des éléments armés hostiles à Kadhafi, qui saluent les visiteurs en provenance d’Egypte.

    L’un de ces hommes en armes brandissait un portrait de Kadhafi, renversé et barré des mots "Boucher, tyran, assassin des Libyens !", a constaté le correspondant de Reuters en traversant la ville de Moussaïd, du côté libyen de la frontière.
    Dans Tobrouk, des habitants s’emploient à rétablir une situation normale. Des insurgés armés de couteaux, de barres et de fusils d’assaut gardent les rues. Des hommes en armes posent pour des photos en faisant le V de la victoire.

    "On a des vivres, les pharmacies sont ouvertes, les hôpitaux fonctionnent, tout est ouvert", a déclaré un habitant, en ajoutant : "Chacun s’est proposé pour aider, des jeunes et des vieux, des hommes et des femmes".

    Des militaires passés dans le camp des insurgés dirigeaient la circulation sur les grandes artères.
    Deux cents personnes environ se sont rassemblées dans le centre de la ville en clamant : "Le peuple veut la chute du régime !" et "A bas, à bas Kadhafi !" Et sur les murs, on pouvait lire ces graffiti : "On en a assez !" Selon un Libyen, Benghazi, deuxième ville de Libye avec plus de 700.000 habitants, a été "libérée" dès samedi.

    (Mardi, 22 février 2011 - Avec les agences de presse)


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    reineroro Profil de reineroro
    Mardi 22 Février 2011 à 19:04
    Globalement, Kadhafi n’a rien lâché. Bien au contraire, il a promis une riposte encore plus dure contre les manifestants. Il a appelé ses partisans à sortir dans les rues pour s’attaquer aux opposants, dans ce qui ressemble à un appel à la guerre civile. Les annonces de réforme ont été limités à la portion congrue et n’ont pas été détaillées. Kadhafi a simplement évoqué une révision de la Constitution et "des reformes pour les blogueurs, les juges, les avocats". Il s’en est violemment pris aux médias étrangers, notamment arabes. Le plus troublant est finalement que ce discours - très long - était profondément déstructuré. Kadhafi a parlé de lui à la troisième personne, il a usé des références historiques absurdes et multiplié les répétitions sans aucun sens. De quoi être inquiet de la rationalité du personnage et du sort qui peut être réservé aux manifestants dans les prochaines heures.
    2
    LE JOURNAL DE PERSON
    Mardi 22 Février 2011 à 20:06
    Pas d’alibi pour la Libye

    Quand il y aura encore plus de gens aux abois…sans emplois, sans soins, sans abris…
    Ce ne sera pas la fin que tout le monde craint, mais l’instant qu’on attend depuis longtemps !
    Où le peuple prendra enfin les choses en main, sans médiateur ni médiation.
    Et qu’il rédigera sa propre feuille de route et accomplira son propre destin !
    Ce ne sera pas pour élire ses représentants mais pour occuper tous les fronts et dégager lui-même son horizon !
    Nous autres français, nous n’avons jamais été aussi bien qu’aujourd’hui,
    parce que nous savons désormais comment faire pour cesser d’avoir mal demain !

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/02/libye/
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :