• HONDURAS : REPRESSION D'UNE MANIFESTATION DE 5000 FEMMES

    Des forces de la police anti-émeutes du Honduras ont réprimées ce mercredi une manifestation d'organisations féminines antiputschistes qui protestaient en face d'une institution gouvernementale.

    Des images diffusées par la chaine 36 de la télévision ont montré un des agents qui pointait un fusil lance grenade lacrymogènes sur une manifestante et la réaction indignée de celle-ci.

    "Plusieurs d'entre nous ont été frappées. Ils nous ont attrapés par le dos. Nous ne pouvons pas les affronter parce qu'ils ont les armes", a dit une femme énervée.

    Une autre victimes, identifiée seulement comme Kelia, a montré aux caméras les lésions subies dans le cou par une clef d'étranglement effectuée par un des agents.

    Ils m'ont attrapé par le cou, a raconté la femme et a commenté qu'elle a essayé de les empêcher  de rouer de coups une de ses compagnes.

    Les manifestantes ont bloqué les entrées de l'Institut National de la Femme, dans cette capitale, pour répudier les responsables de de cette entité gouvernementale nommés par le gouvernement de facto, qu'elles ont accusé de putschistes.

    Des représentantes des organisations féminines ont pacifiquement pris hier cette dépendance, en répudiation au coup militaire qui a renversé le président Manuel Zelaya, le 28 juin dernier.

    C'est une institution qui nous appartient, du peuple, a dit une des manifestantes.

    5 000 femmes en manifestation
     
    Environ 5 000 partisanes de Manuel Zelaya ont manifesté ce mercredi en face du siège de l'Institut National de la Femme (INAM) en exigeant la destitution de sa directrice, Maria Martha Diaz, en la qualifiant de "putschiste".

    "C'est une putschiste et on n'accepte pas de putschistes", a affirmé à l'AFP Juan Barahona, un des conseillers du Bloc Populaire (BP), une alliance d'organisations sociales membres du Front de Résistance qui lutte pour le rétablissement de Zelaya au pouvoir.

    Le président intérimaire, Roberto Micheletti, a nommé Diaz comme directrice de l'Institut de la Femme.

    Cependant, les travailleurs de l'INAM ont pris l'édifice mardi derneir et ce mercredi sont arrivés les policiers du commando spécial "Cobra" pour reprendre les installations.

    "Des compañeras ont été frappés par les «cobras» et c'est pour cela que nous venons exiger la destitution" de Díaz, a souligné Barahona.

    Les manifestants de la Résistance se sont rassemblés dans le siège de l'Université Pédagogique et ont défilé vers le siège de l'INAM.

    Barahona a indiqué que les membres de la résistance résoudront dans une assemblée les actions qu'ils entreprendront entre jeudi et vendredi pour demander le retour de Zelaya.

    "Jeudi et vendredi il va y avoir beaucoup de mobilisation sociale dans tout le pays et des blocages de routes", a annoncé le dirigeant populaire Rafael Alegría.

    Le dirigeant a affirmé que "celui qui a la solution au problème du pays est Micheletti", en permettant le retour de Zelaya.

    Il a plaidé pour une solution du conflit au Honduras dans la continuation du dialogue, à partir de samedi prochain, au Costa Rica, avec la médiation du président Oscar Arias.

    La solution "dépend de Micheletti, des groupes de pouvoir, des entrepreneurs et des militaires qui sont ceux qui ont créé cette énorme crise. Nous avons seulement donné une réponse par la voie de la mobilisation pacifique et nous voulions qu'ils comprennent que nous avons besoin de résoudre cette crise par la meilleure manière en permettant le retour pacifique du président Zelaya", a-t-il souligné.

    Le gouvernement de facto affronte une vague d'indignation populaire qui ce mercredi a atteint les 18 jours après que, il(elle,ils,elles) a éclaté à peine connu, la séquestration de Zelaya et sa copie de force vers la Costa Rica par des militaires encapuchonnés.

    Des groupes d'étudiants ont occupé ce mercredi l'Université Nationale Pédagogique tandis que d'autres organisations du Front National contre le coup d'État ont réalisé une marche vers le congrès, où ils ont fait un acte en demande de la restitution de l'ordre constitutionnel.
     
    http://www.radiolaprimerisima.com/noticias/general/56755
     

    Traduit par http://amerikenlutte.free.fr


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :