• CATARINO TORRES PEREDA, MILITANT MEXICAIN, ASSASSINÉ À OAXACA


    Ceux d'en bas
    Catarino Torres Pereda, militant mexicain de la terre, assassiné à Oaxaca




    Gloria Muñoz Ramírez

    Traduit par  Gérard Jugant
    Edité par  Fausto Giudice


    Il avait consacré sa vie à la défense de la terre et des peuples indiens, et il est mort dans le contexte de l’actuelle répression contre les combattants sociaux. Leader du Comité de Défense Citoyenne (Codeci), partie prenante à la lutte des peuples d’Oaxaca en 2006 et adhérent de l’autre campagne(la otra campaña), Catarino Torres Pereda a été assassiné hier dans ses bureaux de Tuxtepec.

     
    Catarino vécut au moins la dernière décennie en étant constamment persécuté pour ses activités politiques. Originaire de Cacahautal, Ojitlan, Oaxaca, à peine âgé de 37 ans, il a été le premier prisonnier politique de l’Assemblée Populaire des Peuples d’Oaxaca (APPO) en 2006. Les menaces contre sa vie étaient fréquentes jusqu’à ce que finalement deux hommes tirent sur lui à bout portant et le tuent.
     
    Le Codeci, organisation dans laquelle il militait et au siège de laquelle il a été criblé de balles, avait été fondé informellement dans les premiers mois de 1996, après une assemblée entre les autorités traditionnelles de diverses communautés rurales de Tuxtepec, Jacatepec, Valle Nacional et de huit communautés des terres exploitées en commun de Rancho Faisán, aussi dans la municipalité de Jacatepec. Les problèmes agraires et l’absence de réponse gouvernementale furent les motifs fondateurs pour lesquels les représentants décidèrent de créer un organisme d’auto-défense. Aujourd’hui ils sont présents dans les États de Veracruz, Oaxaca, Hidalgo, Tlaxcala, Chiapas et Tabasco.
     
    Catarino rejoignit le Codeci et de là mena les batailles pour la défense et la récupération des terres. Le 3 mars 2003 il fut arrêté par un commando de la police de l’État, pour deux affaires pénales liées à des litiges agraires dans lesquels il était partie civile. Dans l’une des affaires il représentait la communauté de San Pedro Tepinapa, Jocotepec, qui réclamait la restitution de 1 500 hectares accaparés par des caciques.
     
    Puis, le 4 juin de cette même année, Torres Pereda fut à nouveau arrêté et accusé d’attaques contre les voies de communication. L’arrestation eut lieu dans les jours précédant une mobilisation du Front National de Défense de la Souveraineté et des Droits du Peuple.
     
    Suivirent des menaces de mort, des intimidations et du harcèlement. En août 2006 il est incarcéré dans la prison de haute sécurité de l’Altiplano pour sa participation à l’APPO ;il y restera sept mois. Précédemment, le 5 février 2006, il avait participé à la réception du sous-commandant Marcos dans la région de Tuxtepec.
     
    Ce n’est pas le premier dirigeant du Codeci qui est assassiné sous le gouvernement d’Ulises Ruiz [le gouverneur priiste de l’État d’Oaxaca, Ndt]. Le 25 septembre 2009, Felipe Pantoja Miguel était mort des suites de coups de batte de base-ball. Le motif était le même que celui pour lequel Catarino est mort vendredi: la défense de la terre.

    Reportage d'une télévision locale sur les lieux du crime





    Merci à La Jornada
    Source: http://www.jornada.unam.mx/2010/10/23/index.php?section=opinion&article=015o1pol
    Date de parution de l'article original: 23/10/2010
    URL de cet article: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=2138


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :