• Aux lecteurs(trices) de ce " LIVE ", si vous aussi vous avez des news provenant de Lybie que nous n'avons pas relevées, ne surtout pas hésiter à nous les poster, merci d'avance

    Quelques différentes sources que nous employons pour ce fil ( Liste non exhaustive ) :

    Outils de Traduction Anglais Français tres utile parfois au cours de la lecture des liens et voire des commentaires en Anglais de ce " FIL INFOS "

    News " confirmés " ou  " à confirmer ":

    Live Lybia 17

    Les interventions transcrite de " Free Lybia 17 " en Arabic

    Les interventions transcrite de " Free Lybia 17 " en Anglais



    STREAM " LIVE LYBIAN "
    Mohammad Live in Benghazi
    Freedom Lybia

    Carte interactive " Tweets " des évènement en cours


     

    feb17 info    rev11.info    

    Watch live streaming video from libya17feb


    3 commentaires
  • L’embarras de nos élus, désorientés, face à leurs forfaitures…

    Daniel VANHOVE

    Suite aux évènements majeurs qui ébranlent le monde arabe, force est de constater la puissance de l’information alternative, autrement plus perspicace que les médias dominants et leurs marionnettes serviles sous contrôle de nos gouvernements. Et il convient de pointer combien ceux-ci ne peuvent faire autrement que de reconnaître du bout des lèvres le courage des peuples qui s’insurgent contre leurs dictateurs, quand ils fustigeaient il y a quelques semaines seulement le site Wikileaks pour ses révélations ô combien embarrassantes sur leurs pratiques, mettant à nu leur hypocrisie en ces moments où le cours de l’Histoire prend un nouveau tournant avec le risque de leur échapper.

    Aujourd’hui, face aux insurrections qui se multiplient dans les pays arabes, nos chancelleries occidentales semblent perdre le Nord et sont tout bonnement dés-orientées (c’est le cas de le dire). Sans revenir sur les multiples facéties de la « sinistre » des Affaires étrangères française, les réactions de l’ensemble de nos classes politiques semblent se résumer à la même pathétique impuissance, se contentant de déclarer piteusement « n’avoir pas bien pris la mesure » de la détresse humaine sévissant dans les pays concernés.

    Ben, voyons ! Ainsi et malgré les centaines d’ambassades et de consulats répartis dans ces pays, mais avec surtout un personnel formaté dans le sens qui nous convient ; malgré les milliers de « think tank » – cercles de réflexion, en français – où un nombre incalculable de cerveaux viennent élaborer de nouveaux concepts sur à peu près tout et n’importe quoi ; et malgré les sommes indécentes gaspillées par ces irresponsables mondains, voilà que le seul et lamentable constat qu’il leur faille bien établir est qu’une nouvelle fois, tous autant qu’ils sont, ils n’ont rien vu venir ! A un tel stade d’incompétence, ne faudrait-il pas au minimum se demander si les budgets faramineux de tout ce beau monde sont bien utiles ? Qu’il nous soit permis d’en douter.

    Mais passons pour l’instant, sur le côté strictement pécuniaire de la chose – dans ces couloirs dorés, on n’en est plus à une gabegie près – et prenons les déclarations actuelles d’une classe politique confondue, pour ce qu’elles sont :

    - d’une part, passé le choc initial que cela leur a provoqué, si nous avons bien entendu nos « sinistres », il semble donc que maintenant ils auraient compris la situation catastrophique dans laquelle tente de survivre un nombre incalculable de familles de ces pays, ruinées, écrasées par les connivences qu’ils ont entretenues avec ces tyrans afin d’en soutirer le maximum de profit. Le minimum d’éthique ou à défaut la simple logique voudrait dès lors que nos gouvernements cessent aussitôt tout type de collaboration avec ces dirigeants devenus d’un coup non plus des hôtes voire des amis de vacances, mais des dictateurs infréquentables à fuir à grandes enjambées ;

    - d’autre part, si nos gouvernements et leurs « experts » ont réellement pris la mesure du drame des populations de ces pays – pourtant dénoncé depuis des décennies à travers quantité de documents produits par des centaines d’ONG – faudra-t-il attendre que les unes après les autres, les rues arabes offrent le spectacle effroyable d’une jeunesse sacrifiée se faisant assassiner par ses propres dirigeants, avant que les nôtres n’aient les réponses et les réactions adéquates !? Où se terrent-ils donc nos chantres des Droits de l’Homme, nos valeureux humanistes si prompts à réagir en d’autres circonstances !?

    Quand un régime n’a d’autre réponse que de tirer sur sa propre population dans l’intention avouée – « nous utiliserons jusqu’à la dernière cartouche » a annoncé l’un des fils du psychopathe de Tripoli – de la tuer et de la blesser, ne faut-il pas sur-le-champ faire entendre clairement notre voix au lieu de marmonner une énième et insipide demande de « retenue » comme vient encore de le faire Mme. H. Clinton, la moue en berne !? Combien de tués faut-il pour que nos démocraties « éclairées » montent au créneau et réagissent avec la fermeté qui convient ? Combien d’assassinats faut-il pour que nous soyons, pour ce coup-là sans retenue, aux côtés des manifestants et de la résistance pacifique comme on a pu le constater depuis des mois que grondent les contestations populaires dans ces pays ? En lieu et place d’offrir notre « savoir-faire » en matière de répression policière et de vendre nos armes de répression, quand donc des voix officielles ayant encore un minimum de conscience humaine et de sens des valeurs s’élèveront-elles pour taper sur la table et dire à ces régimes, et à nos misérables élus vassalisés : assez !

    Nos autorités arrogantes et leurs « experts » auront-elles le courage de pousser leur réflexion assez loin pour comprendre que le prix que paie la rue arabe aujourd’hui est en grande partie le prix de leur duplicité avec ces régimes honnis par leurs peuples depuis des années !? Et pousseront-elles l’analyse jusqu’à réaliser que la situation est pareille dans le cas de l’occupation sanglante en Palestine : le prix payé par les Palestiniens étant celui de nos lâchetés depuis plus de 63 ans !? La réponse ne fait hélas pas de doute, et il est à craindre que nos dirigeants n’aient ni ce courage ni les compétences, d’après l’exemple récent que le nouvel ambassadeur français fraîchement nommé a laissé entrevoir lors de sa première intervention médiatique à Tunis.

    Ainsi de cet autre 1er « sinistre » italien Berlusconi déclarant préférer « ne rien dire sur la situation pour ne pas embarrasser son ami Kadhafi »… mais dans le même temps, mettant à disposition du despote la flotte italienne présente dans les parages, ainsi que des armes, si besoin était. Vergogna ! Trop de compromissions, d’obscurs trafics et de mensonges répétés les ont liés à ces régimes… qu’ils voient s’effondrer avec angoisse, tant leurs intérêts douteux y sont liés. Pensez donc : après le rempart de Ben Ali contre l’intégrisme qui nous menaçait, la complicité de Mubarak à l’étranglement des Palestiniens, le dément libyen nous garantissait le contrôle des flux migratoires vers nos côtes méditerranéennes… sans parler du pétrole qu’il nous livrait à gogo. En vérité, c’est toute la politique occidentale de la région qui se casse la gueule !

    Alors que les décisions que nous devrions prendre sont :

    - condamnation ferme et catégorique de toute violence à l’encontre des populations ;

    - soutien inconditionnel à la résistance et aux opposants à de tels régimes ;

    - gel instantané des biens et avoirs de tous les responsables de crimes de civils, quels qu’ils soient ;

    - sanctions immédiates à l’encontre de ces régimes et de tous ceux qui les servent, là-bas comme ici ;

    - mandats d’arrêt international dans le but de transférer les responsables devant un tribunal ;

    - jugement des dirigeants et de leurs collaborateurs proches et lointains…

    Moins que cela, procède d’une hypocrisie manifeste et n’est pas à la mesure de la situation. Et il faut en profiter pour exiger de nos gouvernements, la rupture définitive avec tous les régimes de ce type. Dialoguer, oui, dans le but d’obtenir de profonds changements ; coopérer, non, tant que ces régimes ne sont pas réellement au service de leurs populations et qu’ils utilisent une force aveugle pour les massacrer à la moindre occasion.

    Il n’y a pas si longtemps, « experts » et « spécialistes » en tous genres, se bousculant dans les stations radio et sur les plateaux télé, décrétaient du haut de leur certitude – après la chute du mur de Berlin qu’aucun d’eux n’avaient vu venir – qu’avec l’effondrement de l’URSS, nous assistions à la « fin de l’Histoire »… – rien que ça ! Avec quelques années de recul, non seulement l’on a pu se rendre compte de la vanité de la déclaration, mais encore, de l’erreur absolue de tous ceux qui l’ont proférée, diffusée ou au moins adoptée comme nouvelle vérité… Tout à l’inverse, chacun peut constater que l’Histoire, loin de se terminer, se déroule sous nos yeux.

    Et un peu de perspicacité nous indiquerait même qu’elle pourrait bien arriver jusque sous nos fenêtres… Car l’une des leçons que nous donne le soulèvement populaire dans les pays arabes est ce rappel : que tout dirigeant censé représenter le peuple, n’est à cette place que par la seule volonté de ce dernier. A voir les sourdes manigances, les compromissions multiples et les innombrables forfaitures de nos élus avec les dictateurs dont se débarrassent les peuples arabes, ne faudrait-il pas faire un peu le ménage chez nous, et « dégager » certain(e)s de nos enfoiré(e)s !?…

    Enfin, instruits comme nous et d’après leurs récentes déclarations suite à ce qu’ils voient chaque jour sous leurs yeux depuis bientôt deux mois, comment ne pas voir l’évident parallèle entre ces situations et la brutale occupation des forces israéliennes à l’encontre de la population palestinienne, depuis des décennies ? Là non plus, n’y a-t-il pas eu assez de massacres, de drames et de crimes perpétrés lâchement et avec la complicité de nos gouvernements, pour que cette situation soit pour une fois prise avec tout le sérieux nécessaire, loin des effets d’annonce qui n’aboutissent jamais !? L’autisme de nos classes politiques est-il à ce point ancré, qu’elles pensent que les choses se perpétueront de la manière actuelle en Palestine, certaines que leur allié israélien saura utiliser les méthodes abjectes dont on le sait capable pour se prémunir du tsunami qui finira par le déborder ? Dans la tectonique des plaques qui secoue la région et le chaos qui risque d’en découler, qui aura le courage et la probité pour se lever et dire à l’entité sioniste, avant l’irrémédiable : « DÉGAGE » !?

    Daniel Vanhove –
    Observateur civil
    Auteur
    22.02.11

    URL de cet article 12879
    http://www.legrandsoir.info/L-embarras-de-nos-elus-des-orientes-face-a-leurs-forfaitures.html
     

    votre commentaire
  • Libye, 25 Fevrier 2011( Le « LIVE » )

     

    CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSUS

     

    Auteur : Dazibaoueb

    Le fil " LIVE " des évènements en Lybie de DAZIBAOUEB


    Reprise de quelques sources ( Liste non exhaustive ) :

    News " confirmés " ou  " à confirmer ":

    ALJAZEERA :
    Le " Live Blog "
    Le " Stream Aljazeera "

    STREAM " LIVE LYBIAN "
    Mohammad Live in Benghazi
    Freedom Lybia

    Live Lybia 17

    Les interventions transcrite de Radio Free Lybia en Arabic


    Pour aller plus loin : ( Plus généraliste mais super complet )

    " Live in Arabic "

    الانتفاضة الليبية – تغطية حية



    votre commentaire
  • Rapport sur les violations israéliennes des droits humains

    Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).
     

    Pendant cette semaine du 17 au 23 février :

    • 3 civils palestiniens ont été tués par les FOI dans le nord de la bande de Gaza ;
    • un militant de la résistance palestinienne a été tué et 6 autres blessés, dont 2 mineurs, lors de bombardements de l’artillerie israélienne sur la ville de Gaza ;
    • les FOI ont continué de prendre pour cibles les travailleurs, agriculteurs et pêcheurs palestiniens sur les zones frontalières à l’intérieur de la bande de Gaza :
      • 2 travailleurs palestiniens ont été blessés ;
      • 3 pêcheurs palestiniens ont été arrêtés par les FOI à Khan Younis ;
    • les FOI ont continué d’utiliser la force contre les manifestations non violentes en Cisjordanie :
      • 8 civils palestiniens, dont 3 mineurs, ont été blessés ;
      • 15 civils palestiniens, dont 9 mineurs, et 2 internationaux ont été arrêtés par les FOI ;
    • les FOI ont conduit 47 incursions dans les communautés palestiniennes en Cisjordanie et 3, limitées, dans la bande de Gaza :
      • 10 civils palestiniens, dont 3 mineurs, ont été arrêtés par les FOI ;
    • Israël a maintenu un siège total sur les TPO et l’isolement de la bande de Gaza du monde extérieur :
      • 6 Palestiniens dont 3 mineurs ont été arrêtés par les FOI sur les check-points en Cisjordanie ;
    • les FOI ont poursuivi la colonisation de la Cisjordanie, et les colons leurs agressions contre les civils palestiniens et leurs biens :
      • 3 puits d’eau et une salle à usage agricole ont été détruits par les FOI à Bani Na’im, à l’est d’Hébron ;
      • 8 maisons et 2 puits ont été détruits par les FOI dans le secteur de Sushia, au sud d’Hébron, faisant 40 Palestiniens sans-abri ;
      • 200 plants d’olivier et 70 oliviers ont été arrachés par les colons israéliens à Qasra, au sud de Naplouse.

    (JPG)

    La municipalité israélienne de Jérusalem a obligé un citoyen palestinien à démolir sa propre maison à Swar Bahar, à Jérusalem.


    Violations israéliennes recensées durant la semaine du 17 au 23 février 2011

    1 - Incursions dans les zones palestiniennes et attaques contre les civils palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

    Jeudi 17 février

    Une heure du matin, les FOI entrent dans le quartier d’al-Masaken, dans le nord-est de Naplouse, elles patrouillent dans les rues, pénètrent dans un certain nombre de maisons et arrêtent un Palestinien :

    • Basheer Zamel Zamel, 28 ans.

    Une heure, incursion dans Bir Zeit, au nord de Ramallah, l’armée patrouille quelques temps avant de se retirer.

    1 h 30, depuis la frontière au nord-ouest de Beit Lahiya, du haut de leurs miradors les FOI tirent plusieurs pièces d’artillerie sur trois civils qui essayent de passer la frontière pour trouver un travail en Israël. Selon les témoins, des hélicoptères ont survolé le secteur et ont également fait feu. Les tirs se sont poursuivis pendant une heure.

    • Jihad Fat’hi Khalaf, 21 ans, de Jabalya,
    • Tal’at Mohammed al-Rawagh, 41 ans, de Gaza ville et
    • Ashraf ’Abdul Latif Qtaifan, 32 ans, de Sheikh Radwan banlieue de Gaza ville, sont tués.

    Selon le rapport du « Croissant rouge », il a été prévenu par le « Comité international de la croix rouge » que trois corps gisaient à 200 mètres de la frontière. Il était 8 h 15 quand les corps ont été retrouvés.

    3 h, les troupes d’occupation entrent dans Beit Wazan, à l’ouest de Naplouse, fouillent certaines maisons et arrêtent :

    • Ashmed Sa’id Salah, 36 ans, et
    • Sameh Haten Abu ‘Eisha, 24 ans.

    Elles confisquent 3 téléphones portables dans la maison d’Ashmed et 4 ordinateurs, un ordinateur portable et un téléphone portable chez Sameh.

    13 h 15, incursion dans Jeet, au nord-est de Qalqilya. L’armée patrouille dans le village et en ferme les entrées. Elle se retire vers 15 h.

    Vendredi 18 février

    15 h 30, l’armée entre dans Beit Ummar, au nord d’Hébron, elle poursuit un enfant, Mahmoud Ahmed al-‘Allammi, 10 ans, qui s’est réfugié dans une maison du village, et l’arrête. L’armée prétend que l’enfant a lancé des cailloux sur le check-point de l’armée israélienne, force occupante, à l’entrée est de la ville.

    Incursions des FOI, pour patrouiller dans les rues pendant quelques temps avant de se retirer :

    • 15 h 50, dans ‘Azzoun, à l’est de Qalqilya ;
    • 17 h 50, dans Jeet, au nord-est de Qalqilya ;
    • 18 h, dans Kufor Malek, au nord-est de Ramallah ;
    • 18 h 20, dans Kufor Laqef, à l’est de Qalqilya ;
    • 19 h, dans Shwaika, au nord de Tulkarem ;
    • 21 h, dans Kufor Qaddoum, à l’est de Qalqilya, et
    • 23 h, dans Bitounia, à l’ouest de Ramallah.

    Samedi 19 février

    Incursions des FOI, pour patrouiller dans les rues pendant quelques temps avant de se retirer :

    • 15 h 15, dans ‘Azzoun, à l’est de Qalqilya ;
    • 15 h 50, dans Kufor al-Dik, à l’ouest de Salfit ;
    • 17 h, dans ‘Ein al-Dyouk, au nord de Jéricho, et
    • 19 h, dans Qiffin, au nord de Tulkarem.

    11 h, les vedettes garde-côte prennent en chasse un bateau en pêche à environ 3 kilomètres au large de Khan Younis.

    Mustafa Hijazi al-Lahham, 42 ans, Hijazi Hani al-Lahham, 27 ans, et Mahmoud Hassan al-Lahham, 30 ans, essuient des tirs. Sommés de se déshabiller, de se jeter à l’eau et de rejoindre la vedette à 20 mètres de leur bateau, ils sont conduits au port de Ashdod pour y subir un interrogatoire. Ils sont relâchés à 21 h mais leur bateau est mis sous séquestre.

    Dimanche 20 février

    Incursions des FOI, pour patrouiller dans les rues pendant quelques temps avant de se retirer :

    • 3 h, dans la zone ouverte à l’est d’‘Anabta près de la colonie d’Ennab, à l’est de Tulkarem ;
    • 11 h 30, dans Zeita, au nord de Tulkarem ;
    • 12 h, dans Jénine ;
    • 15 h, dans Seilat al-Harthiya, au nord-ouest de Jénine ;
    • 15 h 15, dans ‘Azzoun, à l’est de Qalqilya ;
    • 15 h 30, dans Ta’nak, au nord-ouest de Jénine ;
    • 16 h, dans al-Taibeh, même secteur ;
    • 16 h 20, dans ‘Aanin, même secteur ;
    • 18 h 10, dans Qarawat Bani Hassan, à l’ouest de Salfit ;
    • 20 h, dans Bedya, même secteur, et
    • 22 h 30, dans Nabi Elias, à l’est de Qalqilya.

    Lundi 21 février

    Incursions des FOI avec patrouilles dans les rues :

    • 2 h 30, dans Brouqin, à l’ouest de Salfit ;
    • 16 h 15, dans Habla, au sud de Qalqilya, et
    • 17 h 40, dans Ras ‘ATiya, même secteur.

    19 h 20, l’armée pénètre dans la zone située entre ‘Azzoun et ‘Asala, au sud de Qalqilya. Elle investit une ferme et la fouille et arrête 2 civils palestiniens, dont un mineur :

    • Ayham, 17 ans, et
    • Mustafa Marwan Hawari, 19 ans.

    22 h 45, incursion dans Jeet, à l’est de Qalqilya. L’armée remet des ordres de démolitions pour 6 maisons à :

    • Zahi Ahmed ‘Arfan ;
    • Hamed Yousef Sakhen ;
    • Rawhi Hassan ‘Arfan ;
    • Subhi Mahmoud ‘Arfan ;
    • ‘Arfan Mohalmmed Yamin, et
    • Jawad Jasser Yamin.

    Mardi 22 février

    Incursions avec patrouilles dans les rues :

    • minuit cinq, dans Jayyous, au nord de Qalqilya ;
    • midi, dans Deir Ghazala, au nord-est de Jénine ;
    • midi, dans Beit Qad, même secteur ;
    • midi, dans ‘Izbat Shoufa, au sud de Tulkarem ;
    • 15 h 30, dans Yassouf, à l’est de Salfit ;
    • 19 h, dans Far’oun, au sud de Tulkarem ;
    • 21 h, dans Sinjel, au nord de Ramallah, et
    • 23 h 50, dans al-Bireh.

    2 h, l’armée entre dans Beit Ummar, fouille une maison, celle de la famille de :

    • Mohammed Jamal Abu Hashem, 14 ans, qui est arrêté.

    2 h 30, dans Seilat al-Harthiya, au nord-ouest de Jénine, où l’armée fouille un certain nombre de maisons et arrête 2 Palestiniens :

    • ‘Abdul Qadim Turki Shawahna, 24 ans, et
    • ‘Aassem ‘Abdul Rahman Abu al-Khair, 30 ans.

    8 h, les FOI pénètrent à 400 mètres dans la localité de Al-Qarara au nord-est de Khan Younis. Les bulldozers nivèlent les terres jouxtant la frontière. Ils se retirent à 13 h.

    8 h 30, les bulldozers pénètrent à 200 mètres dans Wadi al-Salqa, localité frontalière au centre de la bande de Gaza. Les terres agricoles sont nivelées. Fin des travaux : 15 h.

    9 h 05, incursion dans Qalqilya, où l’armée patrouille dans les rues de la ville et délivre des convocations pour interrogatoires à 3 Palestiniens :

    • Bassam ‘Abdul Latif Abu al-‘Adel ;
    • Mahmoud Na’el ‘Abdul Ghafer, et
    • Bahaa’ Mohammed Tabaja.

    11 h, dans Artah, en périphérie sud de Tulkarem. L’armée interpelle Fayez Salem Abu Mo’ammar et lui remet une convocation pour interrogatoire au nom de son frère, Yahaia, 27 ans. Durant l’incursion, les FOI vont mettre Nassim Ahmed Abu Rabi’, 21 ans, en détention pendant quelques temps.

    Midi et quart, un détachement de soldats des FOI, déguisés en civil, se déplace dans Salem, à l’est de Naplouse, circulant à bord d’un bus. Le véhicule s’arrête près d’une école, dans le centre du village, et environ 40 Israéliens en descendent. Ils investissent le troisième étage de l’immeuble Eshtayeh, où vit ‘Aawdallah Jameel Eshtayeh, 47 ans. Ils lui bandent les yeux et lui couvrent la tête d’un sac vert. Ils se mettent à le frapper violemment sous les yeux de son épouse et de ses enfants. Ils l’emmènent ensuite, sans donner la destination.

    12h15 - Du haut de leurs miradors au Nord de Bedouin Village au N.E. de la bande de Gaza, les FOI font feu sur des ouvriers en train de récupérer des matériaux de construction sur l’ancienne colonie de « Nissanit » ; Saleem Kamal Barakat, 21 ans, de al-Zaytoun banlieue de in Gaza ville prend une balle dans la jambe droite alors qu’il est à 00 mètres de la frontière

    Mercredi 23 février

    3 h, incursion des FOI avec patrouilles dans les rues dans la ville de Qalqilya.

    8 h 30, les FOI pénètrent à 200 mètres dans la localité de Wadi al-Salqa et nivèlent les terres agricoles. Fin des travaux : 15 h.

    9 h 10, incursion dans le camp de réfugiés d’‘Aqabet Jaber, l’armée patrouille quelques temps dans les rues, photographiant certains sites historiques.

    9 h 45, du haut de leurs miradors situés au nord de Beit Lahiya, les FOI ouvrent le feu sur des ouvriers en train de récupérer des matériaux de construction sur l’ancienne colonie de « Elli Sinaï ».

    • Nidal Mohammed Halawa, 22 ans, de al-Tuffah banlieue de Gaza ville, prend une balle dans la jambe gauche alors qu’il est à 300 mètres de la frontière

    11 h 40, les FOI tirent plusieurs obus sur des militants des brigades Al Qds - le bras armé du Jihad - regroupés près de l’usine al-Sawda dans al Zaytoun. 7 membres des brigades et 3 civils dont 2 jeunes sont plus ou moins sérieusement touchés.

    • ’Aadel Mohammed Jundiya, 29 ans, de al-Shuja’iya banlieue Est de gaza ville succombera à ses blessures dans la soirée

    La vie des 3 civils :

    • Ahmed Musbah Abu ’Ammar, 15 ans, ;
    • Fahmi Ibrahim Saleh, 14 ans, et
    • Nihad Daoud al-Ashqar, 30 ans, de Beit Lahia, n’est pas en danger.

    20 h 30, au large de Beit Lahiya, les vedettes prennent en chasse les bateaux en pêche sur le secteur. Par sécurité, les pêcheurs rejoignent le rivage.


    2 - Usage d’une force disproportionnée contre les manifestations non violentes protestant contre la colonisation et la construction du mur d’annexion

    Durant la semaine écoulée, les FOI ont continué d’employer la violence contre les manifestants, palestiniens, israéliens et internationaux, contre la colonisation et la construction du mur d’annexion en Cisjordanie. 8 civils palestiniens, dont 3 mineurs, ont été blessés. Des dizaines de Palestiniens et militants étrangers ont été suffoqués par l’inhalation des lacrymogènes. De plus, 15 civils palestiniens, dont 9 mineurs, ont été arrêtés, ainsi que 2 internationaux.

    Bil’in, à l’ouest de Ramallah : le vendredi 18 février, après la prière, la manifestation hebdomadaire organisée dans la non violence par les Palestiniens, avec des militants israéliens et internationaux, se dirige vers le mur d’annexion en construction sur les terres du village. Comme chaque semaine, l’occupant qui s’est posté près du mur attaque la manifestation à coups de balles d’acier enrobées de caoutchouc, de lacrymogènes et de bombes sonores. 5 Palestiniens, dont un mineur, sont blessés :

    • Hamza Suleiman Bernat, 18 ans, touché de deux balles dans le dos et dans la jambe droite ;
    • Ahmed Rebhi Abu Rahma, 16 ans, touché par un corps de grenade lacrymogène à la main droite ;
    • Kifah Mansour Mansour, 30 ans, idem à la main gauche ;
    • Fadi Mustafa ‘Omar, 30 ans, atteint de brûlures au visage, et
    • ‘Abdullah Ahmed Yassin, 19 ans, idem.

    De plus, un grand nombre de manifestants ont respiré les lacrymogènes tirés par l’occupant.

    Ni’lin, à l’ouest de Ramallah : après la prière du vendredi, le 18 février, la manifestation non violente des Palestiniens et internationaux contre la construction du mur d’annexion est accrochée par l’occupant qui s’est posté près du mur. Les Israéliens tirent à balles d’acier, enrobées de caoutchouc, lancent des lacrymogènes et des bombes assourdissantes sur les manifestants. Un Palestinien, qui n’est pas identifié, est touché par un corps de grenade au pied droit. De plus, de nombreux manifestants respirent les lacrymogènes.

    Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah : ce même vendredi, 18 février, les Palestiniens organisent leur manifestation hebdomadaire non violente avec des militants israéliens et internationaux, pour protester contre la confiscation de terres palestiniennes, dans la zone de Wad al-Raya, entre Nabi Saleh et Deir Nizam, au profit des colons illégaux de Halmish. Quand la manifestation arrive sur place, les soldats israéliens l’agressent avec toujours la même violence.

    • Wa’d Bassem al-Tamimi, 13 ans, est blessé d’une balle à la main droite.

    De nombreux manifestants souffrent aussi de l’inhalation des gaz. De plus, les FOI ont transformé la maison de Helmi al-Tamimi en site militaire. Avant de se retirer du village vers 16 h 15, les FOI arrêtent 2 Palestiniens :

    • Nasser Nizar Amlah, 23 ans, et
    • Hamza Mohammed Abiu Qare’, 27 ans.

    Elles arrêtent aussi 2 internationaux, dont les noms ne sont pas connus.

    Beit Ummar, au nord d’Hébron : midi, des civils palestiniens organisent avec des internationaux une manifestation non violente pour protester contre la colonisation israélienne et le veto des États-Unis au Conseil de sécurité des Nations-Unies contre le projet de résolution condamnant la colonisation israélienne dans les TPO. Les manifestants se rendent sur les terres palestiniennes déclarées fermées par l’occupant, situées près de la colonie Karmi Tsur, au sud de la ville. A 13 h, les soldats de l’occupation tirent à balles caoutchouc sur les manifestants, lancent des lacrymogènes et des bombes assourdissantes. 2 Palestiniens sont blessés :

    • Nasri Rasheed Sabarna, 48 ans, maire de Beit Ummar, blessé par un éclat de bombe sonore au pied gauche, et
    • Hamza Ahmed Abu Hashem, 12 ans, blessé de deux balles, à la main et au genou gauches.

    4 manifestants dont une femme souffrent aussi d’ecchymoses :

    • Muna Mohammed Abu Maria, 44 ans ;
    • Mohammed Ibrahim ‘A’mar, 65 ans ;
    • Hisham Khalil Abu Hashem, 44 ans, et
    • Ahmed Khalil Abu Hashem, 43 ans, secrétaire du Comité national contre le mur et les colonies.

    A la fin de la manifestation, les soldats israéliens encerclent un groupe de manifestants qui rentraient chez eux et en arrêtent 13, dont 9 mineurs :

    • ’Essam Jamal Abu Hashem, 22 ans ;
    • Tariq Jamal Abu Hashem, 18 ans ;
    • Mousa Haitham Slaibi, 16 ans ;
    • Ma’ath Mahmoud ’Alqam, 16 ans ;
    • Mohammed ’Ali ’Awadh, 16 ans ;
    • Anwar Yousef ’Awadh, 16 ans ;
    • Mohammed Yousef ’Awadh, 14 ans ;
    • ’Aayesh Nasser Ekhlil, 15 ans ;
    • Ahmed Mahmoud Slaibi, 15 ans ;
    • Habes Hisham Abu Hashem, 22 ans ;
    • Mo’taz Yousef ’Awadh, 16 ans ;
    • ’Ali Mohammed Za’aqiq, 17 ans, et
    • Nabeel Mohammed ’Awadh, 22 ans.


      3 - Maintien du bouclage des TPO

    Israël a maintenu un bouclage étanche sur les TPO et ses restrictions graves aux déplacements des civils palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie ; dont Jérusalem-Est occupée.

    Bande de Gaza

    Mouvements des personnes et des biens aux postes frontière

    Rafah International

    Date  :
     :
    Palestiniens
    sortant
     :
     :
    Palestiniens
    entrant
    16 février  : fermé  :
    17 février  :
     : 1 Palestinien et le corps
    d’un patient décédé
    18 février  :
     : 247
    19 février  :
     : 868
    20 février  :
     : 787
    21 février  :
     : 326
    22 février  : 297  : 56

    A noter : Les étudiants palestiniens inscrits dans les universités égyptiennes n’ont pas pu sortir à cause de la fermeture de ces universités. Par ailleurs, les candidats au voyage n’ayant pas leur visa pour rentrer en Égypte n’ont pas été conduits directement à l’aéroport comme c’était le cas sous feu le président Husni Mubarak.

    Karm Abu Salem (Kerem Shalom)

    Date  : Importations Qté  : Exportations Qté
    16 février  : denrées alimentaires 1053 tonnes  : fleurs 442 000

     : matériel agricole 252 tonnes  : fraises 3,7 tonnes

     : denrées diverses 1111 tonnes  :


     : gaz domestique 188,49 tonnes  :


     : ciment pour UNDP 292 tonnes  :


     : fer à béton pour UNDP 110 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : aide humanitaire 678 tonnes  :


     :

     :

    17 février  : denrées alimentaires 961 tonnes  : fleurs 202 000

     : matériel agricole 188 tonnes  :


     : denrées diverses 1302 tonnes  :


     : gaz domestique 181 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : ciment pour Service des eaux 480 tonnes  :


     : ciment pour l’UNRWA 180 tonnes  :


     : ciment pour UNDP 50 tonnes  :


     : aide humanitaire 1236 tonnes  :


     :

     :

    18 février  : denrées alimentaires 557 tonnes  :


     : matériel agricole
     :


     : denrées diverses 350 tonnes  :


     : gaz domestique 45,39 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : aide humanitaire 481 tonnes  :


     :

     :

    20 février  : denrées alimentaires 821 tonnes  :


     : matériel agricole 197 tonnes  :


     : denrées diverses 967 tonnes  :


     : gaz domestique 161 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : ciment pour Service des eaux 280 tonnes  :


     : aide humanitaire 676 tonnes  :


     :

     :

    21 février  : denrées alimentaires 1020 tonnes  : fleurs 438 000

     : matériel agricole 134 tonnes  :


     : denrées diverses 844 tonnes  :


     : gaz domestique 183,96 tonnes  :


     : ciment pour l’ANERA 134 tonnes  :


     : ciment pour Service des eaux 226 tonnes  :


     : fioul industriel
     :


     : aide humanitaire 717 tonnes  :

    Al-Mentar (Karni)

    • le 16 : entrée de 1760 tonnes de céréales et 5600 tonnes de matériaux de construction ;
    • le 17 : entrée de 740 tonnes de céréales et 1599 tonnes de nourriture animale ;
    • le 21 : entrée de 8330 tonnes de matériaux de construction pour l’UNRWA.

    Beit Hanoun (Erez)

    Population  : 16 février - 17 février - 18 février - 19 février - 20 février - 21 février - 22 février
    Patients  : 21 27 2 0 46 51 33
    Accompagnateurs  : 23 23 2 0 45 50 33
    Palestiniens venant d’Israël  : 9 15 1 0 15 1 0
    Diplomates  : 7 3 0 0 2 5 4
    Presse  : 7 5 4 0 3 0 2
    Internationaux  : 19 70 20 0 11 24 32
    Gazaouis  : 0 28 0 0 1 4 0
    Gens d’affaires  : 0 81 5 0 53 64 54
    Réunions d’affaires  : 0 9 0 0 5 0 4
    Entretiens sécurité  : 1 3 0 0 2 2 0
    Personnalités  : 1 0 1 0 0 0 0
    Ambulances vers Israël  : 1 2 1 0 2 2 0
    Ambulances venant d’Israël  : 2 2 2 1 4 1 0


    Cisjordanie

    Israël impose un bouclage serré sur toute la Cisjordanie. Les restrictions aux déplacements ont été renforcées durant la semaine écoulée.

    Jérusalem : des milliers de Palestiniens, de Cisjordanie et de la bande de Gaza, n’ont toujours pas accès à la cité, qui est entourée et remplie de check-points. Les restrictions sont renforcées encore davantage les vendredis, jours de prières, alors que de nombreux Palestiniens voudraient venir prier à la mosqué al-Aqsa, dans la vieille ville palestinienne.

    Ramallah : les troupes d’occupation sur les check-points de Jaba’ et Qalandya, au sud-est de Ramallah, maintiennent les limites renforcées pour passer ces check-points.

    • jeudi 17 février, à 8 h 30 et 11 h 30, les soldats reprennent position sur le check-point d’‘Attara, à l’entrée nord de Bir Zeit, au nord de Ramallah ;
    • vendredi 18, 18 h 30, les FOI posent un check-point volant à l’entrée de Sinjel, au nord de Ramallah ;
    • samedi 19, 11 h 15, nouveau check-point à l’entrée de Nabi Saleh, au nord-ouest ;
    • samedi 19, 12 h 45, l’armée revient sur le barrage d’‘Attara ;
    • mardi 22, les FOI posent 4 check-points autour de Ramallah ;
    • mercredi 23, 18 h 30, nouveau check-point sous le pont ‘Ein Yabroud, au nord-est ;
    • mercredi 23, 19 h, l’armée revient sur ‘Attara.

    Qalqilya :

    • jeudi 17 février, l’armée pose 8 check-points autour de la ville ;
    • vendredi 18, 5 check-points ;
    • samedi 19, 10 h 50, pose d’un check-point près de Nabi Elias, à l’est ;
    • dimanche 20, pose de 4 check-points autour de Qalqilya.

    Tulkarem :

    • jeudi 17 février, 10 h 30, les FOI posent un check-point à l’entrée de Beit Leed, à l’est de la ville ;
    • jeudi 17, 17 h, les soldats sur le check-point d’Ennab imposent des restrictions supplémentaires aux déplacements palestiniens ;
    • samedi 19, 22 h 30, idem, au même check-point. Jénine :
    • jeudi 17 février, 14 h, les FOI posent un check-point volant au carrefour ‘Arraba, au sud-ouest de Jénine ;
    • lundi 21 février, 19 h, idem au carrefour de Kufor Dan, au nord-ouest.

    Salfit :

    • dimanche 20 février, 10 h 30, nouveau check-point à l’entrée de Yassouf, à l’est de Salfit ;
    • dimanche 20, 11 h 20, un autre sur la route Yassouf/Eskaka, même secteur.

    Jéricho :

    • jeudi 17 février, 19 h 40, nouveau check-point près de l’entrée de Fassayel, au nord de la ville.


    Arrestations sur les check-points militaires

    -  Vendredi 18 février, vers 17 h, les soldats postés au check-point de Mavo Dutan, au sud-ouest de Jénine, arrêtent 2 mineurs palestiniens :

    • Bilal ‘Awadh Qabaha, 14 ans, et
    • Mohammed ‘Omar Abu Salah, 16 ans.

    -  Lundi 21 février, 8 h, arrestation près du carrefour de la colonie d’Yits’har, au sud de Naplouse, de :

    • Ahmed Rasmi al-Khuffash, 22 ans, de Marda, au nord de Salfit.

    -  Lundi 21 février, 22 h, une unité d’infanterie des FOI qui s’était mise en embuscade près de l’entrée ouest de Beit Fourik, au nord-est de Naplouse, arrête 3 Palestiniens, dont un mineur :

    • Mohammed Ibrahim Mlaitat, 18 ans ;
    • Mohammed ‘Adnan Mlaitat, 20 ans, et
    • Ussama ‘Adnan Mlaitat, 16 ans.


      4 - Colonisation et agressions par les colons contre les Palestiniens et leurs biens

    Israël poursuit sa colonisation des TPO en violation du droit international humanitaire, et les colons, souvent sous la protection des soldats des FOI, leurs agressions contre les Palestiniens.

    -  Jeudi 17 février, 7 h 30, les FOI investissent la zone de Khillat al-Furn, à l’ouest de Bani Na’im, village au sud-est d’Hébron. Elles détruisent 3 puits d’eau et une salle à usage agricole appartenant à Jamal Mohammed al-Tawil, d’Hébron, prétendant que les puits et cette salle sont situés près de la route de contournement n° 60.

    -  Dimanche matin, 20 février, les colons israéliens de la colonie Kida, près de Qasra, au sud de Naplouse, arrachent 200 plants d’olivier sur un terrain appartenant à Saber Mohammed ‘Othman, qui venait de les mettre en terre deux jours auparavant. Ils déracinent aussi 70 oliviers sur une terre appartenant à ‘Abed et Mohammed ‘Abdullah Dawabsha, du village voisin de Douma.

    -  Mardi 22 février, les FOI, arrivant avec deux bulldozers, entrent dans Soushia, au sud de Yatta, au sud d’Hébron. Elles bouclent les accès au secteur et commencent à évacuer de force un certain nombre d’abris bédouins. Les bulldozers abattent 8 tentes et différents abris sous lesquels vivaient 40 personnes. Les tentes et les abris appartiennent à :

    • ‘Eissa Hussein al-Jbour ;
    • ‘Eissa Badawi al-Jbour ;
    • ‘Omar Badawi al-Jbour ;
    • Mohammed Ibrahim al-Jbour ;
    • Mohammed Hussein al-Jbour, et
    • Tayseer al-Jbour.

    Les FOI détruisent aussi 2 puits appartenant à Mohammed Hussein al-Jbour.

    -  Mardi 22 février, midi, des colons de la colonie Bat Ain, au nord-ouest de Beit Ummar, arrachanet au moins 250 oliviers et plants d’oliviers, appartenant à des Palestiniens du village d’al-Ja’ba.


    (JPG) Document public

    Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de le contacter à son bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).


     
     

    Rapport hebdomadaire pour la période du 17 au 23 février 2011 : PCHR
    traduction pour ce qui concerne Gaza : Jacques Salles, et la Cisjordanie : JPP

     

     


    votre commentaire
  • CLIQUEZ SUR LES LIENS CI-DESSOUS

     

    3ème discours de Kadhafi


    Libye, 24 février 2011


    votre commentaire