• La Via Campesina dénonce l'achat d'actions de Monsanto par la Fondation Bill et Mélinda Gates




    <script type="text/javascript" src="http://s7.addthis.com/js/200/addthis_widget.js"></script>

    Communiqué de Presse – La Via Campesina

    (Glendive, Montana- 10 septembre 2010) La Via Campesina, un mouvement international de paysans qui représente les paysans, les travailleurs agricoles sans terre, les pêcheurs, les paysannes, les jeunes et les peuples autochtones, qui rassemble 150 organisations venant de 70 pays sur cinq continents, dénonce l’acquisition par la Fondation de Bill et Melinda Gates d'actions de la compagnie Monsanto. La Fondation a été créée en 1994 par le fondateur de Microsoft William H. Gates et exerce aujourd’hui une grande influence sur les politiques mondiales de développement agricole.

    La Fondation concentre des centaines de millions de dollars dans des projets qui poussent paysans et agriculteurs à utiliser les semences et les produits agrochimiques génétiquement modifiés (OGM) de Monsanto. En août, la Fondation de Bill et Melinda Gates qui gère un capital de 33,5 milliards de dollars pour financer les projets philanthropiques de la Fondation (dont Bill et Melinda sont membres du conseil d’administration) a révélé qu’elle avait acquis 500.000 actions de Monsanto pour la somme de 23 millions de dollars. (1)

    Selon Dena Hoff, paysanne à Glendive dans le Montana et coordinatrice de La Via Campesina pour l’Amérique du Nord «l’acquisition par la Fondation de Bill et Melinda Gates de parts de Monsanto indique que l’intérêt que la Fondation apporte à la promotion des semences de la compagnie ne tient pas uniquement de la philanthropie mais plus d’un désir de profit. La Fondation aide Monsanto à ouvrir de nouveaux marchés, alors que Monsanto est déjà le plus grand semencier du monde.»

    Depuis 2006, la Fondation de Bill et Melinda Gates collabore avec la Fondation Rockfeller, promoteur fervent des OGM pour les pauvres du monde, afin de mettre en œuvre l’Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA) qui est entrain d’ouvrir le continent aux semences OGM et aux produits chimiques vendus par Monsanto, DuPont et Syngenta. La Fondation a donné 456 millions de dollars à AGRA et, en 2006, a employé Robert Horsch, ancien directeur de Monsanto pendant 25 ans, pour travailler à ce projet. Au Kenya, environ 70 % des bénéficiaires d’AGRA travaillent directement avec Monsanto (2), près de 80 % des financements de Gates dans le pays ont trait à la biotechnique et plus de 100 millions de dollars de subventions ont été accordés aux organisations du Kenya ayant des liens avec Monsanto. En 2008, quelques 30 % du fond de développement agricole de la Fondation ont servi à la promotion ou au développement de variétés de semences OGM. (3)

    En avril, la Fondation de Bill et Melinda Gates et les ministres des finances des USA, du Canada, d’Espagne et de Corée du Sud ont promis 880 millions de dollars en vue de créer le programme mondial sur l’agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP) géré par la Banque mondiale pour  «aborder le problème de la faim et de la pauvreté dans le monde» (4). En juin le GAFSP a annoncé qu’il donnait 35 millions de dollars à Haïti dans le but augmenter l’accès des petits paysans aux «intrants agricoles, à la technologie et aux chaînes de distribution» (5) En mai, Monsanto a annoncé qu’il faisait don de 475 tonnes de semences à Haïti devant être distribuées par l’Agence américaine au développement international (USAID). L’administrateur

    d’USAID est Rajiv Shah qui travaillait pour la Fondation Gates avant d’être employé par le gouvernement d’Obama en 2009.

    D’après Chavannes Jean-Baptiste du mouvement Papaye et coordinateur de La Via Campesina pour les Caraïbes, «Il est choquant pour les mouvements paysans d’apprendre que la Fondation Bill et Melinda Gates a décidé d’acheter des actions de Monsanto tout en donnant de l’argent pour des projets agricoles en Haïti. En fait, ils font la promotion des semences et des produits chimiques de la compagnie. Les organisations paysannes en Haïti dénoncent cette politique qui va à l’encontre des intérêts de 80 pour cent de la population haïtienne, à l’encontre de l’agriculture paysanne – base de la production alimentaire de notre pays.»

    La Fondation de Bill et Melinda Gates octroie également des fonds à l’initiative du gouvernement des USA Feed the Future, gérée par le gouvernement. Lors d’une audience d’un sous-comité du Congrès sur Feed the Future, le vice-président de Monsanto Gerald Steiner a déclaré que «Feed the Future était une initiative très intéressante car elle tient compte des impératifs du marché dans lequel Monsanto et d’autres compagnies doivent opérer.... Nous voulons faire le bien dans le monde mais nous voulons aussi satisfaire nos actionnaires.» Steiner a mentionné le projet de Monsanto de développer du maïs résistant à la sécheresse pour l’Afrique, projet qui est aussi financé par la Fondation Bill et Melinda Gates. (6)

    Selon Dena Hoff, “Les fondations, quelques soient leurs bonnes intentions, ne devraient pas décider des politiques agricoles et alimentaires des nations et des peuples. La démocratie demande que la population civile bien informée détermine ce qui est dans l’intérêt de la population de chaque nation. «Satisfaire ses actionnaires» semble bien être le motif secret pour s’ingérer dans la santé et le bien-être de la planète et de ses habitants afin de faire du profit»

    Ce n’est peut-être pas une coïncidence que Hugh Grant, président directeur général de Monsanto, ait acquis des parts de la compagnie pour la valeur de 2 millions de dollars et Carl M. Casale pour la valeur de 1,6 millions de dollars. «Grant et Casale ont empoché de jolies sommes en vendant des parts de Monsanto pendant des années»(7) Ces achats ont pu être provoqués par l’annonce faite la semaine dernière de la découverte du génome du blé, nourriture de base de deux tiers de la population de la planète. «Pour Monsanto, une carte du génome du blé de qualité pourra nous aider dans nos efforts dans le but de fournir de meilleurs variétés de blé aux agriculteurs.» dit Monsanto. (8) En 2008 la Fondation Bill et Melinda Gates a attribué la somme de 26,8 millions de dollars à l’université de Cornell pour la recherche sur le blé et, en mai, la somme de 1,6 millions de dollars aux chercheurs de l’université de l’état de Washington pour développer des variétés de blé OGM résistant à la sécheresse. (9)

    La Fondation Gate continue à inciter les pauvres à utiliser les produits Monsanto, en dépit d’une accumulation de preuves sur les dangers écologiques, économiques et physiques dans la production et la consommation des récoltes et des produits OGM. En juin, la cour suprême des Etats-Unis a jugé l’affaire Monsanto Co contre Geertson Seed Farm, la première affaire sur des récoltes OGM. La cour suprême a reconnu que la contamination génétique de récoltes non OGM par des ADN de transgènes venant de plantes OGM, au moyen du vent ou des abeilles, était nocive et lourde de conséquences pour l’environnement et les agriculteurs. Selon le site web de la Fondation de Bill et Melinda Gates, «AGRA et ses partenaires ont mis en circulation plus de 100 nouvelles variétés de semences améliorées sur le continent (africain). »(10)

    La Via Campesina maintient que la meilleure façon d’assurer une alimentation saine, de s’adapter au changement climatique, de conserver les sols, les eaux et la forêt, de revitaliser les économies rurales est de mettre en œuvre des politiques encourageant la souveraineté alimentaire et l’agro-écologie – les fondements en étant les semences natives. L’ONU estime que 75 % de la diversité génétique des plantes du monde ont été perdus au fur et à mesure que les paysans ont abandonné leurs semences natives pour utiliser les variétés génétiquement uniformes produites par les grandes multinationales telles que Monsanto.

    L’homogénéité génétique rend les paysans plus vulnérables aux changements climatiques brusques et à l’apparition de nouveaux fléaux nuisibles et ravageurs, alors que la biodiversité des semences – avec des semences natives adaptées aux différents microclimats, altitudes et sols – est fondamentale pour faire face au changement climatique. Le fait de sauvegarder et replanter augmente l’agro-biodiversité et renforce la plasticité génétique des récoltes (leur capacité à s’adapter rapidement à des conditions de changements croissants sur plusieurs générations).

    Selon Henry Saragih, coordinateur général de La Via Campesina à Jakarta, «La Via Campesina condamne ce détournement de l'aide humanitaire à des fins commerciales et cette privatisation des politiques alimentaires. »

    -----

    Pour de plus amples informations ou des demandes de la part des médias, contacter viacampesina@viacampesina.org

    (1)http://www.sec.gov/Archives/edgar/data/1166559/000104746910007567/a2199827z13f-hr.txt

    (2) Community Alliance for Global Justice. “Gates Foundation invests in Monsanto.” Press release August 25 2010. http://www.seattleglobaljustice.org/2010/08/for-immediate-release-gates-foundation-invests-in-monsanto/

    (3) Holt-Giménez, Eric. “Monsanto in Gates’ clothing? The emporor’s new GMOs.” Huffington Post. August 26 2010. http://www.huffingtonpost.com/eric-holt-gimenez/monsanto-in-gates-clothin_b_696182.html

    (4) Kellerhals Jr., Merle David. “Finance ministers announce $880 million for Global Food Security.” April 22 2010. http://www.america.gov/st/develop-english/2010/April/20100422155518dmslahrellek0.9501917.html

    (5) Feed the Future. “An Improved Approach to Agriculture and Food Security: Haiti” June 25 2010.

    (6) Monsanto Company. “Jerry Steiner speaks to congress about the Feed the Future Initiative.” July 20 2010. http://monsanto.mediaroom.com/steiner_feed_the_future_initiative_072010

    (7) Gottfried, Miriam. “Top Monsanto execs load up on shares.” Barron’s. July 15 2010.

    (8) Gillam, Carey. “Wheat groups welcome genetic news; say more needed.” Reuters. August 27 2010. http://www.reuters.com/article/idUSN277047520100827

    (9) Weaver, Matthew. “Gates awards $1.6 million for dwarf wheat research.” Checkbiotech.org. July 25 2010. http://greenbio.checkbiotech.org/news/gates_awards_16m_dwarf_wheat_research

    (10) http://www.gatesfoundation.org/press-releases/Pages/global-trust-fund-for-poor-farmers-100422.aspx


    votre commentaire
  • Fidèle à son habitude, Xavier Raufer souffle la peur et entretient la psychose terroriste : « Si l’Algérie a prévenu la France, c’est que c’est du sérieux. » On se pince, tant l’Algérie est, en ce domaine, tout sauf sérieuse… Ce que rappelle l’ami Quadruppani en un livre sur l’antiterrorisme à paraître en janvier prochain, La Politique de la peur. Extrait, en avant-première.

    Terrorisme : alerte ! Raufer la ramène

    A propos de la campagne «  hou, fais-moi peur ! » de Brice Hortefeux, Xavier Raufer - l’éternel compère de Bauer et expert autoproclamé en terrorisme que les médias s’arrachent - déclare dans le Post : « Si l’Algérie a prévenu la France, c’est que c’est du sérieux. » Il y a effectivement de quoi s’inquiéter, mais pas dans le sens où l’entend Raufer. En effet, l’ « Algérie », ça signifie bien sûr « les services » algériens, et tout particulièrement le DRS, une branche de l’État algérien dirigé par l’oligarchie kleptocrate qu’on sait.

    Et, quelle coïncidence, la dernière campagne d’attentats aveugles qu’ai eu à subir la France, en 1995, celle du GIA, était manipulée par le DRS… Heureusement, pour l’instant, on ne voit pas trop quel intérêt ces fameux « Algériens » auraient à lâcher sur le territoire français quelques marionnettes kamikazes sous l’étiquette d’Al Qaeda au Maghreb islamique. Mais comme utile rappel historique et en avant-première pour les lecteurs d’Article11, je livrerai ici un passage de mon livre La politique de la peur, à paraître en février 2011 au Seuil. Où l’on verra qu’en effet, si les « Algériens » devaient s’en mêler, ça risquerait de tourner mal, peut-être pour l’intégrité physique de quelques usagers du métro, et certainement pour chacun de nous, en raison du climat de mensonge et de peurs qu’on pourrait voir s’installer.

     

     

    ----------------------

    « Depuis son coup d’État de 1992 interrompant les élections qui risquaient de donner le pouvoir au FIS islamiste, l’armée algérienne dirigeait directement le pays. Il ne fait guère de doute aujourd’hui que le GIA, le Groupe islamique armé, formé après le coup d’État, a été, au moins à partir d’un certain moment, infiltré et manipulé par le DRS (Département de renseignement et de sécurité – ancienne Sécurité militaire) algérien : les exactions de ce groupe justifiaient le maintien de l’armée au pouvoir et permettaient à celle-ci d’opérer ses propres massacres et liquidations en les attribuant aux islamistes. Le chef du GIA, Djamel Zitouni, était, suivant plusieurs témoignages fiables de militaires algériens réfugiés en France, un homme du DRS.

    En janvier 1995, l’opposition algérienne réunie à Rome (Islamistes du FIS, FLN, FFS) signe un accord de paix prévoyant l’organisation de nouvelles élections en Algérie et le départ des militaires, accord salué dans les semaines qui suivent par François Mitterrand, Alain Juppé et de hauts responsables de l’administration Clinton.

    En mai 1995, quand Chirac devient président de la république avec Alain Juppé comme premier ministre, les généraux algériens, qui avaient parié sur Baladur, ont toutes les raisons de s’inquiéter : l’accord de Rome risque de trouver un appui déterminant de l’autre côté de la Méditerranée. C’est alors qu’intervient une campagne d’attentats officiellement attribuée au GIA de Djamel Zitouni, et revendiquée par lui. Elle commence par l’assassinat du Cheikh Sahraoui (porte parole du FIS en Europe), à la Goutte d’Or, à Paris, en juillet 1995, et se poursuit par des attentats contre des civils, notamment aux RER Saint Michel et au Musée d’Orsay, qui font en deux mois dix morts et près de 200 blessés en France.

    Deux services de police concurrents interviennent, la 6e Direction de police judiciaire du commissaire Marion, et la DST. La première, comme le raconte J.-B. Rivoire, va déraper. Envoyée sur des fausses pistes par le DRS algérien, incapable d’identifier les commanditaires, elle va « multiplier les arrestations dans les milieux islamistes, traitant les prévenus avec des méthodes plus que contestables. (…) Slimane Rahmouni, (…) fut ainsi torturé à l’électricité à l’hôtel de police de Lyon ». Puis Rahmouni a subi un traitement qui montre que la France sait souvent, en ces matières, être à l’avant-garde, puisqu’il préfigure certaines vidéos d’Abou Ghraïb : « Attaché avec une laisse, les mains menottées dans le dos, un sac plastique sur la tête, et traîné comme une bête de foire devant une quinzaine de policiers réunis pour un pot de service. »

    Plus tard, deux campeurs « suspects » interpellés après avoir laissé derrière eux la winchester ayant servi à tuer l’imam Sahraoui « vont être tenus éveillés pendant 96 heures, privés de boisson et torturés à l’électricité par des policiers » [1] masqués. Le 30 septembre, Khaled Kelkal, qui avait laissé des traces sur un engin explosif découvert fin août sur une voie TGV, est abattu par des gendarmes parachutistes devant les caméras de France 2, l’un des militaires criant «  finis-le, finis-le », ce qui ne manquera pas de susciter des interrogations indignes contre un corps au-dessus de tout soupçon : chacun sait, au moins depuis la glorieuse prise de la grotte d’Ouvéa, que la gendarmerie française n’achève pas l’ennemi blessé… En tout cas , deux nouveaux attentats ne vont pas tarder à démontrer que le gibier pris ou abattu n’était qu’une partie des exécutants.

    Le principal organisateur de la campagne d’attentats, un certain Ali Touchent, va lui, regagner sans encombre l’Algérie. Cet agent du DRS était en effet très vraisemblablement couvert par la DST, laquelle, au contraire de la police judiciaire, avait des relations privilégiée avec le service algérien. Ce qui ne veut pas dire qu’elle l’aurait protégé en connaissance de cause : le plus vraisemblable, c’est sans doute que ce service chargé d’assurer la sécurité du territoire a aidé le responsable d’une dizaine de meurtres à échapper à la justice simplement parce que lui, le service que, suivant les dires de ses dirigeants, le monde nous envie, s’était laissé abuser par son partenaire de jeu algérien – pour résumer, par pure incurie. (…)

    Le terrorisme comme diplomatie parallèle

    (…) Comme dit l’ancien juge antiterroriste Alain Marsaud [2] : «  Cela ne sert à rien de commettre des attentats si vous ne faites pas passer le message et si vous ne forcez pas la victime à céder. Cela s’obtient par la mise en place d’une diplomatie parallèle destinée à bien faire comprendre d’où vient la menace et comment on peut y mettre fin en contrepartie de certains avantages. »
    (…) en 1995, selon un conseiller de Charles Pasqua cité par Jean-Baptiste Rivoire [3] , « les attentats de Paris ont bien été une opération de guerre psychologique menée par le DRS ». Opération là-aussi couronnée de succès : après cette campagne de terreur, le gouvernement français va coller aux positions des généraux algériens dans la guerre contre l’islamisme, le FIS sera privé de sa base arrière et le processus de paix de Rome sera définitivement affaibli.
    (…)
    Telle est la caractéristique essentielle de la lutte contre le terrorisme de matrice moyen-orientale, qui, en Occident, a dominé la fin du vingtième siècle : cette lutte n’était qu’un épisode d’un différend politique international, et dans la résolution de ce différend, l’intervention policière et judiciaire n’a joué qu’un rôle mineur. La solution au problème international qui faisait mourir dans le métro ou sur les trottoirs de Paris n’était ni entre les mains des fins limiers des RG ou de la DST (et encore moins de leurs haut-parleurs médiatiques), ni dans celles des rigoureux magistrats du pôle ad hoc. Tout se passe comme si, en chacun de ses volets médiatique, policier, juridique et judiciaire , le dispositif antiterroriste mis en place durant les années 80 en France (plus tôt ou plus tard ailleurs) servait avant tout à dépolitiser le différend, à le maintenir dans une zone infra-politique, alors même que sa résolution ne pouvait être que politique.
     »

    -----------------------

    Si jamais des bombes devaient exploser dans le métro, le citoyen français aurait tout intérêt à se poser la question : « Sommes-nous prêts à mourir pour qu’Areva puisse continuer à exploiter des mines d’uranium au Niger et la question du pourcentage à rétrocéder éventuellement aux généraux kleptocrates algériens mérite-t-elle vraiment que nous risquions notre peau ? » Sans compter ce que beaucoup de monde a remarqué, à en croire les commentaires sur internet, à savoir qu’une bonne campagne de terreur offrirait enfin au gouvernement français une occasion de recréer autour de lui un consensus qui, ces derniers temps, lui manque singulièrement.

    Notes

    [1] Jean-Baptiste Rivoire, « Les services secrets algériens derrière les attentats du GIA en France en 1995 ? », in Au nom du 11 septembre, La Découverte, 2008.

    [2] J.-B. Rivoire, op. cit

    [3] Op cit.


    1 commentaire
  • Contre-pouvoirs ?

     

    Avec la notion de contre-pouvoirs d'aucuns auraient tendance à croire qu'il s'agit d'écarter l'impact révolutionnaire, le fait électoral, les grands mouvements sociaux, la grève, pour faire changer nos sociétés.

     En effet, si la révolution reste un élément de la lutte des peuples elle n'apporta souvent que des changements incomplets et surtout peu pérennisés (hormis quelques cas particuliers comme Cuba) ainsi que l'histoire passée le prouve. Cependant, les grands mouvements insurrectionnels apportent toujours quelques chambardements, c'est donc une alternative que l'on ne pourra jamais écarter. Mais les changements qui en résultent ne sont pas toujours inscrits dans la pierre pour n'avoir pas été marqué par un usage prolongé.

     Les élections, quant à elles, font parties d'un contexte politique déjà consacré et il est rare que cela crée un véritable bouleversement et apporte une grande modification idéologique. On l'a vu en 1981 en France, la Révolution des œillets au Portugal, la venue des socialistes en Espagne n'ont pas profondément modifié les fondements de nos sociétés puisqu'à chaque fois ce ne fut qu'un accompagnement un peu différent du capital.

     Certes, certains diront, oui mais, il y qu'en même le Venezuela et d'une façon un peu différente la Bolivie ! Peut-être, mais nous sommes qu'au début d'une expérimentation et l'on a encore pas suffisamment de recul pour chanter la victoire, et surtout pour dire qu'il y a vraiment rupture avec le capitalisme où alors d'une solution transitoire qui en fait ne se démarquerait pas véritablement sur le fond.

     Bref, dans la vieille Europe, dans un temps très court, il y a peu de chance que ce soit par le bulletin de vote que l'on renverse le capitalisme. Il semblerait d'ailleurs, qu'on va plus aller vers le bipartisme à l'américaine que vers d'autres alternatives, favorisé en cela par un second tour d'un régime présidentiel n'opposant que deux candidats. On verra alors, un parti Républicain de droite capitaliste et fascisant (UMP, FN) opposé un parti Démocrate de droite capitaliste à tendance centriste (PS, centre, anciens gaulistes de gauche)

     Les mouvements sociaux et la grève, comme leurs noms l'indiquent, restent cantonnés dans la revendication et sont probablement encore moins pérennes qu'une révolution. On se souvient de 68, si quelques évolutions sociétales dues à cette époque sont devenues incontestables, il n'en est pas de même des libertés, des acquits sociaux qui chaque jour régressent. Luttes souvent catégorielles et qui s'écartent de fait des revendications idéologiques comme c'est le cas actuellement avec la réforme des retraites où cet aspect est volontairement occulté.

     Alors, on évoque les contre-pouvoirs. En premier lieu, il est bon d'expliquer ce que l'on entend par cette expression car il ne s'agit de penser que l'on va crée un nouveau pouvoir remplaçant celui en place. Non, il s'agit de créer des formes sociétales se démarquant de la pensée unique. En schématisant on peut résumer ainsi : c'est aller contre le pouvoir en proposant d'autres alternatives. En complément cela permet de tisser une trame d'initiatives qui seront hors du système de manière à peu à peu inverser la forme du pouvoir établi.

     On pense tout de suite à la relocalisation qui va à l'encontre de la mondialisation. Cela permet, entre autre, de mettre en place une multitude de changements locaux. On imagine aussitôt à la création de petites unités de fabrication à tailles humaines, mais surtout autogérées, des coopératives ou formes similaires. C'est-à-dire que ce n'est plus le détendeur du capital qui est le propriétaire, mais celui qui fait fonctionner l'instrument de fabrication. Hors le fait de ne pas être dans le fonctionnement capitaliste, on sortira aussi de la notion de productivisme en cherchant à satisfaire localement les besoins d'usage. Ceci n'est qu'un exemple mais qui cependant peut être tout de suite mis en place puisque certains licenciés ont reçu une prime substantielle et ont le savoir-faire. Ce n'est qu'une question de volonté et aussi de sortir de l'individualisme volontairement exacerbé par le système ultralibérale. D'ailleurs, si l'on raisonne en fonction de la collectivité un pas en avant vient d'être franchi, c'est une forme de contre-pouvoir s'opposant à la pensée unique capitaliste.

     On peut mettre sur le même plan aussi à la désobéissance civile car si on y ajoute des contre-propositions que l'on va tenter de mettre en place c'est encore une autre façon de créer un contre-pouvoir. Les exemples ne manquent pas, comme la reprise en main de la gestion de l'eau et des déchets par la collectivité, la vente directe, banques coopératives et monnaies locales, mutualisations ponctuelles, services d'échanges libres hors marchandisation, etc., qui vont permettre de construire une masse d'initiatives. Masse d'initiatives pour la plupart pérennes, inscrites dans la durée, et qui lorsqu'elles seront suffisamment nombreuses feront basculer le système, ce que l'on appellera la masse critique.

     Certes, c'est une reconstruction à long terme de nos sociétés, mais qui a l'avantage de s'ancrer petit à petit au sein de la collectivité de façon active en créant de nouvelles structures, et par conséquence intellectuellement en décolonisant par l'exemple les esprits de la pensée unique.

     Reste aussi dans ces alternatives un point des plus importants, c'est que ce tissage des initiatives se faisant par la base il implique fortement la démocratie active, celle du terrain, la véritable démocratie avec un fonctionnement horizontal, évitant le piège de tous les centralismes démocratiques.

    Source ici


    votre commentaire
  • CIRCULAIRE ETHNIQUE ET CRIME DE BUREAU

    Hortefeux poursuit des militants de SOIF D'UTOPIES et de RESF 37 pour diffamation du corps préfectoral. Comment ce triste sire peut-il engager ces poursuites alors que lui même a été condamné, en première instance, pour propos racistes ? On verra si la cour d'appel confirme ce jugement. Par ailleurs, il a réussit à ce que l'Etat français risque d'être poursuivi pour discrimination par la commission européenne.

    La Ligue des Droits de l'Homme (LDH) et le Groupe d'Information et de Soutien aux Immigrés (GISTI) ont porté plainte contre Hortefeux. En effet, son chef de cabinet a signé la fameuse circulaire du 5 aout 2010, ordonnant aux préfets d'organiser la chasse aux Roms. Il est remarquable que le ministre, une fois le texte connu, s'est empressé d'en signer un autre le 13 septembre, annulant celui du 5 aout. Cela montre bien son caractère discriminatoire, voire son illégalité !
    Cette circulaire avait pour but de concrétiser les propos discriminants de Sarkozy, qui, rappelons le, a fait du slogan « je fais ce que je dis », une de ses marques de fabrique.

    Mais pourquoi poursuivre uniquement le ministre ? Les préfets ayant exécuté cette circulaire sont autant condamnables que leur manitou. Ils se retranchent derrière leur devoir d'obéissance. Est-ce acceptable ? Non et encore non ! Lorsqu'une décision rentre en contradiction avec des principes et des valeurs fondamentaux, on se doit de désobéir. L'exécuter, à quelques niveau que ce soit, conduit les personnes à devenir collaboratrices d'une politique qu'elles peuvent réprouver mais dont elles participent !

    Au delà du ministre, c'est bien l'ensemble des fonctionnaires ayant participé aux rafles des Roms, aux destructions de leurs camps et à leurs expulsions vers la Roumanie ou la Bulgarie qui est aussi responsable : préfets, fonctionnaires préfectoraux, policiers, gendarmes... Détruire la machine à expulser passe aussi par la condamnation du crime de bureau !

    Tours, le 22/09/2010
    SOIF D'UTOPIES
    06 31 56 17 56
    soifdutopies@yahoo.fr


    votre commentaire
  • Los logros de la revolución bolivariana
    Cuanto mas grandes son los logros de la revolución bolivariana, mas grande es el silencio de los escualidos.
    Esto es lo que realmente atormenta a la oligarquía venezolana y al neoliberalismo, no encajan la idea de que ellos han tenido décadas para gobernar y solo han aportado miseria y muerte. Lo que mas les duele es que ahora una nueva y madura revolución esta barriendo estadísticamente todas las tasas de la antigua miseria colonial para imponer tasas llenas de mejoras sociales y progresistas, enmarcadas en la revolucion bolivariana con Hugo Chavez a la cabeza, reclamando lo que es legitimo para los que siempre fueron olvidados.
    Todo esto gracias a la revolución bolivariana de Venezuela:
    No es poca cosa lo que hemos logrado:
    1. Elevación de la autoestima de los venezolanos
    2. Establecimiento de la soberanía del país
    3. Recuperación de la industria petrolera
    4. Recuperación de la OPEP como organización defensora de los precios del petróleo
    5. Colocación de Venezuela en el mundo
    6. Metro de Valencia listo
    7. Metro de Maracaibo, a inaugurarse sus 3 primeras estaciones
    8. Metro de Los Teques
    9. Trolebús de Mérida
    10. Transbar de Barquisimeto en construcción.
    11. Centrales hidroeléctricas de Caruachi, de Barinas termoeléctrica del Zulia
    12. Ampliación de la Petroquímica X Módulos de Barrio adentro, CDI, SRI, CAT
    13. Universidad del Deporte en Cojedes
    14. Ampliación de las relaciones de Venezuela con Asia, África y Europa
    15. Traída de vaquillonas de Argentina y Uruguay para mejorar nuestra ganadería
    16. Dotación de hospitales con incubadoras y otros equipos traídos de Argentina, Alemania, Uruguay y otros
    17. Creación de Conviasa
    18. Creación de CVG Telecom
    19. Rescate de tierras para la agricultura
    20. Entrega de tierras a campesinos
    21. Liberación del país del FMI
    22. Diversificació n de nuestro comercio con más países en el mundo, hoy en día le vendemos a Estados Unidos, Cuba, Jamaica, todo el caribe, Argentina, Uruguay, India, China, Lituania y muchos otros países a los cuales antes no le vendíamos, dependíamos del mercado estadounidense
    23. Diversificació n de la producción
    24. Desarrollo del SENIAT de manera que hoy dependemos menos del petróleo, la recaudación esta por encima del petróleo.
    25. Aumento de las reservas petroleras con la recuperación de La Faja del Orinoco
    26. Aumento de las reservas internacionales
    27. Ingreso a MERCOSUR
    28. Creación de la Universidad Bolivariana, está en todos los estados.
    29. Apertura de estudios de bachillerato, mediante la Misión Ribas para miles de personas
    30. Alfabetización de más de millón y medio de personas por lo cual la UNESCO nos declaró país libre de analfabetismo
    31. Disminución de la pobreza crítica de 80% 1998 a 30% 2007.
    32. Aumento del número de personas que hoy tienen agua potable y electricidad
    33. Atención a cientos de personas de calle mediante la Misión Negra Hipólita
    34. Atención a cientos de niños de la calle
    35. Cosecha record de arroz
    36. Rumbo a cosecha record en maíz
    37. Aumento del número de pensionados del Seguro Social
    38. Aumento del salario mínimo, siendo ahora el más alto de América
    39. Elevación de pensiones del Seguro Social al salario mínimo
    40. Atención a cientos de personas que quedaron sin vivienda
    41. Aumento de las pensiones de los viejitos.
    42. Solidaridad de nuestro país con pueblos hermanos que han recibido males de la naturaleza en Chile, Perú, Ecuador, Cuba, Jamaica, Trinidad, en consonancia con nuestra constitución y las lecciones de los héroes de la patria
    43. Construcción del Cardiológico Infantil donde a menos de 1 mes se habían realizado ya 60 operaciones y tiene capacidad para 4000 operaciones al año
    44. Desarrollo de la autopista Antonio José de Sucre
    45. Desarrollo de la autopista José Antonio Páez de Portuguesa a Barinas
    46. Autopista Acarigua-Barquisimeto ejecutada en 80%
    47. Tren de La Rinconada a Cúa
    48. En construcción tren de Maracay a Barquisimeto
    49. Viaducto Caracas-La Guaira
    50. Creación de Petrosur
    51. Creación de Petrocaribe
    52. Creación de Telesur
    53. Creación de Agencia Bolivariana de Noticias (ABN)
    54. Creación de Vive TV
    55. Recuperación de más de 10.000 planteles educativos
    56. Creación de 58.236 nuevas escuelas
    57.Se estableció nuevo régimen de concesiones petroleras, nueva relación con las empresas petroleras
    58. Eliminada la apertura petrolera y se sustituyó por una política justa para el país recuperando nuestro petróleo
    59. Establecimiento en todos los contratos petroleros, del gas y otros, que los tribunales facultades para dirimir controversias son los tribunales venezolanos, anteriormente se dirimía en tribunales del exterior
    60. Creación de fábricas como la de tractores, bicicletas y automóviles con nuestros socios iraníes
    61. Asociación con Brasil para construir refinería en Pernambuco donde se procesarán 200.000 barriles diarios de petróleo venezolano
    62. Creación del ALBA como alternativa al ALCA
    63. Papel importante en la elección del secretario general de la OEA
    64. Logro de precios más justos para nuestro petróleo
    65. Disminución de la inflación desde 30 a 9%
    66. Miles de personas han recuperado la vista en la Misión Milagro
    67. .Limpieza del río Guaire, actualmente en proceso
    68. Dragado del río Misoa en Zulia, para proteger a los habitantes de las crecidas del río
    69. Ampliación de las líneas que transportan electricidad a los hogares zulianos
    70. Independizació n de la Fuerza Armada Nacional de la influencia de la Escuela de Las Américas, escuela de torturadores
    71. Salida de la Misión Militar de Estados Unidos de Fuerte Tiuna
    72. Salida de técnicos estadounidenses que realizaban espionaje de los cuarteles de la FAN
    73. Diversificació n de mercado para abastecerse nuestra Fuerza Armada
    74. Creación del Banco del Tesoro
    75. Creación de INAMUJER
    76. Nuevo Puente Venezuela en el Zulia para conectar Zulia con Barinas
    77. Creación de un fondo financiero en dólares para apalancar las inversiones para el desarrollo China (4000) Venezuela (2000)
    78. Creación de fondo financiero en dólares Irán (1000), Venezuela (1000)
    79. Creación de planta de cemento venezolana
    80. Creación de planta de cemento venezolana Irán-Venezuela
    81. Buena venta de PDVSA de su Refinería Lyondell-Citgo en mil trescientos catorce millones de dólares su 41%, en la cual había perdido más de mil ochocientos, vendiendo salimos ganando
    82. Puesta en orbita del satélite Simón Bolívar conjuntamnte con China, para el desarrollo de la telemedicina, la teleeducación y la independencia de información.
    83. En los contratos de creación de fábricas figura una cláusula que establece la transmisión de tecnología a los venezolanos, es decir, que no quedaremos amarrados, sino que podremos hacer nuestras propias creaciones, aun cuando los contratos terminen
    84. Liberamos a PDVSA de la comisión de valores de Estados Unidos pagando la deuda correspondiente
    85. Disminución de la deuda pública de 47,5 puntos en 2003 a 25 puntos en 2006
    86. Inauguración de la Línea 4 del Metro de Caracas
    87. Extensión de la línea 3 Metro de Caracas desde Plaza Venezuela a la Rinconada
    88. Misión Barrio Adentro
    89. Creación de diversas paginas web que sirven de apoyo para algunos tramites legales y / o consulta " Solicitud de pasaporte ", Consulta de las cotizaciones del SSO y muchas otras
    90. Misión Identidad que permitió dar identidad a miles de ciudadanos que no disfrutaban de sus derechos ciudadanos por falta de cédula de identidad
    91. Modernización del Canal del Estado VTV
    92. Recuperación de nuestro pasado histórico
    93. La acción del gobierno ha logrado que pasemos de 14.5 millones de personas con el servicio de aguas servidas en 1998 a 21 millones en 2006
    94. Están en proceso de saneamiento los ríos Acarigua en Acarigua, Guanare en Guanare, Turbio, Tocuyo, Yaracuy, Motatán, Tuy, San Pedro, Guaire y varios otros en diversos estados del país como parte del plan nacional de saneamiento de ríos, lagos y lagunas
    95. En 1998 la inversión en ambiente era de 15 mil millones de bolívares, en 2006 es de 1 billón de bolívares
    96. En 1998 18,7 millones de personas, es decir, el 80% recibían agua potable en Venezuela, la revolución ha logrado que 25 millones de personas, es decir, el 93% reciban agua potable, se espera que para el 2010 todos los ciudadanos reciban agua potable
    97. Hemos disminuido la mortalidad infantil en 27% desde 1998
    98. Hace 8 años la recolección de aguas servidas era de 62%, ahora estamos en 80%
    99. Inauguración de la estación de aguas servidas de Ciudad Ojeda.
    100. Edición de más de 50 millones de libros de distribución gratuita para elevar el nivel cultural de nuestro pueblo
    101. Dotación de las bibliotecas públicas del país
    102. Creación del programa Simóncito para atender a los niños desde antes de nacer
    103. Recuperación de más de 10.000 planteles educativos
    104. Dotación de todos los preescolares rurales, indígenas y fronterizos
    105. Creación de 75.000 bibliotecas de aula 119. Creación de más de 6.000 escuelas bolivarianas
    106. Pago de todos los pasivos de los maestros y aumento sustancial de sueldo
    107. Pago de todas las deudas con profesores, médicos y jubilados
    108. Todos los liceos pasados a bolivarianos para mejorar la calidad de la educación media
    109. Jubilación a maestros de las escuelas católicas Fe y Alegría que en 50 años no habían recibido jubilación, ni siquiera aguinaldos
    110. Recuperación por PDVSA de más de 26.000 millones de dólares en la renegociación petrolera
    111. Creación de los Distritos Sociales de PDVSA para asistir a cientos de comunidades en el país
    112. Inauguración de Mega Aldea Universitaria en Valles del Tuy
    113. Plan penitenciario que contempla la construcción de ciudades penitenciarias a fin de resolver la problemática de las cárceles
    114. Disminución en 8,13% de la deuda de la República
    115. Creación y desarrollo de la Misión Ciencia
    116. Creación del CIGMA
    117. Extensión del período de lactancia materna que obliga a los empleadores a darle más semanas a las madres para dedicar a amamantar a su niño(a)
    118. Red Nacional de Radioterapia, equipada con equipos traídos de Argentina en intercambio por fulloil, la red está conformada por 19 centros
    119. Creación y desarrollo de Ruedas de Negocios con varios países que han traído inversión al país
    120. Unidad de Cobalto de Radioterapia y Medicina Nuclear en Barquisimeto
    121. Planta Láctea Cantón en Barinas
    122. Empresa cogestionaria Invepal
    123. Vía expresa Pampatar-Juan Griego-La Asunción en Nueva Esparta
    124. Remodelación y construcción de estadios para la Copa América 2007
    125. Plan nacional de gasificación, gas directo para todas las comunidades
    126. Viviendas para los damnificados de la tormenta Brett , del terremoto de Cariaco
    127. Plan nacional de turismo que responde a las características de nuestro país para mostrar las bondades de nuestra naturaleza al tiempo que la protegemos
    128. Creación de Redes de Innovación Productiva dentro de la Misión Ciencia para agrupar a nuestros creadores
    129. Creación de Ciudad Jesús Enrique Lozada en asociación con la Universidad del Zulia en el estado del mismo nombre
    130. Declaratoria de inamovilidad laboral, para impedir despidos
    131. Garantía de atención gratuita y suministro de medicamentos a enfer-mos de VIH
    132. Creación de Ciudad del Cine
    133. Proyecto Orinoco Magna Reserva, Bloque 7 149. Programa de Medicina Integral Comunitaria que graduará 10.000 médicos en esa área
    134. Salvación, rescate y mejoramiento del Instituto Venezolano de los Seguros Sociales
    135. Creación de un nuevo Servicio Nacional de Salud encabezado por Barrio Adentro 1
    136. Reinaguración, es decir, reacondicionamiento de importantes liceos en la capital, tales como: Luis Espelozín, Gran Colombia, República de Bolivia, Agustín Aveledo, Andrés Bello, algunos otros y escuelas técnicas
    137. Expulsión de las Nuevas Tribus que estaban conquistando para el Imperio a nuestros indígenas y robando secretos ancestrales
    138. Apertura del teatro Teresa Carreño, La Estancia y el Centro de Arte Rómulo Gallegos a toda la población con obras nacionales e internacionales, hoy en día el teatro se auto-financia y todo nuestro pueblo dispone de tarifas que le facilitan el acceso
    139. Red de Casas de Alimentación para personas en necesidad
    140. Programa de sustitución de ranchos por viviendas (SUVI)
    141. Nuevo viaducto Caracas-La Guaira, en el 2007
    142. En construcción la nueva autopista Caracas-La Guaira
    143. Recuperación del puerto de La Ceiba en el estado Trujillo, este puerto es importante para sacar el petróleo de Tomoporo y producción agrícola y ganadera de esa región
    144. Apoyo y desarrollo del deporte nacional que ha conducido a ganar más medallas por ciclo olímpico que en cualquier etapa de la 4ª República, pero más todavía, que conduce a la preparación física de nuestro pueblo
    145. Desarrollo de plan de independencia alimentaria que liberará al país de importar el 70% de los alimentos.
    146. Política definida de defensa del ciudadano con la promoción de una nueva cultura para los cuerpos policiales, para acabar con la impunidad, las protestas de la comunidad se dialogan, no se reprimen
    147. Recuperación del Patrimonio Cultural en todo el país
    148. Combate definido y contundente al narcotráfico y liberación de nuestro país del espionaje de la DEA
    149. Limpieza en la ONIDEX.
    150. Cedulación de toda la población.
    151. Acuerdos para la construcción de gasoducto suramericano
    152. Construcción de la interconexión de gas oriente-occidente (ICO)
    153. Acuerdo con Colombia para suministro mutuo de gas de acuerdo con las necesidades de ambos países
    154. Plan de desarrollo de diferentes ejes para ocupación del territorio nacional, ejes norte-llanero, por ejemplo
    155. Eliminación de cobro de matrículas en los colegios del estado
    156. Crecimiento del sector automotriz en 123.7% en 7 años
    157. Misión Madres del barrio para apoyar a 200.000 madres con dificultades económicas
    158. Misión árbol que contempla la siembra de 20 millones de árboles en 2006 y está en plena realización
    159. Tenemos permanente información semanal mediante Aló Presidente y otros
    160. Rescate de la identidad, la cultura y el arte del país
    161. Aprobación por la OEA de la Carta Social de las Américas propuesta por nuestro país
    162. Junto con Uruguay, Venezuela es el país donde más se aprecia la democracia, logro de Hugo Chávez pues antes de 1998, Venezuela figuraba casi de último
    163. Derrota, en la conferencia de Quito, de la proposición de Estados Unidos de convertir a las Fuerzas Armadas latinoamericanas en policías
    164. Recuperación del Instituto Autónomo Ferrocarriles del Estado (IAFE)
    165. Plan ferrocarrilero nacional, en ejecución
    166. Creación del Sistema de Democratizació n del Empleo (SISDEM) de PDVSA lo que impide la venta de puestos petroleros
    167. Se acabó la solidaridad automática, si un funcionario maltrata a un ciudadano, se le somete a la justicia, ejemplos los casos Kennedy y La paragua
    168. Por primera vez en la historia de Venezuela se respeta la división de poderes, cada poder practica su autonomía
    169. Venezuela ha diversificado sus proveedores en el mundo en todos los ámbitos
    170. Logro de una posición respetable para Venezuela en el concierto mundial de naciones
    171. Baja de las tasas de interés lo cual presionó el gobierno a los banqueros
    172. Plan ahorro de energía, cambiando luz amarilla por luz blanca
    173. Recuperación de la majestad presidencial, ayer cuando un presidente hablaba la gente apagaba el radio, hoy, hay millones de personas que sintonizan el discurso presidencial
    174. Subió la esperanza de vida al nacer a 73,18 años
    175. Más de 200 mil nuevos bachilleres graduados en la Misión Ribas
    176. Más de 800 nuevos técnicos superiores graduados en la Universidad Bolivariana de Venezuela
    177. Plan nacional de siembra de la caraota, para liberar a nuestro país de importar ese rubro
    178. Formación de entrenadores deportivos integrales mediante pro-grama de intercambio con Cuba
    179. Salida de los estados Sucre y Trujillo de la posición de más pobres a estados en desarrollo, gracias a la combinada acción de los gobiernos de esos estados con el gobierno nacional
    180. Creación de empresa mixta con China para fabricar computadoras, ya se han entregado 20.000 de esas computadoras fabricadas en China, antes de fin de 2006 se comenzarán a producir en Venezuela
    181. Autopista Charallave-Ocumare que será inaugurada en enero 2007
    182. Creación por CVG-Telecom de 26 centros pilotos para telefonía en sitios donde no existe
    183. Creación de fábrica de fibra óptica
    184. Trece trimestres seguidos de crecimiento de la economía
    185. Posicionamiento de nuestro país en varias organizaciones internacionales como la presidencia del grupo parlamentario latinoamericano y en el desplazamiento de los adecos cetevistas en la OIT, presidencia de la Organización Latinoamericana de Gobiernos Intermedios, presidencia del Parlatino
    186. Bajón del índice de desempleo a un dígito
    187. Éxitos de la misión Negra Hipólita : 13 medallas traen deportistas rescatados por Negra Hipólita
    188. Construcción de la primera Clínica Popular Indígena, está en Apure, además se construye una extensa red de diez ambulatorios para los indígenas
    189. Creación de la Zona Industrial de Palavecino, estado Lara
    190. Democratizació n de la información mediante la creación y desarrollo de cientos de medios alternativos
    191. Aprobación de la Ley de responsabilidad social en radio y televisión
    192. Recuperación del programa Gas Natural para Vehículos
    193. Atención permanente y prioritaria a damnificados, único gobierno que ha hecho eso en la historia de Venezuela
    194. Más de 3 millones de niños y niñas participaron en la selección de los atletas de los juegos deportivos escolares 2006, nunca esto había ocurrido
    195. Hoy la economía venezolana se sostiene no sólo sobre el petróleo, sino que también sobre el justo pago de impuestos por la acción de un SENIAT serio y organizado y de los intereses que aporta el Banco del Tesoro y operaciones de compra de bonos de países amigos con lo cual hemos ganado algún interés financiero
    196. Aumento del consumo de alimentos por los venezolanos y hasta se dan gustitos, según dijo CONSECOMERCIO, los sectores de la D y de la E
    197. En los Olivitos, estado Zulia, la población del ave flamencos del caribe, especie amenazada de extinción, aumentó a 6700, la mayor reproducción en los 20 años de existencia de ese centro de protección
    198. Solución al problema de cupo universitario con la extensión de la UNEFA, la creación de la Universidad Bolivariana de Venezuela, creación de más tecnológicos, aumento del cupo en la Universidad Simón Rodríguez y otros entes universitarios
    199. Creación de la primera escuela robinsoniana técnica petroquímica y agroambiental de Venezuela
    200. Creación de 255 escuelas técnicas donde estudian 203 mil alumnos, la meta es llegar a 500 escuelas técnicas para 500 mil alumnos


    201. El gobierno más demócrata que ha tenido Venezuela, con mayor libertad de expresión, sin persecución por ideas políticas
    202. Eliminación del Impuesto al Débito Bancario
    203. Creación del Banco de Desarrollo (BANDES)
    204. Creación de BANDES Uruguay
    205. Creación del Banco del Sur

    votre commentaire