• Les 8 décisions du sommet de l’ALBA pour Haïti

     

    25.01.10. Caracas. La réunion des chanceliers des pays membres de l’ALBA a abouti à huit décisions de coopération concrète avec le peuple haïtien, avec pour axe central la santé.

    L’efficacité de cette coopération reposera sur une action à court, moyen et long terme, supervisée par une commission nommée à cette fin.

    Le plan a pour premier point le secteur de la santé, divisé en trois phases fondamentales.

    a) l’urgence, pour soigner les traumatismos et les pathologies diectement produites par le tremblement de terre .

    b) l’épidémiologie, pour traiter les conséquences dérivées de l’insalubrité, avec des services de base.

    c) la réhabilitation.

    20 millions de dollars ont été engagés pour commencer ce travail.

    Second point : un appui financier à travers le Fond Humanitaire de l’ALBA pour Haití, doté par les États membres dans le but de rassembler des Fonds des organisations politiques apportés de manière volontaire. Cela se développera via les collectes d’entreprises comme Pétroles du Venezuela (Pdvsa) et de l’entreprise CITGO. Pour cela le président Chávez a suggéré une première dotation de 100 millions de dollars.

    Troisième point, la continuation de l’appui énergétique à travers Petrocaribe. Le président vénézuélien a souligné l’anulation de la dette de Haití envers Petrocaribe. Il a également anoncé la création d’un plan spécial pour l’approvisionement direct en combustible à travers les stations-service dans les endroits stratégiques.

    Elles seront orientées sous la forme d’aides gratuites pour les véhicules utilisés par les véhicules des centres assistentiels humanitaires, hôpitaux et personnel de soutien, ainsi que l’aide directe à la population pour la génération d’électricité.

    Quatrième point : des initaitaives agricoles seront développées pour la fourniture d’aliments et des plans de production seront réactivés tels qu’ils s’effectuaient auparavant dans le cadre de l’initiative ALBA-Aliments. Débutera une campagne de reforestation, pour laquelle seront construits de petites réserves d’eau, des citernes de captation, des puits artésiens avec des camions-perforeurs, des dons de semence et d’outils agricoles tels que des machettes seront effectués, ainsi que des microtracteurs, des pelles pour la construction, dans le but de construire une école de formation en agroécologie, initiative de la Brigade de la Vía Campesina du Brésil, présente en Haití.

    L’éducation constitue le cinquième point : il s’agit de former les jeunes haïtiens à des carrières techniques de cycle court. Un plan proritaire sera développé pour la réhabilitation et les fournitures scolaires, la formation de maîtres et la réception prioritaire d’enfants dont les parents migreraient vers des pays de l’ALBA dans des écoles de systèmes publics nationaux.

    Sixième point, le chef de l’État vénézuélien a souligné l’importance d’intensifier les plans de l’ALBA en décrétant l’amnistie migratoire aux fins de faciliter le mouvement dans les deux sens :

    a) Réception des familles dans les pays de l’ALBA.

    b) Création d’une brigade solidaire de coopération qui apportera une aide à travers les réseaux de haïtiens qui résident au Vennezuela, et qui compte environ 15000 personnes.

    Point sept, une étude détaillée sera faite avec des recommandations pour concentrer l’effort et refonder le développement humanitaire en Haití. A cette fin seront créés trois campements avec une capacité de loger jusqu’à 8 mille victimes à Port-au-Prince, Jacmel et Leogane, avec la logistique de l’entreprise pétrolière CITGO aux États-Unis (filiale de Pdvsa) pour acquérir les outils, les matériels spécialisés nécessaires à remettre en état les ports haïtiens. En ce sens CITGO a acheminé sur les lieux de la catastrophe 2 mille 500 transmetteurs de radio et des milliers de tentes de campagne.

    Le huitième point concerne la coopération en matière de sécurité, de transport et de logistique pour réunir les efforts et appuyer le peuple de manière efficace sur le plan humanitaire.

    Les représentants de l’ALBA ont souligné l’importance de ce que "les efforts pour reconstruire Haití devrront veiller à ce que le peuple et le gouvernement de ce pays en soient les principaux protagonistes. Ils ont insisté sur le principe de souveraineté et d’intégrité territoriale".

    Ils ont manifesté leur préoccupation au sujet de “la présence excessive de forces militaires étrangères en Haití, sans motifs qui le justifient et sans clarté sur leur autorité, leurs objectifs, leurs compételes et la durée de leur séjour”.

    Les pays de l’ALBA rappellent que “l’instance la plus indiquée est le G-192, constitué par l’Organisation des Nations Unies (ONU), afin de garantir que nul ne profite de la terrible situation que vit Haïti pour entamer une nouvelle occupation qui viole la souveraineté de ce pays et pour que nulle entrave ou restriction d’aucune sorte ne soient mises aux pays qui souhaitent coopérer”.

    (FIN/ Rodicely Cárdenas Barillas)

    Traduction : Thierry Deronne, pour www.larevolucionvive.org.ve/

     

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    25.01.2010. Las 8 decisiones de la cumbre del ALBA para Haití

    25.01.10, Caracas. Como resultado de la reunión sostenida por los cancilleres de los países miembros del ALBA, se establecieron ocho puntos de implementación para cooperar con el pueblo haitiano, resaltando el área de la salud como eje central y articulador de la cooperación solidaria de la alianza.

    Resaltó que para lograr una articulación a nivel superior de solidaridad, es importante activar un programa de desarrollo a corto, mediano y largo plazo, por una comisión designada.

    El plan destaca como primer punto el área de salud, estructurada en tres fases fundamentales, concentrado en:

    a) emergencia, para atender los traumatismos y patologías directamente derivadas del terremoto;

    b) epidemiología, para atender las consecuencias epidemiológicas derivadas de la insalubridad, con servicios básicos;

    c) rehabilitación.

    Fueron destinados inicialmente 20 millones de dólares para emprender esta labor.

    Como segundo punto fue creado un apoyo financiero mediante el Fondo Humanitario del ALBA para Haití, dotado por los estados miembros con el fin de recolectar fondos por organizaciones políticas que realizarán su aporte de forma voluntaria.

    Subrayó que se desarrollará con el resultado de colectas de empresas como Petróleos de Venezuela (Pdvsa) y la empresa Citgo, para ello el presidente Chávez sugirió que se destinen 100 millones de dólares para conformar este fondo.

    El tercer punto se basa en la continuación del apoyo energético a través de Petrocaribe. El Presidente venezolano destacó la condonación de la deuda de Haití con Petrocaribe. Adelantó además la creación de un plan especial para el suministro directo de combustible a través de estaciones de servicio móviles en puntos estratégicos.

    Se creará un plan especial para el suministro directo de combustible al pueblo a través de estaciones móviles de servicio ubicadas en puntos estratégicos. Estarán orientadas a las ayudas gratuitas en combustible para los vehículos utilizados en centros asistenciales humanitarios, hospitales y personal de apoyo, así como la asistencia directa a la población para la generación de electricidad.

    Como cuarto punto se desarrollarán iniciativas agrícolas para el suministro de comestibles y se reactivarán planes de producción que se venían ejecutando por la iniciativa ALBA-Alimentos.

    Se iniciará una campaña de reforestación, por lo que se construirán pequeños embalses de agua, cisternas para captación de agua, pozos artesanos con camiones perforadores, se donarán semillas para la siembra y herramientas agrícolas como machetes, microtractores, palas para la construcción de una escuela de formación en agroecología, que contará con la iniciativa de la Brigada de la Vía Campesina de Brasil, presente en Haití.

    La educación será el quinto punto de implementación y formará jóvenes haitianos en carreras técnicas cortas. Se desarrollará un plan prioritario de rehabilitación y dotación escolar, formación de maestros y la recepción prioritaria de niños cuyos padres migraran a países del ALBA en escuelas de los sistemas públicos nacionales.

    Sexto punto : el jefe de Estado venezolano resaltó la importancia de intensificar los planes del ALBA decretando la amnistía migratoria que facilite el desarrollo de movimientos en dos sentidos:

    a) recepción de familiares de los países del ALBA

    b) la creación de una brigada solidaria de cooperación que brindará atención a través de las redes de haitianos que residen en Venezuela, compuesta por aproximadamente 15 mil personas.

    Como punto siete, se realizará un estudio detallado y sus recomendaciones para concentrar el esfuerzo y refundación del desarrollo humanitario en Haití. Para ello se crearán tres campamentos con capacidad de albergar hasta 8 mil damnificados en Puerto Príncipe, Jacmel y Leogane, con la logística de la empresa petrolera Citgo en los EE. UU. (filial de Pdvsa) para la adquisición de insumos, materiales especializados necesarios, en vista del colapso de los puertos haitianos. En este sentido informó que Citgo trasladó al lugar de la catástrofe 2 mil 500 radios transmisores y miles de tiendas de campaña.

    En el octavo punto se cooperará con la seguridad, transporte y logística para sumar esfuerzos y apoyar a ese pueblo en la asistencia humanitaria de manera eficiente.

    Los representantes del ALBA subrayaron la importancia de que "los esfuerzos para reconstruir Haití deberán tener al pueblo y al gobierno de ese país como principales protagonistas. Hicieron énfasis en el respeto a los principios de soberanía e integridad territorial".

    A propósito, manifestaron preocupación por “la excesiva presencia de fuerzas militares extranjeras en Haití, sin motivos que lo justifiquen y sin precisión sobre su autoridad, propósitos, competencias y tiempo de permanencia”. Se recordó que “la instancia más indicada es el G-192, constituido por la Organización de Naciones Unidas (ONU), con el fin de garantizar que no se aprovechen de la terrible situación que vive el pueblo haitiano para emprender una nueva campaña de ocupación que violente la soberanía de Haití y permitir que todos los pueblos del mundo ejerzan su cooperación sin restricciones de ningún tipo”.

    (FIN/ Rodicely Cárdenas Barillas)


    votre commentaire
  • Sarkozy sur TF1 : 120 minutes de campagne régionale

    Lundi 25 janvier, le président français voulait sa libre antenne sur la première chaîne de télévision française. La rédaction de TF1 avait proposé aux communicants de l'Elysée une nouvelle forme d'intervention télévisuelle, un dispositif préparé à l'avance, sans surprise et tout en maîtrise, centrée sur des questions de proximité, à quelques semaines des élections régionales. L'animatrice du journal télévisée, Laurence Ferrari, avait expliqué la démarche à quelques lecteurs du Républicain Lorrain. L'émission qui suivit le journal télévisé avait un titre prémonitoire: «Paroles de Français».

    Samedi matin, les conseillers du président avaient écrit, sur la page Facebook de leur patron, un appel à questions : «Je m’exprimerai à la télévision lundi, pour répondre aux questions des Français et parler des grands enjeux de l’année 2010. N’hésitez pas à me faire part de vos interrogations, et des sujets qu’il vous paraît important que j’aborde. Merci pour votre soutien en cette année où nous allons travailler dur pour servir l’intérêt de la France

    Lundi soir, on attendait avec impatience que quelqu'un porte la contradiction à Nicolas Sarkozy.

    Le 14 janvier dernier, le Figaro n’hésitait pas à titrer son annonce : « Sur TF1 le 25 janvier, Sarkozy débattra avec les Français. » « Les » Français ? Non, « Des » Français, « triés sur le volet » comme l’expliquait le même Figaro deux semaines plus tard. Et en fait de débat, nous eûmes une scénographie soignée. La directrice de la rédaction, Ctahrine Neyl, avait justifié à l’avance la spontanéité de l’émission : « on ne vas pas leur demander leurs questions à l’avance pour organiser un conducteur détaillé. »

    Le président était soucieux, non pas d’éventuelles questions imprévues, mais de l’audience de l’émission, face à la concurrence d’un épisode inédit de la série FBI Portés Disparus sur France 2 et d’une rédiffusion de Star Wars sur M6. Les questions des panélistes français choisis par la chaîne n’étaient une surprise pour personne. TF1 les a choisis en fonction de reportages tournés et déjà diffusés par la chaîne ces derniers mois.

    Les deux principaux reproches faits à l’émission furent l'importance du créneau télévisuel, à une heure de forte écoute, livré au chef de l’Etat, et l’absence d’experts ou de journalistes pour porter la contradiction au Monarque élyséen. La recherche de « proximité » est aussi une manière d’éviter de prendre du recul. Ainsi, qui a pu débattre du déséquilibre des prélèvements fiscaux et sociaux (comme le faible poids des prélèvements sur les revenus financiers pour financer les retraites), ou l’effet désastreux de la défiscalisation des heures supplémentaires sur l’emploi depuis 2008 ? 

    Ce dernier exemple est révélateur. A titre individuel, un salarié à temps complet pourrait se satisfaire de pouvoir « travailler plus pour gagner plus ». A titre collectif, la perte fiscale, qui grève un peu plus les déficits publics, et la destruction d’emplois intérimaires et à temps partiel sont de vrais sujets de préoccupation que le gouvernement Sarkozy souhaite occulter.

    Mais le vrai sujet est ailleurs : cette intervention avait un objectif, immédiat et … électoral. Il ne s’agissait pas de défendre le bilan du président, ni de reprendre la main sur l’agenda politique du pays, ni même de recouvrer un semblant de proximité avec les Français. Nicolas Sarkozy tenait un meeting de campagne électorale, en vue du scrutin régional de mars prochain, par TF1 interposé et avec l’appui du journaliste-phare de la France des régions, Jean-Pierre Pernault. La manœuvre électorale est flagrante. Pernault incarne la proximité. La messe était dite avant d’être prononcée. Les questions portèrent sur des questions « de la vie quotidienne » : la santé, les délocalisations, le pouvoir d’achat, les retraites.

    Lundi soir, le journal télévisé de TF1 démarre, et Nicolas Sarkozy est là.

    Avec Laurence Ferrari


    Costume bleu nuit, cravate assortie, Nicolas Sarkozy s'affiche calme, emprnt de sérieux. 123 Kurdes sans-papiers en Corse, la polémique Henri Proglio, un débat identitaire, des retraites, Laurence Ferrari veut assurer son image de journaliste pugnace. Sur l'identité nationale, la journaliste insiste quand même : "ce débat n'intéresse pas les Français". "Mais bien sûr que cela intéresse les Français" répond Sarkozy. Sur les retraites, Sarkozy botte en touche : "Bon, je ne vais pas ouvrir le débat et, avant de l'ouvrir, le conclure". Il promet que les décisions seront prises d'ici la fin de l'année. Promesse: "Je garantis la pérennité du système par répartition. Je n'accepterai pas qu'on revienne sur le régime de répartition." "Les décisions qu'il faudra prendre, ce sont des décisions qui concerneront tout le monde" promet-il. On n'en doute pas. Sarkozy promet aussi l'allongement de la durée de cotisayo, mais aussi la prise en compte de la pénibilité du travail.

    Laurence Ferrari fait mentir les sceptiques en évoquant les 600 000 chômeurs en fins de droit qui seront sans aucune aide sociale à la fin de l'année. "La France n'a pas besoin d'assistanat" répond Sarkozy. "Les gens, ce qu'ils demandent, c'est de trouver un travail." A 5 millions de chômeurs, qui sera contre le constat ?

    Ferrari: "Vous les aiderez ? "
    Sarkozy : "Encore une fois, la solution  n'est pas dans la multiplication des aides de toutes sortes."

    Sur l'Afghanistan, le président menace : "si les talibans l'emportent, les Français doivent le savoir, le Pakistan tombera. Or le Pakistan a l'arme atomique." Sarkozy promet qu'il n'enverra aucun contigent purement militaire en Afghanistan.

    Sur les journalistes de France 3 otages des talibans, "On ne polémique pas sur des gens qui sont retenus en otage" dit il, se contredisant lui-même, qui a taclé l'inconséquence supposée des journalistes.

    Ferrari : "Allez-vous vous impliquez dans cette campagne ?"
    Sarkozy : "Ce n'est pas le role du président de la République."

    La journaliste demande alors si Sarkozy envisagerait un changement de premier ministre, à l'issue du scrutin régional. Sarkozy lève les yeux au ciel. "ça ne se passe pas à la télévision, même à TF1." Pensez-vous... "une si grande entente, une si grande confiance".  Sarkozy joue les effrontés. Il est quand même, rappelle-t-il, le "chef de l'Etat de la 5ème puissance au monde".

    Pour Clearstream, "que la justice fasse son travail."

    Sur ces mots, Laurence Ferrari passe la main, sans coupure publicitaire, à son collègue Jean-Pierre Pernault. "Une émission inédite" annonce-t-il, "où les Français qui sont autour de moi ont envie de dire les choses en face". Pouvoir d'achat, chomage, plan sociaux, éducation, violence, grippe A et les économies dans les hopitaux, les banlieues, Jean-Pierre Pernault déroule le menu des sujets. On est surpris. L'animateur du "journal des Régions" aurait-il viré de bord ?

    11 Français témoins sont donc serrés, par deux par table, dans un micro plateau, 6 femmes, 5 hommes. "C'est le moment ou jamais de se dire les choses en face, Paroles de Français, c'est maintenant."

    Sarko arrive, et s'installe. Pernaut lance sa première question: "est ce que, quand on est président, on peut encore etre près des réalités des Français ?" Sarkozy sourit. Il invoque ses moyens de rester proche des réalités, la presse, ses "deux déplacements par semaine en province". Derrière lui, on voit défiler des images de la voie express George Pompidou.

    On entame les témoignages, questions des "témoins", et ... longues réponses du président. La grogne fut tenace, Sarkozy répétitif, Pernault en retrait. Ce furent les trois seules vraies surprises de ce "débat"... électoral.

    Nathalie P., 26 ans, Bac+5, au chomage, Ville-Juif, témoin dans un reportage d'octobre dernier.


    Les études, ça sert à rien ? Nathalie, 26 ns, dénonce l'inédaquation entre le système universitaire et le marché de l'emploi. Sarkozy rate sa réponse, il n'avait pas entendu la spécialisation de la demoiselle. Il avance une explication : les jeunes et les seniors souffrent en premier, à chaque crise. Et la France, gérée depuis 8 ans par la droite, part de plus bas que ses voisins. Sarkozy promet des lendemains qui chantent: la reprise arrive. "on a fait un choix, celui du partage du travail et pas celui de la croissance".

    Nathalie l'interrompt. Mais Sarkozy reprend: "il faut retrouver de la croissance". Sarkozy réattaque les 35 heures. Pernault joue sa première carte : "Monsieur le Président... il y a le discours, ça ira mieux l'année prochaine"... Sarkozy le coupe. Manque de chance, l'étudiante vient d'une école de commerce. sarkozy déroule un argumentaire préparé pour défendre la cause des apprentis. La jeune femme est étudiante Bac+5 en marketing. "J'suis sûr qu'elle va s'en sortir." Dernier coup du Monarque : "Nous avons doublé les perspectives de croissance de l'année". Drôle, Sarkozy avance comme une performance sa propre réévaluation de ses propres prévisions de croissance. Drôle.

    Samir A., 35 ans, enseignant à Gagny 


    Samir est contractuel de l'Education Nationale. Cela fait 6 ans que son contrat de saison est renouvelé chaque année en juillet. Il ne comprend pas pourquoi on ne le titularise pas. Samir est un cas d'école, sur-mesure, il n'a pas fait de concours d'enseignant. Groooooosssse annonce : Nicolas Sarkozy reconnaît qu'il est prêt à titulariser "progressivement" tous les titulaires. Eric Woerth a dû avaler sa cravate. Comment tenir les 15 000 suppressions de postes chaque année si on titularise les contractuels ? Ce sujet expédié, voici Sarkozy qui plonge dans son sujet favori : sus aux concours ! La réduction des effectifs ? "Oui, je l'assume" "Si j'exonère l'Education Nationale, où est-ce que je les trouve, les économies ?" supplie Sarkozy. Et hop ! Une attaque contre les collectivités territoriales, de gauche...

    Jimmy B, chef d'entreprise, 43 ans, 3 enfants, Douai


    "En 2009, vous avez fait énormément pour les banques." "En ce qui concerne les PME, je reste sur ma faim." Sarkozy joue la compassion. "On a sauvé les banques" répond-il. Puis, il ment. "L'argent que nous avons prêté aux banques nous a rapporté 2 milliards d'euros". C'est faux. Sarkozy oublie les agios qu'il a dû payé sur l'argent qu'il a prêté. "C'est reparti, là". Il rappelle le Grand Emprunt, qui consacrera une partie de ses sommes à renforcer les fonds propres des PME françaises. Jimmy l'entrepreneur a une autre question: la taxe carbone est "un impôt de plus pour les entreprises de transports" qui sont déjà concurrencées par des entreprises d'Europe de l'Est...  Derrière Jean-Pierre Pernault, un écran affiche des statistiques affolantes, comme l'écart de salaires entre la France et la Bulgarie. "Nous allons nous battre pour qu'il y ait une taxe carbone aux frontières de l'Europe" explique Sarkozy. Belle promesse... depuis 2007.


    Sophie P., productrice de lait, 39 ans, 2 enfants, Tarn.


    "La plupart de mes collègues producteurs de lait n'ont pas pu se verser un salaire". Cette année, elle a emprunté son salaire. Sarkozy refait l'histoire: le système des quotas laitiers, installé en 1984, a explosé avec l'élargissement de l'Union Europe. Sarkozy annonce la solution : il faut revoir le partage de la valeur ajoutée. "Comprenez-moi !" semble crier le Monarque. Nicolas Sarkozy n'a pas d'autre idée que d'expliquer qu'il doit convaincre l'Europe de revoir ses critères de valorisation du prix du litre. Et il tacle la grande distribution. Rien d'autre ? Sarkozy est en campagne.

    Pierre L. ouvrier dans l'automobile, et syndicaliste CGT, 51 ans.


    "Les salariés partagent surtout les licenciements" Sarkozy interroge: "Vous êtes salarié de Renault, ou dans un sous-traitant ?" Pierre répond;: "il y a une part de responsabilité du gouvernement." Sarkozy répond, tactique : "je vais surprendre Pierre L., mais je suis d'accord sur certains points."
    Sarkozy : "convenez le plan que nous avons mené a sauvé l'industrie automobile français". Pierre l'ouvrier conteste : "non, jsuis pas d'accord, si ça avait servi l'emploi, ça se saurait."
    "La stratégie de Renault ces 10 dernières années, je ne l'accepte pas." Et le président d'affirmer qu'il est inacceptable que Renault utilise 2/3 de sous-traitants à l'étranger. Le voici qui tacle le précédent président de Renault, ... Sarkozy botte en touche quand on lui demande si la Clio IV sera fabriquée à "80% au moins" à Flins. L'échange se poursuit... pour quelques minutes.

    10 minutes par sujet, parfait. Sarkozy est sauf. Le syndicaliste Pierre n'est pas convaincu.

    "On peut pas me reprocher de ne pas suivre les dossiers". Le président a trouvé ses boucs-émissaires, Jospin et le précédent patron de Renault. Jean-Pierre Pernault, naïf, pose une question incongrue : où en est l'idée du partage en trois tiers ? Sarkozy évacue. La question des salaires mirobolants ? Pernault coupe Pierre l'ouvrier. Sarkozy a libre antenne: "ça ne me choque pas que Bill Gates gagne un gros salaire." Bill Gates serait-il patron d'une entreprise française ? "Quand Monsieur Bouton a fait un erreur à la tête de la Société Générale, j'ai demandé sa tête." Sarkozy dérape. Il n'a pas demandé la tête des patron des autres banques, après les cracks de l'automne 2008, non ?

    Martine M., 42 ans, infirmière aux urgences, Val d'Oise


    Martine témoigne: on est débordé. Sarkozy ne sait pas comment répondre. "On manque d'infirmières." Le voici qui explique qu'il a accordé le statut de catégorie A à toutes les nouvelles infirmières recrutées en échange d'un départ à la retraite prolongé à 60 ans (au lieu de 55 ans). L'infirmière - 20 ans de métier - est interloquée : "et la pénibilité ?" Sarkozy répond: "J'ai 55 ans dans deux jours". Martine ne comprend pas. Sarkozy conteste ensuite la baisse des moyens. Et l'hôpital doit rester un lieu de soins d'exception. Il continue. Pierre l'ouvrier automobile l'interrompt: "Et taxer les revenus financiers ? Vous y pensez ?" Le président recule, invoque la mondialisation et le niveau des prélèvements obligatoires...

    21 heures 39, Sarkozy défend ses réformes. l'émission tombe à plat. Il est ensablé dans la justification du bouclier fiscal. Il déborde déjà de 9 minutes.

    Rex K, 31 ans, 5 enfants, infographiste en banlieue


    Rex est satisfait des UTEQ. Ignorant, il ne sait pas que les UTEQ ne seront déployées qu'à un tiers, faute de moyens. "Où en est le plan banlieue de Mme Amara ?" Rex Kazadi s'est fait connaître, en 2007, en participant à un rapport sur les violences en banlieues. Rex est content de la sécurité dans les banlieues. Sans contradicteur, encouragé par ce banlieusard si clément, Sarkozy déroule son argumentaire sur ses réussites en matière de lutte contre l'insécurité, l'intégration scolaire et même le débat identitaire. Long monologue. Personne ne contredit. Rien sur la progression des violences aux personnes, continue depuis 2002.

    Bernadette T, 43 ans, employée dans la grande distribution, 2 enfants
    Bernadette incarne la petite classe moyenne, "oubliée des réformes". "La vérité, c'est qu'il y a eu un déclassement des classes moyennes". Sarkozy avoue. Il tente de trouver une réponse: "la seule façon de trouver des solutions pour des gens comme vous, c'est les heures supplémentaires"; Bernadette s'agace : "J'vous coupe, mon employeur il est contre les heures supplémentaires". Ah, mince... Sarkozy pédale... et répète: "il faut travailler plus pour gagner plus"... "Je ne vois pas pourquoi il ne le fait pas." Et paf ! En deux phrases, Bernadette plante Nicolas. Nicolas tente alors du côté du mari: "Et votre mari ?" Et non, le mari n'aura pas d'heures supplémentaires. Mince... Le slogan sarkozyen a pris un coup.

    Elodie L., auto-entrepreneur, 33 ans.


    "Le bilan n'est pas si mauvais que cela." Elle critique le manque d'encadrement et de soutien. "Avec des démarches plus simples tout de même ?" excuse Jean-Pierre Pernault. "On va améliorer le système, Elodie" rajoute Nicolas. Le président français exulte. Maintenant, grâce au statut, on ne prélève les cotisations qu'au premier revenu. Faudrait-il préciser que 4/5ème des auto-entrepreneurs n'ont déclaré aucun chiffre d'affaires en 2009.

    Marguerite G, 58 ans au chômage


    Comment vouloir faire travailler plus et plus longtemps alors qu'il n'y a plus d'emploi ? s'interroge Marguerite.  "Pour la première fois depuis 20 ans, le taux d'acitivi des plus de 55 ans a progressé." fanfarone Nicolas Sarkozy. Ah bon ? Il a atteint 39,2% contre 38% auparavant. Incroyable ! L'émission s'enlise. "Et les jeunes ?" demande sa voisine de gauche. Le syndicaliste s'interroge: "et le chômage ?" Sarkozy radote... à tort. Il n'a pas lu le dernier rapport sur la baisse généralisée du temps de travail chez nos voisins occidentaux...


    Jean-George B, artisan-mensuisier retraité, 65 ans


    410 euros de retraite mensuelle, plus 1000 euros tous les trimestres. Placé à la retraite à 63 ans, travaille toujours, l'artisan a perdu son patrimoine lors d'une faillite. Sarkozy, royal, annonce la prochaine loi, juste avant les élections : les artisans et commerçants ne pourront plus être saisis en cas de faillite sur autre chose que leur patrimoine professionnel. " Il y a une autre question: la valeur" Sur quelle valeur seront-ils protégés ?

    Pour conclure, Sarkozy rappelle qu'il veut résoudre le problème des retraites d'ici l'été ou "au plus tard" la fin de l'année, et, autre sujet, ... et la question de la dépendance. Un appel à l'électorat vieillissant de l'UMP ? Le Monarque bégaye une conclusion incompréhensible, où il répond qu'il ne pense pas à "cette question du second mandat"... Sans blague ?

    Bravo, Monsieur le Président. Rien sur les affaires d'éthique, la hausse de l'insécurité, les sondages occultes, la dette ou les déficits budgétaires, la dégradation de l'emploi - factuelle - depuis la mise en oeuvre de la défiscalisation des heures supplémentaires.

    Merci TF1.

    Il est 22H25, Sarkozy rend l'antenne avec 50 minutes de retard.

    Les élections régionales sont le 14 mars prochain.

    Merci à Juan source ici


    votre commentaire
  • Lettre à la Ministre de la Santé et des Sports, Roselyne Bachelot Narquin

    Guy FLUCHERE

    Madame la Ministre de la Santé et des Sports,

    Je viens de recevoir votre lettre me demandant de participer à l’immense partie de piquouze que vous organisez…

    Je constate qu’en ce qui concerne le gaspillage des deniers publics, vous tenez en ce moment le pompon. D’ailleurs vous semblez, avec vos collègues ministres actuellement aux affaires et avec notre Président monté sur ressorts, extrêmement doués en la matière…

    Ce virus, que vous nous présentez comme la pire des calamités, n’est ni plus ni moins dangereux que tous les autres virus passagers que l’humanité a fréquenté depuis des milliers d’années. Et, à ce jour, il a fait, sur les personnes dans lesquelles il est passé, bien moins de morts que la canicule de l’été 2003…

    Vous avez commandé et payé au prix fort 94 millions de doses d’un vaccin dont vous saviez très bien que quelques millions de doses auraient largement suffi à l’affaire… A cela s’ajoute, pour faire passer la pilule, si je peux m’exprimer ainsi, la pire des organisations pour faire ’filer’ sur le plus grand nombre les doses en surnombre volontairement commandées.

    Je passe sur les avatars des débuts, au moins c’était marrant. A force de ne savoir que casser tout ce qui marchait à peu près bien depuis des dizaines d’années, vous et vos semblables ne savez même pas organiser une petite piquouze sur quelques milliers d’autochtones sans foutre un Bordel digne de la défaite de 1870 ou de celle de 1940. Ce n’est pas la peine d’avoir des diplômés plein les tiroirs pour agencer un tel foutoir qui a fait se bidonner des millions de téléspectateurs tellement cela était égal aux anciennes péripéties clownesques des jeux télévisés…

    D’ailleurs, je suis un peu surpris, que devant une telle pagaille vous n’ayez pas accusé les socialistes en disant que c’était la faute des 35h ou peut-être même celle des gauchistes de Tarnac, vous êtes d’habitude si douée pour vous dédouaner de vos réelles responsabilités…

    Mais, maintenant c’est pire. Sur l’injonction de votre supérieur, dont on sait à longueur de journaux télévisés ce qu’il dit et dont on sait aussi que tout cela n’est que billevesées, qu’il fallait faire cesser ces pitreries de fin d’été, alors vous avez entrepris la pire désorganisation des services hospitaliers au point de rendre dangereux les actes médicaux normaux que doivent assurer les hôpitaux.

    Par vos réquisitions aux infirmières, médecins, hospitaliers, vous usez toutes ces personnes hautement qualifiées et les rendez, à force de fatigue, inaptes à un travail normal et régulier. Si, d’aventure, un accident venait à se produire, vous en porteriez l’entière responsabilité mais êtes-vous seulement capable d’en assumer une quelconque culpabilité ???

    Que dire des dépenses que tout cela occasionne, des doses payés au minimum 1€ de plus que ce qu’il faudrait, des milliers de réquisitions, des centaines d’heures de médecins, des millions de convocations payées au prix fort, un gaspillage de matériel médical qui donne des frémissements (aiguilles, blouses, seringues, gants, etc…), des salles détournées de leur normale utilisation, des milliers de couillons apeurés qui poireautent et perdent leur journée en faisant la queue devant vos centres de piquouses inappropriées. Mais, en plus de tout cela, comble du gaspillage, comme si les heures gratuites de médias aux ordres ne suffisaient pas, nous entendons des spots publicitaires sûrement chers payés puisque c’est à des heures de grande écoute qu’ils sont diffusés !!!

    Tout cela pour démontrer aux yeux des français comment dans ce gouvernement vous êtes des incapables pour faire autre chose que vous pavaner avec un joli maquillage et de belles paroles à la télé ou remplir le bas de laine surchargé de richissimes magnats avec qui vous vous êtes acoquinés…

    Savez-vous, Madame, que des millions de français, grâce à votre politique, ne travaillent pas ou pas assez ??? Savez-vous, Madame, qu’au moins un million de Français n’arrivent plus à se nourrir décemment ??? Savez-vous, Madame, que des milliers de retraités, de pensionnés, deviennent chaque jour plus indigents ???

    Savez-vous, Madame, qu’en ce moment c’est l’époque des frimas et que de nombreux sans-abri meurent de froid ??? En tant que ministre de la santé, mais je doute qu’au-delà du titre, vous en ayez la moindre capacité, avez-vous au moins une idée de toutes ces personnes qui ne peuvent plus normalement se soigner, ne changent plus de lunettes, ne fréquentent plus les dentistes ou les spécialistes dont ils auraient un urgent besoin pour, décemment, se porter ???

    Mais de tout cela, allégrement, vous vous en foutez !!! Vous préférez passer vos journées à démolir le système hospitalier, désorganiser les services de santé, bidouiller des non-remboursements de médicaments, casser la sécu pour faire basculer le plus possible de gens dans des assurances privées pour que vos copains puissent encore plus se remplir les poches en paupérisant toujours plus une grande majorité de Français…

    J’espère qu’un député va se lancer dans le calcul global de cette immense gabegie.

    Remarquez, finalement, cette opération vous honore, puisque c’est dans cette pratique là, le gaspillage, que vous êtes le plus à l’aise. Il faut dire que votre agité de modèle, le gaspilleur en chef qui loge à l’Élysée, n’a vraiment rien à foutre des deniers des Français…

    JPEG - 128.6 ko
    Dessin Boris, 2009

    Madame, mais cela n’engage que moi, je considère que la pire des pollutions c’est la surpopulation. En plus, mais que faire, nous ne sommes pas sur terre, si on peut dire, pour nous éterniser, nous ne faisons, d’accord ou pas, que passer. Alors, un peu plus tôt, un peu plus tard, il nous faudra bien aller voir ailleurs si dans le trépas les soins sont mieux organisés et, là j’en suis sûr, coutent bien moins cher à réaliser…

    D’accord, il peut paraître regrettable de s’en aller trop tôt, la mort d’un enfant, d’un adolescent est toujours une immense perte, un gâchis insupportable pour qui lui survit.

    Mais, dans le monde, toutes les quatre secondes une personne meurt de faim et/ou de soif, ce qui représente par jour 21 600 personnes qui décèdent de cette incapacité que nous avons à leur donner un minimum pour subsister. Or, au 11 décembre 2009, selon les sources de l’OMS, c’est moins de 10 000 personnes qui, de part le monde, sont décédés de ce virus que vous nous présentez comme l’Alien de l’année. Je vous laisse le soin de comparer ce qui est vraiment pour l’humanité, une calamité…

    Vous me dites, puisque personnellement vous m’écrivez, que votre devise c’est : Les gestes de chacun font la santé de tous !!!

    Alors, et tant pis pour votre morale à six sous, la mienne est : Plutôt crever que de me faire vacciner !!!

    Soyez sûre, Madame la Ministre de la Santé et des Sports, que je vais prendre le maximum d’énergie pour populariser cette lettre et dénoncer vos méfaits…

    Guy Fluchère SOURCE ICI
    le 22 décembre 2009

    à

    Madame la Ministre de la Santé et des Sports
    14, avenue Duquesne
    75700 PARIS


    votre commentaire
  • Ce soir, on sert la soupe sur la Première Chaîne de l’ORTF

    Même De Gaulle n’aurait certainement pas cru cela possible 40 ans après mai 68. Mais le pouvoir Sarkozien étant total, à défaut d’être totalitaire, sur les médias, ce soir TF1 offre sa tournée de soupe populaire au président le plus détesté de l’histoire de la République Française.

    Et on connaît déjà les présentateurs. Si Chirac et Mitterrand exigeaient le « haut-de-gamme », les élites du 20h des principales télévisions françaises, le petit Nicolas préfère jouer la facilité avec Laurence Ferrari, véritable Claire Chazal sans le botox, et le poujadisme à vomir d’un Jean-Pierre Pernaut.
    Aucune question piège. Rien. Il y aura bien un ou deux syndicalistes triés sur le volet, comme celui venant de Bretagne, dont on connait déjà le sujet, l’automobile. Quelle surprise!
    Inutile de dire que les conseillers de la parodie de président ont déjà mitonner les anecdotes ou poncifs ad-hoc pour répondre à l’ultra-gauchiste désigné, certainement pas peu fier de monter la parole du Tiers Etat aux oreilles du Monarque. L’Elysée, elle, aura eu son faire-valoir pour crédibiliser un peu ce débat gagné d’avance.

    Quant aux sujets abordés, ils seront servis pour faire plaisir aux disciples du National Sarkozisme: sécurité, sécurité, sécurité et… identité nationale avec son lot de croutons burqa, immigrations clandestines, tout pour faire oublier les vrais sujets Logement, Education, Chômage et les promesses tenues du Roy.
    Il faudra évidemment marteler à la ménagère de moins de 60 ans, les rares succès du Roy: la crise en Géorgie, la guerre en Afghanistan, le sauvetage des enfants Haïtiens, celui des infirmières bulgares et pourquoi pas… le mur de Berlin, la découverte du vaccin contre la grippe A, l’humanité qui a marché sur la Lune etc…

    Trêves de plaisanteries. S’il est facile de critiquer TF1, poussé par ses liens Bouyguesques vers le destructeur du modèle social français, attardons-nous quelques instants sur d’autres serveurs de soupes potentiels.
    La distribution de soupe populaire permet d’aborder aussi le problème délicat des financements par l’Etat des autres médias, une distribution « papier » et maintenant « numérique ».

    TF1 sert la soupe à Sarkozy

    Comment cracher dans la soupe – c’est le cas de le dire – quand on est financé par celui que l’on brocarde quotidiennement? Un problème de conscience donc qui s’est récemment posé aux médias indépendants d’internet, ces « purs players ». Problème que la presse traditionnelle a depuis belle lurette décidé d’oublier…ce qui explique une qualité médiocre et des tirages qui le sont tout autant!
    Comment comprendre ainsi que certains rivaux au pouvoir, qui s’insurgent légitimement contre les dérives, comme les excellents Mediapart ou Rue89, puissent accepter sans broncher des subventions du National Sarkozisme?
    Quoiqu’en dise le clownesque Pierre Haski, « Rue89 a reçu un financement, qui doit encore être confirmé fin janvier, de 249 000 euros pour le développement d’une nouvelle plate-forme technique, soit 60% du montant total de la dépense, la différence, 165 000 euros, devant être financée par le site lui-même. Il ne s’agit en aucun cas de subventions de fonctionnement. », un financement nauséabond reste un financement nauséabond.
    A contrario de l’adage, l’argent a une odeur et celui-là, sent le souffre. Edwy Plenel se contentait d’invoquer la transparence. Cela ne suffira certainement pas et rend de ce fait, non crédible, toute critique des journalistes couchés comme ceux du Figaro dirigés par l’ignoble Mougeotte.

    Le 1er octobre dernier, 419 millions d’euros ont été promis aux éditeurs de la presse nationale par un Frédéric Mitterrand tout souriant. Avec le même sourire cynique, il a demandé un « retour sur investissement » pour compenser un effort aussi étrange qu’énorme: 51% de hausse!
    Le concernant, on peut tout a fait imaginer que la presse ne fouille pas trop dans ses affaires privées thaïlandaises. Par contre, si elle venait à mettre le doigt sur certains photos des ennemis politiques du Roy, un certain responsable du FMI, alors les subventions pourraient se voir simplement…confirmées.
    Consciemment ou inconsciemment, toucher de l’argent dont l’origine ou les raisons ne sont pas louables, relève clairement d’un problème grave d’éthique.
    Pas de demi-mesures, pas d’excuses pitoyables, pas d’amalgames messieurs les professionnels du Journalisme, vous qui tous les jours dénoncez ces mêmes amalgames réalisés par nos « meilleurs ennemis » que sont les chantres du National Sarkozisme, restez irréprochables et donc inattaquables.
    Si en plus, on peut limiter les déficits publics en laissant faire la sélection naturelle: votre magazine, votre journal a un public? Alors il est capable de s’autofinancer. Sinon qu’il meurt! Ni plus, ni moins.
    Certaines revues papiers comme celle de l’UFC Que choisir, sans publicité pour éviter les influences des lobbies, fonctionnent sur ce modèle et fonctionnent très bien!

    Concernant France Télévisions, quand on apprend les courbettes d’Arlette Chabot et de Patrick de Carolis pour conserver leur poste, alors que, officiellement, ils sont soi-disant « indépendants » et même plutôt chiraquien pour le second, cela laisse pantois. Que dire des débats volontairement mal organisés, aux rencontres forcément sulfureuses entre Le Pen et Besson? Que dire des sujets abordés 100% raccord avec le plan com’ de l’Elysée ou de Matignon?
    Leur poste mérite-il le sacrifice de leur métier et de son éthique? Car De Carolis semble étrangement avoir été plus prompt à réagir aux attaques légitimes du maladroit et naïf Vincent Peillon plutôt qu’aux propos infâmes d’un Claude Guéant revêche à l’égard de la profession, les journalistes otages pris en otages par les talibans.
    TF1 ou France Télévisions…quelle différence? La première chaine de l’ORTS, l’office de RadioTélévision Sarkozien est directement macquée avec Martin Bouygues, tandis que France Télévision voit sa régie publicitaire vendue en petit bout à l’ami de Nicolas Sarkozy en personne, Stéphane Courbit
    Étrangement cette anecdote a été « oubliée » par le journal l’Express.fr dans son dernier article relatant les propos de Peillon, les journalistes ayant préféré s’attarder sur sa maladresse et son bide, tout deux vérifiés et vérifiables. Dommage que les pseudo-professionnels aient oublié le fond – l’empire Sarkozien des médias – au profit de la forme. A en donner raison à celui-là même qu’ils critiquent.

    Alors, mesdames et messieurs les professionnels du journalisme, gardez votre égo, gardez votre indépendance, allez chercher votre financement directement dans le porte-monnaie de votre lectorat et non en passant par la case « impôt ». Paroles d’un amateur, 100% indépendant et 100% libre!

    SOURCE CPOLITIC


    votre commentaire
  • La Bolivie est un pays très riche en ressources naturelles qui aurait pu atteindre un très bon niveau de développement. Pourtant c'est un des pays les plus pauvres d'Amérique latine et qui manque terriblement d'infrastructures. Un pays où la majorité indienne est encore victime du racisme primaire de l'oligarchie. Que c'est-il passé et quelles sont les nouvelles perspectives qui sont en train de s'ouvrir?


    Bolivia es un pais muy rico en recursos naturales y hubiera podido alcalzar un buen nivel de desarollo. Sin embargo es uno de los paises mas pobres de America latina y le falta muchas infrastructuras. Un pais donde la mayoría indigena sigue siendo victima de un racismo primario de parte de la oligarquia. Que paso y cuales son las nuevas perspectivas que se estan abriendo?


    Réalisation: Anne Delstanche
    37 minutes.
    2009

     Visiteur AnneLa version du film qui se trouve sur votre site est une ancienne version, vous trouverez la nouvelle à ces adresses:

    Partie 1:
    http://www.youtube.com/watch?v=IT0wh1sO8sE&playnext=1&videos=2oBszXOk0WA&feature=mfu_in_order

    partie 2:
    http://www.youtube.com/watch?v=4vjqNDhTGoI&playnext=1&videos=xyX2YGl66xA&feature=mfu_in_order

    partie 3
    http://www.youtube.com/watch?v=-k2bwigTdA0&playnext=1&videos=AiCXkthmvlc&feature=mfu_in_order

    partie4:
    http://www.youtube.com/watch?v=Qgm-E9CSgP4&playnext=1&videos=AEwHru8mSck&feature=mfu_in_order


    ou en entier sur vimeo:
    http://vimeo.com/14781171

    Cordialement
    Anne


    5 commentaires