• carte-palestine.jpg Je lisais un article du Monde ce matin. On y parlait de Gaza et de l’abandon des palestiniens de ce bout de territoire. Tout semble fait comme si on voulait que Gaza soit rayée de la carte et des esprits.. C'est l'objet d'un appel solennel de vingt ONG, aujourd'hui.


    Et puis les réactions de pas mal de lecteurs. Une ignorance qui confère à l’aveuglement.

     

     

     

     

     

    L'argent reçu des grandes nations par le Hamas au lieu de servir à la construction est utilisé par le Hamas pour se doter d'un armement lourd et puissant. Ils le revendiquent eux-mêmes. Ils se désintéressent complètement de la construction mais n'ont qu'un but et ils le disent la destruction d'Israel.

     

     

    Pour eux, ce n’est que justice à cause du Hamas qui a décidé de détruire Israël. Donc, il est normal que les palestiniens payent parce que leurs dirigeants sont en guerre, en résistance.

     

     

     

     

     

    Vous posez-vous de questions concernant la situation des enfants de Sderot ? Traumatisés pour le restant de leur vie ? Non jamais, vous agissez sans rien connaître de la réalité du dossier. L'important pour vous comme tant d'autres est de fustiger Israël.

     

     

    Pour eux, l’intransigeance d’Israël s’explique parce que les roquettes ont causé beaucoup de traumatisme dans la population israélienne. Mais se rendent-ils compte que 60 ans de guerre et d’occupation ont fait des dégâts irréparables dans les têtes des palestiniens ?

     

     

     

     

     

    Le Gaza du Hamas va très bien. Il a désormais des missiles antitanks 9M113 Konkurs qui percent tous les blindages à 4 km, il a plusieurs centaines de fusées de plus de 40 km de portée, plusieurs dizaines pouvant toucher Tel Aviv et l'aéroport Ben Gourion. Il a des "ingénieurs" qui assemblent ces armes de haute technologie. Il a creusé plusieurs dizaines de km de tunnels, dont des tunnels offensifs débouchant directement en Israël.

     

     

    Les arguments sont habiles. On fait comme s’il s’agissait d’une guerre entre deux états souverains. Mais ce n’est pas le cas.

    On fait comme si le Hamas était pourvu d’armes de destruction massive alors que c’est Israël qui possède avions, navires, lance-missile et même la bombe nucléaire.

     

    La vérité est qu’Israël poursuit sa guerre d’usure avec pour objectif : dégoûter de la vie les palestiniens, les pousser à partir ou à se soumettre et vivre dans un système de réserve indienne, de bantoustan. Les occidentaux sont les complices souvent actifs de cette politique. A moins que Tel-Aviv n’oblige les arabes de sa population à se convertir au judaïsme,  ils savent au fond d’eux qu’Israël est déjà condamné à disparaître.

     

    Personne ne peut pas avancer s’il existe des fossés et des murs, y compris ceux qui les ont réalisés.

     

    Source Ici


    votre commentaire
  • Rapport n° 49 sur les violations israéliennes des droits humains

      <script type="text/javascript">// <![CDATA[ vis['1'] = 'hide'; document.write('


    Les forces d’occupation israéliennes (FOI) ont continué leurs agressions systématiques contre les civils palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO) et l’isolement total de la bande de Gaza.

    Lors de la dernière semaine, du 10 au 15 décembre 2009 :

    • un Palestinien a été tué par les FOI dans la bande de Gaza ;
    • 3 Palestiniens ont été blessés par les FOI en Cisjordanie ;
    • les FOI on conduit 16 incursions dans les communautés palestiniennes en Cisjordanie et une dans la bande de Gaza :
      • elles y ont arrêté 17 Palestiniens, dont 3 mineurs, en Cisjordanie et 2 mineurs dans la bande de Gaza ;
      • elles ont arrêté également une femme âgée palestinienne afin de faire pression sur ses 5 fils détenus dans les geôles israéliennes ;
      • les FOI postées aux check-points en Cisjordanie ont aussi arrêté 9 Palestiniens, dont 4 mineurs, et un professeur d’université ;
    • les navires israéliens poursuivent leurs agressions contre les pêcheurs palestiniens dans la bande de Gaza :
      • les FOI ont gardé prisonniers 5 pêcheurs palestiniens pendant plusieurs heures ;
    • elles ont maintenu un siège total sur les TPO et l’isolement complet de la bande de Gaza du monde extérieur ;
    • elles ont poursuivi les mesures visant à créer une majorité juive dans Jérusalem :
      • elles on procédé à des fouilles au sud de la mosquée Al-Aqsa ;
    • elles ont poursuivi la colonisation de la Cisjordanie et les colons israéliens leurs agressions contre les Palestiniens et leurs biens :
      • des colons ont incendié une mosquée, à Yasouf, un village près de Salfit ;
      • ils ont attaqué deux enfants palestiniens, un à Salfit et un autre à Hébron.


    (JPG)
    Des Palestiniens font un état des lieux après l’incendie provoqué par des colons juifs
    dans la mosquée de Yasouf village près de Salfit.

     

    Violations israéliennes recensées durant la semaine du 10 au 15 décembre 2009

    1 - Incursions dans les zones palestiniennes et agressions contre les Palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

    Jeudi 10 décembre

    Incursion dans la région de Naplouse : vers 1hdu matin, les FOI ont pénétré dans le camp de réfugiés de Balata, à l’est de Naplouse. Elles ont patrouillé dans les rues et se sont retirées peu après.

    Vers 6h, incursion dans le village de Kherbat Tana, au sud-est de Naplouse. Fouilles de nombreuses maisons et confiscation de 4 tracteurs, prétextant que la zone était une zone militaire et qu’aucun Palestinien n’était autorisé à y être présent.

    Région de Ramallah : incursion dans le quartier d’al-Teera à Ramallah, où l’armée fouille une maison appartenant à ‘Abdullah Mohammed Abu Rahma, 39 ans, coordinateur du comité public contre le mur et la colonisation, du village de Bil’in, et l’ont arrêté. Cela porte le nombre des Palestiniens de Bil’in arrêtés par les FOI depuis juin 2009 à 34.

    Bande de Gaza : 11h30, les Forces d’occupation israéliennes (FOI) pénètrent dans la rue al-Sikka au nord de la ville de Beit Hanoun. Elles arrêtent Mohammed Hatem al-Kafarna, 16 ans et Mahmoud Jameel al-Yazji, 16 ans, alors qu’ils récupèrent des parpaings et de la ferraille sur des immeubles détruits. Ils sont à environ 500 mètres de la frontière. Les FOI les rudoient violemment et les soumettent à un interrogatoire. Ils seront relâchés à 21h30.

    Samedi, 12 décembre

    Région de Jénine : vers 2h du matin, incursion dans le camp de réfugiés de Jénine ; les troupes patrouillent dans les rues, lançant des grenades assourdissantes. Elles se retirent quelques heures plus tard.

    Bande de Gaza : - 06h30, depuis la frontière à hauteur du camp de réfugiés d’al Bureij au centre de la bande de Gaza les FOI tirent sur des maisons situées à 700 mètres de là. Sami Shihda Abu Khousa, 48 ans, est sérieusement blessé par plusieurs balles dans les cuisses. Il est transporté à l’hôpital mais malgré tous les efforts déployés il décède quelques heures plus tard.

    Son cousin, Maher Hassan Abu Khousa, 36 ans, témoigne auprès du PCHR :

    «  Il était 06h20 samedi. J’étais à la maison, qui est située à quelque 700 mètres de la frontière à l’est du camp de réfugiés d’alBureij. Soudain j’ai entendu des explosions et peu de temps après les FOI ont ouvert le feu sur nos maisons. J’avais appris que des résistants avaient tiré quelques projectiles à la frontière et que les FOI ripostaient par des tirs. Je suis donc monté sur la terrasse pour voir ce qui se passait et j’ai entendu crier : « Porte-moi secours Maher ». Je regarde dans la direction d’où provient la voix et je vois mon cousin Sami Shihda ’Abdullah Abu Khousa, 48 ans, à terre sous une bâche entre sa maison et la mienne. Je me doute qu’il est blessé et me précipite pour prévenir mes frères. Je prends ma voiture. Avec le fils de mon cousin, nous y chargeons son père qui saignait des cuisses, et direction l’hôpital des Martyrs d’Al Aqsa à Deir Al Balah. Le corps médical considérant son état préoccupant l’a transféré à l’hôpital Shifa à Gaza. 2 heures plus tard nous étions informés qu’il avait succombé à ses blessures ».

    Dimanche, 13 décembre

    Hébron : vers 2h, les FOI se sont avancées dans le quartier de Namera, à Hébron, pour fouiller une maison appartenant à Eyad Akram Haddad, 23 ans, et l’ont arrêté.

    Naplouse : vers 3h30, l’armée pénètre dans Naplouse, s’introduit dans un certain nombre de maisons, les fouille, arrête Rab’a Fayez Sa’id, 67 ans, mère de 5 Palestiniens détenus dans les geôles israéliennes. Elle fut libérée le lendemain.

    Jénine : vers 16h, incursion dans le village de Zaher al-‘Abed, au sud de Jénine, où l’armée fouille des zones à proximité du mur d’annexion, avant de se retirer.

    Jérusalem : vers 21h15, deux policiers israéliens postés près de la mosquée Al-Aqsa, dans la vieille ville de Jérusalem-Est, ont violé le caractère saint du site et y ont pénétré avec leurs chaussures aux pieds. Quand un garde, Samer Siam, a essayé de les en empêcher, ils l’ont insulté et tabassé. Le garde souffre de contusions sur tout le corps.

    Lundi 14 décembre

    Bethléhem : incursion des FOI dans la ville, pénétrant dans une maison appartenant à la famille de Mike Nicola Qanawati, 36 ans, qui est arrêté.

    Naplouse : vers 1h20, les FOI s’introduisent dans le village de Beita, au sud de Naplouse. Elles fouillent une maison, de la famille de Jihad Hilal Bani Shamsa, 37 ans, lequel n’était pas chez lui. Elles ont ordonné à la famille de lui dire de se livrer.

    Tubas : l’armée a pénétré dans la ville pour fouiller une maison, celle de la famille de Mohammed Radwan Daraghma, 27 ans, et l’ont arrêté.

    Mardi 15 décembre

    Bethléhem : l’armée a pénétré dans le village d’al-‘Obaidiya, à l’est de Bethléhem. Elle fouille un certain nombre de maisons et arrête 2 jeunes Palestiniens : Tha’er Mohammed al-‘Eissawi, 24 ans, et Ahmed ‘Ali ‘Asaswa, 23 ans.

    Qalqilya : incursion vers 1h du matin dans le village de Jayyous, au nord-est de la ville, pour fouiller différentes maisons, l’armée arrête 9 Palestiniens, dont 3 mineurs : Maher ‘Aaref Jasser, 25 ans, Saif ‘Abdul Qader, 13 ans, Qais ‘Abdul Qader, 19 ans, Laith ‘Abdul Qader, 20 ans, Mohammed ‘Ali Noufal, 12 ans, Ahmed Yousef Qaddoumi, 21 ans, Yazan Mahmoud Qaddoumi, 18 ans, ‘Abdul Rahman Khatib Mahmoud, 35 ans, et Faraj ‘Abdul Mon’em Hussein, 16 ans.

    Jénine : incursion, vers 1h30, dans Rummana, à l’ouest de Jénine, où l’armée patrouille dans les rues en ouvrant le feu, elle se retire quelques temps après ; au même moment, incursion dans al-‘Araqa, même opération ; idem à ‘Arraba.

    Bande de Gaza : 14h30, les vedettes garde-côte font feu sur un bateau de pêche. Elles l’encerclent, et plusieurs autres bateaux avec lui. Mohammed Sa’id Abu Riala, 23 ans, ’Aatef Sa’id Abu Riala, 23 ans, Mahmoud Sa’id Abu Riala, 18 ans, Fakher ’Emad Abu Riala, 23 ans, et Ramadan al-’Aklouk, 22 ans sont sommés de se jeter à l’eau. Les FOI les repêchent et les arrêtent. Leur bateau est endommagé. Ils sont conduits au port de Ashdod où ils subissent un interrogatoire. Ils sont relâchés le lendemain à 00h30

     

    (JPG)
    Gaza, 14 décembre : Hamas célèbre son 22è anniversaire depuis sa création.
    (Reuters)


    2 - Maintien du siège sur les TPO

    Le siège a été maintenu cette semaine encore sur les Territoires palestiniens occupés, ainsi que les restrictions imposées aux Palestiniens sur leurs déplacements, dans leur pays, dans la bande de Gaza occupées, en Cisjordanie y compris Jérusalem-Est.


    Bande de Gaza

    Mouvements des personnes et des biens aux postes frontière Rafah International

    Date  : Détails
    9 décembre  : 3 Palestiniens sortent ;
    1 044 autres dont de nombreux pèlerins rentrent.
    10 décembre  : 91 étudiants et patients sortent ;
    615 palestiniens dont de nombreux pèlerins rentrent.
    11 décembre  : 3 Palestiniens rentrent.
    12 décembre  : 1 Palestinien et le corps d’un patient décédé rentrent.
    13 décembre  : 3 Palestiniens sortent ;
    26 autres et le corps d’un patient décédé rentrent.
    14 décembre  : 4 personnes dont 3 docteurs français sortent ;
    14 Palestiniens rentrent.

    Karm Abu Salem (Kerem Shalom)

    Date  : Détails
    9 décembre  : 112 containers de denrées alimentaires en provenance
    d’organisations humanitaires internationales et des denrées
    pour le commerce local rentrent.
    10 décembre  : 110 containers
    11 décembre  : 43 250 tonnes de gaz domestique
    12 décembre  : fermé
    13 décembre  : 120 containers
    14 décembre  : 84 containers

    Nahal Ouz Crossing

    Ouvert le 15 décembre pour laisser entrer une quantité limitée de gaz domestique et de fioul industriel.

    Al-Mentar (Karni)

    Ouvert le 9 décembre pour laisser entrer 1 200 tonnes de céréales et 1 760 tonnes d’aliments pour bétail et le 14 pour 2 240 tonnes de céréales et 1 840 tonnes de fourrage.

    Beit Hanoun (Erez)

    Date  :
     :
    Patients  :
     :
    Accompagn.  :
     :
    Arabes
    d’Israël
     :
     :
    Ambassad.  :
     :
    Presse
    internat.
     :
     :
    Internat.  :
     :
    Gazaouis  :
     :
    Commerçants
    9 décembre  : 25  : 25  : 5  : 6  : 8  : 16  : 1  : 6
    10 décembre  : 25  : 24  : 20  : 29  : 5  : 59  : 6  : 0
    11 décembre  : 8  : 8  : 13  : 0  : 4  : 21  : 0  : 0
    12 décembre  : 0  : 0  : 0  : 0  : 0  : 0  : 0  : 0
    13 décembre  : 36  : 31  : 38  : 0  : 7  : 27  : 4  : 0
    14 décembre  : 30  : 33  : 5  : 2  : 8  : 33  : 6  : 9


    Cisjordanie

    Il y a environ 630 barrages routiers permanents, tenus ou non par des soldats, à travers la Cisjordanie. En plus, quelque 60 à 80 barrages « volants » sont mis chaque semaine. Au moins 65% des grandes routes qui conduisent aux 18 communautés palestiniennes sont fermés ou sous contrôle total des FOI (soit 47 sur 72 routes).

    Environ 500 km de routes sont limités à la circulation des Palestiniens en Cisjordanie. De plus, environ un tiers du territoire cisjordanien, dont Jérusalem-Est occupée, est inaccessible aux Palestiniens sans une autorisation spéciale remise par les FOI. Une autorisation très difficile à obtenir.

    Les forces d’occupation continuent de harceler et d’agresser les manifestants lors des manifestations non violentes contre le mur. Même harcèlement à Jérusalem et dans tout le territoire où les Palestiniens sont systématiquement arrêtés, fouillés, dans les rues et sur les routes.

    Jérusalem  : les FOI ont maintenu leurs mesures sur la ville concernant les Palestiniens, pour tenter de les faire partir de la ville. Des milliers d’entre eux, de Cisjordanie et de la bande de Gaza, sont toujours interdits d’accès dans la ville, bloqués par des check-points posés dans et autour de la ville. Les restrictions sont encore plus serrées le vendredi, qui est jour de prière pour les Palestiniens qui ne peuvent dès lors se rendre à la mosquée Al-Aqsa.

    Naplouse : les FOI y maintiennent les restrictions, imposant des contrôles prolongés à leur gré, entraînant pour les files de Palestiniens des heures d’attente supplémentaires, des interrogatoires plus poussés, simplement parce qu’ils veulent aller travailler, étudier ou visiter des relations, dans un territoire qui fait partie de leur propre pays. Ces contrôles prolongés ont été opérés notamment à la porte de fer sur la route de Naplouse à Tulkarem, au check-point de Shavi Shomron, sur la route de Jénine, et à Za’tara, au sud de la ville. Le jeudi matin 10 décembre, l’armée d’occupation a fermé le check-point de Shavi Shomoron, sans raison apparente. Cette route qui va à Jénine est vitale pour les Palestiniens pour entrer et sortir de Naplouse. Vers 7h30 ce même jour, les FOI ont monté un check-point supplémentaire près du carrefour de Beit sur la route Naplouse/Ramallah, bloquant et fouillant tous les véhicules palestiniens.

    Ramallah : au check-point de Jaba’-Qalandya, au sud-est de Ramallah, direction Jérusalem, les FOI ont imposé des restrictions supplémentaires et des contrôles plus minutieux sur les civils palestiniens. Des check-points volants ont été installés pour bloquer les voitures palestiniennes.

    Hébron : mêmes restrictions. Les vendredi et samedi, 11 et 12 décembre, les FOI ont empêché les appels à la prière à la mosquée Ibrahimi, dans la vieille ville d’Hébron. Samedi soir, 12 décembre, elles ont fermé une route secondaire qui s’en va vers le nord de Beit Ummar, un village au nord d’Hébron, pour permettre le passage d’un défilé de colons israéliens dans le secteur. Dimanche matin, 13 décembre, elles ont monté trois check-points en différents endroits d’Hébron.

    Arrestations sur les check-points de l’armée d’occupation

    -  Mercredi soir, 9 décembre, sur le check-point d’Huwara, au sud de Naplouse, l’armée a arrêté 3 mineurs palestiniens : Ayman Nihad Masha, 16 ans, Mousa Yousef Abu ‘Obaya, 16 ans, et Ameer Fawzi Sawalma, 16 ans, tous du camp de réfugiés de Balata, voisin de Naplouse.

    -  Dimanche soir, 13 décembre, les soldats postés au check-point de Beit Fourik, à l’est de Naplouse, ont arrêté deux Palestiniens, prétendant qu’ils portaient une bombe assourdissante et une bombe artisanale. Les Israéliens n’ont pas révélé les noms des deux Palestiniens.

    -  Egalement dimanche soir, les troupes positionnées au passage frontalier international d’al-Karama, sur la frontière avec la Jordanie, ont arrêté le Dr Mohammed ‘Ali al-Slaibi, 58 ans, professeur à l’université nationale d’an-Najah, à Naplouse, alors qu’il revenait en Cisjordanie après un pèlerinage. Al-Slaibi souffre de plusieurs maladies chroniques.

    -  Lundi midi, 14 décembre, les FOI sur le check-point de Qalandya, au nord de Jérusalem, ont arrêté un jeune Palestinien de 14 ans, l’accusant de porter un pistolet, de fabrication artisanale, et 4 couteaux. Le nom de l’enfant n’est pas connu.

    -  Mardi 15 décembre, le soir, les FOI ont arrêté 2 Palestiniens qui se trouvaient près de la rue des Tunnels, à Beit Jala, parce qu’ils avaient sur eux des couteaux selon les Israéliens. Là encore, les Palestiniens n’ont pu être identifiés.


    3 - Construction du mur d’annexion

    Si le mur illégal d’annexion se termine, il s’étendra sur 724 kilomètres autour de la Cisjordanie, isolant toujours plus toute une population. 350 km sont déjà construits, dont 99% environ à l’intérieur même du territoire palestinien, confisquant de plus en plus de terres palestiniennes. Les forces israéliennes d’occupation utilisent toujours la force face aux manifestations non violentes organisées par les Palestiniens, avec des internationaux et des militants israéliens, pour protester contre la construction du mur.

    Durant cette période, les troupes d’occupation ont continué de réprimer avec violence les manifestations pacifiques organisées par les Palestiniens avec des internationaux et des militants israéliens pour protester contre la construction du mur.

    Village de Bil’in, à l’ouest de Ramallah : vendredi 11 décembre, après la prière, et comme chaque semaine, les Palestiniens, avec des internationaux et des militants israéliens des droits de l’homme, se sont rassemblés dans le centre du village et dirigés vers le mur qui traverse le village. Suite aux provocations habituelles des soldats, et aux jets de pierres qui s’ensuivent, l’armée a répliqué avec violence à cette manifestation non-violente, par des tirs à balles caoutchouc, des grenades assourdissantes et des lacrymogènes. Des dizaines de manifestants souffrent des inhalations des gaz.

    Ni’lin, à l’ouest de Ramallah : même jour, même manifestation non violente, et même répression brutale de l’armée d’occupation. 3 Palestiniens ont été blessés par balles : Hassan Khaled Nafe’, 22 ans, à la jambe droite ; Saddam Nemer Safi, 21 ans, à la jambe gauche ; et Sabti Mahmoud Khawaja, 2 ans, à la jambe droite

    Al-Masara, au sud de Bethléhem : au même moment, la même manifestation non violente est organisée par les Palestiniens du village, avec des internationaux et des militants israéliens, pour protester contre le mur. Les troupes d’occupation avaient bouclé l’entrée du village et ont agressé les manifestants, avec les mêmes armes. Khaled Mohammed Zawahra, 30 ans, et ‘Ali Mousa ‘Alaa’ al-Din, 24 ans, sont couverts d’ecchymoses.


    (JPG)
    Affrontements avec l’occupant à Jérusalem-Est, le 17 décembre
    (AP)


    4 - Mesures visant à créer une majorité juive dans Jérusalem

    Les mesures arbitraires pour obliger les Palestiniens de Jérusalem-Est à partir de la ville se sont renforcées et le PCHR consacre cette section de son rapport hebdomadaire à dénoncer ces violations des droits humains contre les Palestiniens.

    -  Durant cette semaine, les FOI ont procédé à de nouvelles fouilles dans la zone de Wadi Hilwa à Silwan, au sud de la mosquée al-Aqsa. De nombreux ouvriers israéliens et archéologues ont été vus dans le secteur procédant à ces fouilles, utilisant des outils à main et des gros engins. Selon des sources israéliennes, la municipalité israélienne de Jérusalem a approuvé la création d’un centre juif dans le secteur pour l’enseignement et l’archéologie. Les travaux pour ce projet ont débuté il y a plusieurs mois. Ils prévoient deux tunnels, dont l’un commencera au centre de Silwan pour aboutir à la cour d’al-Buraq, au sud de la mosquée Al-Aqsa, alors que l’autre passera au sud de la mosquée ‘Ein Silwan. Ce projet et d’autres semblables visent à encercler la mosquée Al-Aqsa.

    -  Dimanche 13 décembre, vers 21h15, deux policiers israéliens, postés dans les cours de la mosquée Al-Aqsa, dans la vieille ville de Jérusalem-Est, ont violé la sainteté du site et y ont pénétré avec leurs chaussures aux pieds. Quand un garde, Samer Siam, a tenté de les arrêter, il s’est fait insulté et durement tabassé par les deux soldats. Le garde palestinien souffre d’ecchymoses.

    -  Le mardi 15 décembre, des groupes de juifs extrémistes ont organisé des célébrations à travers Jérusalem-Est pour la Hanukah juive. Selon des témoins, au moins 70 colons israéliens, portant un chandelier, qui est un symbole de la Hanukah juive, se sont introduits dans les cours de la mosquée Al-Aqsa et ont tenté d’observer des rites juifs. L’administration de la mosquée est intervenue et a exigé de la police israélienne de faire sortir les colons. Durant leurs célébrations, les colons ont agressé des civils palestiniens et des boutiques de la vieille ville. Dans le même contexte, des colons israéliens qui se sont emparés d’un certain nombre de maisons palestiniennes à Sheikh Jarrah, quartier de Jérusalem, ont organisé des célébrations sous la protection des forces israéliennes.


    5 - Activités de colonisation et agressions contre les Palestiniens et leurs biens

    La colonisation se poursuit en Cisjordanie, en toute violation du droit international humanitaire, ainsi que les agressions des colons israéliens.

    -  Le jeudi 10 décembre, vers 10h, Majd Mohammed ‘Aziz, 13 ans, du village de Qarawat Barni Hassan, au nord-ouest de Salfit, s’est rendu sur les terres de sa famille, dans le secteur de Wad ‘Abbas, au nord du village. Dans la soirée, son père fut surpris de voir les forces israéliennes l’emmener vers la colonie de Rafafa, où il apprit que des colons avaient attaqué et frappé son enfant. Celui-ci souffre d’ecchymoses et de coupures, il a été évacué vers un hôpital israélien.

    -  Des colons israéliens ont lancé une agression contre une mosquée du village de Yasouf, et lui ont mis le feu ; le village se trouve à l’est de Salfit. Les murs et une partie du contenu de la mosquée ont brûlé.

    Enquête conduite par le PCHR : vers 16h30 le vendredi 11 décembre, des dizaines de fidèles récitaient la prière du soir dans la mosquée Hassan Khader, dans le centre du village de Yasouf, quand ils sentirent l’odeur du feu. Finissant la prière, ils ont recherché la source du feu, et ils ont vu que c’était dans la bibliothèque de la mosquée. Une grande partie de la bibliothèque, les murs et certains tapis de la mosquée étaient en train de brûler. La bibliothèque comprenait au moins 100 exemplaires du Saint Coran et des livres du prophète Mahomet. Rapidement, une jeep de l’armée israélienne est arrivée sur les lieux. Des officiers israéliens demandèrent la raison de ce feu et nièrent toute implication des colons dans l’agression. Cependant, une inscription en Hébreu avait été écrite sur les murs et sur le sol de la mosquée, disant « Préparez-vous à payer le prix... bien amicalement de la part d’Avi ».

    -  Le dimanche 13, vers midi, des colons qui se tenaient près du check-point de Mafia, à l’entrée des quartiers d’al-Salaima, au sud-est de la mosquée Ibrahimi dans la vieille ville d’Hébron, ont intercepté Nabeel ‘Abdul Rahman Abu Rajab, un jeune Palestinien de 13 ans qui rentrait de l’école. Ils l’ont insulté et agressé avec des pierres et un bâton. Il a été blessé à l’œil gauche, au nez et au genou droit, et il a été emmené à l’hôpital d’Hébron. Les troupes israéliennes, présentes, n’ont pas bougé.

     

    (JPG)
    Les constructions dans les colonies se poursuivent,
    ici à Har Homa, près de Jérusalem, le 16 décembre.
    (AP)


    (JPG)
    Document public

    Pour plus d’informations, notamment les noms des victimes, merci de consulter le site (http://www.pchrgaza.org) ou de contacter le PCHR à son bureau de Gaza, par mel (pchr@pchrgaza.org) ou par téléphone (+972 (0)8 2824776 - 2825893).

    Rapport hebdomadaire pour la période du 10 au 15 décembre 2009 : PCHR
    traduction pour ce qui concerne Gaza : Jacques Salles, et la Cisjordanie, JPP.


    votre commentaire
  • La Ligue appelle à une protestation massive le 28 janvier 2010 contre les ennemis de nos libertés.

     

     

     

    Alors que la LOPPSI arrive en janvier,qu'HADOPI se met en place progressivement et que les gouvernements du monde entier complotent pour le filtrage d'internet avec l'ACTA, la Ligue arrive à la conclusion évidente que l'époque des discussions constructives est close.

    La Ligue ODEBI appelle donc les internautes à défendre leurs droits sur Internet le Mercredi 28 janvier 2010 dès 21h00 par une manifestation géante sur l'ensemble des espaces de communication sur le web.

    L'armée numérique a reçu comme ordre de se préparer à une prise de contrôle démocratique et massive des forums, facebooks, blogs, twitter des ennemis de nos libertés : maisons de disques, artistes engagés contre les droits des internautes, sites UMP, sites des partisans de la riposte graduée....

    A cette occasion, les internautes sont invités à publier sur ces espaces de communication ennemis les éléments qui tendent à prouver que nous vivons dans une médiocratie rongée par la corruption morale de notre personnel politique.

    Ce "Casserole DAY" sera donc consacré au rappel des pédigrées des députés UMP ayant voté pour HADOPI comme nous l'avions promis avant le vote de la loi mais aussi à rappeler les contradictions des argumentaires populistes des gouvernements européens qui entendent imposer le filtrage de l'internet comme en Chine.

    Par extension, nous appelons tous les citoyens à devenir des surveillants pointilleux des divagations de leur personnel politique en utilisant internet comme caisse de résonance de leurs fausses promesses et de leurs ennuis judiciaires afin de leur rappeler que les arguments démagogues et populistes peuvent aussi se retourner contre eux.

    A manier des symboles trop lourds on finit par céder sous leur poids.

    Nous encourageons donc tous les internautes à publier sur leurs blogs, pages personnelles, twitter, pages facebook toutes les informations nécessaires à un assainissement de notre vie politique en dénonçant publiquement et massivement les personnels politiques corrompus.

    Nous appelons tous les citoyens à utiliser leurs téléphones portables, appareils photos, et autres matériels électroniques pour filmer et photographier notre personnel politique et à publier ces éléments quand des indices de faux discours apparaissent et "ne faisant plus de quartier". Leur vie en dehors des enceintes de la république doit devenir un enfer médiatique.

    Nous appelons à libaniser Internet avant la mise en place des lois les plus liberticides existantes en France depuis 50 ans en diffusant massivement les connaissances d'utilisation des logiciels P2P cryptés, la cryptographie et autres méthodes ou outils visant à rendre anonyme le surf sur Internet.

    Nous appelons les parents à refuser toute propagande scolaire autour de la défense des droits d'auteur et appelons les enseignants à refuser toute directive gouvernementale sur le sujet.

    Nous appelons les syndicats de policiers et la gendarmerie à refuser la privatisation des fonctions de police que sont la LOPPSI et l'HADOPI par tous les moyens légaux à leur disposition.

    Nous appelons les syndicats de magistrats à refuser et protester contre les lois iniques que le gouvernement entend faire passer en affirmant dans leur jurisprudence à venir le caractère inaliénable de nos droits fondamentaux.

    Tous les internautes concernés par nos libertés durement attaquées par un gouvernement aux ordres de lobbys puissants qui entendent piétiner notre démocratie peuvent nous rejoindre d'ici le 28 janvier 2010 au sein de l'armée numérique :

    http://www.armee-numerique.com

    La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793. article 35 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

    Auteur : RoundRobin - Source : Ligue ODEBI



    1 commentaire
  • Copenhague : second discours de Hugo Chávez Frías

    Traduction du deuxième discours de Hugo Chávez, président de la République Bolivarienne du Venezuela, au sommet climatique de Copenhague Cop15. Discours tenu lors de la clôture de ce sommet très décevant, le 18 décembre 2009.

    Bonjour, madame la présidente a vous dit une grande vérité, il faut déjeuner. Napoleón Bonaparte disait que les armées marchent sur les estomacs.

    Je remercie beaucoup que l’ont nous ai donné la parole, au président Morales et votre serviteur, nous l’avions sollicitée tôt ce matin, parce que nous sommes ici depuis quelques jours déjà.

    Obama est venu, il a parlé et est sorti par la petite porte. Cette petite porte, une porte cachée par là-bas, qui s’utilise j’imagine pour le service, pour la logistique et les coordinations de la présidence, et c’est par là qu’il est parti par la porte de derrière.

    C’est l’empire, l’empire qui arrive à minuit, dans l’obscurité, et dans le dos de la majorité de manière antidémocratique ils cherchent à concocter un document que nous n’acceptons pas, que nous n’accepterons jamais.

    L’assistance [applaudissements]

    Et je suis absolument sûr que pour la dignité que nous défendons ici, nous, le gouvernement amphitryon, la reine du Danemark, que nous remercions pour son amabilité, ses attentions, j’ai eu un chauffeur très attentif qui s’appelle Thomas, les amis qui nous ont donné la sécurité, la dame de l’hôtel, les travailleurs de l’hôtel.

    Hier soir nous nous réunissions ici dans un gymnase avec les milliers de mouvements sociaux qui ont manifesté avec des pancartes dans les rues sous la neige, les mouvements qui luttent pour la justice sociale, les partis politiques. Nous réussissons ici à Copenhague des compatriotes de l’Amérique Latine, des Caraïbes, de tous les pays. Nous avons été très contents.

    Hier soir nous avons parié à la course, bien qu’Evo soit beaucoup plus jeune que moi j’ai gagné une course de cent mètres dans la neige, il court dur Evo. Je suis sûr que le gouvernement amphitryon partage les mêmes critères de nous, la majorité immense, ceux qui ne les partagent pas ceux qui sortent par la porte de derrière, et ainsi va sortir l’empire yankee de ce monde, par la porte de derrière, il va sortir par la porte de derrière d’une manière indigne.

    Ici maintenant, nous sommes très inquiets parce que nous apprenons qu’il y avait plusieurs réunions, dont celles pour un petit groupe de pays amis de la Présidence de la Conférence, nous ne sommes pas des ennemis : vrai ? Nous sommes aussi amis de tous, ils ne nous ont pas invité à participer, pour rien, ni même consultés pour entendre notre opinion, et nous voulons dire fermement que tous les pays sont égaux, et nous les Présidents, des chefs de l’état et de gouvernement nous avons le même niveau, ici il n’y a pas de premiers Présidents et les Présidents de seconde zone, il ni y a pas de peuple de première classe et des peuples de seconde classe, tous sommes égaux, et nous voulons bien faire comprendre cela ici.

    L’assistance [applaudissements]

    Je crois que c’était une manière opaque d’agir, pour le dire de façon élégante (vous le savez ?), pour essayer de faire avorter ici une solution que comme Lula l’a dit, seul un miracle pourrait la sauver, et comme pour cela n’ont n’attendons pas un miracle, nous devons partir, je ne parle pas seulement au nom du Venezuela, j’ai été autorisé par les représentants des pays de l’Alliance Bolivarienne, ici présents, des peuples de notre Amérique c’est-à-dire le gouvernement et le peuple de la Bolivie, le gouvernement et le peuple de Cuba, le gouvernement et le peuple de l’Équateur, le gouvernement et le peuple du Nicaragua, le gouvernement et les peuples des Caraïbes, les pays de la Dominique, de San Vicente les habitants de Grenade, d’Antigua-et-Barbade et du Venezuela, n’allez pas croire que de la porte de derrière, par où est sorti Obama, va venir un bout de papier secret, top secret, et que l’on cherchera à le présenter au monde comme la solution.

    Déjà nous le contestons, parce que nous ne connaissons pas ce document. Il a circulé ici des versions et des documents peu transparents, cela ont doit le réclamer.

    Nous sommes sûrs qu’aucun type de fraude ne sera tenté, parce que ce serait une fraude aux peuples du monde.

    Si quelque chose doit s’implanter dans le monde, être récupéré dans le monde c’est la confiance entre nous, ça suffit que certains se croient supérieurs à nous les indiens du sud, à nous les noirs africains indigènes, les peuples du sud, nous sommes tous égaux.

    Eh bien, nous partons en laissant une protestation : ceci est une violation des procédés des Nations Unie, non ?

    Nous avions peur que l’on ne nous donne pas la parole, il nous avait été dit ici par le Secrétariat que l’accès à la parole n’était pas garanti, et on nous expliquait depuis ce matin que seulement un groupe de Présidents allait parler, des Chefs d’État très dignes, ils sont dans une liste de ceux qui ont agit, vous ne savez pas qui a agit, non ?
    C’est pourquoi nous remercions beaucoup la Présidente qui nous a donné la parole au Président Morales et à moi-même. Cela aurait été lamentable si l’on avait tenté de nous mettre un veto durant cette réunion, je ne peux le penser, le soupçonner.

    Le Protocole de Kyoto, Lula l’a déjà dit, ne peut pas être déclaré mort ou éteint, comme le prétendent les États-Unis c’est pourquoi Evo a dit une grande vérité : Si Obama, le Prix Nobel de la guerre a dit ici même (certes ça sent le soufre ici, ça sent le soufre, cela continue à sentir le soufre dans ce monde) qu’il est venu pour agir.
    Eh bien, démontrez-le monsieur, ne partez pas par la porte de derrière, faites tout ce qu’il a à faire pour que les États-Unis adhèrent au Protocole de Kyoto, et nous allons respecter Kyoto et promouvoir Kyoto, et répondre au monde de manière transparente.

    L’assistance [applaudissements]

    D’autre part tout indique pour que les réductions des émissions de carbone pour 2050 ne soient pas inférieures à 80, 90%, la majorité des données coïncident là-dessus.

    Nous croyons madame la présidente, que Copenhague ne finit pas aujourd’hui, pour la dignité de ce peuple, nous ne voulons pas partir avec le goût amer de la frustration.

    Non, nous voulons partir avec le souvenir d’un peuple joyeux, d’un peuple que nous ne connaissions pas, une ville, un pays : Le Danemark.

    Nous voulons emporter Copenhague dans le coeur non comme une frustration mais comme un espoir. Hier soir nous le disions, Copenhague ne finit pas aujourd’hui, Copenhague a ouvert les portes pour que nous continuions de mener un grand débat mondial sur la question comment sauver la Planète, comment sauver la vie sur la Planète.

    Copenhague n’est pas une fin, Copenhague est un commencement, pour que nous obtenions les accords qu’il faut obtenir, et Evo le disait déjà, obtenir l’équilibre de la mère une terre : la Pachamama.

    Ce qu’Obama dit est vraiment ridicule, les États-Unis qui ont la machine à fabriquer des dollars, les États-Unis qui ont fourni 700 milliards de dollars, je crois, pour sauver les banques, c’est avec raison qu’ils disent là-bas dans les rues que si le climat avait été une banque ils l’auraient déjà sauvé.

    Maintenant il vient dire qu’il va apporter 10 milliards de dollars par an, un chiffre dérisoire. C’est un peu une plaisanterie ce qu’a dit le Président des États-Unis : La dépense militaire des États-Unis, et bien ! Elle coûte 700 milliards de dollars par an.

    Seulement en diminuant la dépense militaire de moitié au moins ils y arriveraient, les États-Unis, qui sont les plus grands émetteurs, qui sont les plus grands pollueurs, et il est le grand coupable, l’empire yankee, pour avoir imposé des invasions, des guerres et des menaces, des assassinats et même du génocide capitaliste dans ce monde, les États-Unis et ses alliés, ce sont là les grand coupables, ils devraient l’assumer avec dignité, en vérité nous savons que ce gouvernement des États-Unis ne va pas l’assumer, parce qu’il n’est rien de plus que la continuation du gouvernement précédent, Obama restera dans l’histoire comme l’une des plus grandes frustrations, pour beaucoup de gens qui ont cru à lui aux États-Unis et dans d’autres parties du monde, mais là il le démontre, une grande frustration.

    Mais ce qui importe, ce qui importe, le plus important c’est que les peuples du monde et les gouvernements dignes du monde, la majorité, nous nous mettions d’accord et nous impulsions de vraies solutions.

    Nous ne venons pas ici pour demander l’aumône, nous venons dans des conditions d’égalité apporter de modestes idées pour trouver des solutions, que personne ne l’oublie, que personne ne l’oublie, la faute est au capitalisme, et il faut attaquer les causes.

    Depuis le Venezuela nous le disons modestement, la manière unique d’obtenir l’équilibre des sociétés, de sauver la vie, d’obtenir des niveaux supérieurs de vie, de mener l’être humain à des conditions dignes d’existence, est à travers le socialisme, c’est un débat éminemment politique, éminemment moral, éminemment nécessaire, absolument nécessaire ; le capitalisme est le chemin vers la destruction de la Planète.

    Madame la présidente nous voulons qu’il soit clair, nous partons, nous ne pouvons espérer plus longtemps, nous partons, mais les pays de l’ALBA font clairement comprendre que nous contestons dès à présent tout document qu’Obama passerait par sous la porte, ou qui sortirait de nulle part, comme disaient hier certains d’entre vous, en essayant de présenter cela comme une solution salvatrice.

    Il n’y a pas de solutions salvatrices, nous partons simplement en sachant qu’un accord n’a pas été possible ici à Copenhague, et il n’a pas été possible parce que, comme hier nous le disions : il y a un manque de volonté politique des pays les plus développés de la Terre, en commençant par les États-Unis, et c’est une vraie honte, c’est l’égoïsme des plus responsables, surtout pour les raisons dérraisonnables de production et de consommation de son capitalisme hyperdéveloppé.

    Fidel Castro a écrit (et je finirait sur cela pour ne pas interrompre le déjeuner, la photo et les séances qui viennent) une réflexion hier soir, par là allez, comment c’est depuis La Havane, cette réunion, avec l’espoir que des décisions soient prises pour sauver l’humanité, et il parlait d’une clôture médiocre, d’une clôture sans gloire.
    Je suis d’accord, ce sera une clôture sans gloire, mais je veux dire aussi madame la présidente, en honneur à tous ceux qui ont participé, ont été entendus, ici il y a des gens qui n’ont pas dormi pendant je ne sais combien de jours, une reconnaissance spéciale pour vous, les négociateurs, les ministres, les délégués, les chefs de délégation, les experts, tout ceux qui ont travaillé, il faut donner une reconnaissance à tous...

    L’assistance [applaudissements]

    Et ayons la foi dans le fait que votre travail intense ne va pas être perdu, c’est un apport.
    Nous partons plus conscients du problème et plus engagés à créer une conscience chez nos peuples sur le sujet du climat, et sur le sujet du déséquilibre environnemental.

    Maintenant comme l’a dit Fidel c’est une clôture qui va arriver, sans gloire, je ne veux pas dire que cela sera avec de la peine, non la clôture pénible qui va arriver cette après-midi, c’est une clôture qui laisse en même temps la porte ouverte à cet espoir, cet espoir de ce que nous réussissions à prendre des décisions pour sauver l’humanité, et nous ne les obtiendrons qu’en laissant de côté les intérêts égoïstes spécialement ceux des pays les plus développés.

    Je veux payer un tribut à Copenhague et à son esprit, à son peuple et aux peuples du monde et nous engager avec la vie, nous engager avec l’avenir.

    Une clôture sans gloire, mais une bonne clôture, pleine d’espoir, ainsi nous emporterons Copenhague dans notre coeur.

    Madame la présidente merci beaucoup. Mesdames, messieurs, bon après-midi.

    L’assistance [applaudissements]


    Source : Segundo discurso de Hugo Chávez en Copenhague (18 de diciembre de 2009)
    Traduction : Primitivi

    dimanche 20 décembre 2009, par Primitivi


    votre commentaire
  • http://www.rue-du-buzz.com/Rue-Du-Buzz.Upload/7B06EB03-0127-72DC-AD45-8FF517CBAF31/1/bibliotheque/cali/lepen.jpgJe vous parlais du soldat Besson écoeuré d'être devenu une tête de turc..
    Il compte bien se refaire prochainement une virginité politique. Séduire au delà de son parti, voilà sa mission. Après tout ne se dit-il pas de gauche tout en étant un cadre de l'UMP?
     

    Il y aura un débat sur l’identité nationale le 14 janvier 2010 à la télé sur France 2 dans l’émission « A vous de juger » d’Arlette Chabot. On peut-être sûr qu’il sera abondamment regardé et commenté par les français. Normal avec les deux invités présents : Marine Le Pen et Eric Besson. Sera-t-il une sorte de coup de pouce pour la droite ou un piège pour l’UMP qui pourrait scier encore un peu plus la branche sur laquelle elle est assise?

     

    Il paraît que c’est une manière pour Eric Besson de démontrer aux électeurs les plus à droite que l’UMP est capable d’avoir une politique ferme et volontariste sur l’immigration (chiffres à l’appui), d’appliquer sans le dire certaines des idées du Front National mais avec humanisme et dans le respect des droits républicains, de chercher à préserver la cohésion de la nation, son débat sur l’identité nationale pouvant apparaître comme une émanation de la démocratie participative chère à Ségolène Royal. Forcément, Eric Besson se la jouera type de gauche passé à droite parce qu'il a compris où était le « vrai » pays et qui prend ses responsabilités à cœur.

     

    Il s’attend donc à ce que Marine Le Pen, avec son tempérament sanguin, joue le rôle de la méchante qui veut maltraiter les immigrants et les musulmans et lui, le rôle du type calme, ferme et responsable, soucieux des valeurs de la république et animé de cet humanisme cher à la droite chrétienne et à la gauche dont il est issu. Les centres de rétention, les expulsions, les contrôles au faciès ne seront abordés que dans leurs aspects les plus théoriques avec pour leitmotiv: Sarkozy applique son programme présidentiel et donc la politique voulue par les français en 2007.

     

    Cependant pour l’UMP, le risque est grand de voir Marine Le Pen tirer profit de ce débat et ne pas tomber dans ce piège en faisant de la surenchère.

     

    Par exemple, puisque l’identité nationale semble une question si cruciale à Sarkozy, elle pourrait proposer au gouvernement qu’il organise des référendums sur la place des immigrés et des étrangers dans la France d’aujourd’hui.

     

    Mosquées, burqa, minarets, voile, double nationalité, conditions d'acquisition de la nationalité française, conditions de résidence, travail et régularisation des sans papier, que des problèmes soulevés par de nombreux contributeurs du site du ministère et lors des débats en préfecture. Proposer qu’on consulte les français pourrait prendre Eric Besson à contre-pied sur sa propre logique. Avec un argument béton : Quoi de plus démocratique qu’un référendum après un débat public voulu par le gouvernement qui se soucie autant de l’opinion des français?

     

     Et puis le référendum suisse sur les minarets a été défendu publiquement par Nicolas Sarkozy lui-même. Il suffirait à Marine Le Pen de formuler sa proposition en se souciant du respect des valeurs républicaines pour séduire des électeurs de l’extrême droite indécis et, pourquoi pas, et ce serait très fort,  une partie de l’électorat UMP.

     

    Source Ici 


    votre commentaire